Actu/régions

21 06 2010

Aioun : les bouchers ont jeté leurs couteaux 

La semaine dernière, le marché d’Aioun était trop dur pour les friands de viande de bœuf ou de chameau Les femmes partent au marché et rentrent bredouilles. Pas de viande de bœuf et de chameau dans le marché. Surtout  pour les pauvres qui n’ont pas les moyens de payer la viande de mouton qui n’est pas à leur portée.  Un kilo de viande de mouton coûte 1000 Um et celui du boeuf et celui du chameau coûtent 800 Um. Se procurer  un quart de kilo à 200 Um, pour avoir au moins le goût et l’odeur de viande leur semble un peu supportable malgré leur faiblesse de pouvoir d’achat.

Le motif  de l’absence du produit au marché ? « Les bêtes coûtent extrêmement cher, le service de la santé animale n’accepte pas qu’on égorge des bêtes maigres et les autorités administratives à leur tour refusent  qu’on majore les prix. En plus nous ne pouvons pas obliger les ravitailleurs de vendre leurs biens à des prix raisonnables. Et alors que faut-il faire. Donc notre seul moyen de lutte s’est de ranger nos couteaux et renoncer à  notre métier de boucher ».

Aux yeux de la population, ceci n’est qu’une tactique pour augmenter une seconde fois les prix, parce que dans les mois derniers le kilo de viande n’était que 700 Um. « Ce n’est pas raisonnable dans cette wilaya qui dispose une deuxième région pastorale  que la viande soit si chère. On devait en aucun pas vendre un kilo au delà de 500 Um ». Proteste un usager du marché.

‘’Il  n’est pas normal que les bouchers fassent leur miel sur les dos des pauvres citoyens qui font face encore à la cherté des  produits de première nécessité importés » A lancé  une passante.

Samedi quelques bouchers ont cédé et repris service avec le même prix.  

AS cp Hodh El Gharbi 

 

 

Lycée d’Aioun : La remise des prix 

Ce jeudi 10 juin, la salle des professeurs du Lycée d’Aioun a abrité une cérémonie de  remise  des prix aux meilleurs élèves et au meilleur professeur pour l’année scolaire. Ont participé a cette cérémonie, le wali, le Hakem, le commissaire de police,le commandant de la brigade de gendarmerie,le DREN,les professeurs des,le président de

la Coordination Régionale de l’Association des Parents d’Elèves et autres.

Dans son allocution, Mohamed Mahmoud Ould Mohamed Lemine, le directeur de l’établissement a fait un rappel historique du Lycée. Il a affirmé que le lycée d’Aioun c’est un établissement historique créé en 1958 qui accueillait 5 régions de
la Mauritanie  et 25 directeurs ont dirigé cet établissement. Avant de procéder à la remise le directeur a remercié l’ensemble de son personnel de l’assuétude et de  l’effort  consentis.

Ainsi des  prix ont été attribués aux  5 meilleurs élèves dont trois filles et le prix de professeurs est revenu à un professeur de physique chimie.

Après la remise des prix les invités ont pris parole et chacun a remercié le directeur du lycée, le corps professoral et le personnel d’encadrement

As cp Hodh El Gharbi

Source : La Tribune n°505 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann