Faits divers de La Tribune

11 05 2010

Un accident spectaculaire! 

Dans la nuit du vendredi 7 Mai 2010, à 4 heures du matin, tout le quartier du carrefour Bamako a été réveillé par un bruit assourdissant. Quelques personnes sont sorties dans la rue pour savoir de quoi il s’agit. Mais comme elles n’ont pas vu personne et elles n’ont pas entendu de bruit, elles ont retourné dans leurs demeures. 

Il s’agit d’un véhicule Land Cruiser de type VX V8 flambant neuf de couleur grise qui a heurté le mur de la grande cour qui se trouve à droite du carrefour Bamako en venant de Rosso. Selon l’ampleur du choc le véhicule roulait apparemment en vive allure. Vers 7 heures toute la zone grouillait de monde. Des personnes ont déclarées « Nous sommes arrivées sur les lieux très vite. Là, nous n’avons trouvé personne dans la voiture. Nous avons vu des médicaments, un paquet de lait, des biscuits, un chargeur de téléphone et une photo individuelle d’un jeune homme. Il n’y avait de trace de sang dans la voiture, ce qui laisse à dire que la personne qui la conduisait n’est pas blessée. » 10 heures précises une patrouille de
la PM qui sillonnait les rues de Riad a passée à coté et elle a vu la situation. Deux éléments sont partis informer la police. Quelques instants plus tard, le patron de la voie public et celui de Riad I sont vite rendus sur le lieu et ils ont constaté les dégâts. Des appels téléphoniques ont été passés! Un policier de la brigade des constats et venu faire le constat en présence du propriétaire de la cour. Après cela, un agent de la police est resté sur le lieu pour garder de la voiture. Il est resté là-bas de11 heures passées jusqu’à 21 heures. Selon des témoins oculaires à 11heures, un parent de celui qui conduisait le véhicule est venu prendre les médicaments, la photo et le chargeur de téléphone pour revenir à midi avec une grue pour retirer la voiture et l’amener. L’agent de police informe le Commissaire de police de Riad I, celui-ci  se présente et il lui dit qu’elle ne peut pas partir comme ça. Et il lui demande de le suivre au commissariat. Là, il a été entendu parce qu’il fallait à la police de trouver des informations claires sur celui qui conduisait le véhicule et sur le véhicule qui est sans planques d’immatriculation et ses pièces n’ont été trouvées. De retour du commissariat de police, le parent de celui qui conduisait a demandé au chauffeur de a grue de partir. Le commissaire et deux de ses éléments (un brigadier et un agent) sont restés sur les lieux. A 13 heures, un homme répondant au nom de G.O.C se présente et déclare haut et fort qu’il est parmi les premiers à se présenter sur le lieu et il a vu dans la malle arrière de la voiture deux balles  pour un pistolet de calibre 20mm. Le commissaire, lui demande de venir avec lui au commissariat. Il a été entendu sur les balles. Comment elles sont? Où sont-elles? Qui les a emportées? Ses propos et son contact ont été enregistrés et il a été libéré à 15 heures sur une intervention; a-t-on appris de sources policières. 

A 21heures, le parent du propriétaire du véhicule a amené deux hommes qui ont passé la nuit dans le véhicule afin de le garder. Non loin d’eux, il y avait une patrouille motorisée de la garde nationale. C’est le samedi à 9heures, qu’il revenu avec une grue et il a récupéré la voiture. Sur la question des plaques d’immatriculation de la voiture, « elles ont été démontées par celui qui la conduisait du fait qu’il tient un établissement de vente de véhicules et de ce fait il compte la réparer et la revendre » ont indiqué des sources concordantes. 

Pour un client il fracasse la tête de son ami 

A. Bâ, chauffeur de taxi, fait comme tous ses collèges, stationne au milieu de la route à la hauteur de la mosquée Marocaine, pour prendre un client qui lui a fait signe. Ce qui a énervé son proche ami qui le suivait. O. Diallo qui comptait le prendre, s’arrête et tire une crique de sa voiture et se dirige vers son ami. Il l’insulte et le traite de traître. Amadou sort de son véhicule et lui donne un coup de tête. Là, O. lui assène un violent coup avec la crique et il s’écoule. Il tente de lui donner un autre coup, alors un passant intervient. 

Le policier qui est au carrefour se précipite sur le lieu et arrête Oumar et demande à ce que Amadou soit transporté d’urgence à l’hôpital où il reçu des soins intenses. Selon des sources médicales, il se trouvait dans une situation critique, mais son état commence à s’améliorer. Quant à Oumar, il a été acheminé au commissariat de police. Un parent à A. été informé par téléphone et il est venu prendre sa voiture. Ce drame a eu lieu le samedi vers 16 heures passées non loin de la mosquée Marocaine. 

 Source : La Tribune n°500


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann