La Tribune n°547

25042011

La Tribune n°547 dans La Tribune Mauritanie PDF pdf 547311qxd.pdf




Les Echos de Mohamed Fouad Barrada

24042011

Le manifeste des retraités !

Un Sit in de tous les fonctionnaires et agents  retraités civils   serait organisé  devant la  Présidence  de la République prochainement.  

S’organisant  depuis   2010 au sein  d’une structure dénommée  ‘Association Nationale des Fonctionnaires et agents  retraités de Mauritanie’ pour mieux défendre leurs doléances pourtant légitimes, ils   demandent depuis plusieurs mois une audience avec  le Président de la République, sans réponse, sans réaction. 

Cependant, les retraités  gendarmes  ont été déjà  reçus par le Président de la République  et une grande partie de leurs doléances semble satisfaite.  Cette situation soulève la souffrance d’une importante  franche  des personnes âgées. Les pensions de ces retraités n’arrivent  que difficilement à subvenir à  leurs besoins primaires. Rares sont les pensionnaires qui ont des logements. Ils sont obligés, pour ainsi dire, de travailler pour suivre le rythme de la vie normale. Ils endurent calmement et dignement.

Présentement, ils sollicitent, tout simplement, l’application  des textes de l’Etat :

Outre  l’appel à  ‘l’exécution’   immédiate selon la réglementation en vigueur, au profit de tous les fonctionnaires retraités avant 2007, de la réévaluation de la valeur du point indiciaire  qui passe  de 114 UM à 434 UM, « la loi 61016 du 20  janvier 1961 prévoit pour les pensions  de fonctionnaires Retraités  un paiement mensuel. Sans modification de cette  loi, le Ministère des Finances a depuis janvier 2009, commencé à payer ces pensions par trimestre. Et le Trésorier Général a obligé  les Fonctionnaires Retraités  à ouvrir  des comptes  dans les banques  de la place  sans, dit-il, des  frais d’ouverture et de gestion  de ces comptes. Il en est tout autrement, en effet, les frais de Gestion  prélevés  par la Banque  sur  ces pensions des Retraites des fonctionnaires, sont énormes et grèvent, considérablement, la Bourse  des Retraités.

Il y a lieu de supprimer ces comptes Bancaires  pour les retraités, les paiements se feront aux caisses des perceptions comme par le passé. », expliquent-ils  dans leurs  doléances.

Ainsi, « depuis  2001 à ce jour plusieurs augmentations de la  rente de pension des retraités affiliés  à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) , qui totalisent  108%,  n’ont pas  été  payées et ce malgré  toutes les revendications , tractations et démarches  auprès  du Gouvernement.  Le  Ministère  du Travail  avait saisi  la Direction  Générale de la législation  en vue de connaître  l’interprétation  des textes  au sujet  de ces augmentations . La  législation  a statué  et donné raison  aux retraités , malgré cela l’application  de ces augmentations se  fait  toujours  attendre  à la détresse  des agents retraités . A toutes nos rencontres, audiences, il nous a été  dit finalement  que seul le Président de la République    est habilité  à donner  instructions  en vue de l’application  de ces  dispositions  par la CNSS », précisent-ils (idem). 

Ceci dit, les partenaires publics devraient suppléer aux besoins de nos seniors, mais dans une société où l’Etat est défaillant pour les actifs, il est difficile de prétendre à ce qu’il en soit autrement pour les anciens. Il reste beaucoup à faire   dans cette République où  les individus qui profitent d’un régime de sécurité sociale ne dépasseraient  guère  les 60.000 personnes. Soit 0,2% des mauritaniens.

m_barrada@yahoo.fr

 

Source : La Tribune n°547 




Les Echos de La Tribune Par Mohamed Fouad Barrada

18042011

Le  complot ?

Le changement  et les révolutions qui affectent le monde arabe et africain peuvent être perçus, sans contraste,  sous un angle   tenant compte d’une manifestation des rapports inégaux  basée notamment sur des déséquilibres militaires,  financiers  et   des influences culturelles  à sens unique entre des pays  riches et d’autres pauvres.

« La question du « sens » qui parfois est bouleversé par l’introduction d’un élément extérieur qui n’est pas du même sens dans la société exportatrice, bouleverse vraisemblablement  l’équité culturelle de la zone de l’action.    Le  conflit  ne se pense pas seulement en tant que problème/ solution !  Comprendre la façon dont les gens organisent l’univers dans lequel ils vivent nécessite de faire un état des lieux, un « diagnostic» qui ne prend pas en compte le sens que tout acte porte !  Essayer  de comprendre comment des Hommes agissent est l’élément central de renforcement des liens entre les pays», m’expliquait   quelqu’un  

La perception de l’ autre et le lien   sont étroitement  liés et implique notamment  une  perception culturelle chez  les parties prenantes de toute action  militaire  engagée  par  les pays du nord dans ceux du  sud. 

 En effet, pour éviter le sentiment hostile à l’intervention militaire dans des pays diamétralement opposés culturellement à  celui  ou ceux  qui entame (ent)  une action militaire dans ce dernier ,  car elle correspond selon la perception de certains  à une colonisation, imposition de  civilisation, le mieux  c’est  de  penser  qu’il y a des spécificités culturelles inhérentes à chaque société, toutefois les valeurs  humaines tels que l’équité, la justice , le respect et le  bien être  sont  incontestablement  partagés et acceptables  selon une vision  basée sur le bon sens .

A titre d’illustration, l’intervention  militaire de l’OTAN en Libye est, dans cette perspective,  bel et bien légitime dans la mesure où la justice dans ce pays  est fortement  dépendante  d’un  pouvoir exécutif purement  incarné par une seule  personne (Kadhafi).   Donc il est nécessaire de ne pas négliger le moindre détail surtout concernant l’hiérarchie dans le même espace culturel   afin de concrétiser des actions militaires pour des buts purement humains.

Certes, les relations internationales sont guidées par la politique de ‘deux poids, deux  mesures’ vis-à vis notamment  de ce qui se passe  dans le territoire occupé  de la Palestine. Cependant, les révolutions  auxquelles  la Tunisie, l’Egypte, la Libye,  etc.,  font face avec  le soutien des pays occidentaux, et la réactivité qui en découle, modifieront  certainement la géopolitique mondiale, bien que les enjeux des intérêts soient  souvent visibles.

Ceci étant, l’ordre mondial  vient  à travers  les interventions des occidents dans des zones des conflits notamment  africaines et arabes   d’imposer une nouvelle  grille de lecture  qui reste, à mon avis,  occasionnellement  partielle  et  faussée  par la théorie du complot.

m_barrada@yahoo.fr

Source : La Tribune 546 du  18 avril 2011




La Tribune n°546

18042011

La Tribune  n°546 dans Non classé pdf 546311qxd1.pdf




Les Echos de La Tribune Par Mohamed Fouad Barrada

11042011

‘Moi et elle !’

 

Un regard perdu, une fleur fanée, un langage indéchiffrable. Telle est l’interprétation intermittente  d’une situation, d’un comportement  d’une amie  ne voulant point  perdre son identité spécifique. Il s’agit d’une  femme originale.  Le bonheur pour elle  n’est qu’un jeu de hasard, une chose qui dépend d’autres choses. Un rêve  qu’elle doit concrétiser sans pour autant connaitre  comment. Elle est  princesse dans sa démarche. Avec sa  marche majestueuse on croit qu’elle est  insensible, pourtant elle est ‘subjectivement’  la plus sensible et la plus belle des femmes. On peut passer notre temps sans la comprendre mais elle  est compréhensible si on laisse le temps au temps. Sa liberté est limitée par quatre coins de sa chambre. Telle liberté serait, sans contraste, brisée.  La belle demoiselle   s’éclipse de plus en plus derrière des liaisons trop discrètes. Elle devient  déterminée   à s’ouvrir  à travers sa conditionnalité humaine. Elle sait, par ailleurs, ce dont elle a besoin. Elle suit  une  logique  tantôt matérielle, tantôt immatérielle  tout en limitant  l’affection de  son cœur. Pourtant, c’est sa source de survie.

…………

Après une journée  épuisée, mon portable sonna, je le décrochai, et avec une   voix féminine douce, elle  me répondit : ‘Mohamed’ j’ai besoin de toi, j’ai faim, je veux que tu m’achètes telle et telle chose. Il  s’agit,  certes, d’une situation   banale sans particularité, toutefois  pleine de contradiction.  Elle  est pour ainsi dire une  manifestation de l’une de ses  manipulations féminines à répétition selon un éternel commencement.  C’est une sorte de  relations provoquant  souvent des insultes, des malentendus, des ruptures, des amitiés  et des réconciliations. Il me semble qu’elle avait  des petites  difficultés   financières; ce jour là. Elle se sentait  lasse. Qu’est  ce que la vie pour elle ?

Suite à une discussion tendue, elle me disait, implicitement,  que ses actes sont  admissibles et acceptables et que la vie pour elle  n’est  guère une belle maison, ni une situation  confortable vis-à-vis de  son  petit monde  trop limité. J’ai répondu de la même manière   qu’avec elle  je ne vise point  à exprimer mon opinion sur ce  qui est vrai ou faux  et qu’elle  me manque souvent, cependant, je n’ aime  guère  que je sois dominé  par elle. Pour ce faire,  je m’évade avec elle  dans son rêve,  d’où son  dessein  utopique  de la vie. Il est question  du  plus beau rêve,  c’est celui où le  peintre produit quelque chose d’inverse de son dessin  en négligeant de se montrer lui-même. En gros,  avec elle j’essaye d’être un  éveillé voyageur.  Malgré sa défaillance communicative,  elle reste, pourtant, une partie intégrante de mon cercle ‘d’amitié’ qui n’a jamais su s’entendre sur quoi que ce soit.
m_barrada@yahoo.fr

Source : La Tribune n°545




La Tribune N° 545

11042011

La Tribune N° 545 dans La Tribune pdf 545311qxd.pdf




La Tribune pdf N° 544

11042011

La Tribune pdf  N° 544 dans La Tribune pdf 544311qxd1.pdf







bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann