Nouadhibou

27 04 2010

 

 Assainissement 

Tout le monde s’accorde à dire, et le maire en tête, que Nouadhibou la capitale économique offre le triste spectacle d’une cité croulant sous les ordures. 

La commune à qui est dévolue le nettoyage de la ville a donné le cri d’alarme : Elle ne peut plus à elle seule assurer la collecte des objets. 

Par manque de moyens d’abord. Longtemps la mairie a vécu au rythme de retards de salaires et d’absence de budget. Maintenant les choses semblent au point. Après la mesure impopulaire de réduction du personnel (départ volontaire ou départs ciblés ou même chasse aux sorcières, selon les pro et les anti), la commune veut de nouveau assurer sa mission. 

Mis la tâche de nettoyer les écuries d’Augias semble difficile voire impossible. 

La ville produit quotidiennement 150 tonnes d’ordures et la mairie n’a, semble t-il les moyens que d’en collecter 20. 

Résultat : Partout des tas d’immondices, une odeur pestilentielle. Des cadavres d’animaux à même les trottoirs, de la ferraille partout, des ordures ménagères jetées ça et là. 

Le maire, M.Vadel Ould Aboubekrine, reconnaît l’impuissance de ses services ‘ tant que les populations n’auront pas changé de mentalité’. 

‘ il y a manque de civisme de la part de nos concitoyens qui continuent à exporter en ville les mentalités villageoises’. 

En effet, le constat est là .Beaucoup déversent indifféremment leurs ordures n’importe oû. 

La paupérisation fait qu’il y a des familles entières qui ne vivent que dans les poubelles à la recherche de nourriture. 

L’autre cause pourrait être cherché dans le fait que la ville ne dispose plus d’espace pour les ordures, plus aucun parc, aucune place publique pour déposer un bac à ordures. 

‘ Tout a été vendu ou transformé en mosquée ou gazrée’ confie un responsable à la mairie. 

Mais la commune n’est pas pour autant irréprochable. Ses équipes démotivées pour cause de 7 mois d’arriérés de salaires sont vaincues par les immondices qui, elles n’ont pas ralenti. 

La commune a été terrassée par la saleté. 

C’est à partir de ce constat que le maire a appelé à la rescousse l’administration. 

Une commission chargée de l’assainissement, présidée par le wali, a été mise sur pied. 

Après deux mois de travaux elle a rendu son rapport : Seule une campagne régionale de grande envergure sauverait la ville des …ordures. 

D’après une source proche de la commission, sur les 45 millions d’ouguiyas jugés nécessaires à la lutte contre l’insalubrité, 18 millions ont été collectés. 


La SNIM , les deux ports et les hommes d’affaires de la ville ont mis la main à la poche. 

Les autorités avaient promis que la campagne se déroulerait en toute transparence. 

A son début (dans la phase préparatoire du moins) la presse siégeait. Puis depuis quelques temps cette dernière n’est plus au courant de rien. 

Un confrère pense que rien n’est transparent dans l’opération. Le  24 avril, le coup d’envoi de la campagne dans sa partie pratique, a été donné par le wali en grande pompe. Curieusement tous les participants (administration, élus, société civile …) étaient en grande tenue: jolis boubous blancs et bleus. 

Parmi ce beau monde aucun n’a donné un coup de pelle dans le tas d’ordures situé au quartier des abattoirs.Il fallait donner l’exemple. 

Les riverains n’ont pas été associés. Aucune explication. Aucune indication. 

La population a observé de loin .Bulldozers, pelleteuses et bennes vrombissaient. 

Athié Youssouf 

CP.Nouadhibou

Source : La Tribune n°498 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann