Les Echos de Mohamed Fouad Barrada

18032012

 

DHL international : Licenciement  en Mauritanie !
« Dehors  Monsieur le délégué, vous êtes persona non grata, martèle le directeur de DHL-Mauritanie à l’encontre de l’un de ces employés qui revendiquait  une doléance soutenue par ses collègues. Bien que DHL –Mauritanie réalise des chiffres d’affaires faramineux, les salaires ne couvrent point le strict minimum des besoins mensuels. Ça grogne  à DHL-Mauritanie, des employés exigent une augmentation des salaires et  une application stricte du droit du travail en Mauritanie. Selon eux si ‘‘vous êtes malades’’ plus de 10 jours, vous n’avez plus le droit à vos salaires en jours de repos médical, c’est à la caisse nationale de sécurité sociale  de vous rembourser, alors que selon le droit du travail, le salarié  qui souffre d’une maladie le privant de travailler devrait   continuer à  percevoir son salaire pendant 3 ou 6 mois et  au-delà de cette période la caisse nationale prendra en charge le paiement de ses ‘mensualités’ ». Ces  propos m’ont été transmis récemment.
Le directeur aurait dû outrepasser les limites ?
J’imagine  le pauvre licencié   déstabiliser et briser.  Le fameux délégué se trouve présentement en situation délicate,  sans emploi dans un pays étranger, il réclame la justice.
Je suis sidéré :   DHL- Mauritanie  est considérée, me semble-t-il, comme une petite entreprise. Son patron a réagi, pour ainsi dire, comme étant  jamais confrontée  à la moindre organisation syndicale.
Pourtant, un préavis de grève a été lancé par  les employés de DHL pour défendre leurs intérêts, toutefois, leur directeur s’est acharné contre le délégué de travailleurs  en le sommant  de quitter manu militari  le lieu de son travail,  en lui expliquant  qu’il est un étranger et qu’il devrait  avoir le droit qu’a un contrat à  durée  déterminée  prenant fin en avril prochain alors qu’il a déjà signé un contrat à durée indéterminée renouvelable sur la base du permis de travail octroyé  par l’inspection du travail. Celle-ci a livré  un permis en bonne et due  forme au délégué en question  depuis belle lurette.
Je ne peux guère, par ailleurs,  comprendre l’épisode de ce licenciement qui peut aboutir certainement  à d’autres licenciements touchant cette fois-ci des nationaux.



Les Echos de Mohamed Fouad Barrada

11032012

Nouadhibou ville écologique, économique et touristique ?
L’actuel gouvernement engagerait-il  un paradoxe par la création d’une zone franche à la fois  économique, écologique et touristique  à Nouadhibou ?  
Nouadhibou  presque- île  avec un climat quasi doux, représente incontestablement en  période d’automne une ‘‘orientation’’ des afflux  touristiques internes nationaux. Cependant, cette ville manque de toutes formes d’infrastructures urbaines pour accueillir les touristes externes venant des autres pays.
Une  nouvelle politique  s’inscrivant dans une perspective de l’aménagement du territoire a été déjà envisagée   depuis 2008, actualisée par les autorités en place,   en faveur de Nouadhibou, qui a été et demeure  la capitale économique du pays sans que des traces du développement économique y soient reflétées.  ’Manque cruel  de prospérité économique’, ville sale, désorganisée, elle   a été une  vache à traire. Et  les grands   opérateurs économiques étrangers et nationaux  invertissaient depuis longtemps  dans le secteur de la pêche sans effet, quant aux simples opérateurs de la ville et  les pécheurs artisanaux, ils   n’ont aucun soutien,   m’explique-t-on.         
Ville disposant du deuxième port du pays qui permet d’acheminer  le fer et le poisson à l’exportation. Cet avantage reste un handicap écologique. Car cette même ville n’est pas loin du banc d’Arguin qui  constitue, pourtant,  une  destination de milliers d’oiseaux ‘migrateurs’.  Le naufrage d’un navire  dans cette zone sensible peut déboucher sur une catastrophe écologique sans précédent.
Mohamed Ould El Kory, Directeur de la communication à l’ENER et coordinateur de la commission politique de l’UPR cité  par le site  Mauritanie 24  s’explique, par ailleurs, : «le Président de la République sera accompagné le 13 mars d’une dizaine de ministres pour les besoins des différentes inaugurations de nouvelles structures et projets de plusieurs dizaines de milliards d’Ouguiya au profit de la ville de Nouadhibou . Un record dans l’histoire de la Mauritanie et une bonne rampe de lancement pour le projet de la « Zone industrielle de Nouadhibou » qui offrira une plate-forme capable d’attirer l’investissement privé international tout en érigeant Nouadhibou en pôle d’excellence de développement économique et social »
 D’où des questionnements axés sur ‘la préservation de la biodiversité et de l’écosystème de ce pôle’.  
En effet, en économie de l’environnement deux choses sont  essentielles : « il s’agit du processus par lequel les agents économiques prennent des décisions qui ont des effets sur l’environnement et de  l’étude des politiques et des institutions à mettre en place pour préserver l’environnement ».  A la question  que recherche cette nouvelle  discipline, l’universitaire Martin YELKOUNI,  spécialiste en économie d’environnement,  argue   que « la plupart des ressources environnementales sont hors marché. Et l’économie de l’environnement et des ressources naturelles cherche à donner un prix à des ressources qui ne sont pas vendues sur un marché et de trouver les mécanismes afin que ce qui est  pris à la nature, lui soit rendu ». Il ajoute, ainsi, que «  le coût du changement climatique est égal  aux coûts des actions de prévention + coûts d’adaptation + coûts des dommages qui se réaliseront malgré la prévention et malgré l’adaptation ». En outre, « les évaluations monétaires des ressources naturelles, malgré leurs limites, orientent les décisions en faveur de l’environnent, est-ce durable ? Quelle alternative ? » S’interroge-t-il 
La non rationalité des ressources environnementales telles que la non préservation et  l’utilisation irrationnelle  des ressources halieutiques et  la  navigation des navires industriels sans que des mécanismes fiables de   leur contrôle soient mis en place   afin d’éviter des séquelles écologiques      nécessitent, à cet égard, une  remise en question  de décisions économiquement  étatiques. Une action   en faveur de la protection de nos  ressources non gratuites,  base essentielle du développement urbain  durable  et socio-économique  de la capitale économique qui se situe pas loin du banc d’arguin, représente un vrai défi, étant donné les politiques actuelles de création des zones franches essentielles pour la relance économique.  



Les Echos de Mohamed Fouad Barrada

4032012
Le calvaire  d’une divorcée
Lorsque des parlementaires  de la majorité ont  sollicité le Président de la République en vue  de  détenir des  passeports diplomatiques  (à eux et  à leurs familles) à l’instar des membres du gouvernement, sa  réponse  était   significative : aucune objection, néanmoins,  cessez, je vous en prie,  de multiplier les mariages, c’est-à-dire, il  faut un minimum d’équilibre familial[1] .  
Selon toute vraisemblance, les femmes mauritaniennes  divorcées en charge d’une famille  sont nombreuses, délaissées à leur propre sort, souvent en chômage, peu instruites et  moins qualifiées en grande partie   pour décrocher un job.  ‘‘Elles souffrent du divorce’’.   Et si elles travaillent ?
 Une femme  arguait : on nous a forcées à travailler à l’extérieur pour contribuer aux dépenses du ménage (voire matérialisme), ou pour subvenir à des besoins, donc les enfants et la maison ont été mis en 2ème place, faute de temps. Mais sommes-nous, hommes et femmes plus heureux de cette situation – cette question restera toujours sans réponse définitive, car elle changera au fil du temps-.  Et pourtant nos femmes cherchent  de plus en plus  la  liberté. Elles  sont souvent dehors !  Elles cherchent  par tous les moyens des mécanismes de vie plus ou moins adaptés aux exigences de la famille. Représentant plus de 51% des mauritaniens, elles sont, semble-t-il, dans l’obligation de travailler ou…
Pour plaire  aux ‘dames’, aux bailleurs de fonds aux…, une discrimination positive ‘législative’ du pays  leur accorde  plus de 30%  de postes de responsabilités électives. A qui profite cela ? À l’équilibre ethnico-tribal du système ?  Aux  femmes de tel ou tel chef de tribu   ou aux femmes, filles, cousines  d’un  haut responsable ou amis d’un haut gradé de l’armée  … ? 
Une chose est sûre, en Mauritanie, le gouvernement, l’opposition, les groupes de pression tribale relèguent   l’équilibre sociétal du pays au second plan. C’est dire, homme-femme, la protection de la famille, les obligations des uns et des autres pour préserver et  la pérennité et la solidarité de la petite cellule familiale, ‘indépendamment’ de la pression des parents, de la tribu, de la vision  de l’autre ou les autres.
***
En ce mois de mars, mois des festivités des femmes instruites et activistes, j’évoque une illustration, un calvaire d’une  divorcée[2].
En effet, environ minuit, à côté d’une boutique de l’un des  quartiers périphériques de Nouakchott, elle s’accroche à une partie de mon boubou  en me disant vous devriez m’écouter. Après une journée de travail épuisante, je voulais me débarrasser d’elle. Niet Monsieur, me rétorquait-elle, vous devrez m’écouter. 
Aussitôt, je me suis plié  à ses exigences. Il s’agit là, d’une  femme correctement habillée, elle était entourée par une petite foule composée de ses voisins, tous contraints à l’écouter. Elle confirmait, qu’elle a demandé à son ex-mari de lui donner de quoi payer un loyer avoisinant les 40 mille et que cette fois-ci sa ‘‘réplique’’ était négative. La femme en question  semble  assurer le fonctionnement de son foyer. Elle a, entre autres, comme charge une fille à la quinzaine, celle-ci malgré son âge, passe une grande partie de son temps à l’extérieur du ménage, elle a déjà dérobé deux véhicules.  
Derrière cette petite famille toute une histoire, pleine  d’antagonisme. Après un divorce, le degré extrême de la jalousie affectait la ‘conjointe’ qui devient subitement délaissée à la merci de ses créanciers, sans époux, ni travail. Il faut le reconnaitre, en apparence, elle ne  représente aucun symptôme de folie, toutefois, c’est au cours de la discussion que vous vous rendez compte qu’elle dévoile des vérités  arrangées dans un discours parfois incohérent. 
« En Mauritanie, les femmes sont dans l’obligation de soutirer de l’argent, par n’importe quel moyen, elles ne peuvent plus survivre. Elles ne sont plus à l’abri de la catastrophe. L’autre jour un jeune homme voulait violer ma fille. Dés lors, j’ai déposé une plainte contre lui, mais,  enfin de compte, je me suis rendue à l’évidence qu’il est de bonne famille, ce qui m’a incité  à renoncer à l’infraction dont on a été victime», martèle-t-elle avec une spontanéité extraordinaire, avant d’ajouter, « certes, ma fille a pris la voiture d’un voisin, elle a fait un tour. Cependant, elle a déjà averti celui-ci qu’il n’a pas le droit de s’arrêter devant notre maison. Tant pis pour lui ».  
Elle poursuit dans un délire appuyé par des revendications ‘bienséantes’. Les temps sont durs, il faut que les associations des droits de l’homme et celles de la protection des familles se mobilisent pour m’aider.  
Ainsi, une autre partie de son discours extériorisait ceci : j’ai démoli mon téléviseur après un rêve  cauchemardesque. Raisons invoquées : chasser une malédiction pouvant toucher la patrie et le président de  la République.
Pourtant, « mon téléviseur était comme un frère, une fille obéissante, une mère », annonce-t-elle, amèrement. 
En somme, ce cas n’est point  dénué de tout fondement. Il est révélateur d’un message, implicite, bien qu’adressé par une inconsciente, il interpelle tout un  chacun.  
 m_barrada@yahoo.fr 


[1] D’après des sources journalistiques
[2] Les échos de Mohamed Fouad Barrada du  3/O5/2010



Les Echos de Mohamed Fouad Barrada

20022012

De l’emploi  en Mauritanie

Le salon de l’emploi vient de voir le jour en Mauritanie.  Une initiative  à encourager certes, mais dont le mécanisme me semble difficile à mettre en place dans  un pays qui tend vers l’anéantissement de la classe moyenne et son pouvoir d’achat.  Sans épargne, il n’y a pas de développement, d’où la très délicate question de la relance économique  et la place des pauvres sans compétences, ou sans diplômes  dans la reprise.

A en croire  les organisateurs  dudit salon, celui-ci   vise « à rassembler les acteurs en matière d’emploi et de recrutement et à encourager la rencontre entre les employeurs et les spécialistes ciblés, à favoriser l’organisation de sessions de formation, la promotion de la formation professionnelle et technique en tant que moteur essentiel pour la dynamisation de l’emploi et la promotion des compétences locales auprès des sociétés internationales, la promotion de l’auto emploi, la création de petites et moyennes entreprises, la facilitation du mouvement des cadres professionnels au sein des sociétés et à contribuer à la conception et à l’accompagnement de l’exécution de la stratégie nationale d’emploi, à valoriser les potentialités de la Mauritanie et à renforcer le partenariat entre les secteurs public et privé »( ami.mr). 

Voilà un bon discours ! « S’il est réellement concrétisé !? »

Il faut, d’abord,  revenir sur  la définition des critères de la pauvreté chez nous et la capacité de notre économie nationale à absorber les chômeurs.  

Cette capacité  est,  sans contraste,  biaisée par la  situation de guerre imposée par l’insécurité dans les zones sahélo- sahariennes. Et la lutte contre la gabegie et la  rationalité des ressources, leurs orientations, l’indépendance de la  justice, demeurent-elles   l’épine dorsale  de la mise en place  d’une vraie stratégie d’emploi ?  

Deux axes, cependant, à valoriser : le premier est celui de la qualité de l’enseignement  professionnel et académique, quant au  deuxième c’ est incontestablement l’action gouvernementale   permettant d’insérer  les chômeurs et de  suivre leur productivité.

L’expérience  de l’agropastoral  dans la zone  de « chemama »  qui a permis  l’insertion de plusieurs chômeurs à la recherche de l’emploi en  est la seule initiative, pour le moment,  que l’on peut juger juste.

Ainsi, «  étant donné que 24,6 % de la population mauritanienne  s’occupe du commerce[1],  une  structure commerciale qui réalise un chiffre d’affaires dépassant les 2 millions d’ouguiyas peut  bel et bien être dans l’obligation de tenir une comptabilité même si elle n’est pas soumise au régime réel d’imposition (25% du bénéfice pour une  société qui réalise un chiffre d’affaires au delà  de 3 millions). Ce qui permettra, tout simplement, d’insérer un bon nombre de demandeurs d’emploi.  

En gros, soumettre les entreprises nationales  et étrangères à des mécanismes  plus réfléchis d’insertion des chômeurs tout en les insistant à investir représente  la clé de voûte pour relancer les activités économiques. Il faut, néanmoins, alléger les procédures de création des entreprises tout en luttant  contre la fraude fiscale et ‘l’informalisation’  des unités de création d’emploi ». (NDR)

[1] Ce chiffre est issu d’une étude sur  la carte des potentialités de création d’emplois en Mauritanie, restituée pour validation au cours d’un atelier  tenu  le jeudi 8 avril 2010 à Nouakchott. 




Les Echos de Mohamed Fouad Barrada

15022012

 

Les insultes !

Je rebondis, cette fois-ci,  sur  une situation  que j’ai déjà analysée sous forme d’assommoir décrivant une forme d’esclavage moderne  et amère entrainant s’il atteint un seuil critique des révoltes populaires dues à une frustration socio-économique, voire culturelle . Et si votre supérieur ou quelqu’un d’autre vous insulte ?    

Bizarrement, quelqu’un m’avait  suggéré, par ailleurs,   ceci : Il me disait, implicitement, avec un jeu de mots formidable si tu arrives à supporter ce que je dis, tu gagneras un point qui est à la fois réel et imaginaire, sinon tu risques de perdre la partie. Face à ce jeu du hasard amusant pour les uns, étrange pour les autres, je me trouve pourtant confronté à décliner cette offre sans pour autant contrarier le meneur de ce jeu qui confond entre réalité et fiction. 

Je m’en ressentais aussitôt en situation perplexe : être ‘assujetti ’ à ce jeu sans pour autant accepter de le jouer. D’où l’unanimité ou le désaccord qui sous-entend le puzzle en question. Il s’agit bien, si j’ai une bonne interprétation de l’événement, d’un ensemble qui forme, selon mon interlocuteur, un système composé assurant la maitrise de soi-même sous l’ordre, bien sûr, de la complexité de la réalité sociale du maître du jeu. 

Voici en gros les questionnements du fameux ‘assommoir’ tels qu’ils sont avancés : Si quelqu’un, ou quelqu’une, ‘‘vous adresse une  injure’’ quel sera alors votre réaction proactive ? 

Le principe est simple : dans ce jeu, vous êtes testés pendant une période x en vous créant des tensions avec des individus connus et inconnus. C’est une sorte de camera cachée pas tout à fait inconnue dont la victime arrive difficilement à distinguer le vrai d’avec le faux. 

Certes, venant de quelqu’un que vous aimiez ça sera blessant, voire choquant. Néanmoins, s’il s’agit d’un jeu le mieux est d’être indifférent. Et si votre vie est, dans un moment ‘t’, soumise à un jeu de hasard, telle que la domination, quelle sera, dans ce cas délicat, votre aptitude ?

La réponse me semble évidente : 

Vous avez le choix entre deux options qui ne sont guère agréables, cependant, complémentaires. La première consiste à surpasser la transmission des messages aléatoires qui renforce la domination du joueur, quant au second phénomène, ces messages, qui ont une apparence aléatoire tendent vers un seul but : la ‘destruction’ ou la consolidation de l’intérêt du dominant qui est souvent égocentrique. 
C’est exactement ce qui se passe en grande partie dans notre vie réelle. 

m_barrada@yahoo.fr




Les Echos de Mohamed Fouad Barrada

8022012

Le bonheur au 21ème siècle ? Les Mauritaniennes sont-elles heureuses ?

« Au sujet d’une discussion sur l’anxiété on me fait savoir selon les statistiques de l’un des centres de santé de Nouakchott, qu’en grande partie des femmes mauritaniennes souffrent d’anxiété plus que les hommes » (NDR).  Les femmes sont-elles susceptibles plus que les autres ? Ou la société les rend plus malheureuses ? Question sans réponse pour le moment !

Qu’est ce que le bonheur ? Une question que je me suis posée par ailleurs en guise de réaction sous forme d’une chronique.

Pour certains cette question est destinée  aux pays développés, pour les uns  la perception du bonheur  dépend  de la culture, de la religion de…   et pour les autres le bonheur est la manière de positiver le présent.

Ainsi, une demoiselle m’avait dit en toute spontanéité que le bonheur c’est elle. Ce qui sous-entend d’après elle toujours que tout le monde est heureux. Est-il question d’une forme d’anxiété, d’oisiveté, de (…) voilée sous d’autres formes ? Ou s’agit-il tout simplement d’une façon de parler « d’un sujet » qui touche tout un chacun sans pour autant dévoiler le fin- fond de sa pensée.

Je vous livre  subséquemment   des commentaires  parmi tant d’autres  qui m’ont été adressés récemment    au sujet  du bonheur et  je vous en souhaite bonne lecture.

*« Étymologiquement, le mot bonheur vient de l’expression « bon eür », Eür est issu du latin augurium qui signifie ‘‘accroissement accordé par les dieux à une entreprise’’. Selon Nietzsche, le bonheur est:

« Le sentiment que la puissance croît, qu’une résistance est surmontée »…

Nous vivons dans un monde où la notion du bonheur est biaisée, qu’est ce que le bonheur au 21ème siècle ?

Avec la nouvelle technologie, nous cultivons le bonheur virtuel, nous avons jusqu’à 200 amis sur Facebook sans jamais avoir rencontré un seul de ces « amis », notre confident est notre ordinateur et notre compagnon est notre GSM…

Chaque individu a sa propre définition du bonheur, selon son appartenance sociale, sa région, sa religion, sa culture et le moment qu’il vit…

C’est un état d’esprit, nous y logeons nos belles pensées et notre vécu du moment.

Ma collègue Marie  vient de me dire que pour elle, «  le bonheur est la liberté de ne pas penser au temps, vivre sans contrainte », car c’est une créatrice, une artiste qui a besoin de temps pour imaginer et créer.

Le bonheur, peut-être un moment, un instant, un sourire, un regard, un achat ou autre….

Nous ne pouvons ni quantifier ni matérialiser le bonheur, le bonheur n’est pas intemporel !!!Le bonheur peut-il être une fin en soi ? Et si on courrait après une chimère ? Il y’a peut-être des gens qui ne veulent pas le vivre.

Et toi, mon cher Mohamed, c’est quoi le bonheur pour toi ? Moi qui te connais si bien, je peux dire aux autres que c’est l’écriture, ta soif du savoir. » (Viviane Barron)

 * « En tout cas, l’Islam a réglé de façon très explicite les problématiques du bonheur et de la santé ; en réalité, la voie du bonheur se confond avec celle de la santé mentale et passe par l’assiduité dans la prière, la croyance à la réalité du châtiment divin, la chasteté, le respect des engagements, la fiabilité du témoignage et l’éthique dans la gestion des dépôts confiés [(Cor. 23: 1-11 - Les Croyants - Al-Mu'minûne);(Cor. 70: 19-35 - Les Voies d'Ascension - Al-Ma'ârij)] (Mouhamadou Bamba Ndiaye  du coin des philosophes Facebook ).

* « Oui, le degré du bonheur de l’homme se mesure à sa capacité à avoir la foi et à la conserver. Moi je poserai plutôt la question de savoir si la félicité est le summum du bonheur? Cette félicité là peut-elle être atteinte dans le monde ici-bas » (Kissima Diagana Idem)

* « Le bonheur, je ne sais pas s’il existe .Mais d’après Deyloul l’Homme heureux est celui qui n’est pas malade et qui n’a pas de malade (Mariya Traoré sic). 




Les Echos de Mohamed Fouad Barrada

6022012

 

Êtes-vous heureux ?

Qu’est ce que le bonheur ? Qui est heureux ?   Voilà des  questions sans réponses exactes, chacun les appréhende  selon sa vision. Et «  quand on a demandé au Dalaï Lama qu’est-ce qui le surprenait le plus au sujet de l’Humanité , il a répondu :  l’Homme , parce qu’il  sacrifie sa santé  pour l’argent  ensuite  il sacrifie  tout son argent  pour recouvrer  la santé . Par la suite, il est tellement  anxieux au sujet  du futur qu’il ne profite pas  du moment  présent. Le résultat  est qu’il   vit  comme s’il  était immortel et il meurt n’ayant jamais  vraiment vécu »  (message   transmis par une amie chère, très chère).

La semaine passée au sujet  d’une discussion sur l’anxiété  on me fait savoir selon les statistiques de l’un des centres de santé de Nouakchott, qu’en grande partie des femmes mauritaniennes souffrent d’anxiété plus que les hommes.

Dans le même ordre d’idées un acteur de la société civile avait expliqué  solennellement au cours d’un colloque sur la santé mentale que les schizophrènes sont les plus heureux, ils sont dans  leur  monde excellent, loin des contraintes socioculturelles et  le regard  destructeur de l’autre. En quelque sorte « l’autre, c’est est l’enfer ».

 Il a été aussi dit  au sujet du bonheur :

« Qu’il est individuel, il demande  une prédisposition individuelle. Un homme  qui jouit  du bonheur  doit être  enfermé sur lui-même.  Il est  soutenu par une dose solide  d’égoïsme (ou ce  qu’on nomme ainsi), par de l’indifférence  pour le malheur des autres ou  pour le souci des autres. Aimer ne donne pas  le bonheur  mais du souci … ne pas aimer  ne donne  pas  le bonheur  non plus ( …) D’ailleurs  le bonheur  est médiocre (…).  Aucun jeune marié  n’est heureux plus de trois jours : si tu  veux être  heureux un jour , saoûle-toi , si  tu veux être heureux  trois jours , marie toi, si tu veux être  heureux toute la vie , fais toi curé, dit un proverbe normand, je crois faux d’ailleurs car les curés ne sont  pas heureux (…)

Il  y a peut-être, une sorte  de bonheur dans le dépassement  du bonheur et du malheur »  (Vu par Eugène Ionseco , le nouvel observateur 3 /9 septembre  1973).

Et Alain Krivine  d’expliquer  que pour vivre  heureux, il faut vivre  debout (Idem).    Le bonheur est-il  donc aussi la vertu ?  

A mon avis, il réside dans l’harmonie cœur -esprit sous l’égide de la vérité. De quelle vérité s’agit-il ? Laissons la question ouverte. Pour maîtriser l’immaîtrisable, c’est-à-dire dépasser l’anxiété,  la formule se trouve dans des formes d’équilibre plus au moins acceptables. Certes, la prière est un régulateur indispensable dans notre religion. Cependant,  l’équilibre qui échappe malheureusement à beaucoup d’entre nous, se manifeste par le  fait d’aimer à soi- même ce que nous aimons aux autres. « C’est ainsi qu’on trouve le cœur de la religion (la paix avec soi même et la prospérité sociale) »(NDR).

m_barrada@yahoo.fr




Les Echos de Mohamed Fouad Barrada

30012012

 

La maladie mentale en Mauritanie
Je reviens cette semaine   sur la question de  la santé mentale chez nous.  Je l’ai déjà écrit et je  le répète une  fois de plus :   « les malades mentaux en Mauritanie  sont, pratiquement,  exclus de tout accompagnement, de tout soin.  Leur  situation est dramatique pour ne pas dire catastrophique. Ces malades,  qui ignorent, pourtant,  tout sur leurs maladies,  sont  à la merci de la destinée des inconscients-conscients. Etre atteint d’une maladie  mentale  dans cette partie du globe,  c’est être  condamné à vivre  l’état de la domination de l’inconscient  loin de l’œil visible des voisins ou du professionnel,  et si  cet état mène vers  l’agressivité, la solution serait , tout simplement, de  ‘lâcher’ le patient  errer dans la nature ou plutôt dans  les rues et les avenues des grandes villes, après, bien sûr, que les  charlatans en soutirent des gros montants  ou quelques  sous  auprès de la famille du ‘sujet’ .  D’autres parents plus inhumains, notamment comme ceux  qui ont  déjà   délaissé, après leur déménagement, leur patient, abandonnent, eux aussi,   vraisemblablement  des   malades  enchainés dans des  maisons sans nourriture, ni boisson  pendant des jours et des jours.  
Subséquemment,  un fait marquant,   fut  signalé, se manifestant par une ‘phénoménologie’ de la  folie  affectant   toute une famille : le père, la mère, les enfants. Tout ce monde est touché, malheureusement,  par un déséquilibre mental. Il s’agit là, d’un arrêt sur une situation bouleversante  voire révoltante interpellant  tout un chacun ». 
En effet, un colloque  sur la  santé mentale sera organisé  cette semaine  sous le thème «  lien entre maladie  organique et trouble psychique. Rôle des différents acteurs  dans la prise en charge.  » Il  met l’accent sur les mesures que les  acteurs étatiques et non étatiques  peuvent adopter pour  une meilleure  offre de soins en matière de santé mentale pour les citoyens de la ville de Nouakchott.
Les chiffres montrent  que   « sur l’ensemble du pays, on ne  trouve  que 4 psychiatres  et 10  psychologues pour une population de plus de 3 millions d’habitants. Ainsi, il existe une réelle insuffisance de dépistage, de diagnostic, et de prise en charge de l’adulte (+ de 18 ans) ».
Malheureusement, la maladie mentale conserve encore un caractère honteux, et bon nombre  de familles mauritaniennes  hésitent à faire   soigner dans les  hôpitaux  spécialisés leurs patients  quand ils ont un problème de santé mentale. Et ces patients sont souvent marginalisés, délaissés à leur propre sort, mal traités.  Pire, étant donné leurs maigres  salaires et leurs charges familiales, dans les lieux de travail, un grand nombre d’employés, souffrent, semble-t-il, de trouble psychique.  Quelle productivité alors ?
m_barrada@yahoo.fr

 




Les Echos de Mohamed Fouad Barrada

18012012


Réponse  à Maryam Brodowski : Prostitution en Mauritanie !

Ma dernière chronique ‘‘libertinage en Mauritanie’’,  a suscité des réactions, ‘voire’ des réponses. Le sujet est complexe  dans un pays qui peine à se retrouver dans un monde  à la fois mondialisé et agressif.

Tout récemment, une initiative dénommée « Non à la dépravation des mœurs »  a été créée. Elle est constituée des jeunes  demandant aux autorités mauritaniennes de mettre en place  une police des mœurs pour lutter contre la prostitution à Nouakchott.

L’initiative lutte également   à ce que l’enseignement de l’instruction civique soit revalorisé. C’est une  manière à mon avis brusque de traiter  la dépravation des mœurs. Et j’évoque, dans cette perspective,  l’un des commentaires intéressants    qui m’ont été adressés dont voici  une partie : Le plus vieux métier au monde  est prohibé chez nous en Mauritanie.  « Et ceux qui le  pratiquent sont considérés comme des criminels devant la loi.

Ceci dit, je m’en vais aborder sa dimension humaine et ses aspects sociaux en Mauritanie.

Lorsqu’on parle de prostitution chez nous, les premières réactions enregistrées, outre l’air concupiscent entendu, ce sont des airs de mépris ou d’outrance qui se manifestent très souvent et rarement  par un air de compassion.

Or parler de prostitution, c’est d’abord parler de dignité humaine, d’exploitation, de misère, de maladies sociales, d’injustice…

Parler de prostitution, ce n’est pas afficher le cliché d’une femme débauchée, aguichante, (souvent étrangère) qui vend son corps pour son plaisir ou par vice … qu’il faut à tout prix bannir, punir ou renier.

Parler de la prostitution c’est d’abord parler d’un échec collectif, l’échec d’une société, d’une communauté à offrir à ses membres le minimum requis pour vivre dans la dignité : un accès aux soins de santé, à l’éducation, à l’emploi et à un cadre de vie respectueux et respectable.

 Si de surcroit cette société se dit musulmane, pratiquante des principes d’équité et de justice, l’échec est d’autant plus cuisant et retentissant.

Généralement, lorsqu’on parle de prostitution chez nous, on incrimine tout de suite, sa première victime, le maillon faible de la chaine : la femme. Tout en oubliant allègrement que la prostitution, comme la corruption, interpellent  un donneur et un receveur. On « oublie » de parler des hommes, principaux consommateurs, principaux instigateurs, principaux responsables devant Dieu et devant les hommes de leur gynécée.

On oublie très souvent que si la femme a recours à cette pratique humiliante, dégradante et hautement risquée pour elle, c’est que son environnement immédiat y est pour beaucoup : une famille démissionnaire, un tuteur crapuleux, une société pauvre, malade et plus généralement en déperdition des valeurs de solidarité et d’humanité… ».

 Je reviens, cependant, sur l’article de ma chère Maryam Brodowski-Bâ, lorsqu’elle dit  « sur ce  thème,  j’aurais  été bien inspiré de m’éloigner des idées toutes faites, des jugements arbitraires et aurais  dû  avant d’aborder un domaine aussi sensible, faire ce que la très grande majorité des journalistes ici ne font pas : ‘‘ rechercher sérieusement !’’ » Il ne s’agit point d’une investigation, il s’agit tout simplement  de dire qu’il est question  d’une réalité construite selon la perception que l’on  a de la chose perçue  et votre perception se manifeste, partiellement,  par  votre expérience explicative  de la chose expliquée.

Pour être clair,  je suis contre  toute forme d’exploitation et je n’aime pas que la femme soit réduite à l’état d’objet.  Les causes sont là, et les effets  sont  têtus.   Je vous cite et je partage votre point de vue surtout  lorsque vous disiez  que  « la prostitution a des ressemblances avec la descente aux enfers… Celle ou celui (car elle est loin d’être uniquement féminine) qui se laisse aller sur ce terrain a peu de chance d’en ressortir. Et que sur la base de votre expérience avec la brigade des mœurs dans une grande ville allemande   vous en confirmez que parmi ces femmes  vous  n’en avez  trouvé qu’une qui faisait ce métier par « appétit sexuel » ! Toutes les autres sans exception avaient commencé parfois très jeunes par …  Amour… Elles avaient, et le canevas était toujours le même, rencontré un homme séduisant, tendre, affectueux, généreux qui leur avait accordé, tout d’abord tout ce qu’elles souhaitaient. Bel Appartement, vêtements de rêve, bijoux, fourrures… Elles se croyaient au paradis et bien entendu étaient follement amoureuses. Lorsqu’ils estimaient avoir suffisamment investi, ils jouaient la comédie de l’effondrement financier, se tordaient de désespoir car ils « risquaient la prison » et expliquaient à leurs jeunes amoureuses que seules elles pouvaient les sauver ! ». C’est le cas de l’Allemagne,  un pays développé qu’on peut en partie transposer   sur …

En effet,  si la pauvreté se joint  à l’effet pervers « du monde du spectacle » la conséquence sera dramatique, dans une société dominée par une jeunesse à la recherche de l’emploi et je ne dis pas la recherche de  l’occupation au sens subjectif de la chose. D’où un  faible taux de stabilité familiale  conjugué bien sûr par un fort taux de divorce dû simplement au déséquilibre   qui se manifeste souvent par la charge familiale ou la recherche d’une stabilité auprès d’un autre partenaire, ou…

Certes, le maillon  faible est la femme, mais la femme c’est en quelque sorte le fondement de l’équilibre de la nation. Que faire alors ?

Sur ce je vous souhaite bonne journée.

m_barrada@yahoo.fr





Les Echos de Mohamed Fouad Barrada

15012012

 

Libertinage en Mauritanie ?

Nous vivons depuis  des décennies  une situation chaotique qui ne cesse de s’amplifier et débouchant  bien évidement sur une destruction des ‘mœurs’. Mais la morale dépend, pour ainsi dire,  de notre perception de la  chose perçue.  Et celle que nous avons-la perception- est spécifique à une culture qui tend  à s’adapter avec ‘‘le monde du spectacle’’. Il était dit, que « l’adaptation est la meilleure des choses », elle est beaucoup plus meilleure que l’intelligence si elle  n’est  pas l’intelligence elle-même.  

Un mécanicien m’expliquait que durant  des nuits  de travail de  taximan, pour joindre les deux bouts, car  les temps sont  difficiles,  a fait connaissance des clientes liberticides.   En écoutant  leurs conversations,  il  en a  retenu ceci : la rente journalière de chacune d’elle  avoisine les  25.000 ouguiyas. Il s’agit là d’une manière de  s’adapter aux exigences de la mondialisation et de la  satisfaction des besoins instinctifs et des besoins parfois moraux : soigner un malade, éduquer   des enfants …

Voilà un commerce informel au contour imprévisible qui se multiple de jour en jour, sans que des intervenants associatifs, soient-ils, ou étatiques abordent   ni les causes,  ni les effets. Ils s’attaquent solennellement   aux conséquences sans pour autant toucher  le bât  qui blesse.

Dans notre ère, l’être humain est devenu inéluctablement une valeur d’usage. « La confusion  est telle  qu’il est, à cet égard, un objet par son attraction à la chose  matérielle qui conditionne sa vie, voire sa survie » (NDR).

 

De fait, la population mauritanienne majoritairement jeune et masculine à 49%, risque de provoquer un vrai  déséquilibre social si ce n’est pas déjà le cas, et    selon un anthropologue «l’animal le plus dangereux sur la planète est humain mâle sans partenaire sexuel, âgé entre seize et vingt-quatre ans.»

Une transposition de ce constat sur la réalité de la jeunesse mauritanienne nous permet de craindre le pire. Celle-ci représente désormais 77 % de la population. Et le taux de chômage qui  est officiellement  de 33 % frappe plus particulièrement cette jeunesse. La capacité d’absorption des diplômés est quasi inexistante. Et cette jeunesse est majoritairement célibataire. Elle ne bénéficie presque plus de la solidarité communautaire. Elle demande des emplois. Elle est déçue et désœuvrée. D’où l’animalité des comportements qui poussent vers  la décadence et le nihilisme. Ainsi,  ceux  qui travaillent n’ont aucune vraie  capacité de fonder une famille équilibrée.

Le côté animal de l’homme s’imposera alors  tant que l’environnement psychosocial  n’est pas favorable.  Et c’est ainsi que le plus ‘‘ancien métier’’ se formalise  selon  une perspective d’adaptation instinctive dans une société jugée  islamique voire traditionnelle.

m_barrada@yahoo.fr







bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann