De la radioactivité au CHN,

3 05 2010

 

 Les «déchets israéliens» ? 

 

 

On pouvait s’attendre à tout sauf à celle-là : la découverte de produits radioactifs dans les magasins du centre hospitalier national, plus connu sous le nom «Hôpital national». C’est pourtant le ministre de la santé qui, dans une démarche sans précédent, a révélé l’existence de quatre bonbonnes suspectes. Le ministère a publié un communiqué à l’occasion. 

Nous apprenons dans ce communiqué que la découverte est «fortuite». Qu’il s’agit de «quatre cassettes en plomb scellées dans un réduit du service de radiologie du CHN portant des inscriptions suspectes de radioactivité». Ce serait au début du mois d’avril. Pris de panique, le ministère dans un souci extraordinaire – parce que sans précédent – de vérité, fait appel à l’agence internationale de l’énergie atomique (pourquoi elle ?). 

L’AIEA envoie des experts qui séjournent dans notre capitale du 12 au 17 avril. Silence – toujours sans précédent – sur l’affaire. «Les investigations menées par cette mission ont confirmé qu’il s’agit de sources faiblement radioactives et ont permis d’identifier la société émettrice qui est une société allemande PTW-Fribourg». C’est ce que dit le communiqué qui précise qu’«il s’agit de trois sources de strontium 90 et d’une source de radium 226». Qui révèle ensuite que la société allemande a confirmé «avoir livré ces sources à la société française: la Compagnie Générale de Radiologie (CGR Paris) le 21/11/1964, le 6/12/1968, le 26/11/1976 et le 7/1/1977». Est-ce aux mêmes dates que les produits ont atterri chez nous ? Ou plus tard ? Tout ce que nous avons le droit de savoir, c’est que «ces sources auraient été utilisées dans notre pays par une équipe médicale étrangère pour l’étalonnage d’un appareil de radiothérapie». Qu’est-ce que cela veut dire ? 

Personne n’a jamais pensé à une unité de radiothérapie en Mauritanie avant les années 90. Surtout pas dans les années 60. A rappeler surtout que le CHN était encore en phase de construction. Il faut donc comprendre que l’équipe médicale «étrangère» pourrait avoir agi récemment. Il s’agirait alors d’une équipe israélienne, la seule qui a déjà travaillé sur un projet demandant l’utilisation de produits radioactifs (lutte contre le cancer). Il s’agirait très probablement de ce qui a suscité des remous au début des années 2000 : l’enfouissement de déchets nucléaires israéliens. L’information publiée par El Qods el Araby qui avait cité le président du RFD, Ahmed Ould Daddah à l’époque, cette information pourrait donc être fondée sur la présence de ces cassettes dont la venue a visiblement entourée d’un grand secret… 

Pour une opération de communication, elle est bien ratée, et même largement. Si l’objectif était de rassurer, la révélation a fini par inquiéter parce que les questions essentielles restent posées. Comment et par quels intermédiaires le produit a-t-il atterri à l’hôpital national ? qui en est responsable ? sommes-nous un dépotoir ? Car n’oublions pas que le scandale de l’existence d’un dépôt de fûts d’insecticides stockés par l’OCLALAV aux environs de Letfetar est toujours sans réponse. 

Qu’à cela ne tienne, le ministère nous apprend qu’«après les mesures effectuées, il s’avère que ces sources ne présentent aucun danger de contamination ni pour le personnel médical, ni pour les populations». Tant mieux. Que «la Mauritanie a demandé à l’AIEA le rapatriement de ces sources à leur origine». Et que «la société PTW a confirmé sa disponibilité à les reprendre» (Pourquoi c’est elle qui doit la reprendre ?). Donc que «les dispositions sont en cours pour leur rapatriement». Oui, qu’«en conclusion, ces sources ne présentent aucun danger de contamination et la société PTW-Fribourg est prête à les rapatrier». Qui dit mieux ? 

Au ministère où rien de «reluisant» n’a été fait depuis quelques temps, on est satisfait d’avoir pris les devants dans une affaire qui aurait pu ne pas se savoir dans la mesure où toutes les démarches ont été, pour une fois tenues au secret. La preuve que l’administration peut cacher ce qu’elle a envie de cacher. Preuve que les fuites sont toujours voulues…

Source : La Tribune n°499 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann