• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 23 mai 2010

Les Echos de Mohamed Fouad Barrada

23052010

La Crise économique 

 Voici, à mon avis, la question  du moment : la solution de la relance des économies de la rive nord de la méditerranée  se trouve-t-elle  en Afrique notamment  dans la zone la plus proche de l’espace  européen y compris la Mauritanie?   

Incontestablement, la crise économique frappe l’Union Européenne, elle  frappe dur, l’événement est d’ampleur  mondiale.  Le taux de chômage est de 20% en Espagne,  le Portugal affiche un taux semblable, la Grèce est fortement affectée. Et le reste du berceau de la modernité et de la révolution industrielle, n’est point épargné. Les causes sont, pratiquement, les mêmes : l’Europe vit au dessus de ses moyens. En d’autres termes, elle soufre d’un énorme  déficit budgétaire aggravé, bien sûr, par le phénomène de la spéculation boursière. 

Ceci étant, une crise économique  en Europe, sans issue, peut, vraisemblablement, entrainer une instabilité mondiale  provoquant des turbulences aux séquelles imprédictibles.   

A cet égard, les économistes préconisent aux pays de l’espace européen de réduire leurs déficits budgétaires.  Citons, dans cette lancée,  le cas du  pays de la corrida

Depuis vingt ans, les gouvernements qui se sont succédé en Espagne  invertissaient dans les bâtiments, les routes et  les constructions touristiques. C’était, grâce au fonds des pays du nord de l’UE, que  des énormes montants, ont été, tout simplement, débloqués dans les domaines infrastructurels.    

Le but étant, d’attirer les touristes  tout en  créant  une société de consommation de masse à grande échelle. Toutefois, la crise de l’immobilier a bouleversé la donne. On l’a déjà dit, le taux de chômage ‘se voit tripler’ dans ce pays. Ce taux  touche, particulièrement, le secteur immobilier. Pourtant, les politiques  de restriction budgétaire, nouvellement approuvées,  incitent à réduire, impérativement,  les investissements du pays  dans les secteurs les mieux indiqués, sources, autrefois, de la reprise économique. Ce qui  dénote  d’une difficulté, certaine,  de réinsertion des employés  travaillant dans l’immobilier. 

Bizarrement, de l’autre côté de la zone  méditerranée,   les retraités européens exercent un mouvement ‘réversible’ de l’Europe vers le Maghreb en   s’installant de plus en plus   au Maroc et en  Tunisie.   C’est ainsi que, le coût  de l’immobilier atteint des  seuils bénéfiques pour les investisseurs dans le logement tout en provoquant un déséquilibre à travers le pouvoir d’achat local et celui  de nouveaux venus. Ces derniers  peuvent, probablement,  être  épaulés par  un second   mouvement migratoire, réversible également,  de chômeurs qualifiés  en quête d’emploi et   bénéficiant eux aussi  des allocations  biaisées par  la parité du taux de change. Tel taux  risque lui-même de jouer  un rôle   ‘modérateur’ à portée  courte ou longue selon les circonstances. 

De fait, l’orientation, se basant sur des politiques économiques braquées vers les investissements dans les domaines de la construction et les infrastructures en Afrique,  semble  fortement séduire les bailleurs de fonds, étant donné  qu’elle   peut induire des impacts  sur l’économie mondiale. Il faut, cependant,  un régulateur sécuritaire.

m_barrada@yahoo.fr

Source : La Tribune n°501







bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann