Otages :

15 03 2010

Le fric, c’est chic

 

C’est malheureux de le dire de la sorte, mais la question des otages dans l’espace sahélo-saharien est devenu une affaire de fric. Une affaire qui rapporte gros. Surtout quand elle se couple avec les trafics de tous genres. Des enlèvements par sous-traitance. Des circuits d’intermédiation. La chaîne se met en place. L’arnaque aussi.

Seule l’otage espagnole, Alicia Gamez, a finalement été libérée. Et rapidement acheminée en Espagne après un passage au Burkina Faso dont les autorités ont joué un rôle fondamental dans sa libération. Philomène Kaboré, l’italienne d’origine burkinabée, n’acceptera de quitter son mari retenu en même temps qu’elle par AQMI dans le désert malien. Une leçon d’humanité et de courage que cette femme de 35 ans donne à ses ravisseurs et au monde d’aujourd’hui.

Pour sa part Alicia Games a eu ses premiers mots pour ses compagnons restés entre les mains de leurs ravisseurs : Roque Pascual et Albert Viralta. «Je suis très heureuse d’être de retour à la maison et ma joie sera complète quand Albert et Roque seront de retour», a-t-elle expliqué.
«Pour le moment, je veux être avec ma famille et j’espère que les gens respecteront cela pendant que nous attendons tous la libération rapide de mes compagnons», a-t-elle ajouté.

Les autorités espagnoles ont vite déclaré qu’aucune rançon n’a été versée pour libérer cette otage. Pour sa part AQMI a déclaré que cette libération a été possible quand Alicia Games s’est convertie à l’Islam.

Par ailleurs AQMI a fait savoir qu’elle xigeait le paiement d’une rançon de cinq millions dollars contre la libération des deux autres espagnols. Pour les deux italiens rien n’a été précisé jusqu’à présent.

En attendant d’y voir clair, la lutte contre le terrorisme s’organise. Les pays reviennent à la cause commune. C’est ainsi que l’Algérie accueille, mardi prochain, une conférence des ministres des affaires étrangères de la région sahélo-saharienne. Seront présents les ministres du Burkina Faso, de la Mauritanie, du Mali, de la Libye, du Niger et du Tchad. Seul parmi les pays nommément cités par AQMI comme terrain d’action, le Sénégal sera absent.

La conférence sera consacrée « à une évaluation de la situation qui prévaut dans la région, en particulier sous l’angle de la recrudescence des actes terroristes et de la menace que représente ce fléau et ses connexions avec le crime transnational organisé et les trafics de tous genre, sur la paix, la sécurité et la stabilité de la région », a précisé le ministère dans un communiqué, cité par l’agence algérienne APS.
La conférence doit permettre aux pays participants d’« examiner et arrêter les mesures, au plan bilatéral et régional, pour éradiquer ce fléau ainsi que les voies et moyens de la relance du développement économique au profit des populations de cette région », a ajouté la même source.

Source : La Tribune n°492


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann