Actu/Région

11 05 2010

Du matériel contre la migration illégale


Un général mauritanien, un autre espagnol, un ambassadeur (celui du royaume d’Espagne) , plusieurs colonels de la gendarmerie nationale, des officiers supérieurs de
la Giardia Civil espagnol, des dizaines de véhicules, tout un bataillon de la gendarmerie et une escouade de policiers ibériques. Du lourd pour réceptionner deux véhicules de type Nissan, ll est vrai flambant neuf.
Le général Ndiaga Dieng, chef d’état major de la gendarmerie nationale était à Nouadhibou ce 08 mai pour réceptionner ce matériel destiné à renforcer la lutte contre la migration illégale, le terrorisme, les trafics et la criminalité organisée. C’est selon la terminologie officielle. Mais, on ne peut s’en douter, l’Espagne et l’Europe en général sont plus intéressés par la fermeture de leurs frontières – forteresses que par la sécurité de notre pays.
Les deux véhicules équipés de caméras et de jumelles à visée nocturne viennent en renfort au dispositif déployé par l’Europe pour se murer .En effet le dispositif FRONTEX a  ‘exigé de
la Mauritanie de faire du chiffre ‘ selon un membre d’une  organisation de défense  des droits de l’homme.
La chasse aux éventuels clandestins pourrait s’amplifier et l’on craint que de simples travailleurs ouest africains ne soient arrêtés et refoulés accusés de tenter de joindre les Canaries.
Le chef d’état major a lancé aussi le coup d’envoi de la cession de formation à la surveillance des côtes .Ce cours, initié par
la Guardia Civil, est destiné à la gendarmerie maritime.

Athié Youssouf
CP.Nouadhibou

 

L’UPR s’implante dans le Brakna!

L’UPR implante quelques unes de ses structures (Unités de base, sous-sections et sections).

Au début du mois de mai 2010, aux forceps dans
la Wilaya du Brakna. L’implantation s’est faite sur fonds de combines et d’alliances parfois contre-nature. Il faut signaler que certaines clauses de l’implantation ne sont pas été respectées dans la grande majorité des localités. La présence physique n’a pas été, les adhésions ont été faites sur la simple présentation des cartes d’identité. Il faut signaler que c’est au sud de
la Wilaya que la lutte politique a été plus fratricide. Il a fallu des pressions et des négociations parfois très longues et des coups de fil à partir de Nouakchott pour qu’un consensus puisse être obtenu.

Boghé la rebelle a été la dernière à être implantée car les militants de l’UPR se sont fait tirer les oreilles pour adhérer et particulièrement ceux de Boghé ville. C’est au petit matin de ce 4 mai 2010 qu’un consensus a été obtenu. Les délégués au congrès ont choisi à la tête de la section, un homme aux plusieurs bonnets (chef de village de Touldé, vice président du comité local du Croissant rouge, trésorier de la ligue de Basket-ball etc.) en la personne de Bâ Alassane Adama.

Il faut signaler que la majorité des Haratines ont boudé la réunion sous prétexte que les Halpulars ont brisé cet accord tacite qui existerait entre eux depuis l’ancien PRDS que la section leur revient de droit. Il faut noter que la plupart des délégués au congrès fédéral et national ont été raflés par les cadres de Nouakchott et la base s’est retrouvée avec des miettes (Kelly Oumar, cadre au MAED, Mohamed Hady Macina, SG MID, Wagne Abdoulaye Idrissa, ex-ministre, Bouyagui Touré, le jeune loup qui cherche une place au soleil).

 

En ce qui concerne Mbagne, l’implantation a été plus ou moins aisée pour cause, le retour du renard politique qui renaît de ses cendres, Bâ Bocar Soulé. Il faut rappeler que Bocar avait quitté le mouvement qui avait soutenu Mohamed O. Abdel Aziz lors des présidentielles pour un autre parti, à l’époque, il avait remporté haut la main la majorité de l’électorat. Après son retour à sa famille originelle et ramène ses troupes, l’ancien ministre Bocar a mis en marche son rouleau compresseur et a mis tous ses hommes au niveau de la grande majorité des unités de base, de la sous-section et à la section en la personne de l’instituteur à la retraite Diagne Ibrahima malgré le combat que l’actuel maire Sy Abdoulaye et ses amis ont opposé. En ce qui concerne le congrès, tous seront de la tendance de Bocar et une seule place a été octroyée d’une manière polie à l’actuel maire.

 

Pour ce qui est de l’implantation au niveau de Bababé, là les choses se sont corsées : deux camps se sont opposés : un dirigé par Wane Chouïbou soutenu par Bâ Abdoulaye (maire de Bababé) et Dieng Diombar, inspecteur général d’Etat) et l’autre camp dirigé par Ndiaye Oumar soutenu par le maire de la commune de Aéré Mbar. Après plusieurs discussions et tractations et avec l’appui des délégués de la commune d’El Vora que Wane Chouïbou a été hissé à la tête de la section.

 

Il faut reconnaître le courage, le tac et l’honnêteté dont a fait preuve le superviseur régional, Ould Alade lors de ces implantations.

On a constaté tous les cadres qui se réclament du parti et qui sont à Nouakchott sont redescendus dans leurs localités pour supplier la base de les choisir comme délégués au congrès. Certains militants se posent la question : qu’est-ce qui fait courir ces cadres pour être délégués au congrès. Un fait à noter que massivement la population a adhéré au parti pourvu que cette majorité se reflète demain dans les urnes.

 

Abou Boubou Fall 

Cp. Brakna 

Club de santé scolaire à Aioun 

Les locaux de
la DREN d’Aioun ont abrité une rencontre, ce samedi 08 mai 2010. L’objectif de la rencontre est la mise en place d’un club de santé scolaire à Aioun autrement dit Club d’éducation aux Droits de l’Homme, à
la Citoyenneté, à
la Prévention et à la gestion des conflits, de l’éducation en matière de Population, de Santé Scolaire et de Prévention du VIH/SIDA.  Ont participé à cette assise trois inspecteurs et missionnaires du ministère  l’enseignement secondaire et supérieur, le DREN, les directeurs des établissements secondaires d’Aioun, des professeurs et des élèves. Le club fixe comme objectif de sensibiliser les populations dans les domaines de la santé de la reproduction, des doits humains, de la citoyenneté, de la prévention et la gestion des conflits, de la prévention  des Infections Sexuellement Transmissibles et du VIH/SIDA, de l’émancipation de la femme, de l’excision, de la scolarité des filles, des problèmes d’environnement et des problèmes sociaux.

Après avoir expliqué le statut et le règlement intérieur, l’assemblé a passé par l’élection d’un bureau de12 membres dont les 2/3 et les postes clés (Coordinateur, secrétaire général, trésorier général) sont occupés par les élèves comme prévu par le statut.

La mise en en place de cette structure a suscité un grand enthousiasme de la part des élèves et des professeurs qui ont affirmé qu’ils ne ménageront aucun effort pour sa réussite

Il faut  noter que la création de ce club est l’initiative du Ministère épaulé par l’UNICEF. Pour la bonne marche d l’unité, Monsieur Abdallâh Ould Ahmedou, chef de mission a affirmé que le renforcement des capacités des membres du bureau sera organisé  dans un bref délai et aussi un appui logistique et financier est prévu. Après Aioun c’est le lycée de Tintane qui sera l’hôte de la mission. Une fois que les projets pilotes réussissent, d’autres établissements seront servis

AS cp Hodh El Gharbi.    

Source : La Tribune n°500


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann