• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 28 mai 2012

« Non Aziz ! »

28052012


Le Président de la République par la nomination d’un nouveau chef de la cour suprême confirme selon toute vraisemblance la dépendance de l’appareil juridique.  C’est clair, l’exécutif, plus précisément, la présidence détient le vrai pouvoir chez nous. C’est une  culture !

Certes, l’ex président a été nommé  par Aziz, certes le chef destitué était un élément  de  l’actuel système, certes  il existait  un bras de fer entre  le ministre de la justice et le chef de la cour suprême, cependant il   y a  bel et bien  eu un vice de procédure quelque part. Cette situation est embarrassante.  Autant  je suis contre le  principe dégage Aziz,  autant je le suis pour va-t’en  Seyid Ould Ghaïlani .   

Je ne saurais, en effet,  répondre avec précision  au soubassement de la destitution illégale de l’ex président de la Cour suprême.  Toutefois, serait-il question d’une décision irréfléchie qui fausse l’image de la présidence et l’usurpation d’un  pouvoir juridique qui n’a de justice que le nom!  J’avais  une conviction. Je l’ai toujours: c’est celle de la séparation des pouvoirs afin de jouer le jeu du contre-pouvoir. Le but étant l’équilibre alors sans la multiplication des centres d’équilibre, la suprématie dominera. Au fait, qu’est ce que le vrai pouvoir ?  En un  mot : la justice  qui n’existe pourtant nulle   part  dans le pays du  «  Chef à  Toujours Raison ».   

Je me suis rappelé à cet égard   d’une anecdote connue de tous ou presque tous. Ce sont les commandements de la chefferie.    

« 1. Quand tu mets longtemps pour accomplir une tâche, tu es lent.
Quand ton chef met longtemps, il est méticuleux.
2. Quand tu ne fais pas ton boulot, tu es paresseux.
Quand ton chef ne fait pas le sien, il est trop occupé.
3. Quand tu commets une erreur, tu es un idiot.
Quand ton chef commet une erreur, il est seulement humain.
4. Quand tu fais quelque chose sans qu’on te l’ait demandé, tu outrepasses ton autorité.
Quand ton chef le fait, il fait preuve d’initiative.
5. Quand tu maintiens ta position, tu es entêté.
Quand ton chef le fait, il est ferme.
6. Quand tu ne respectes pas le protocole, tu es grossier.
Quand ton chef le fait, il est original.
7. Quand tu contentes ton chef, tu es lèche-cul.
Quand ton chef contente son chef, il est coopératif.
8. Quand tu n’es pas dans ton bureau, tu glandes.
Quand ton chef n’est pas dans son bureau, il est en affaires.
9. Quand tu es en congé maladie, tu es toujours malade.
Quand ton chef est en congé maladie, il doit être gravement malade.
10. Quand tu envoies des blagues, c’est du courrier inutile.
Quand ton chef le fait, c’est de l’humour. »

Il  s’agit pour ainsi dire  des  10 commandements de l’injustice qui  concentre le pouvoir dans la  main d’une seule personne. De quelle  légitimé le président puise ses pouvoirs ? Et si un militaire s’accapare de son  pouvoir, serait-il  un acte d’injustice ?

 

m_barrada@yahoo.fr







bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann