Championnat national de football de D1 :

4022009

 

  

La première journée  débute dans la crise 

 

La première journée du championnat national de football s’est jouée ce week-end dans une atmosphère de crise. Car plus de 21 clubs demandent la démission de la direction de la Fédération de la République Islamique de Mauritanie (FFRIM) lors d’un point de presse qu’ils ont organisé à l’Ancienne Maison des Jeunes  à côté du stade capitale où Ahmedi et FC Nouadhibou s’affrontaient dans le cadre de cette première journée. Mais la fronde n’aurait pas intéressé les amoureux du ballon rond qui  sont restés au stade suivre cette rencontre. 

 

Au stade capital à Nouakchott, Ahmedi battu le FC Nouadhibou sur le score d’1 but à 0 dans match sans rythme. Les stéphanois apparemment très fatigués ont tout tenté mais le manque d’intelligence de jeu  leur a porté préjudice. En  première mi-temps, les deux équipes ont produit un jeu très déplaisant puisque sans actions de hautes factures. Malgré tout les nouackchotois ont réussi en deuxième mi-temps à trouver la faille. Par contre, les  champions de la Coupe Nationale 2008, n’ont pas eu la chance d’ouvrir cette nouvelle saison par une victoire ou un match nul. La tâche s’annonce difficile pour eux  lors de la deuxième journée puisqu’ils affronteront le Ksar en pleine rénovation à Nouadhibou. Pour gagner, le club de la capitale économique doit changer de jeu notamment au niveau des ailiers qui n’ont pas fonctionné à Nouakchott cotre Ahmedi.

Concorde n’aurait pas failli à sa mission. Les poulains de Petit Sall ont sorti leurs griffes pour battre leur adversaire NASR sur le score d’1 but à 0. Nasr qui souffrirait le départ de deux attaquants Cheikhani et Khattry partis à l’étranger, a eu du mal à organiser son jeu offensif. Ses attaquants ont manqué d’efficacité pour trouver les filets adverses. Concorde, championne en titre a donc bien commencé cette nouvelle saison.

FC Khaïry, nouvellement rebaptisé ASC Tavrag Zeïna a perdu face à la SNIM sur le score d’1 but à 0 à Nouadhibou. Les miniers dominés se sont montrés plus dynamiques face au but.

 

Zouerate en fête 

 

La première journée du championnat national  a été marquée par la lourde défaite de la Garde nationale à Zouerate devant Kédia sur le score de 4 buts à 1. Kédia en pleine rénovation n’a eu de peines à battre son adversaire qui a perdu ses repères depuis quelques saisons. Pourtant on laisser entendre que la Garde allait opérer des changements au niveau de l’équipe. Galvanisés par ses supporters, les poulains de Aboubacrine dit Boubou ont produit un jeu à l’attente de ses dirigeants qui ses sont beaucoup donnés financièrement pour le bon encadrement des joueurs de l’équipe. Cette année l’équipe de Kédia a recruté quatre joueurs dont le gardien de Nasr et  Nians, l’attaquant redoutable de la SNIM de l’année écoulée.

Le coût de ces transferts n’est pas dévoilé mais les joueurs nouvellement  recrutés estiment être mis dans de bonnes conditions. Selon Tigana entraîneur adjoint de l’équipe, Kédia a été renforcée également par d’autres joueurs comme El Hacenn milieu défensif de l’équipe nationale junior. Depuis la victoire écrasante de Kédia, Zouerate en fête. L’entrée de l’équipe en première division a commencé en boum.

 

 

Motion de défiance contre la FFRIM 

 

Après un an à la FFRIM, l’équipe de  Mohamed Salem O/ Boukhreiss fait face à une fronde de 21 club dont deux qui jouent en D1. Motif évoqué par les Associations, la mauvaise gestion des dirigeants actuels de la FFRIM. « Compte tenu des griefs et constant et constats à tous les points de vue négatifs qui n’ont manqué de marquer la gestion combien catastrophique de notre sport roi et que nous sommes persuadés aujourd’hui plus qu’hier, que notre football ne pourra  avancer sans la collaboration de tous les sportifs (administratifs, entraîneurs- arbitres, médecins sportifs, journalistes etc » écrit on dans le communiqué de presse.

Le communiqué a révélé d’autre part qu’une initiative de coordination a été créée pour la circonstance ouverte à tous les sportifs pour une réflexion très approfondie sur le football mauritanien.

Il fait dire que la police a dispersé devant le stade une manifestation de jeunes  qui réclamaient le départ  de O/ Bourheiss et son équipe pour mauvaise gestion du football mauritanien.

En tout cas le secrétaire général de FFRIM  aurait signé des documents chez lui.

Les bureaux sont vides. Il n’y a que des toiles d’araignées.

La fronde obtiendra t-elle satisfaction ? L’avenir nous le dira.




Sports: Tournoi scolaire Sidi Mohamed Abass, édition 2008-2009/Dakar 2009 en Amérique du Sud!

9012009

  Tournoi scolaire Sidi Mohamed Abass, édition 2008-2009:Le lycée Baobab en vert et celui de l’Ecole Et la Vie en rouge 

La 4ème journée du championnat scolaire Sidi Mohamed Abass s’est jouée la semaine dernière au niveau de la zone de Nouakchott. Occupant la première place de son groupe devant le lycée Sebkha et celui de Zem-Zem, le collège El Mina3 a crée  la surprise. Jusque là inconnu du public, le lycée Baobab a fait le sans faute alors que l’Ecole Et La Vie n’a rien vu.  Dans la poule A, le lycée Garçons2 occupe la première place avec 10 points. Une équipe du lycée des garçons  en bonne forme dans ces premières journées du championnat même si elle a battu difficilement  le lycée H Oumar Tall sur la petite marque d’1 but à 0 à l’issue de cette quatrième journée. Le lycée H.Saidou Nourou Tall arrive en deuxième position dans ce groupe avec 9 points sur 12.  Saïdou Nourou Tall joue mieux que Oumar Tall dans ce groupe. Oumar n’a récolté que 4 points pendant quatre matchs alors que Saïdou a moissonné 9. Le lycée El Mina s’accroche quant à lui à la troisième place avec 8 points. Les banlieusards espèrent mieux faire prochainement. Oumou El Ghoura n’a pas dit son dernier mot. Le lycée totalise 8 points. Oumou El Ghoura pense à la qualification au deuxième tour de ce tournoi. Dans ce même groupe, le lycée Kumballi souffre le chaud et le froid. Il a arraché 6 points. Dans sa cervelle la qualification et l’élimination se confondent. Kumballi est à la 5ème place.  Ecole Et La Vie en rouge dans le groupe de la mort  Dans le groupe B le collège El Mina3 s’est montré efficace occupant la première place du groupe de la mort où on retrouve le lycée Zem-Zem( champion en titre) et celui de sebkha vainqueur de la première édition. A l’issue de la 4ème journée, les collégiens d’El mina3 ont fait un match nul et vierge face au lycée Chems Dine. Un match très difficile pour les deux équipes. Le lycée Sebkha arrive en deuxième position avec le même nombre de points. L’équipe de Samba Dia ne veut pas rater le trophée de cette édition même si beaucoup de choses restent à faire. Les poulains de Samba Dia ont battu à la quatrième journée le collège El Mina1 sur le score de 2 buts à 1. Derrière le lycée sebkha, vient celui de Zem-Zem avec seulement 9 points. Le champion en titre a montré quelques lacunes au niveau de l’attaque. Ses attaquants ont souvent péché dans la dernière action. Mais c’est une équipe qu’il ne faut pas minimiser ni négliger du fait de son expérience dans ce championnat. Zem-zem a battu avec beaucoup de peines le lycée Savoir par 1but à 0 lors de cette 4ème journée. Le lycée des Nations ne cesse de pousser ses pions et de cueillir des points. L’équipe des Nations occupe la 4ème place avec 8 points derrière celui de Zem-Zem. Seulement un point les sépare. Le lycée Chems Dine a 7 points et ne veut pas mourir tôt dans ce groupe surnommé: groupe de la mort. Dans ce groupe le lycée Karama a laminé  le collège Teyarett2 sur le score de 6 buts à 3. Karama assemble 6 points et se positionne en force avec cette large victoire. Son prochain adversaire est averti. 

Le  lycée Ecole Et La Vie est en rouge dans ce groupe. Quatre matchs joués, l’équipe n’a moissonné qu’1 point. La Vie n’a rien vu. Sa qualification à la deuxième phase du championnat semble donc compromise. Pourtant cette équipe faisait des belles choses dans les éditions  précédentes. Pourquoi cet arrêt brusque de la Vie ? Est-ce que les bons joueurs sont allés à Université cette année ?  En tout cas rien ne va pour cette équipe. Il faut noter  que dans ce groupe, c’est le collège Teyarett2 qui ferme la marche avec 0 points. Là, le feu vert, on ne connaît pas.  Le Baobab en vert et Albaraka en force Dans le groupe C  le lycée Baobab a fait le sans faute à l’issue de la quatrième journée du championnat scolaire. Quatre matchs, quatre victoires synonymes de 12 points sur 12. Lors de la 4ème journée le lycée Baobab a battu celui de Dar El Ouloum par le score d’1 but à 0. La promenade  de santé de cette équipe fait trembler beaucoup d’équipes qui sont à deux doigts de leur qualification au deuxième tour. En tout cas la sauce de  la marmite du lycée Baobab est succulente. Le succès est toujours le fruit d’un bon travail. Espérons que le Baobab ne tombe pas dans les prochaines journées. Dans ce groupe le lycée Dar Naim occupe la deuxième place avec 10 points. Le Dar Naim a écrasé le lycée Toujounine sur le score de 3 buts à 0 lors de cette 4ème journée. Le lycée Salah Dine est à la troisième position  avec notamment 10 points. Il a battu dans cette journée le collège Arabe par 3 buts à 1. Le collège Ksar est à la quatrième place avec 7 points. Il a été battu pourtant  par le lycée Arabe sur le score d’1 but à 0 lors de cette quatrième journée. Dans ce groupe le collège Ryad2 ferme la marche avec 0 point.

Dans le groupe D, le lycée Albaraka est en force. L’équipe occupe la première place de ce groupe avec 10 points. Le collège Sebkha1 arrive en deuxième position avec 7 points. Pourtant les banlieusards ont perdu lourdement lors de 4èmes journée face au lycée El Jadida sur le score de 3 buts à 1.

Le collège Ryad1 occupe la troisième place avec 7 points également. La quatrième place est occupée par le lycée Abaghira.  Abaghira a fait un match nul et vierge contre Albaraka.

Il faut rappeler que la commission de pilotage challenge Sidi Mohamed Abbas informe les équipes participants au tournoi scolaire de football que ce dernier sera interrompu du 02/01/2009 au 19/01/2009. Un nouveau calendrier sera fourni en temps utile.

Par ailleurs, la commission de suivi pédagogique profitera de cette mini trêve pour effecteur son  travail de vérification auprès des établissements participants. Il est donc demandé aux chefs d’établissements de bien vouloir collaborer avec la dite commission.

Sy Mamadou  Dakar 2009 en Amérique du Sud:  C’est parti!  L’Afrique ne verra pas cette année  le Rallye- Raid  Dakar 2009. Les organisateurs ont préféré l’organiser en Argentine et au Chili.  En Amérique du Sud, les nouveautés, c’est la présence de spectateurs tout au long du parcours, conditions de course plus variées que par le passé et températures élevées. Organisé pour la première fois en terre sud-américaine du 3 au 18 janvier, le Dakar reste le Dakar, selon les organisateurs. C’est toujours le plus grand rallye du monde, le plus dur aussi, avec un plateau extraordinaire en termes de concurrents, dans deux pays sublimes, l’Argentine et le Chili. «  La compétition sera particulièrement rude, puisque nous avons tracé un vrai Dakar, avec les difficultés habituelles : de l’endurance, du tout terrain et des conditions de course redoutables. » Pour Étienne Lavigne, le directeur d’ASO (Amaury Sports Organisation), le transfert de la célèbre épreuve en terre sud-américaine, suite à l’annulation de l’édition 2008 en Afrique pour raisons de sécurité, n’implique aucune trahison à l’esprit du Dakar. Bien au contraire : « Nous revenons aux valeurs originelles de la compétition, la découverte, l’inconnu, l’aventure et le plaisir de parcourir de magnifiques territoires. »  Lundi 29 décembre, plus de 10 000 personnes se sont rassemblées à Tigre, dans la banlieue nord de la capitale argentine, pour la présentation des équipes locales. Du 30 décembre au 2 janvier, des dizaines de milliers de spectateurs sont venus admirer les véhicules et approcher les pilotes à La Rural, centre d’expositions situé au cœur de Buenos Aires où se déroulaient les vérifications techniques. Et la ville devait être paralysée, le 2 au soir, pour le départ symbolique des 530 motos, voitures, camions et quads au pied de l’obélisque, emblème de la capitale, avant le retour à La Rural et le démarrage de la course le 3 au matin.  La présence de spectateurs représente sans doute l’une des plus grandes nouveautés de cette édition du Dakar. En Argentine et dans une moindre mesure au Chili, les sports mécaniques font partie de la culture nationale et réveillent les passions. Les concurrents qui ont déjà participé au rallye de Córdoba, étape très attendue du championnat mondial, ou encore au Rallye Las Pampas, en savent quelque chose. Pour la première fois dans un Dakar, les organisateurs ont prévu des zones où le public pourra voir passer les concurrents. Et on s’attend également à voir beaucoup de monde dans les villes qui accueilleront les compétiteurs. C’est une motivation supplémentaire pour les pilotes. Source: La Tribune n°430




Finale de la Coupe nationale de football 2008

15122008

 

Finale de la Coupe nationale de football 2008 : 

A quand la finale? 

Au moment où la finale de la 48e édition de la coupe du Sénégal de football senior, a connu son vainqueur, les mauritaniens, eux ne connaissent pas encore la date de la finale de leur Coupe nationale. Depuis quelques mois les dirigeants n’arrivent pas à fixer une date. Raisons évoquées, le calendrier chargé du général Mohamed Ould Abdel Aziz. Selon nos informations, c’est la Présidence du Haut Conseil d’Etat qui fixera la date de la finale tant attendue par les mauritaniens depuis longtemps. Mais dans ce séisme politique, le général aura-t-il le temps de fixer la date quand on sait en plus que le sport en Mauritanie est vomi par les hautes autorités de l’Etat depuis belle lurette. La préoccupation majeure actuellement du HCE, c’est la sortie de crise politique avec d’ailleurs la fixation de la date des journées de concertations au 27 décembre 2008. Donc à quand la finale de la Coupe nationale? Il faut attendre encore. En tout cas les deux équipes finalistes NASR de Sebkha et FC Nouadhibou s’entraînent respectivement à Nouakchott et Nouadhibou sans savoir quand elles vont jouer la finale. D’ailleurs sur ce sujet, le FC Nouadhibou harcèlerait la FFRIM au téléphone concernant cette date de la finale. Alors qu’au Sénégal sans la présence du Président Abdoulaye Wade, le Diaraf de Dakar s’est bien repris en s’imposant la semaine dernière en finale de coupe nationale sur le Stade Mbour. Un trophée qu’il n’a plus gagné depuis 1995. Après la finale de 2004 perdue contre la Douane, le Diaraf a donc signé son onzième succès en coupe du Sénégal. 

SM 

 

Tournoi scolaire Sidi Mohamed Abass, édition 2008-2009: 

La première journée du championnat scolaire Sidi Mohamed Abass a été jouée la semaine dernière au niveau de la zone de Nouakchott. Au total 41 buts ont été  inscrits. L’ambiance garantie. Le public venu très nombreux suivre ces rencontres de bonne facture. 

Dans la poule B, le lycée Zem-Zem a gagné face à l’Ecole Et la Vie sur le score de 2 buts à 1 dans un  groupe  très relevé où on retrouve également le vainqueur de la première édition le  lycée sebkha qui a lui aussi remporté son premier match devant le lycée le Savoir sur le même score. Mais dans ce groupe c’est le collège  El Mina qui occupe la tête de ce groupe en s’imposant face au lycée Karama sur le score de 3 buts à 0. 

Dans le groupe A, le lycée Saîdou Nourou Tall occupe la première place avec 3 points suite à sa victoire face au collège Ryad par la plus petite marque d’1 but à 0. 

Dans le groupe C, c’est le lycée Baobab qui est pour le moment le leader avec également 3 points après avoir battu le collège Arabe par 2 buts à 0. 

Dans le groupe D, le collège Sebkha est à la première place avec notamment 3 points, suite à sa large victoire de 4 buts à 1 face au lycée Arafat1. Rappelons que pour la deuxième phase de ce championnat, les 4 premières équipes de chaque poule seront qualifiées. 

Les résultats de la deuxième journée sont en cours.

Source : La Tribune n°427




14102008

 

 

Qualifications combinées CAN/Mondial 2010 : Maroc-Mauritanie 4 buts à 1 : 

 

Et après ! 

 

Sans surprise, notre équipe nationale de football a perdu face à celle du Maroc sur le score de 4 buts à 1. Une sixième défaite d’affilées dans ces qualifications couplées CAN/Mondial 2010. Pourtant les Mourabitouns ont fait une très bonne impression en première mi-temps face aux marocains condamnés à la victoire pour se qualifier à la deuxième phase de ces éliminatoires. C’est par manque d’intelligence de jeu que notre équipe a péché car elle pouvait ouvrir le score à la 17ème minute. En deuxième mi-temps  de cette rencontre, la défense des Mourabitouns a été perméable en encaissant coup sur coup 3 buts évitables. Quand la défense perd ses repères le gardien encaisse des buts naïfs. C’est ce qui est arrivée à notre équipe nationale de football qui mérite quand même d’être encouragée. On ne peut  pas faire une équipe nationale de football  compétitive d’un coup de siffler. Notre équipe nationale n’est qu’à l’image du pays. On ne confie pas à quelqu’un son enfant et on tourne le dos. Tout le monde est unanime que noue n’avons pas encore une bonne équipe nationale de football. Mais à qui la faute ?

Dans toute la sous région, c’est seulement notre pays qui n’arrive pas à participer à une

compétition de haut niveau. Vous savez pourquoi ? C’est parce que nous sommes le pays dont les militaires et civils ne pensent qu’au Pouvoir pour pouvoir détourner des milliards d’Ouguiya au détriment des  pauvres gouvernés. Qui a la volonté d’aider aujourd’hui le football mauritanien ? Ni vous les hommes d’affaires, ni les entreprises,  ni l’Etat. C’est facile de critiquer pour nuire mais c’est extrêmement difficile de donner un petit soutien à l’équipe nationale et à leurs dirigeants. On critique parce qu’on veut être porté à la tête d’une institution. La plupart des critiques ne sont pas objectives. Si depuis l’indépendance de
la Mauritanie, notre équipe nationale n’arrive pas à participer à une grande compétition africaine ou mondiale, c’est la faute à l’Etat. L’Etat doit mettre des moyens qu’il faut pour exiger à
la FFRIM des bons résultats, c’est tout. Mais attendre  la veille du départ de l’équipe nationale au Maroc pour donner 30 milles Euros, c’est du gaspillage. Tout bon résultat est un fruit d’une très bonne préparation. Nous devons arrêter maintenant ce cirque et nous atteler au travail pour construire une bonne équipe nationale de football. Certains pensent que seule
la Fédération de Football de
la République Islamique de Mauritanie (FFRIM) est responsable de ces mauvais résultats. Vous et moi sommes également responsables de ces mauvais résultats. Qu’est-ce vous que avez fait pour l’équipe nationale de football ? Nous devons demander ce que nous pouvons faire pour aider cette équipe nationale pour qu’elle aille en avant dans les prochaines années.

Le président du HCE le général Mohamed Ould Abdel Aziz n’a-t-il pas dit qu’il est venu au Pouvoir pour régler tous les problèmes  du pays ? Alors monsieur le Président nous voulons que notre football sorte du marasme dans lequel il vit depuis belle lurette à la grande

indifférence de l’Etat. 

Sy Mamadou         

Le Sénégal éliminé 

Les supporteurs Sénégalais ont manifesté leur colère, après l’élimination de leur équipe nationale de football des phases finales de
la CAN/Mondial 2010 face  à
la Gambie le samedi 10 octobre 2008 à Dakar. Après la rencontre les environs du stade Leopol Séar Sengor sont couverts de fumée. La conférence de presse d’après match de l’entraîneur Lamine Ndiaye, dont les choix ont été très contestés, a été annulée à la dernière minute. Les joueurs Sénégalais et gambiens ont refusé de se présenter dans la zone mixte, qui est la zone de rencontre avec la presse nationale et internationale. Aux dernières nouvelles, les forces du Groupement mobil d’intervention contiennent difficilement les jeunes qui refusent de rentrer, et attendent joueurs et staff technique avec des cailloux. C’est un coup dur cette équipe du Sénégal qui avait été finaliste à
la CAN 2002 et quart de finaliste au mondial la même année.

Source : la Tribune 419 




Championnat national de badminton 2008

7072008

Championnat national de badminton 2008:
Rien ne va pour NASR
La 8ème journée du championnat national de badminton s’est jouée la semaine dernière à l’ancienne maison des jeunes en présence d’un nombreux public. L’équipe de l’AMSME occupe la première place avec 14 plus 150 buts marqués. Si l’équipe de l’AMSME de football n’a pas pu rester en première division de football, en badminton, elle est performante. Feu Mini arrive en deuxième position avec 10 points plus 83 buts inscrits. La troisième place est occupée par l’équipe de Delta avec 10 points plus 45. Hilal est à la quatrième place avec 10 points plus 16. L’équipe de Nasr Sebkha ferme la marche avec seulement 2 points moins 104. Rien ne va visiblement pour cette équipe de Nasr en badminton. Voici le classement :

Classement

Coupe nationale de football 2008 :
Les quarts de finale débutent le 11 juillet 2008
Un seul match des quarts de finale de la Coupe Nationale est prévu à Nouakchott le mardi 15 juillet. Il s’agit de Concorde- Police. Les autres rencontres se joueront à Aoun, Zouerate et Rosso à savoir: Sporting d’Aoun- FC Nouadhibou à Aoun Kédia de Zouerate- Nasr Sebkha à Zouerate et Trarza – FC Rosso à Rosso. Les matchs des demi-finales sont également connus : le vainqueur du match (Concorde- Police) contre le vainqueur de Kedia de Zouerate. La deuxième demie finale mettra aux prises le vainqueur de Sporting d’Aoun contre le vainqueur de Trarza- FC Khaïry. Les dates de ces demies finales seront fixées ultérieurement. Rappelons que le tirage au sort a été effectué le lundi 30 juin 2008 au siège de la FFRIM à Nouakchott.

Championnat national de D1 :
Une bonne opération de FC Khaïry
La 19ème journée du championnat national de D1 s’est jouée ce week-end à Nouakchott. A trois journées de la fin de ce périple marathon saisonnier, le FC Khaïry a fait une bonne affaire en battant lanterne rouge, l’Armée, sur le score sans appel de 3-0. Une victoire précieuse pour cette équipe qui joue pour le maintien cette année. Crée il y a à peine trois ans, le FC Khaïry veut rester avec les gros cylindres en D1. Cette année, le désir semble obtenu à trois journées de la fin du championnat. Gérée par un homme d’affaire et chargé de la communication de la FFRIM Moussa Ould Khaïry, le FC Khaïry totalise 19 points après cette victoire face à l’ASC Armée.
Le Ksar a fait match nul vierge contre Mauritel. Nasr de Sebkha a été battu par le FC Nouadhibou sur le score de 2-1. La Garde a gagné face à la Snim par 2-1. Le match Trarza- Ahmedi a été reporté à une date ultérieure. Motif évoqué la forte pluie qui s’est abattue sur la ville de Rosso qui a rendu le stade de Ramdhane impraticable. La Concorde très en forme cette année a battu la Police sur le score de 2-0.
Sy Mamadou

Eliminatoires CAN-Mondial 2010 :

Quatre journées riches en enseignements !

A deux journées de la fin de cette première phase des qualifications combinées Can-Mondial 20010, essayons de tirer les leçons de ces éliminatoires. Le Nigéria a fait du sans-faute alors que la situation de l’Afrique du Sud inquiète. Le parcours du Burkina Faso est remarquable, le Bénin et le Rwanda s confirment et l’Egypte et la Côte d’Ivoire, font un début mitigé.
Retour sur quatre journées déjà riches en enseignements.

Eliminé de la coupe du monde à la surprise générale par l’Angola, le Nigeria survole le groupe 4. Quatre victoires d’affilée, et les Super Eagles sont déjà assurés de la première place et de leur présence au dernier tour de qualification. Ils sont pour l’instant les seuls dans ce cas. Six buts marqués, dont deux par le très offensif défenseur Joseph Yobo, décisif en Guinée Equatoriale et en Sierra Leone, zéro encaissé : de quoi emmagasiner sérénité et confiance pour la (longue) suite du parcours. Quand aux joueurs du Burkina Faso, ils ont rarement aussi bien porté leur nom : ce sont eux, en effet, les « Etalons » d’un groupe 9 qu’on promettait pourtant à la Tunisie. Seule équipe avec le Nigeria à avoir réalisé la passe de quatre, avec à la clef une victoire pleine d’à-propos à Rades sur des Aigles de Carthage sidérés (1-2), les Burkinabés brillent sur le plan offensif. Onze buts inscrits, dont cinq pour le seul Moumouni Dagano. Le Portugais Paulo Duarte, ancien joueur de Boavista et jeune entraîneur (39 ans) des Etalons est-il en train de trouver la bonne formule ? Rapelons que le Burkina n’a pas participé à une CAN depuis 2004.
Les équipes solides
Malgré l’affaire Eto’o, qui a tendu un peu plus encore les déjà difficiles relations entre presse et joueurs, le Cameroun est solidement accroché à la première place du groupe 1. Seul léger accroc, un match nul (0-0) en Tanzanie. Pour le reste, l’irascible attaquant vedette de la sélection tourne à la moyenne d’un but par match, et l’ensemble dégage une puissance telle qu’on voit mal la qualification pour la dernière phase échapper aux vice-champions d’Afrique. Malgré sa défaite au Maroc (2-0), le Rwanda est l’une des bonnes surprises de ces premières rencontres. Emmenés par leur buteur Olivier Karekezi, qui évoluait en Suède ces deux dernières saisons, les « Amavubi » (guêpes) souhaitent rééditer leur performance de 2004 : se qualifier pour la phase finale de la CAN. Pourquoi pas ? Une équipe capable de s’imposer en Ethiopie (1-2) et de battre le Maroc dans la foulée (3-1) a forcément du talent. Devant le Rwanda pour le reste de deux journées, deux équipes qu’il avait battues, la Mauritanie(3-0) et l’Ethiopie(1-2) Bonne tenue également des Ecureuils du Bénin, actuellement en tête du groupe 3, devant le favori angolais. S’appuyant sur l’ossature de l’effectif ayant disputé la CAN 2008, avec un patron nommé Stéphane Sessegnon (Le Mans), l’équipe du Français Michel Dussuyer a su se remettre d’un lourd échec initial à Luanda (3-0) pour signer une série en cours de trois victoires. Même remarque pour la RDC, battue de justesse en Egypte en ouverture (2-1), enchaîne depuis les bons résultats en y ajoutant les buts : 13 en 4 matchs ! Bonne nouvelle, le retour en forme de Shabani Nonda, auteur d’un triplé face à Djibouti. Les Congolais partagent la première place du groupe 12 avec l’Egypte et devraient au pire obtenir une place de meilleur deuxième, qualificative. Le Mali affiche également de bonnes dispositions. Simplement battus chez leur principal adversaire, le Soudan (3-2), les Aigles possèdent suffisamment de joueurs d’expérience pour sortir indemne d’un groupe 10 très équilibré, avec le Congo et le Tchad. Atout majeur, Seydou Keita : le désormais milieu de terrain du FC Barcelone a définitivement pris une nouvelle dimension.
CORRECT
A ranger dans cette catégorie, trois équipes d’Afrique du nord qui connaissent traditionnellement quelques difficultés en éliminatoires avant, le plus souvent, de parvenir à leurs fins : l’Egypte, malgré une étonnante défaite au Malawi, le Maroc, bien que battu au Rwanda, et la Tunisie, même surprise par le Burkina. Attention tout de même au changement d’entraîneur : le 1e juillet, Roger Lemerre quitte les Aigles de Carthage pour les Lions de l’Atlas. Le Ghana, de nouveau considéré comme un grand d’Afrique, ne survole pas le groupe 5, mais les Black Stars ne comptent pour l’heure qu’un faux-pas, certes retentissant : une défaite au Gabon (2-0). Insuffisant pour imaginer le pire, d’autant que Muntari et ses coéquipiers ont gagné leurs trois autres rencontres.
Ne pas sous-estimer le Cap-Vert, qui n’a que le tort d’évoluer dans le groupe du Cameroun. Trois victoires déjà pour les Lusophones, outsiders de plus en plus crédibles sur la scène continentale. Et la toujours aussi mystérieuse Libye, elle aussi créditée de trois succès.
MITIGE
Impossible de ne pas inscrire en premier lieu la Côte d’Ivoire. Nommé en mai, Vahid Halilhodzic n’a pas trouvé à Abidjan que des pépites. Nombre de problèmes restent en suspens, notamment la participation des Eléphants les plus emblématiques aux matchs supposés faciles. Quand Drogba et compagnie ne se déplacent pas, cela peut donner un match nul poussif (0-0) à Madagascar… Mais les Ivoiriens sont tout de même en tête du groupe 7. Même constat ou presque pour le Sénégal, certes premier du groupe 6, mais accroché au Liberia et en Gambie. Heureusement, les Lions de la Teranga font le plein à domicile. Eux aussi devraient s’en sortir. Dans le groupe 2, trois équipes en dents de scie peuvent prétendre au leadership : Kenya, Guinée et Zimbabwe. Une au moins restera sur le carreau. Hypothèse à ne pas négliger pour l’Angola, même si les Palancas Negras, hôtes de la CAN 2010, sont au moins certaines de participer à la fête continentale. Pour un deuxième Mondial d’affilée en revanche, c’est moins sûr… Enfin l’Algérie, malgré quelques individualités de valeur, semble toujours convalescente.
INQUIETANT
A moins de deux ans de « sa » Coupe du monde, l’Afrique du Sud est dans une situation préoccupante. Quatre points en autant de matchs, une deuxième place du groupe 4 contestée par des adversaires aussi modestes que la Sierra Leone et la Guinée Equatoriale… Les Bafana Bafana ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes. A peine nommé, le sélectionneur brésilien Jose Santana est déjà sur la sellette. Les deux dernières rencontres cet automne seront décisives à plus d’un titre. A peine mieux loti, le Togo traine en route dans le groupe 11, où le forfait de l’Erythrée complique un peu plus les calculs. Les coéquipiers d’Adebayor ont été battus au Swaziland. Mais ils ont dominé (à Accra, le terrain de Lomé étant suspendu) la Zambie, elle aussi menacée. Désormais entraînés par Henri Stambouli, les Eperviers devront se montrer bien plus convaincants pour espérer jouer un deuxième Mondial. Il faut rappeler qu’il reste deux journées à disputer dans cette seconde phase. Elles auront lieu en septembre. A l’issue de celles-ci, les 12 premiers de chaque groupe et les 8 meilleurs deuxièmes seront répartis en 4 groupes de 5, d’où sortiront les 15 qualifiés pour la CAN (l’Angola, pays organisateur, étant qualifié d’office) et les 4 qualifiés africains pour la Coupe du monde 2010 (l’Afrique du Sud étant qualifiée d’office).

Source : La Tribune n°407




L’actualité sportive

9062008

Eliminatoires couplées Coupe du monde/CAN/2010 

 


La Mauritanie encore battue  mais toujours en course 

 

Les Mourabitounes, notre équipe nationale de football ont été étrillés par les Lions de l’Atlas du Maroc sur le score de 1- 4 le samedi dernier sur la pelouse du stade olympique de Nouakchott  dans le cadre de la deuxième journée des éliminatoires couplées Coupe du monde/CAN 2010. Douchés par les Lions de l’Atlas, les Mourabitounes ont manqué cette fois de promptitude dans le dernier geste. Deux coups de canon ont suffit aux marocains pour mener au score dans la première période de la rencontre avant de mettre le carton   en deuxième période et justifier ainsi son statue de favori dans ce groupe 8. 

 

 Tout le contraire d’une Mauritanie si prometteuse lors des qualifications de la dernière CAN au Ghana  et que l’ont attendait au révélateur après si longue absence dans les  grands rendez-vous  internationaux.   Les hommes de l’ex entraîneur de l’équipe Alain Moizan ont balbutié  leur football et n’ont jamais  semblé trouvé le bon équilibre tactique.  Menée dès la huitième minutes de jeu,
la Mauritanie  mélange les pédales confondant vitesse te précipitations.  Ahmed Téguedil, très attendu  au tournant  sur cette rencontre n’aura pas fait grand-chose. Il peine toujours à soutenir  les arabesques de ses camarades. Alain Moizan peiné se gratte toujours les pommettes face à une équipe fatiguée, incapable de remonter correctement la balle de ses buts.  Les supporters perdent leurs nerfs et crient  au changement  avant même le naufrage de l’équipe. L’inquiétude se confirme lorsque le Maroc confisque la balle quelques  bonnes minutes durant et marque  le deuxième but à la 36ème minutes par Bellzalloun. Le manque  de poids offensif des avants centres mauritaniens et l’aspect moins décisif qu’a Ahmed Téguedi provoque le dégoût total de regarder ce match. Après leur sinistre  à Kigali face aux Rwanda (0-3),
la Mauritanie s’est retrouvée scotchée sur les côtés, sans véritables ballons exploitables, sans, surtout, de possibilités  de faire parler sa puissance et l’intelligence de ses appels de balle. Un adversaire particulièrement emprunté  donc et à la limite du correctionnel en phase défensive, il n’en fallait pas plus pour permettre au Maroc d’asseoir sa domination. Territorial comme technique d’ailleurs. 

L’arbitre central ghanéen renvoi les deux équipes aux vestiaires sur le score de 0-2 en faveur des Lions de l’Atlas du Maroc. 

A la reprise le Maroc plus audacieux, plus pragmatique, plus saignant, et plus incisif, saisit le ballon. Les supporters mauritaniens qui ne sautent pas ce soir sur les fesses hurlent à la démission de
la FFRIM et surtout celle de  Alain Moizan. Des bouteilles d’Evian commencent à nous tomber dessus. Les supporters sont en colères. A la 57ème minutes Youssef Safri s’engage dans un cafouillage défensif pour inscrire tranquillement le 3ème but.  Les Mourabitounes sonnés  devant ses supporters  n’en démordent pas quand même. Ils continuent de construire sur les côtés  et au milieu leur jeu mais le  manque de célérité leur a porté préjudice. Il faudra attendre la 80ème minutes pour encore assister au 4ème but marocain, inscrit  par Housseine. Les Mourabitounes réduisent le score à la 81ème minutes par Téguedi sur penalty. 

Les deux équipes se sont séparées sur ce score de 1-4 en faveur du Maroc qui réussi son entrée. Quand à
la Mauritanie, les choses sont difficiles. Le samedi 13 juin prochain, elle va accueillir l’Ethiopie, une défaite est interdite aux Mourabitounes. 

 

 
La FFRIM a viré Alain Moizan  et virera encore un Maradona ou Zidane! 

Après la défaite de l’équipe nationale de football, le technicien français Alain Moizan a été chassé  par

la FFRIM. Le chargé de Communication  Moussa Ould  Khaïry a estimé que sans  résultats  positifs, la fédération ne pouvait pas retenir le français. « 
La FFRIM est là pour répondre aux besoins de la population  qui exige désormais des résultats  positifs » a-t-il indiqué. Est-ce que les difficultés de l’équipe nationale sont causées par Alain Moizan ? Le problème du foot en Mauritanie ce n’est  pas
la FFRIM, ni Alain Moizan  mais l’Etat mauritanien. Le manque de résultats positifs ce n’est pas Alain Moizan, mais l’Etat. Tout bon résultat est un fruit d’un travail bien fait. Depuis quand
la FFRIM a demandé les moyens financiers à l’Etat ? C’est seulement la semaine  dernière qu’il a débloqué 120 au lieu de 330 millions d’Ouguiyas. Si on doit sanctionner, c’est l’Etat. Si les supporters ont lancé des objets en direction du ministre des Sports, c’est l’Etat. Les Mourabitounes, c’est l’équipe nationale donc tout le monde est concerné. S’il s’agit de débloquer des millions pour des trucs politiques, l’Etat  est prêt à le faire mais si c’est…………. 

Ce n’est pas  moral ni légale ni juste dans un pays à 70% âgé de moins de 20 ans. Ceux qui demandent la démission de
la FFRIM doivent aussi demander celle du gouvernement, voire du chef de l’Etat. On doit lui demander pourquoi l’argent n’a pas été débloqué pour soutenir l’équipe nationale de football ?  Pourquoi il n’y a pas de moyens alors que le pays est riche, plus riche en tout cas que le Sénégal et le Mali ? Si
la FFRIM est dans l’obligation de satisfaire les mauritaniens, c’est pourquoi le français est renvoyé, elle sera aussi dans la même condition pour virer son remplaçant parce que
la Mauritanie n’est pas encore prête pour soutenir son équipe. Les joueurs sont bons mais ils ne sont pas entretenus. Ceux qui ont des véhicules en savent quelque chose.  Dans tous les pays africains aujourd’hui, le football est la priorité de l’Etat.  Au Sénégal par exemple même sans résultats, l’Etat débloque des millions pour son équipe nationale. Chez nous c’est une autre affaire. En réalité l’Etat ne fait rien. Est-ce que 120 millions d’Ouguiya peuvent suffire pour  la campagne africaine ?  Si la population s’est levée contre
la FFRIM et son entraîneur, c’est à cause de l’Etat.  Tenez ! P
our les besoins pratiques du match Sénégal  - Algérie, l’État sénégalais a mis les bouchées doubles. Une enveloppe de 155 millions a été décaissée. Les administratifs mouillent le maillot de l’autre côté. Chacun joue sa partition. L’État, dans cette dynamique, n’entend pas être en reste. Plusieurs sociétés aussi se sont dites intéressées par l’équipe pour le sponsoriser et l’aider ainsi à gagner des rencontres. Si aujourd’hui Alain Moizan est démasqué pour manque de résultats, son remplaçant  Sneïdry n’est pas lui aussi à l’abri d’une éventuelle rupture de contrat. Le malheureux français  Alain Moizan disait avant son limogeage lors de la conférence de presse qu’il a tenu après le match au stade olympique: «  On a pas de potentiel joueurs de qualité pour contrecarrer l’équipe du Maroc.   Et puis les joueurs sont fatigués puisque nous avons fait trois jours de voyage de Rwanda. Mais
la Mauritanie n’est pas éliminée mathématiquement. Il faut battre l’Ethiopie, le Rwanda à Nouakchott et négocier les matchs à l’extérieur »  Cela sera à son absence. 

Sy Mamadou 

   

 

 

 

Championnat national de badminton : 

 

 

La quatrième  journée du championnat national de Badminton s’est jouée la semaine dernière au Centre des Cadres de
la Jeunesse et des Sports.   

Il faut rappeler  que le badminton est un sport de raquette avec volant. Il est considéré comme un simple jeu d’extérieur qui n’exige pas beaucoup d’efforts physique. C’est le sport le plus prisé en Asie, selon certaines statistiques dans le monde.   

Le badminton occupe la troisième place après le football et le tennis, il s’agit d’échanger un volant au dessus d’un filet haut de 1,524m au centre et 1,55m au niveau des poteaux à l’aide d’une raquette. Pratiqué par les chinois il y a quelque deux milles ans, badminton est un sport très ludique et très physique, il peut être pratiqué à tout âge et à tout niveau. Il ne nécessite aucune disposition particulière et son apprentissage est très rapide. C’est un jeu de détente facile d’accès et peu onéreux. 

 

 

1960-2004 : Michel Platini, meilleur «canonnier» de l’Euro 

 

Le titre de meilleur buteur des phases finales de l’Euro, toutes années confondues, échoit au Français Michel Platini, qui a trompé neuf fois les gardiens adverses lors du Championnat d’Europe 1984. Une réussite encore inégalée à ce jour. Au début de l’édition 2008, voici l’itinéraire d’un passionné de la balle. 

 

 

Michel Platini est la grande star de cet Euro 84 organisé par
la France. Le joueur, qui est passé par plusieurs clubs hexagonaux (AS Nancy-Lorraine et Saint-Etienne) a signé à
la Juventus de Turin. Cette année-là, le club italien gagne le championnat et
la Coupe des coupes face à Porto par 2 à 1. Platini, qui se prépare à rejoindre les Bleus pour l’aventure du championnat européen des nations est alors le meilleur buteur du Calcio, avec 20 buts marqués. Les supporters hexagonaux attendent beaucoup du n°10 tricolore…
Dans le groupe préliminaire (A), les Bleus font face au Danemark, à
la Belgique et à
la Yougoslavie. Le joueur, tout juste Ballon d’Or européen 1983 va quasiment offrir à l’Hexagone son premier trophée, attendu impatiemment depuis les débuts du championnat d’Europe en 1960. Platini réussit à marquer lors de chaque rencontre des Bleus (9 buts en 5 matchs), depuis les matchs de poules jusqu’à la finale et réussit même deux triplés face à
la Belgique (victoire 5-0) et à
la Yougoslavie (victoire 3-2) dans la poule de son équipe. Lors de ces deux dernières rencontres, Platini marque successivement un but du pied droit, un but du pied gauche et un but de la tête…
Triple Ballon d’Or
Plus tard, en demi-finale au Stade-Vélodrome de Marseille, il donne la victoire à son équipe face au Portugal à la 119e minute des prolongations (score final 3-2). Le 27 juin en finale, dans un Parc des Princes en ébullition, Michel Platini trompe le portier Luis Arconada et ouvre le score face à l’Espagne sur coup franc. Un deuxième but de Bruno Bellone à la 90e minute consacrera définitivement la victoire des Bleus de Michel Hidalgo. Meilleur joueur de l’Euro, Michel Platini brandit le trophée attendu par tout un pays et accède dès lors au rang de superstar du football mondial. Il reçoit encore le Ballon d’Or européen en 1984 et 1985.
Après un dernier match contre l’Islande, Platini prend sa retraite internationale en juin1987. Il devient sélectionneur de l’équipe nationale un an plus tard en remplacement d’Henri Michel. Avec huit victoires en huit matchs, la bande à Platini réalise le grand chelem lors des éliminatoires de l’Euro 92 et poursuit 19 matchs sans défaite. Le tournoi final en Suède est cependant complètement manqué. Les Bleus de Platini rentrent prématurément à la maison, éliminés au premier tour, sans aucune victoire. Le sélectionneur démissionne dans la foulée en juillet 1992. Plus tard, il est coorganisateur de
la Coupe du monde de football de 1998 en France avec Fernand Sastre (président de
la Fédération française de football entre 1972 et 1984).

Consécration supplémentaire pour cette personnalité d’exception : en 1999, Michel Platini est désigné par le magazine France Football meilleur footballeur français du XXe siècle. Enfin, l’ancien n°10 français est élu président de l’UEFA le vendredi 26 janvier 2007 succédant ainsi au Suédois Lennart Johansson, à la tête de cette institution depuis 1990. (Source RFI) 

 

 

Source :
La Tribune n°403 

 

 




29052008

Qualifications CAN/MONDIAL 2010 : 

Sénégal décaisse 155 millions pour seul match alors que
la Mauritanie traîne encore le budget de 330 millions demandés par
la FFRIM
 

 

Pour les besoins pratiques du match Sénégal  - Algérie, l’État sénégalais  met les bouchées doubles. Une enveloppe de 155 millions a été décaissée et l’organisation confiée au comité de normalisation. Un test grandeur nature. Les administratifs mouillent le maillot de l’autre côté. Chacun joue sa partition. L’État, dans cette dynamique, n’entend pas être en reste. «Il a décaissé un budget prévisionnel de 155 millions pour une bonne organisation» de la rencontre devant opposer les Lions aux Fennecs le 31 mai. Du côté des organisateurs, on annonce une nouvelle touche tout en mettant l’accent sur la transparence. Les billets sont déjà commandés dans une société de la place. Du côté du marketing et du sponsoring, on se bouscule devant la porte. «Même les sociétés dont les contrats arrivent à terme ont formulé une demande pour prolonger le bail». «C’est le cas d’Orange. Le contrat expire le 8 juin, mais ils ont demandé de le prolonger. Promo consulting est dans les mêmes dispositions». «Plusieurs sociétés aussi se sont dites intéressées, les demandes viennent de partout !», s’exclame une source bien imprégnée du dossier. Mais, selon cette dernière, «pour le match contre Algérie tous les contrats qui ont été signés seront repris». Pour les besoins de ce match, l’organisation est confiée au comité de normalisation. «L’État va contrôler afin que tout se passe dans les règles de l’art». 

Si au Sénégal les choses sont entrain de rentrer dans l’ordre, chez nous rien ne va dans la gestion des Sports en général et du football en particulier. Le budget de 330 millions UM  demandé par
la FFRIM pour la couverture des matchs éliminatoires combinés CAN/MONDIAL /2010, traîne encore au ministère chargé de
la Jeunesse et des Sports. 

Comment dans ces conditions peut-on dire que l’Etat s’intéresse au football ? 
La FFRIM aurait des problèmes si rien ne sera fait d’ici quelques jours  même si elle n’inspire plus confiance dans la gestion des affaires, du moins dans la gérance de la presse sportive. Le favoritisme, l’illégalité, l’injustice  et l’immoralité ronge
la Fédération  depuis quelques temps. Et pourtant lors de sa campagne pour le siège, le président avait associé tous les journalistes sportifs. Pourquoi seulement maintenant
 

 

discriminer  certains journalistes au profit des autres pour accompagner l’équipe nationale de football et la couverture des  activités de
la FFRIM ?
 

 

 

L’international français Ibrahim Bâ prend sa retraite

 

 

 

Le milieu de terrain international français Ibrahim Bâ (8 sélections, 2 buts), à l’AC Milan depuis 1997 sans beaucoup jouer, a annoncé qu’il prenait sa retraite sportive mercredi 21 mai sur les ondes de la radio française RMC. « Oui, j’arrête ma carrière. Je vais travailler pour le Milan AC sur le continent africain en tant que recruteur. J’ai 35 ans, j’ai été blessé longtemps, c’est la bonne décision. » Révélé au Havre puis à Bordeaux, le joueur d’origine sénégalaise ne s’est jamais imposé en Italie et a multiplié les expériences non concluantes (Pérouse, Marseille, Bolton, Rizespor et Djurgarden, en Suède, où il aura joué son dernier match professionnel en 2005. Bâ faisait partie des six joueurs de la présélection écartés par Aimé Jacquet en 1998 avant
la Coupe du monde. « Je l’ai très mal vécu à l’époque. S’il m’avait rappelé, je ne serais pas revenu. Je n’étais pas là-bas pour attendre que quelqu’un se blesse. Avec Nicolas Anelka, on ne voulait pas revenir. On était tous dans la même chambre et c’est ce que nous a dit Aimé Jacquet à l’époque. Moi, ce que je vois, c’est que le sélectionneur n’était pas sûr de lui… » 

Afrique du Sud : retour de McCarthy en sélection 


L’attaquant vedette des Bafana Bafana, absent de
la CAN 2008 au Ghana, a été rappelé par le nouveau sélectionneur Joel Santana, qui a remplacé le mois dernier son compatriote Carlos Alberto Parreira. McCarthy, 29 ans, qui évolue aux Blackburn Rovers (1ère division anglaise), n’est pas le seul « ancien » de retour : la liste de 25 joueurs retenus pour le prochain Nigeria-Afrique du Sud, à Abuja le 1er juin en éliminatoires de
la CAN 2010, comprend également Delron buckley et Macbeth Sibaya. Qualifiée directement pour le Mondial 2010 qu’elle organise, l’Afrique du Sud doit néanmoins obtenir sa place pour la prochaine CAN, en Angola.

 

 

L’ES Sétif (Algérie) conserve
la Ligue arabe des champions 

 

 

L’équipe algérienne de l’Entente Sportive de Sétif (ESS), déjà championne en 2007, a conservé son titre en battant jeudi  dernier à domicile la formation marocaine du Wydad Casablanca 1 à 0, en finale retour de
la Ligue des champions arabes de football. Au match aller disputé il y a quinze jours à Casablanca, l’ES Sétif s’était déjà imposée sur le même score.
La Ligue des champions arabes, organisée par l’Union arabe de football (UAFA), oppose chaque année les meilleures équipes des championnats arabes.

En route vers Kigali, les  Mourabitouns  sont dégonflés à Dakar 

 

AS Douane double championne du Sénégal, a battu notre équipe nationale sur le score de 2-1 au stade Demba Diop vendredi à Dakar
 Le match a été interrompu sur demande des mauritaniens  par-ce qu’ ils ont eu beaucoup de joueurs blessés. Pourtant se sont les mauritaniens qui avaient ouvert le score par Teguedi d’un tir de 35 mètres à la 10ème  minutes de jeu. L’international mauritanien  joue à  Mouloudia Said première division algérienne. Teguedi s’est  montré  dangereux dans ce match amical. Les sénégalais ont égalisé par penalty par Alioune Badara.

1 -1 à la pose entre les  deux équipes.

A la reprise, les Gabelous inscrivent leur but à la 50ème  minutes. Ensuite  la rencontre est interrompue  sur demande des mauritaniens qui estiment avoir beaucoup de blessés.

SM 

 




Challenge Sidi Mohamed Abass, édition 2008

24032008

Challenge Sidi Mohamed Abass, édition 2008: 

 

 

Le lycée Zem- Zem vainqueur 

 

C’était le samedi 21 mars 2008 dans un  stade olympique de Nouakchott plein à craquer que les   lyciens de Zem-Zem ont remporté la quatrième édition du Challenge Sidi Mohamed Abass contre les poulains de Dahi Ould Taleb du lycée Salahdine sur la petite marque d’1 but à 0. 

Une finale de football qui restera longtemps dans la mémoire des Jeunes nouakchottois pour sa bonne  organisation, mais aussi pour  la belle prestation et la qualité de football pratiqué par les deux équipes finalistes. 

 

 

Il est 14h00 quand les gradins du  stade olympique se sont à moitié remplis. Le match est prévu à 17h30. Une heure plus tôt, il n’y avait plus de places. Que faire ?

A l’extérieur du stade, les policiers refoulent des gens qui voulaient entrer. Même des  invités venus en retard sont arrêtés et refoulés par les policiers. Ils ne voulaient pas rater cette finale très attendue. Alors, la tension monte entre eux et les policiers. Mais rien ne fera céder les forces de l’ordre qui semblent ce jour-là respecter les ordres.

A l’intérieur l’ambiance est exceptionnelle. Thiarthioura et ses amis en avaient la charge. Au rythme des tam-tams. On assiste  à des danses vraiment de toutes sortes. Avec des masques, ils se jettent par terre. Ils font des sauts. Ils se congratulent. Ils font des combats de lutte traditionnelle……

 

On n’oublie pas le président de
la CUN !

 

La chaleur de la finale est exceptionnelle. Une atmosphère rare.

Quand le présentateur DJ Edouardo plus connu au Sénégal qu’en Mauritanie, prononce le nom de Moulay Abass, les jeunes crient de joie. Certains n’hésitent pas à dire « oui, Moulay, c’est une perle rare ! » Sur la tribune  latérale droite, les jeunes chantent « Moulay ! Moulay ! Moulay ! ».

Certaines personnalités venues pour la circonstance n’en croient pas à leurs yeux. « C’est vraiment extraordinaire ». C’est une phrase que tout le  monde prononce.

 A  17h30, sur la pelouse, le ministre de
la Jeunesse et des Sports, le président de
la Communauté urbaine et le wali de Nouakchott viennent saluer les deux équipes. Auparavant  DJ Edouardo venu du Sénégal a  oublié de citer le nom du  président de
la Communauté urbaine  de Nouakchott dans sa présentation. C’est lui même, Ahmed Ould Hamza, qui va protester auprès de Moustapha président de la commission d’organisation du Challenge Sidi Mohamed Abass. Il devait suivre le ministre pour  saluer les joueurs sur le terrain.  Le ministre Mohamed Ahmed Ould Yarg s’arrête et regarde le président de
la Communauté urbaine de Nouakchott protester vigoureusement. La rectification a été vite faite. Et tout rentre dans l’ordre maintenant.  Ensuite l’hymne national accompagné de chants de la troupe artistique conduite par Selamy et Assane Moctar Fall, peut être joué. C’est une première là aussi.

 

Le ballon danse le Yéla

 

 17h38 minutes, coup d’envoi de la finale. L’équipe du lycée Zem Zem, forte de son succès en 2006, fait une pression sur son adversaire le lycée Salahdine qui joue sa première finale du Challenge Sidi Mohame Abass. A la 2ème minute de jeu, Zem Zem obtient son premier coup franc à l’entrée de la surface de réparation. Les défenseurs de Salahdine se bousculent avec les attaquants de ZEM ZEM mais le tir ne donne rien. Le public s’enflamme quand même puisque les jeunes démontrent un football agréable avec des dribles de qualité. La vitesse de leur course est impressionnante.

Moctar Abba qui porte le numéro 8 de Zem Zem fait régaler le public à  chaque  touche de balle. Incroyable joueur, il a une maîtrise parfaite du ballon. Dans la surface de réparation adverse, il sème à chaque fois la panique.  Son coéquipier Khaled Moctar, lui aussi, fait  danser  le Yéla (la danse pulaar) au milieu du terrain. 

A la 18ème minute, Moctar Abba, reçois le  ballon sur le coté droit à l’entrée de la surface de réparation sans se poser de questions, d’une reprise spontanée, le gardien de Salahdine est battu. Mais l’arbitre de touche estime qu’il y a hors jeu. Pourtant il ne l’est pas selon les observateurs. Le public siffle.

Le lycée Salahdine  n’en démord pas. Il  procède par des  contres très dangereux. Malgré tout les deux équipes sont envoyées aux vestiaires par l’arbitre central sur le score de 0-0.

Le saut  en  parachute  prévu à la pose, sera annulé à cause de mauvaises conditions météorologiques. 

Moulaye Abass et ses amis venus de France  ne sauteront  pas cette année. Le public sera bercé au rythme de la musique militaire pendant toute la mi-temps.

A la reprise, les poulains de Mohamed El Housseiny du  lycée Zem Zem, change de tactique. Ils  deviennent de plus en plus agressifs. Ils multiplient des occasions de buts sans parvenir à trouver la faille.

 

Pression sur Salahdine et but d’Abba

 

Le lycée Salahdine souffre à la défense mais n’encaisse  pas de buts. Les attaquants de Zem Zem manquent d’intelligence dans la dernière passe. Mais à  la 55ème minutes   Moctar Abba, encore lui, dans la surface de réparation  saute plus haut que tout le monde  pour la reprise d’un centre venu du côté gauche, d’une tête impeccable, il ouvre le score. C’est son 29ème buts dans le Tournoi Scolaire Sidi Mohamed  Abass. 1 but 0 en faveur  donc du lycée Zem Zem. Le public jubile.

Le lycée Salahdine  surpris, essaie d’égaliser vite. Ses joueurs se jettent dans  tous les ballons. Mais ses attaquants se buttent sur une défense adverse bien organisée. Dans les derniers instants du match, le lycée Salahdine domine ZEM ZEM sans parvenir à égaliser.

Le lycée Salahdine a finalement  perdu sans vraiment démériter. 1-0, c’est le score final du match en faveur du lycée ZEM ZEM. Le sélectionneur de l’équipe et son staff euphorique entrent sur le terrain. C’est son deuxième trophée du Tournoi Challenge Sidi Mohamed Abass après celui de 2006.

 

Le trophée a été remis au vainqueur par Madame Abass sous les applaudissements nourris du public.

Ensuite le ciel de Nouakchott a été rendu très beau par des feux d’artifice. En fin DISIZ
LA PESTE MAGIC SYSTEM de Côte d’Ivoire et les nationaux ont fait vibrer la jeunesse nouakchottoise au rythme de la  musique jusqu’à 23h00.

Rappelons que plus de 63 joueurs du championnat national de première et deuxième division, sont issus du Tournoi Scolaire Challenge Sidi Mohamed Abass.

Qui sera sur le podium l’année prochaine ?

Sy Mamadou 

  Source :
La Tribune n° 392  
 




Presse sportive en Mauritanie : Sept cent mille Ouguiyas détournés !

11122007

Presse sportive : 

Sept cent mille Ouguiyas détournés ! 

 

Une somme de 700 000 UM a été détournée des caisses du Trésor public la semaine dernière. Des confrères de la presse sportive sont soupçonnés d’être les coupables. La somme représente une subvention annuelle du ministère de la Jeunesse et des Sports allouée à la presse sportive. 

Au nom de tous les journalistes sportifs,  deux confrères sont  allés au ministère décharger un chèque de 700 000 avec leur  cachet.  Ce geste est qualifié de  criminel par des confrères qui se demandent comment des journalistes sportifs conscients  peuvent détourner une pareille somme au nom de tous… 

Les journalistes sportifs mènent  une enquête sur les modalités de ce détournement. Y a-t-il eu des complices au niveau  du ministère chargé de
la Jeunesse et des Sports ? Comment nos  confrères ont-ils pu décaisser facilement cette somme  destinée à la presse sportive ? Autant de questions que nous pouvons nous poser suite à cet acte. 

Un confrère a dit : « qui ne veut pas nourrir sa famille ? ».   

Que Dieu nous garde des traîtres ! Amen. 

Nous y reviendrons la semaine prochaine. 

 

Mamadou Sy 

 

Source :
La Tribune




ASC Mauritel et son président suspendus !

5112007

ASC Mauritel et son président suspendus ! 

 

 

Le Comité Directeur de la Fédération de Football la République Islamique de Mauritanie (FFRIM), a suspendu l’équipe de Mauritel pour 2 ans de compétition internationale. De même, le président du club, Mohamed Lemine Ould Ely est suspendu pour quatre ans de toute activité officielle de la Fédé. Motif : non respect des règles, entre autres. Ainsi, Mohamed Lemine Ould Ely ne pourra  participer aux réunions et rencontres officielles organisées par la FFRIM, ni à celles organisées par les structures  décentralisées de cette fédération sur toute l’étendue du territoire nationale. Il ne pourra non plus engager aucune signature d’acte adressé à la FFRIM ou à ses organes décentralisées ou spécialisés.

Une sanction d’autant plus sévère que le président de l’ASC Mauritel se voit interdit de vestiaires durant les matches organisés par la Fédération ou ses organes décentralisés ou spécialisés dans tout le pays. Il est en plus non éligible pour toute fonction officielle permanente ou ponctuelle à la FFRIM ou dans ses organes décentralisés ou spécialisés. En plus du non respect de ses règles à l’occasion de la participation de l’ASC Mauritel au 1er tour de la 5ème édition de la CL/UAFA/2007, la FFRIM reproche au président du club d’avoir failli à ses engagements consignés dans le cahier de charges régissant sa participation à ladite compétition. Au point 16 dudit cahier de charges que Mohamed Lemine Ould Ely avait d’ailleurs signé le 31 juillet 2007, il est stipulé qu’à l’occasion du déplacement de l’équipe à l’extérieur, la délégation doit, obligatoirement être présidée par un représentant du Ministère et comprendre un membre du Comité Directeur de la FFRIM, un journaliste et un arbitre accompagnateur, dont le choix relève de la Fédération. Or, Mohamed Lemine Ould Ely président de l’ASC Mauritel est passé outre, estime-t-on à la FFRIM.

 

 

 

 

 

 

Athlétisme national: 

 

Un athlète s’insurge…. 

 

 

 

Cheickna Sidibé un jeune athlète conteste vigoureusement la façon dont les athlètes mauritaniens sont sélectionnés pour participer aux championnats internationaux à la veille des jeux olympique de 2008  en Chine.  « Attention encore au  favoritisme, dit-il, qui  mine aujourd’hui l’athlétisme mauritanien, voire tous les sports nationaux. Aux championnats mondiaux qui se sont déroulés en Chine cette année,  nos représentants qui  ont été envoyés sans passer par un test  parce qu’ils ont  des amis et des parents  à la Fédération d’athlétisme n’ont rien pu récolter, estime-t-il. « Ils sont revenus bredouilles », poursuit-il. Pour éviter cela « l’ordre doit être rétabli dans la sélection nationale, » dit encore, ce jeune sportif de 25 ans qui se demande : « Un pays peut-il se construire sur le mensonge en favorisant les mauvais au détriment des autres  parce qu’ils ont quelqu’un bien placé ?»

Pour Sidibé le problème fondamental de nos sports se trouve être ses dirigeants qui ne s’occupent que de leurs familles sans se soucier de son développement.

Par ailleurs le jeune athlète demande aussi à ce que  le championnat national d’athlétisme soit désormais organisé pour permettre à notre athlétisme de se développer.

 Rappelons que Cheikna Sidibé  avait  trouvé  500 UM  dans son enveloppe de  troisième  place au championnat d’athlétisme euro mauritanien de l’année dernière sur 200m garçon. Une enveloppe qu’il garde toujours avec lui.

Mamadou Sy

 

 

 

Coupe du Monde de Rugby 

  

Communiqué des Fennecs d’Amoukrouz 

(L’équipe arc-en-ciel de Nouakchott) 

  

La vibrante coupe du monde de rugby en France vient de connaître son dénouement : le Trophée Webb Ellis retourne en Afrique 12 ans, après la première victoire de l’Afrique du Sud à Johannesburg. 

Il faut saluer le superbe parcours de cette équipe vert et or qui a porté haut les couleurs de
la Rainbow Nation. Après Nelson Mandela en 1995, Thabo MBEKI a soulevé la coupe au milieu de ses joueurs après 80 minutes de rugby total. La robuste et vaillante équipe d’Angleterre n’a pas su conserver son titre, acquis 4 ans plus tôt en Australie. 

La coupe reste donc aux mains des nations dites anglophones, même si l’équipe sud-africaine est majoritairement composée de joueurs afrikaners ou métis, dont la langue est l’afrikaans. 

Il faudra plus de volume de jeu et de capacité à gérer des confrontations à répétition pour permettre dans 4 ans aux nations latines (France bien sûr, mais aussi Argentine, fière troisième de cette compétition, et pourquoi pas l’Italie un jour..) de l’emporter face aux écuries des Tri-Nations (Australie, Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud) et de
la Rose. Il convient de noter que dans leur championnat régional respectif, l’Angleterre (coupe d’Europe, H Cup) et l’Afrique du Sud (super 14, de l’hémisphère austral) avaient déjà largement dominé le tableau final cette année.
La finale idéale, France – Afrique du Sud, n’aura donc pas eu lieu. Et les supporters décus des Bleus pourront toujours se consoler avec les Springboks en or. Car l’Afrique du Sud est « l’équipe australe la plus française » avec tous ces descendants de Huguenots (protestants français ayant fuit le Royaume après la révocation de l’Edit de Nantes au milieu du XVIeme siècle), aux noms bien gaulois, quoique déformés par plus de trois cents d’histoire : Rossouw (Rousseau), du Randt (Durand), du Plessis, Fourie, de Villiers (encore), du Preez (Duprès)…Soit un bon quart de l’équipe. Dommage que les commentateurs de TV5 Monde n’aient même pas effleuré ce sujet, trop méconnu. 

A Nouakchott, la verveur populaire a bien été au rendez-vous pour fêter ce moment historique de notre sport favori. Grâce à l’équipe du Centre Culturel Français Saint-Exupéry et de son nouveau directeur Philippe Debrion, les aficionados locaux ont pu, deux soirées de suite, vivre ensemble et intensément ces deux chocs : France – Argentine vendredi puis Afrique du Sud samedi. Un large public, majoritairement jeune et bigarré, s’est déplacé par dizaines. 

Espérons que cette victoire d’une Nation africaine dans une si illustre compétition suscitera des vocations parmi la jeunesse et permettra un renouveau du Rugby en Mauritanie. Que des Habana, des Steyn, des Montgomery, des Pietersen, mais aussi des Chabal, des Michalak et des Clerc grandissent sous le soleil du désert d’Amoukrouz.
La Mauritanie n’est jamais qu’à mi-chemin entre
la France et l’Afrique du Sud.
Alors pour continuer cette année Rugby, rendez-vous avec les Fennecs d’Amoukrouz tous les mardis soirs à 17h30 et les samedis matins à 9h00 sur l’annexe rugby du Stade Olympique. Une heure et demi de rugby familial pour le plus grand bonheur de tous, de 7 à 77 ans.

Pour toute information, consultez le site : 

http://fr.groups.yahoo.com/group/nouakchottrugby/ 

 







bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann