Faits divers

21 04 2010

5 ans de prison pour un voleur et son complice 

La cour correctionnelle près le tribunal de Nouakchott s’est réunie le mercredi 7 avril 2010, pour étudier plusieurs dossiers dont le plus difficile était celui d’un chauffeur de taxi du nom de Bahi Ould Mohamed El Béchir et Alioune Ould El Kory, boucher de son état.

Les victimes de vol de moutons étaient au nombre de 59, toutes d’ailleurs étaient présentes ce jour et elles ont défilées à la barre, chacune pour raconter comment elle a perdu son bien.

A la barre, les thèses des deux co-accusés n’ont pas été convaincantes. Bahi, le chauffeur accusé d’être le voleur de moutons et de chèvres qui inquiétait plus d’un dans la moughataa de Teyarret , Alioune, le boucher, était son principal client, à qui il vendait les moutons et chèvres à des prix dérisoires. Selon certaines victimes, le chauffeur faisait la ronde dans les rues désertes et une fois qu’il fait le plein de la malle arrière de son véhicule, il part faire l’affaire chez Alioune. A la barre, les versions des plaignants allaient dans le même sens,las, le président de la cour correctionnelle, le parquet, les policiers, les victimes, vu le temps que cela a duré, la cour a décidé de statuer. Devant leurs proches, Alioune et Bahi, seront tous deux condamnés à 5ans de prison et le remboursement d’une somme de 4.825.000UM qui représente le prix du bétail volé. Une amende de 230.000UM leur a été collée. Les deux hommes sont partis pour le pénitencier de Dar Naim, leurs parents sont aussi repartis en pleurant et les victimes sont satisfaites en attendant d’être appelés pour leur argent.

A la plage : Pour un téléphone, il poignarde son ami ! 

Les nuages du différend  entre les deux amis se sont annoncés quand Dah avait remis son téléphone portable à son ami Cheikh pour le lui vendre, tout en lui promettant une commission.

Le portable est liquidé mais Cheikh a voulu garder toute la somme, ce que Dah, n’a pas accepté et une bataille acharnée s’ouvre entre les deux amis.

En pleine bataille, cheikh remarque une force de lion chez son rival et il prit son couteau et le lui pointa dans son vendre. Les cris de détresse de Dah ont attiré l’attention de quelques éléments du commissariat de sebkha I qui étaient dans la zone, qui se sont rendus sur le lieu du drame alors que Cheikh avait pris la poudre d’escampette. Les policiers amènent Dah, au Centre Hospitalier National où il sera admis au bloc selon les sources policières. Alors le commissaire, demande aux éléments de
la P.J, à savoir Hawari, Mohamed Ali et Moustapha de tout faire pour dénicher l’auteur du crime le plus tôt possible. En un laps de temps, Cheikh est délogé par les policiers qui étaient à sa trousse puis déferré au parquet. Après étude du dossier, le Procureur demande à ce qu’il soit retourné au commissariat en attendant que la victime fasse une déposition,  ce que Dah a fait. De nouveau Cheikh est déferré, devant le procureur, lors de son audition, il avance plusieurs thèses avant d’avouer son crime. Envoyé devant le juge qui consulte son dossier puis l’écoute avant de lui coller un mandat de dépôt. Le malfrat refuse d’embarquer et affronte les deux policiers Salem et Moustapha qui l’accompagnaient. En présence de ses parents impuissants, les policiers le maîtrise et le dépose dans la maison du silence de Dar Naim. 

L’anti-drogue continue sa mission ! 

Un faisceau d’indices a poussé le patron du commissariat de police anti-drogue a mobilsé ses hommes pour mettre appréhender un dealer qui fait ses bonnes affaires dans la capitale.

Selon nos informations, l’équipe repère et encercle la maison où loge le suspect Traoré Abderrahmane qui est de nationalité Guinéenne. Quand toutes les conditions ont été réunies, quelques hommes de l’équipe y ont effectué une descente pour mettre la main sur Abderrahmane et à ses cotés ils ont trouvé un sac contenant 12KG de chanvre indien a-t-on appris de sources bien informées. Lors de cette opération Abderrahmane n’a opposé aucune résistance. Au commissariat, après interrogatoire, le procès verbal et le déferrement d’Abderrahmane sont édifiés et il a été déferré. Devant le Procureur, il avoua et par la suite il a été déposé à la prison de Dar Naim.

Arafat : Un fou fracasse le crâne d’un chauffeur 

 Il était 19 heures  passées ce vendredi, alors que le carrefour du poteau 6 grouillait de voitures allant dans les quatre sens, Foilily, le fou de la zone se faufile aisément entre les voitures. En voulant tomber sur l’une d’elles qui a trouvé le passage pour partir, le chauffeur klaxonne de façon  assourdissante, ce qui a peut être dérangé Foilily qui n’a trouvé rien de mieux à faire que de ramasser une grosse pierre qui fait partie des débris d’une maison que le bulldozer de la gazra  avait cassée et de fracasser avec la tête du chauffeur qui la tympanisé. Laissant son sang couler à flot, ce dernier ne pouvant plus se ternir debout à cause des vertiges, s’allonge sur la route. Ses deux amis qui étaient avec lui le transportent d’urgence à l’hôpital où il a reçu des soins intenses et  vu sa santé qui s’est détériorée, il est hospitalisé. Le reporter de
la Tribune qui avait assisté au drame, s’est rendu par la suite au CHN où il a vu la victime et il a interrogé ses parents sur cette tragédie. Tous étaient sur la même longueur d’ondes, «c’est un fou, alors nous ne pouvons pas porter plainte contre un malade mental ». «  Seulement on se remet à Allah ! » pousse sa mère avec une voix lourde en sanglot.  

Le fou avait pris ses pieds à son cou pour s’évaporer. A en croire que toutes les Moughataa de Nouakchott sont pourvues de fous à majorité des jeunes dont la plupart sont agressifs.

La semaine dernière une consoeur a été agressée en plein centre de Tevragh Zeina par un fou de nationalité sénégalaise qui lui a arraché son sac contenant son portable, ses pièces d’état civil et autres objets précieux. C’est grâce à l’intervention de jeunes égyptiens qu’elle a pu retrouver son sac.

 Pour cela, comme le commissariat au droit de l’homme et à l’action humanitaire s’occupe d’une manière à une autre aux mendiants doit aussi réfléchir  et de façon sérieuse pour cette  autre catégorie d’êtres humains en déficience en leur créant  des maisons d’accueil. Ces  folles et fous  dont le nombre ne cesse d’accroître et qui sont devenus un danger pour la population sur pour les femmes et les enfants. Le cas des fous doit être pris au sérieux avant que le pire ne s’installe.

Une femme verse de l’huile chaude sur sa co-épouse 

Furieuse d’avoir été abandonnée par son époux, père de ses trois enfants au profit de sa co-épouse, B.Traoré, une jeune femme qui occupe un important poste dans une grande société de la place, alors qu’elle traîne une grossesse, n’a pas cherché midi à quatorze heures pour se venger.  Et sa cible c’est tout simplement sa co-épouse qu’elle a arrosé avec de l’huile qu’elle avait chauffée. B. Traoré qui avait pris la fuite après son forfait s’est finalement  rendue chez son père à Dar Naim. Heureusement pour N.M.Rachid qui dormait en  couvrant son visage d’un drap, qui a empêché l’huile de le toucher. Selon des personnes proches de cette dernière il y a eu plus de peur que de mal car l’huile ne fût pas tellement chaude. Il était 17 heures, quand son mari fait son entrée et trouve que sa maison refusait du monde, alors sa jeune lui raconte ce qui s’est passé. Il amène N… dans une clinique et le docteur lui dit que « sa santé n’est pas en danger », et il lui prescrit une pommade à appliquer quand elle sent des brûlures.

Les parents ont voulu porter plainte contre B…mais le mari de leur fille leur a dit qu’il est le principal concerné. Et il a réagit à sa manière. Les faits se sont déroulé au quartier Ksar mardi passé aux environs de 16H..

Source : La Tribune n°497

 

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann