Les Echos de Mohamed Fouad Barrada

20 05 2012

Santé en Mauritanie : un vrai désastre

Au tour d’un dîner auquel a été convié un médecin généraliste plein d’entrain, la discussion était centrée sur des pratiques inadmissibles.

Acte n° 1 / Un infirmier pour une analyse de sang effectuée sur un nourrisson, oublia le ruban, qui facilite la ‘transfusion’ du sang, attaché sur le bras de l’enfant. Pourquoi ? Il était à la recherche d’un verre de thé. Et après ? Il dormît après avoir bu son verre. La conséquence fût dramatique : l’enfant mourra des suites d’un arrêt de la circulation sanguine. C’est, tout simplement, un oubli. Bien sûr, dans le pays de l’impunité, « la tragédie » fût classée à l’amiable.

Acte n° 2/ Un médecin faisant le diagnostic à un patient, transmettra le dossier à un autre chirurgien. Celui-ci devait soustraire du pied gauche une tumeur bénigne, il effectue l’opération sur le pied droit et jura ensuite qu’il a bel et bien soigné le patient.

Acte n3/ Récemment, une journée porte ouverte sur la cardiologie fut organisée à Nouakchott. Le lieu : l’hôpital Essadagha. Des millions ont été dépensés, des tentes dressées pour l’occasion, le discours, la TVM. Les cérémoniaux se sont achevés, sitôt les tentes pliées. C’est ainsi que devant une queue interminable un médecin seul eut la lourde tâche de prescrire des ordonnances à la va vite. En effet, la rumeur fut répandue : « il y aura des distributions de médicaments et pourquoi pas des opérations et des évacuations », renchérirent des citoyens.

Acte n°4/ Des pharmacies vendent des médicaments alors que la substance emballée de ces comprimés selon des prescriptions scientifiques est une autre substance contrairement à ce qui est notifié sur l’emballé. Explication : des commerçants achètent illégalement à l’étranger des produits non emballés, ensuite ils les emballent eux-mêmes, durant l’emballage, les non spécialistes commettent des dégâts. De fait, un patient avale des médicaments pour un traitement des maladies cardiovasculaires alors qu’il devait se procurer des comprimés anti-gastriques.

Acte n°5/ Un avocat évacué en Tunisie pour un malaise du cœur, amena avec lui des capsules non médicamenteuses vendues chez nous, sans réel effet.

Acte n° 6/ Jugez-en !


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann