Faits divers de la Tribune

17 05 2010

 

La fête tourne au vinaigre 

Jeudi soir, aux environs de minuit, des couples dansaient allègrement dans un grand salon chez Oumar S. celui-ci les avaient invités à l’occasion de sa réconciliation avec sa femme qui l’avait quitté six mois plus tôt suite à une question de jalousie.  

Tandis que les invités se laissaient emporter par la joie des retrouvailles, un fou ivre, habillé en lambeaux, fait irruption dans la salle. Les danseurs se ruent vers la porte.    Elle est fermée à clé de l’extérieur.  Le monde se précipite vers les trois fenêtres! Là encore impossible de sortir : les grilles barrent la route! Le fou détruit  tout sur son passage. La chaîne de musique et les disques CD sont endommagés. Il éteint la lumière. La scène prend une autre dimension. Les femmes ne cessent de crier et de pleurer, les hommes ne savent plus quoi faire. Deux hommes tentent de l’immobiliser. Impossible! Le fou est aussi puissant qu’il arrive à les défier. Après un « long » quart d’heure, la porte est ouverte par un voisin alerté par les cris des enfants devant la maison. Les parents du fou qui étaient à sa recherche depuis le matin, le reconnaissent au milieu de la foule. Ils veulent l’amener, les danseurs s’interposent. « Nous allons partir à la police » lance l’un d’eux dont la femme est blessée à la tête, dans l’affrontement. Des hommes de bonne volonté interviennent et règlent l’affaire à l’amiable. Selon des enfants interrogés, le fou a été introduit dans le salon par un groupe d’enfants qu’Oumar avait empêché d’entrer dans la maison. Et c’est leur chef d’ailleurs qui a fermé la porte à clé de l’extérieur. Mais heureusement qu’il n’est pas parti avec la clé. Tout revient dans l’ordre, mais nul n’a plus envie de danser. Cette scène a lieu au secteur de Mellah, jeudi dernier. 

Une histoire de véhicule volé 

Arrêté suite à une affaire de véhicule volé, S.EL.Zaid de nationalité marocaine a bénéficié d’une liberté provisoire en attendant d’être traduit devant la justice très prochainement a-t-on appris de sources judiciaires. 

Il est accusé par un Egyptien résidant en Gambie d’avoir volé son véhicule qu’il a liquidé à Nouakchott à un Mauritanien à un montant de 11millions d’ouguiyas. 

C’est suite à la plainte déposée que l’enquête a été confiée à la section PJ du Commissariat de police de Tevragh Zeina I où elle a été dirigée par le Commissaire. Selon une source policière l’enquête a donné des résultats qui ne soulagent pas S.EL.Zaid. 

D’autre part, le cas de l’accusé tend à se compliquer suite à son évasion lors de sa garde à vue au commissariat avant d’être délogé alors qu’il avait élu refuge dans un hangar dans la zone ouest de Dar Naim. 

Lors de son audition, il a souligné qu’il avait payé la voiture en Espagne et il l’a envoyée en Mauritanie via
la Gambie. Et c’est après sa vente qu’il a su qu’elle fait partie d’un lot de voitures recherchées par Interpol.
 

Lors de l’investigation, le mauritanien qui avait payé la voiture est retrouvé et ne détenant aucun papier relatif à l’achat du véhicule, il a été entendu puis déferré  avant d’être incarcéré au pénitencier de Dar Naim a indiqué une source policière. 

Informée par ses amis que son unique fils est entre les mains de la justice mauritanienne suite à l’histoire d’un véhicule volé, la mère de S.EL.Zaid débarque dare-dare  du Maroc. Elle rembourse au mauritanien une partie de son argent (à peu près 8.000.000um) et promet de donner le reste sous peu de temps, mais le véhicule est toujours immobilisé au parquet, car la justice demande à ce qu’il présente des pièces et documents qui attestent qu’il l’a payée. L’histoire est loin d’être clôturée parce qu’elle est aussi compliquée! 

  

  

Le verdict de la cour correctionnelle 

La cour correctionnelle s’est réunie mercredi 5 et jeudi6 Mai 2010  pour étudier un lot de dossiers dont celui de l’agent de police qui avait giflé et insulté le commissaire de police, patron du commissariat spécial de la police judiciaire, il y de cela quelques jours. 

L’agent de police a été jugé après avoir été envoyé en prison. C’est le mercredi 5 Mai qu’il devait entendre son verdict. Condamné à 1 mois de prison ferme plus une amende de 5.000 UM et 15.000 UM de frais de justice. Lors de la proclamation du verdict le Président de la cour correctionnelle a longuement parlé de la gravité de son geste (gifles infligées), des propos (sale esclave) qu’il a tenus et de son comportement (dépassement) vis-à-vis de son supérieur. Parlant même de la violation de la loi. C’était en présence de quelques officiers de la police qui n’ont pas caché leur satisfaction. Peut-être une leçon pour les autres? 

  

Un multirécidiviste revient avec force! 

Certains le croyaient mort comme le Rouge, Beck, Séga, Cheikhou, Boy Bâ,  M’Bareck L, connu sous le sobriquet de M’B19 fait parler de lui. Cette fois-ci, il  revient avec force sur le terrain et récupère ses troupes, fait des descentes musclées dans certaines Moughataa de
la Capitale. En une semaine, 19 – comme l’appellent ses proches –  et ses lieutenants  violent quatre jeunes filles et mènent six opérations de vol à main armée dans les quartiers d’Arafat, Riad, Nezaha et les nouveaux lots d’El Mina qui se trouvent à quelques mètres du marché du bétail.
 

Dans ces quartiers, aucune fille n’ose sortir après le coucher du soleil. Les hommes possédant de l’argent et des téléphones portables ne sont point épargnés. Avec sa force de lion, 19 ne recule devant personne. Encore jeune, il affrontait les policiers. Il leur fallait beaucoup de renforts pour le neutraliser. D’ailleurs c’est lors d’un accrochage à
la Médina R en septembre1998 avec la police qu’il a perdu son index gauche et depuis ses amis l’ont surnommé 19. Selon des sources policières, M’B 19 a été déferré 7 fois suite à des cas de viols, de vols et d’arnaques puis emprisonné 5 fois à des peines allant de 3 à 4 ans avec des amendes. Il n’a jamais été inculpé dans des affaires de consommation de chanvre indien ni de drogue selon les mêmes sources. A savoir que 19 et ses lieutenants sont activement recherchés par des brigades de recherche de la police. Ils font l’objet de plusieurs plaintes déposées par les parents des victimes.
 

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann