• Accueil
  • > LE VRAI VISAGE DU PROPHETE DE L’ISLAM

LE VRAI VISAGE DU PROPHETE DE L’ISLAM

MOHAMMED 

 

                             

                                                                             Par Moussa Hormat-Allah 

                                                                    ancien professeur à l’ENA de Rabat 

 

 

Fruit de plusieurs années de recherche, ce livre a été écrit en réaction à l’islamophobie ambiante. L’islam et son Prophète sont l’objet d’un dénigrement systématique sur fond de clichés et de stéréotypes éculés qui n’ont rien avoir avec la réalité. Une vision réductrice, délibérément axée sur l’amalgame et la désinformation. Le présent ouvrage se veut avant tout un éclairage objectif fondé sur une vérité non tronquée pour pallier cette déformation des faits. 

 

Dans l’introduction nous établirons un parallèle entre l’islam et les deux autres religions monothéistes. Nous mettrons en exergue l’inaltérabilité du Coran qui a été garantie par Dieu Lui-même après la manipulation des Ecritures antérieures. En revanche, nous montrerons précisément, preuves à l’appui, que beaucoup de passages de la Bible et de l’Evangile ont été manipulés, falsifiés, des fois même inventés de toutes pièces pour donner plus d’arguments à un enseignement liturgique que les docteurs de la loi voulaient récupérer à leur profit. Ainsi, il y a plusieurs bibles et plusieurs évangiles. La parole de Dieu a été manipulée, travestie. Mieux encore, ou plus grave encore, la main malveillante de l’homme a été jusqu’à rendre les deux parties d’un même texte antinomiques. En effet, des contradictions de fond existent entre les deux parties de la Bible (l’Ancien et le Nouveau Testament). Naturellement, il ne s’agit pas ici de partir en guerre contre le judaïsme ou le christianisme mais de rappeler une vérité élémentaire. 

 

Dans le corps du développement, nous aborderons dans une première partie de façon succincte la vie du Prophète. Puis nous essayerons de familiariser le lecteur avec le premier cercle autour de l’Envoyé de Dieu, en commençant par son entourage immédiat: ses épouses et ses compagnons. Nous nous intéresserons ensuite à un aspect souvent occulté par les biographes du Prophète à savoir le rôle qu’il a joué en tant que chef politique et militaire. 

 

Le Prophète et les problèmes de société   

Pour tordre le cou aux clichés, stéréotypes et autres idées reçues que les détracteurs de l’Islam mettent en avant pour justifier leur aversion pour la religion musulmane, nous consacrons cette deuxième partie du livre pour traiter d’un thème essentiel largement galvaudé et qui reste, somme toute, mal connu en Occident : Le Prophète et les problèmes de société notamment la condition féminine, les peines expiatoire, les minorités, l’esclavage, la lutte contre la pauvreté et l’exclusion, la protection du consommateur, l’écologie…Sans oublier la lutte contre l’insalubrité et les problèmes de santé. En somme tout ce qu’on désigne aujourd’hui sous l’appellation : les problèmes de société. 

 

Tout cela a été minutieusement étudié et codifié. Puis mis en application souvent sur injonction divine. Comme on le verra plus loin, l’Islam est en avance sur tous les sujets par rapport aux sociétés occidentales. Naturellement, la mauvaise interprétation de la législation musulmane (la chariâa), la présentation caricaturale partielle et partiale qu’en font les détracteurs de l’Islam en ont donné une image tronquée en déphasage complet avec la réalité et l’objectivité la plus élémentaire. 

 

C’est cette image déformée, altérée et manipulée de l’Islam qu’on a toujours présenté à l’opinion publique occidentale depuis le moyen-âge chrétien. D’où ces préjugés, ce parti pris, cette intolérance et cette aversion, attisée en sous main par des mains expertes qui ne cachent pas leur hostilité, leur mépris et leur dédain, voire leur haine, pour l’Islam. 

 

C’est donc un problème de contenant et non de contenu. Un problème de marketing qui a fait que l’Islam a été délibérément présenté aux sociétés occidentales avec un emballage hideux et repoussant, souvent incompatible avec les principes du siècle des Lumières. 

 

Le Prophète et la science moderne 

Au-delà des idées reçues, véhiculées par les détracteurs de l’islam, nous essayerons, sur tous ces points, de rétablir une vérité travestie. Puis nous montrerons, que ces problèmes dits de société, en vogue aujourd’hui, constituaient, déjà, la préoccupation, au quotidien, du Prophète. 

La troisième partie du livre sera consacrée au Prophète et à la science moderne. On verra que le Coran et le Hadith fourmillent de vérités scientifiques que la science moderne vient toujours corroborer. Beaucoup de vérités scientifiques contenues dans le Coran n’ont pu être expliquées qu’au XXe siècle grâce aux progrès de la science moderne. Il s’agit de sujets scientifiques très pointus comme le Big bang, l’expansion de l’univers, la forme sphérique de la terre, la rotation du soleil et son voyage fatal vers l’Apex, les espaces interstellaires, les particules subatomiques, la fonction des montagnes sur terre, les vagues internes dans les profondeurs des océans, la formation de la pluie et le rôle des vents et des nuages, l’embryologie, l’origine cosmique du fer, l’identité cachée dans les empreintes digitales, les récepteurs de douleur chez l’homme, la fonction  du lobe frontal dans le cerveau etc,etc. Toutes ces questions extrêmement compliquées et complexes ont été traitées avec précision et concision par le Coran. Plus de mille quatre cents ans après la science moderne vient, chaque fois, confirmer les versets coraniques. 

Pour jeter la confusion et le trouble dans les esprits, l’Eglise avait répandue la rumeur que le Coran a été dicté au Prophète Mohammed par un moine chrétien. On aurait pu impunément colporter de telles rumeurs au VIIe siècle de l’ère chrétienne pour créer, à dessein, une polémique sur l’origine du Coran car les connaissances humaines de l’époque ne permettaient pas de vérifier et de recouper certaines données scientifiques contenues dans le Livre Saint et qui prouvent de façon indiscutable son origine divine. Mais avec les progrès de la science moderne et la parfaite adéquation entre celle-ci et les versets coraniques, on ne peut plus comprendre que certains milieux – toujours les mêmes – à court d’arguments, continuent à soutenir encore que le Coran aurait été soufflé par un mystérieux prêtre au Prophète Mohammed. Cela relève, pour le moins qu’on puisse dire, de la débilité mentale. 

 

Le Prophète et les occidentaux : de l’islamophobie à la conversion à l’islam de Napoléon Bonaparte, de Victor Hugo, d’Alphonse de Lamartine, de Goethe… 

Nous réservons la quatrième partie du livre à ces sceptiques, à ces détracteurs du Prophète qui se complaisent dans une campagne permanente de dénigrement de l’Islam sur fond d’une islamophobie orchestrée par certains intellectuels et médias occidentaux. 

Cette controverse est récurrente. Car le Prophète ne laisse pas indifférent. Et pour cause ! Sa mission prophétique est un événement planétaire qui a changé le cours de l’histoire de l’humanité. Avec son avènement, une page s’est tournée avec ses prophètes et ses religions. La société s’est ébrouée. Elle a été débarrassée du carcan pesant de l’idolâtrie et de l’obscurantisme. L’Islam devient le passage obligé pour la miséricorde divine et le salut de l’âme. Un phare qui éclaire tous les recoins de la planète. 

En effet, l’islam est un patrimoine commun de l’humanité. Dieu en clôturant le cycle prophétique avec Mohammed a choisi pour l’éternité la religion musulmane. Les religions antérieures avaient un caractère temporel, conjoncturel. Chaque prophète était envoyé pour son peuple. Sa mission était donc limitée dans le temps et l’espace. En revanche, l’islam a une portée universelle qui transcende le temps et l’espace. Mohammed, sceau des prophètes a été envoyé à l’humanité toute entière.   

C’est ainsi que des figures emblématiques de la civilisation et de la pensée occidentales ont choisi la conversion à l’Islam. Ils ont clamé haut et fort leur attachement et leur foi dans la religion musulmane. Le blackout total décrété par les pays occidentaux sur ces conversions n’y changera rien. 

Napoléon Bonaparte, Goethe, Victor Hugo, Alphonse de Lamartine,…ont été touchés par la grâce et la miséricorde divines. Preuves indiscutables à l’appui, nous montrerons ou plus exactement nous démontrerons comment ils ont embrassé la religion musulmane. 

Une partie du présent ouvrage sera donc consacrée à quelques unes de ces éminentes personnalités occidentales dont la conversion à l’Islam est restée cachée à l’opinion publique en France, en Allemagne, en Grande Bretagne,…Un véritable secret d’Etats. Mais qu’à cela ne tienne ! Ces conversions même tues officiellement n’en demeurent pas moins connues des initiés et constituent une preuve supplémentaire du message universel de l’Islam. 

 

§  Chercheur, ancien professeur à l’ENA de Rabat, Moussa Hormat-Allah est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Chroniques sahariennes / Les enjeux géopolitiques et géostratégiques du conflit du Sahara. En vente sur Internet aux USA et en France (fnac.com), cet ouvrage est au programme de certaines universités américaines notamment la prestigieuse université Georgetown à Washington. 

§  MOHAMMED, Le vrai visage du Prophète de l’Islam est disponible dans les librairies et les supermarchés de Nouakchott. 

 

Fête religieuse :Maoulid d’avril 2009

Tous les chemins mènent à Boubacar   

Depuis dix jours, des milliers de musulmans se retrouvent à la localité de Boubacar. Pour commémorer l’anniversaire et le baptême du Prophète (PSL) selon le calendrier grégorien. Ils sont venus de l’intérieur du pays, de l’Afrique subsaharienne et du monde arabe. Durant deux semaines, l’arabité croise fraternellement l’africanité sur le sol mauritanien. Témoignant ainsi le vieux dicton selon lequel la Mauritanie constitue un trait d’union entre l’Afrique noire et le monde arabe. Une citadelle de spiritualité 

Le village de Boubacar se situe dans la moughatââ de R’kiz, dans cette région appelée communément «Li’guel». Une région qui a toujours passionné les chercheurs. Surtout ceux de la Vérité. Noubaghiya , Maata Moulana, Boubacar, Toumbaya’ly, Bab El Vethe, Bareïna… autant de localités dans lesquelles l’identité ne renvoie pas ni à la tribu ni à l’ethnie, mais à l’Unique. Ici, on apprend à personnifier les caractères «standard» du soufi : amour, autocritique, pitié, pacifisme, pardon, piété… Le soufisme qui a appris à l’imam Chaf’i, selon lui, «ces deux aphorismes que nul autre ne m’a enseignés : l’instant est comme une épée, si tu ne le tranches pas c’est lui qui te tranchera, et occupe ton âme avec le bien sinon elle t’occupera avec le mal». Les soufis qui sont, selon l’imam Razi, «un groupe qui travaille avec réflexion sur le détachement du soi et des pièges de la vie matérielle. (…) En réalité, ce sont les meilleurs de toutes les races des êtres humains». Même l’imam Ahmed Ibn Hanbal a incité son fils, selon Cheikh Qutb al Din Ibn Ayman, à fréquenter les soufis qui «ont atteint un degré de pureté d’intention qui nous fait encore défaut». Ce n’est pas pour rien donc si la région de Li’guel attirait beaucoup de gens qui veulent atteindre ce «degré de pureté d’intention». Et atteindre d’autres objectifs. Mais le soufisme «li’guelois» se définit par la Tijaniya , une confréries qui a jailli de deux «périphériques» de la «terre de l’islam» : Al Maghreb Al islami et Afriqiya, deux régions qui, question de choc entre le centre et le périphérique, étaient toujours rebelles aux tentatives de faire «parrainer le Maghreb par le Machrek». Son fondateur, Cheikh Ahmed Tidjani (1737-1815), assure avoir vu, en état d’éveil, son noble aïeul le Prophète Mohamed (PSL) qui lui a transmis (en 1781/1782) les oraisons de sa confrérie. La vision du Prophète (PSL) à l’œil nu sera courante pour lui. Ce qui ne manque pas d’être rétracté par certains oulémas qui y voient une prétention sans fondement et voient en Tidjaniya une nouvelle religion ou, au moins, une ‘innovation maudite’. 

La Tarika (confrérie) tidjane prendra une allure importante avec son entrée en Mauritanie (avant la lettre), grâce à Cheikh Mohamed El Hafedh Ech Chinguitty. Célèbre savant de cet «épaule isthmique», Cheikh Mohamed El Hafedh s’est rendu à La Mecque pour le pèlerinage. A son retour, il passe par Fès où sa résidence a duré deux ans pour prendre la Tarika directement de Cheikh Tidjani. Celui-ci le renvoie par la suite dans son pays avec l’autorisation de transmettre ce qu’il a appris.   

Le «Vent du Sud» souffle sur la Mauritanie Au milieu du XX siècle, une autre couleur entre avec force dans l’arabesque de la région. Il s’agit de la Fayda (Profusion) tidjaniya, initiée par Cheikh Ibrahima Niasse. Avec lui, tous les musulmans se verront représentés : les Dhahirites et les Batinites, les rationnels et les traditionnels, les gens de la Charia et ceux de la Tariqa … Il dira qu’il dispose de deux maîtres, «mon maître apparent : c’est le Coran et la Sunna , nul ne les comprend plus que moi et mon maître dans le caché, Cheikh Ahmed Tijane, je ne me sépare jamais de lui». 

Dans les années soixante, les saoudiens ont consulté les oulémas musulmans pour un éventuel déplacement du «Maqam Ibrahim» (l’endroit où Abraham s’est tenu debout pour construire la Ka ’ba). Presque tous les oulémas ont donné leur feu vert. Mais, Cheikh Ibrahim, lui, a exprimé un non catégorique. Une position qui sera, par la suite, l’objet d’un consensus d’oulémas musulmans. Ce qui lui vaudra un témoignage vibrant d’officieux saoudiens. L’imam d’El Azhar l’invitera au Caire. Il dirige la prière du vendredi dans cette fameuse institution. Après des rencontres avec les oulémas, ceux-ci s’étaient d’accord pour lui attribuer le titre de «Cheikh Al Islam». D’outre, il a lutté contre l’ingérence de la France dans les affaires intérieures des africains après leur indépendance. Il était, jusqu’à son décès en 1975, un farouche opposant à la Constitution laïc du Sénégal et au président Senghor, parce qu’«un pays à une majorité musulmane ne doit pas être dirigé par un président non musulman». Mais, le fait le plus marquant dans sa vie reste son amour profond du Prophète (PSL). Il suffit de savoir qu’il a donné à presque tous ses fils des noms du Prophète (PSL). Que la quasi-totalité de ses œuvres est formée d’éloges du Prophète (PSL). Qu’il a milité pour l’élection et la réélection d’Ahmedou Ould Horma Ould Babana en Mauritanie et pour l’élection de Lamine Guèye au Sénégal pour la simple raison que ces deux candidats portaient le nom du Prophète (PSL). Cet amour l’a poussé à commémorer l’anniversaire du Prophète (PSL) selon le calendrier grégorien. Ce qui n’est pas courant chez lui. 

  Une célébration qu’on veut controverser: 

Si une foule de gens se retrouve à Boubacar pour commémorer les 20 et 27 avril, certains doutent encore sur la conformité de cette commémoration avec la Charia. Ils amalgament souvent la commémoration d’un anniversaire avec la célébration d’une fête religieuse. En effet, jusqu’à son décès, le Prophète (PSL) n’a célébré que deux fêtes religieuses : l’Aid El Kebir (Tabaski) et l’Aid d’El fitr (la fin du ramadan). Et jusqu’à la fin du troisième siècle hégire, aucune commémoration n’a été faite à l’anniversaire du Prophète (PSL). Ce qui est suffisant pour les salafistes, qui se dotent d’un nombre infini de tribunes, grâce notamment à leurs pétrodollars qui leur permettent de contrôler les médias, pour qu’ils diabolisent une telle commémoration. Après tout, leur credo leur stipule, grosso modo, de diaboliser chaque acte qu’un musulman commet sans disposer de preuves tangibles confirmant que le Prophète (PSL) l’ait commis. 

Pour la plupart des musulmans, le Prophète (PSL) ne pouvait pas commémorer son propre anniversaire. D’abord, parce qu’il craignait que ce soit obligatoire. Ensuite, parce qu’il n’a pas eu l’habitude de s’honorer. Et la preuve en est que malgré que des pratiques de gens peu civilisés le gênaient, il devait attendre le Coran descendre : «Ô vous qui croyez. N’entrez pas dans les demeures du Prophète, à moins qu’une invitation ne vous soit faite à un repas, sans être là à attendre sa cuisson (…) Cela faisait de la peine au Prophète, mais il se gênait de vous (congédier), alors qu’Allah ne se gêne pas de la vérité». Selon un savant qui essayait de justifier la commémoration, «Allah nous a ordonné d’accorder au Prophète (PSL) tout le respect et la glorification que nous pouvons imaginer, sans pour autant le diviniser. Et la commémoration de son anniversaire est la moindre chose qu’on puisse faire pour lui». Un autre savant dira que «comme tous les Etats commémorent leurs journées nationales et comme les individus fêtent leurs anniversaires pour montrer leur joie et leur bonheur, les musulmans et l’humanité toute entière doivent commémorer l’anniversaire du Prophète (PSL), le Préféré d’Allah et la miséricorde de l’univers». Il évoque le fait que le Prophète (PSL) a fait d’allusions pour que les musulmans commémorent plus tard son anniversaire : il a ordonné le jeûne du lundi, ajoutant que «c’est le jour où je suis né», il a égorgé, tardivement certes, deux ‘gras béliers encornés’ pour son baptême, «s’ajoute à cela que la commémoration de son anniversaire a fait l’unanimité de tous les musulmans pendant deux siècles, et ‘le consensus est une des sources de la législation en islam’». 

Toujours est-il que la quasi-totalité des oulémas sont unanimes sur le fait que la nuit qui a connu la naissance du prophète (PSL) est la meilleure nuit qu’Allah n’a jamais faite. Et si « la Nuit du Destin (Leïletoul Qadr) est meilleure que mille mois» parce que «durant celle-ci descendent les Anges, ainsi que l’Esprit», la nuit de la naissance du Prophète (PSL) est meilleure que touts les mois et tous les ans, parce qu’elle a connu la parution de leur maître. Pour Cheikh Ibrahim Niasse, en plus des arguments que les oulémas ‘pro-commémoration’ ont avancés, il y a un verset coranique qui l’interpelle, et avec lui ses adeptes, à la commémoration. Si Allah dit au Prophète (PSL) : «Et tout ce que Nous te racontons des récits des messages, c’est pour en raffermir ton cœur», Il nous ordonne, implicitement, de nous réunir régulièrement nous raconter les récits du prophète (PSL), «pour en raffermir nos cœurs». 

  Rendre 20 et 27 avril augustes 

Pour les adeptes de Cheikh Ould Khaïry, l’anniversaire du Prophète (PSL) ce n’est pas seulement le 12 Rabii Lewal de l’hégire, mais également le 20 avril, date de sa naissance dans le calendrier grégorien. Et ils ne sont pas les premiers à penser ainsi. Thierno Ibrahima Diallo, marabout, chercheur et grand connaisseur des tenants et aboutissants de la Fayda confie que «Cheikh Ibrahim, vers les dernières années de sa vie, a commencé à commémorer cette date du 20 avril à sa maison de Dieuppeul sise à Dakar. Ce qui se poursuit à ce jour par la famille». Poursuivant que «Cheikh Ould Khaïry est le premier à suivre ses pas en commémorant, aussi ostensiblement, cette date dans sa cité bénie de Boubacar». Pour le professeur Mohammeddou Yahya Ould Khaïry, grand savant qui honore toute la région et chef du village de Boubacar «les raisons qui nous poussent à commémorer le 12 Rabii Lawal sont les mêmes qui nous poussent à commémorer le 20 avril : la parution du Prophète (PSL) au grand jour». Le professeur a ensuite paraphrasé des poèmes de Cheikh Beddy Ould Sidina dans lesquels Ould Sidina a chanté le mois d’avril «le mois de largesse», et le 20 de ce mois «le jour qui a illuminé pour celui qui a englobé tous les gloires», après avoir chanté le 12 Rabii Lewal. 

Rappelons que Cheikh Beddy est de la première génération de la confrérie Tidjaniya en Mauritanie. Il est plus connu sous l’appellation ‘Hassan Tarik (le Hassan de la Confrérie )’, allusion au compagnon et poète du Prophète (PSL), Hassan Ibn Thabet. La même année qui a connu son décès a connu la naissance du père de Cheikh Ibrahim Niasse, El Haj Abdoulaye Niasse.

Mechri Ould Rabbany 

  

  

5 réponses à “LE VRAI VISAGE DU PROPHETE DE L’ISLAM”

  1. 23 05 2008
    mohamed (17:18:42) :

    bonjour
    je suis Mauritanien vivant a Barcelone
    Mon opinion est ( avoir..une Mauritanie nouvelle ..plein d’egalite
    de justice ..’ tres puisante econemiquement ..tres cultuves socialement
    Merci

  2. 10 02 2010
    barrada (23:25:56) :

    Le miracle de Tidjikja : Le nom du Prophète Mohamed (PSL) à l’intérieur d’un œuf ( voir http://www.cridem.org/index.php?id=82&no_cache=1&tx_ttnewstt_news=40746&tx_ttnewsbackPid=36&cHash=eacd4dc557).

    La vérité de la révélation Islamique est indéniable et le choix porté par Allah, notre créateur, sur son Prophète Mohamed PSL pour transmettre aux hommes ce message sacré, ne souffre d’aucun doute. Une fois de plus, cette évidence a été confirmée par un extraordinaire miracle qui s’est produit à Tidjikja la soirée du dimanche 07/02/2010.

    Hamada Ould Cheikh est un jeune pharmacien d’une trentaine d’année connu pour sa bonté, sa loyauté et sa franchise. La soirée du dimanche 07/02/2010 après la décente, il est passé dire bonjour à un ami gérant d’une épicerie sis au marché de Tidjikja. Sur place, il sentit qu’il avait un petit creux et décida de payer deux œufs durs pour se refaire les forces après une dure journée de labeur.

    Le gérant de l’épicerie El Hussein Ould Touinsy lui tendit deux œufs et, sans prêter attention, Hamada cassa le premier et l’avala et voulu en faire autant pour le deuxième mais, subitement, un monsieur, qui était à côté, constata que le deuxième œuf n’était pas un œuf ordinaire.
    Il stoppa court le geste de Hamada et lui demanda de prêter attention sur l’inscription qui se trouve sur le flanc de l’œuf. Qu’elle ne fit la surprise de l’assistance de découvrir le nom du Prophète Mohamed PSL inscrit de façon claire et distingue dans un arabe sans équivoque.

    La nouvelle courut aussitôt le marché de Tidjikja et sans tarder, l’épicerie d’Ould Touinsy se remplit de monde. Ce dernier n’hésita pas à casser le reste de ses œufs à la recherche d’un autre signe mais en vain. Le seul signe ce soir-là, c’était celui de l’œuf de Hamada.

    Une fois à la maison, ce dernier remis l’œuf à ses parents et par ignorance l’un des membres de la famille le balança sur le haut du plafond de leur bâtiment. Après 48 heures d’horloge, Hamada qui prit conscience de la méprise commise par sa parente décida de récupérer l’œuf. Mais Oh deuxième miracle ! Les chats qui raffolent d’œufs durs n’ont mangé qu’une partie de son œuf laissant intact la partie sur laquelle se trouve l’inscription du nom du prophète de l’Islam Mohamed PSL.

    Cet extraordinaire miracle vient confirmer, si besoin était, que le Prophète de l’Islam est un homme choisi par Allah et son message est un message divin. A ceux qui s’en prennent à lui par ignorance ou par mécréance, ce signe éloquent parmi tant d’autres, est une réponse éclatante face à leurs critiques et autres dérisions.

    Le message du dernier des envoyés d’Allah et leur guide, le Prophète Mohamed PSL, continuera à rayonner à jamais et ses miracles continueront à marquer les esprits des croyants pour l’éternité.

    Khalil sow
    Khalil1965@yahoo.fr

    ***********************

    D’autres images témoins à propos du Prophète Mohamed (PSL), cliquez ici http://www.webzinemaker.com/admi/m9/page.php3?num_web=14656&rubr=3&id=185604

    Source : cridem.org

  3. 3 03 2010
    bilal (20:36:44) :

    voila ce monsieur qui nous parle de l’islam ,et qui offense les algeriens ,allez retourne d’ou tu vient ,agent du makhzen

  4. 12 03 2010
    barrada (22:57:52) :

    MOHAMMED, le vrai visage du prophète de l’Islam ». Par Mohamed Ould Moctar Ancien Conseiller à la Présidence

    J’ai lu avec beaucoup d’intérêt et de profit le nouveau livre de Moussa Hormat_ALLAH intitulé « MOHAMMED, le vrai visage du prophète de l’Islam ».Comme à son habitude, l’auteur présente son ouvrage dans un excellent style, une belle langue constellée de toute sorte de figures de style embellissantes. En parcourant les pages de ce livre, une phrase contenue dans la préface de l’esprit des lois de Montesquieu, m’est revenue à l’esprit : «La préface de l’esprit des lois est une très belle page tant par sa perfection littéraire que par sa valeur humaine. » La valeur littéraire de l’ouvrage de Mr Hormat_ALLAH est, en effet, certaine mais ne m’étonne guère car le connaissant depuis l’école fondamentale, je témoigne qu’il avait toujours été très brillant en Français.

    Cette valeur est également, d’ordre scientifique, théologique et culturel. Ce nouveau livre de Mr Hormat_ALLAH est excellent par la forme, par le fond et quant à la méthodologie utilisée. S’agissant de la forme, l’auteur utilise dans cet ouvrage, comme dans ses livres précédents, un style agréable, coulant ou de très belles figures de style viennent agrémenter une langue riche et fluide. A ce propos, une certaine grandiloquence peut même, être relevée mais elle est à sa place car utilisée pour étayer des développements importants qui sont la substance même de l’ouvrage. Pour ce qui est du fond, le livre de Moussa Hormat_ALLAH, vient à point nommé comme une brillante défense de l’Islam et de son prophète au moment ou ils sont l’objet de dénigrements et de calomnies de toutes sortes, véhiculés par des allégations et des assertions mensongères. L’auteur a, en effet, puisé avec intelligence, finesse et habileté dans les versets coraniques, les Hadiths du Prophète et les écrits d’éminents savants et spécialistes dans tous les domaines, pour démontrer que l’Islam est une religion de paix et de tolérance et que Mohammed (PSL) est bien le sceau des prophètes annoncé par les Ecritures saintes antérieures. La bibliographie riche et variée, prouve, à elles seule, le grand effort de recherche entrepris par l’auteur et la qualité inévitable du contenu de son ouvrage. Moussa Hormat_ALLAH, à travers une argumentation convaincante, dense et serrée, montre la parfaite adéquation entre d’une part, le Coran et les Hadiths pertinents et les différentes sciences modernes, d’autre part. Des développements édifiants et bien documentés prenant leur source principalement, dans une très bonne exégèse du Coran et du Hadith, prouvent que les problèmes dits de société, les droits de l’homme et les principes démocratiques tels que pratiqués, à nos jours par l’occident, ne sont qu’une imparfaite et pâle copie des valeurs prônées par le prophète Mohammed, il y a plus de mille quatre cents ans.

    Dans la deuxième partie de son livre, Hormat_ALLAH aborde ces problèmes dits de société, thème largement galvaudé et qui reste mal connu en occident. A ce sujet, il démontre, arguments irréfutables à l’appui, que les questions de société notamment la condition féminine, les peines expiatoires, l’écologie, les minorités, la protection du consommateur etc., sont clairement réglementées dans le Coran et ont connu une large application pratique dans la Sounna du prophète (PSL) et de ses quatre califes.

    Dans la troisième partie de son ouvrage, l’auteur montre que le Coran et le Hadith fourmillent de vérités scientifiques que la science moderne vient toujours corroborer. Beaucoup de vérités scientifiques contenues dans le Coran, n’ont pu être expliquées, qu’au vingtième siècle grâce aux progrès de la science moderne. A ce propos, abordant la parfaite conformité du Coran et du Hadith avec les données scientifiques modernes, présentée, à juste titre, comme preuve irréfutable de l’origine divine du Coran et de la véracité du Message transmis à l’humanité par le prophète MohammeD (PSL), Moussa Hormat_ALLAH, écrit : « D’emblée, on est frappé par le nombre et la diversité des sujets scientifiques abordés par le Coran et le Hadith. Sept cent cinquante versets coraniques (près du huitième du Livre), traitent de sujets scientifiques. On est également frappé par toutes ces vérités scientifiques que le contexte de la Révélation ne permettait pas d’appréhender. On est frappé, enfin par le fait que le Coran interpelle aussi bien le bédouin sous sa tente au VIIe siècle que le savant dans son laboratoire en ce début du troisième millénaire. Le Livre saint traite de la totalité des grands domaines scientifiques qui intéressent l’humanité. Cette prolifération des données scientifiques dans le Coran, permet aux négateurs, de pouvoir en vérifier l’origine divine, car cette preuve doit être vérifiable partout et à toutes les époques ».
    Concernant la méthodologie utilisée dans son ouvrage, l’auteur s’est attaché à convaincre les négateurs et les détracteurs de l’Islam et de son prophète et tous ceux qui, en occident et ailleurs, n’ont pas reçu la lumière de la foi et ne comprennent par conséquent, que des arguments purement rationnels ou tirés de l’expérience vécue. A cette fin, Moussa Hormat_ALLAH a eu recours à deux procédés : d’une part, une argumentation convaincante, fondée sur le Coran et le Hadith et leur confrontation avec la science moderne, d’autre part, en prouvant que des personnalités emblématiques européennes, de tout premier rang s’étaient converties à l’Islam.
    Comment, en effet, ne pas s’étonner du fait que l’empereur Napoléon Bonaparte, les poètes Victor Hugo, Lamartine et Goethe, avaient été touchés par la grâce et la miséricorde divines dans l’occident chrétien du 19e siècle ? Rien ne prédestinait, ni ne poussait logiquement, ces éminentes personnalités européennes, à servir de relais et de porte voix, au message du prophète Mohammed, en occident. Moussa Hormat_ALLAH, a su montrer avec une grande subtilité et une parfaite maîtrise le cheminement intellectuel, spirituel et progressif, par lequel, ces personnalités de tout premier plan, ont retrouvé la voie du salut et de la grâce divine, en choisissant la religion musulmane.
    Ces personnalités ont su, par leur génie, par leur culture encyclopédique et surtout leur foi inébranlable en la véracité du message divin transmis au prophète Mohammed, transcender les faiblesses des hommes ici-bas, pour se hisser au rang des vrais croyants. L’auteur a mis en évidence les tentatives d’oubli de ces personnalités, et les manipulations et falsifications de leurs œuvres, de la part d’une Europe qui ne peut accepter que la fine fleur de son élite, change, ainsi de camp, au profit de l’Islam. A l’époque récente, d’autres éminents penseurs européens tels le philosophe Garaudy et le médecin Bucaille ont été, à leur tour, touchés par grâce divine. De tous les développements précédents, il ressort clairement que l’auteur a su, par des arguments massue, tordre le coup aux négateurs et détracteurs de l’Islam et du prophète Mohammed(PSL), en retournant, en quelque sorte, contre eux, leur propre logique.
    Au terme de ce commentaire sur l’ouvrage, à tout point de vue, remarquable, de Hormat_ALLAH Moussa, il est légitime de conclure qu’il s’agit d’un excellent et éloquent plaidoyer en faveur de l’Islam et de son prophète (PSL), ainsi qu’une réponse convaincante et bien illustrée, à la campagne systématique de dénigrement et de stigmatisation menée par l’occident et utilisant l’arme de l’amalgame, de la manipulation et de la désinformation pour essayer de ternir l’image de cette religion et de son prophète. Mais, comme le souligne, à juste titre, l’auteur, « c’est oublier que le temps, l’espace et la main de l’homme ne peuvent avoir aucun effet sur le Coran, parole de DIEU, révélée à son prophète qui l’a transmis à son tour, à l’humanité. Une courroie de transmission qui n’a jamais failli ».
    Je ne peux, avant de terminer que souligner l’importance qu’il y’aurait à assurer une large diffusion à une œuvre de cette qualité, par sa traduction dans toutes les langues possibles et par tout autre moyen de diffusion approprié.

    Mohamed Ould Moctar
    Ancien Conseiller à la Présidence
    Ancien Contrôleur d’Etat
    Ancien Directeur Général de la Législation et des journaux officiels
    Ancien Directeur Général de la SMCP
    Ancien directeur général à la Banque centrale.

  5. 15 11 2015
    charles martel (19:15:30) :

    d’une débilité complète de dire cela ; Napoléon Bonaparte, Goethe, Victor Hugo, Alphonse de Lamartine,…ont été touchés par la grâce et la miséricorde divines. Preuves indiscutables à l’appui, nous montrerons ou plus exactement nous démontrerons comment ils ont embrassé la religion musulmane. surtout Victor Hugo et Napoléon . manipulateur tu un pois chiche a la place du cerveau

Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann