• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 24 décembre 2011

Les Echos de Mohamed Fouad Barrada

24122011

 

Des ‘bloggeurs’ boycottent Nouakchott et des journalistes tabassés  en Mauritanie.

Notre régime attaque  les libertés.   Nous sommes  dans un régime militaire jusqu’à  preuve du contraire. Les agressions de la garde nationale à l’encontre des journalistes ne cessent de se multiplier.   ‘Dans  un  laps d’un mois’,  deux journalistes  voire trois ont été matés, malmenés et l’image de marque de notre pays reste entravée par le comportement des militaires et les  décisions verticales de l’actuel pouvoir.  Les intellectuels arabes ne cessent d’évoquer que nous sommes une dictature.  La dernière illustration en est celle  relative  au   ‘forum’ des jeunes   qui est  organisé  à Nouakchott par la coordination de « l’Union de la Jeunesse Euromaghrébine » en Mauritanie.  Des ‘bloggeurs’ boycottent ce forum sous-prétexte qu’il est organisé pour légitimer les dictatures arabes notamment  celle de la Mauritanie.   Une rencontre  consacrée, semble-t-il,   à des réflexions axées  sur les moyens de redynamiser le rôle de la jeunesse maghrébine. Est-ce pour  l’implication de la société civile ? C’est-à-dire   avec la complaisance des  structures  de droits de l’Homme. Un slogan a été retenu.  Il est question   de la « Rencontre de Nouakchott : Pour un Maghreb de paix », sous le haut patronage du Président Mohamed Ould Abdel Aziz.

A en croire les organisateurs, «  la rencontre de Nouakchott est  marquée par la participation de personnes symboles du printemps arabe, notamment des blogueurs, des ONG, des personnes ressources, des leaders d’opinion, des représentants de partis politiques et des experts de tout l’espace maghrébin ».

Cependant, soyez clairs,  nous constatons un recul inexplicable, quant  à la liberté de la  presse chez nous, hormis, bien sûr, la presse électronique. Même celle-ci semble être infiltrée par des clans du système ethnico-tribal   du pays. La presse  et la société civile mauritanienne sont, pour ainsi dire, dominées   par une minorité syndiquée   qui s’accorde à défendre leurs intérêts et les intérêts de leurs protecteurs étrangers, soient-ils, ou locaux. Il s’agit en un mot  d’un système complexe  et compliqué.

Ceux qui sont en dehors dudit système  d’intérêt pouvoir –opposition-tribu-groupe d’influence   sont hors-jeux.   Telle est la vraie  réflexion.

m_barrada@yahoo.fr

Source : www.barrada.unblog.fr







bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann