1ère sortie du PM devant la presse :

8 03 2010

Le degré zéro de la communication

 

La sortie ne donnait pas l’impression d’avoir bien été organisée. Sur le plan «technique» si… dans la mesure où tout était en place, bien ordonné… les journalistes tenus à distance… à droite les proches collaborateurs – le ministre de la communication, les directeurs du cabinet du Premier ministre, sa conseillère en communication et le directeur de la presse écrite… à gauche les directeurs des trois organes de presse officiels et l’attachée de presse… surveillant le tout, le très professionnel directeur du protocole du PM… et, derrière, le portrait du Président de la République.

Dr Moulaye Ould Mohamed Laghdaf est Premier ministre depuis août 2008. Au lendemain du coup d’Etat, il a été choisi à ce poste par le Général Mohamed Ould Abdel Aziz. Puis il a été reconduit au même poste au lendemain de la mise en œuvre de l’accord de Dakar qui mettait en place un gouvernement d’union nationale devant gérer la phase menant à l’élection présidentielle. Nouvellement reconduit au poste par le Président élu, Mohamed Ould Abdel Aziz. Durant toute cette période, le Premier ministre Ould Mohamed Laghdaf n’a jamais accepté de faire face à la presse, ni d’accorder une interview à l’un des organes locaux. C’est pourquoi cette première sortie était tant attendue par les journalistes.

Elle arrive aussi à un moment où quelques crises sociales s’annoncent. Dont notamment les menaces de grèves lancées par les syndicats de l’enseignement et de la santé. A un moment où le pays fait face à la menace terroriste d’exécuter les otages enlevés sur le territoire mauritanien et retenus désormais au Mali. A un moment où les autorités sont appelées à s’exprimer sur la mise en œuvre d’un programme largement détaillé lors de la campagne électorale du Président Ould Abdel Aziz. Programme dont la philosophie essentielle est la rupture avec la mal-gouvernance du passé. Lutte contre la corruption et la mauvaise gestion, lancement de grands chantiers de développement, mise en œuvre de politiques ciblées bénéficiant aux populations nécessiteuses, infrastructures, eau, énergie, santé, éducation, administration, justice… un front à ouvrir contre tous ces maux qui ont justifié l’instabilité du pays et son mal-être.

Cette sortie arrive aussi au moment où l’on parle beaucoup de l’inefficacité du gouvernement que le Président Ould Abdel Aziz s’est choisi au lendemain de son élection. De l’absence de son Premier ministre et de son incapacité à incarner – ou même à accompagner – les velléités de la «Mauritanie nouvelle» promise par Ould Abdel Aziz. Autant dire donc que cette première sortie était attendue…

Personne dans la salle ne savait ce qu’il allait dire quand il fait son apparition. Peu avant son entrée, les journalistes s’amusaient à essayer d’anticiper : «on ne sait jamais avec cette Mauritanie nouvelle, peut-être va-t-il nous annoncer sa démission», ironisait quelqu’un. Ce ne sera pas ça. 

Quand il prend la parole, Dr Moulaye Ould Mohamed Laghdaf semble plutôt serein. C’est au cours de la conférence qu’il va tiquer. Cela s’exprimait par l’attitude : les deux mains jointes, de fréquents battements de mains, un sourire nerveux, des choix peu judicieux de mots… D’abord l’exposé du motif de la conférence de presse : un bilan de l’action gouvernementale. Quelques unes des réalisations accomplies, à travers «l’exécution du programme du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz». Sécurité alimentaire, hydraulique, infrastructures de base et, notion générale, amélioration des conditions de vie des populations.

Evoquant la question de l’eau, il a annoncé que le gouvernement travaille sur l’exécution de 3 grands projets qui définiront la future architecture de l’approvisionnement de notre pays en eau potable : – Projet visant l’exploitation de la nappe du Dhar au Hodh Charqi qui vise à alimenter les villes de Nema, d’Adel Bagrou, de Timbedra et les agglomérations avoisinantes. Les travaux auraient déjà commencé selon lui. Les réseaux d’approvisionnement de ces villes et villages seront disponibles dans les plus brefs délais ; – Projet Aftout oriental qui couvrira la zone du triangle de la pauvreté. C’est là un projet ambitieux pour approvisionner 500 villages dans cette zone peuplée à travers le lac Foum Legleyte. Les études ont été déjà achevées pour ce projet pour lequel les efforts sont mobilisés afin d’obtenir son financement estimé à 81 millions de dollars dont 60 millions sont déjà disponibles. En attendant le reste du montant, les travaux seront lancés pour les lots déjà financés ; – Projet Aftout Essahili, entré dans sa phase finale dès lors que les parties restantes de son financement ont été obtenues, notamment celle relative au réseau de distribution à l’intérieur de la capitale, estimée à 127 millions de dollars.

En complément du Projet Aftout Essahili, il a été convenu avec la République populaire de Chine de financer un projet d’assainissement à Nouakchott pour une couverture de 199 millions de dollars déjà obtenue. Il a précisé que les travaux dans ce projet seront lancés dans les mois à venir. Il faut compter en plus 380 projets hydrauliques en cours d’exécution dont la plupart ont été déjà achevés et qui permettront à environ 300.000 citoyens d’accéder à l’eau potable.

Pour Ould Mohamed Laghdaf, l’enclavement est corollaire de la pauvreté, d’où la priorité accordée à la réalisation d’infrastructures routières. Et de citer des projets en cours d’exécution et dont les financements sont déjà disponibles comme la route Atar-Tidjikja, pour un coût d’environ 120 millions de dollars, la route Kiffa-Tintane, pour une couverture de 12 milliards d’ouguiyas provenant des bailleurs de fonds arabes, la réhabilitation de la route Rosso-Nouakchott, financée par l’Union européenne et la Banque mondiale, la route Nema-Bassiknou-Vassala que l’Iran a offert de financer, la route Tidjikja-Kiffa-Kankossa-Ould Yenge-Gouraye pour un coût de 71 milliards d’ouguiyas dont 38 millions de dollars ont été promis par la Banque islamique de développement. Les travaux dans le tronçon Kiffa-Kankossa correspondant à ces 38 millions de dollars seront lancés très prochainement, a-t-il annoncé, ajoutant que la Jamahiriya arabe libyenne s’est engagée à financer certains tronçons à hauteur de 100 millions de dollars. Quant à la liaison entre Keur Macène et la route Nouakchott-Rosso, longue de 33 kilomètres, pour un coût de 3 milliards d’ouguiyas prélevés sur le budget de l’Etat. Rappelant que cette zone regorge de ressources touristiques et oubliant de mentionner les autres raisons économiques (agriculture) et sociales (population et échanges avec le Sénégal tout proche). Il ne manquera pas de faire le bilan de la voirie de Nouakchott.

A propos de l’énergie, le Premier ministre a promis une solution définitive à l’alimentation des villes de Nouakchott, Nouadhibou et Kiffa. A Nouadhibou, la création d’une centrale éolienne est prévue selon lui ; à Kiffa ce sera une solaire. Chacune de ces centrales produira 100 MW, ce qui couvrira largement les besoins de ces régions. Pour la capitale, ce sera grâce à l’acquisition de 10 groupes électrogènes et la conclusion d’un contrat avec une société anglaise pour la création d’une centrale d’une capacité de 36 mégawatts, ce qui permettra d’obtenir 46 nouveaux mégawatts, doublant ainsi la production électrique à Nouakchott. C’est là, a-t-il dit, une solution provisoire en attendant la réalisation du grand projet qui permettra la disponibilisation de 700 mégawatts, par le biais du gaz, grâce à un partenariat avec la société Petronas et Gaz de France. Un projet dont il a été juste question mais dont le gouvernement de Ould Mohamed Laghdaf a retardé études et mise en œuvre du projet en refusant de discuter un accord avec Petronas.

Même s’il a insisté sur les efforts consentis dans la recherche d’une solution à l’endettement des agriculteurs, le PM Ould Mohamed Laghdaf n’ira pas au-delà. Ni chiffres concernant l’emblavement ou la production, rien concernant les problèmes de commercialisation de la production de cette année. A ce niveau du volet de la sécurité alimentaire, nous retiendrons : allègement des dettes contractées par les agriculteurs, grâce à l’annulation de 5,7 milliards d’ouguiyas sur un total de 12 milliards d’ouguiyas. A noter aussi la mobilisation de 1,4 milliard d’ouguiyas pour la clôture, en grillage, de 14 000 hectares dans 7 wilayas, précisant que 70% de cette opération ont été jusqu’ici réalisés et que le reste sera achevé dans un mois. Et la création d’un crédit à l’élevage.

Clou de la conférence, la question des indemnités accordées aux fonctionnaires. Il a indiqué que le gouvernement a mené une étude sur les indemnités et les avantages accordés aux fonctionnaires de l’Etat qui lui a permis de constater que plus de 9 milliards d’ouguiyas étaient supportés par le budget de l’Etat pour des dépenses sur l’eau et l’électricité, les logements conventionnés l’acquisition de véhicules et le carburant, soulignant que ces avantages profitaient seulement à 3000 personnes, dont la plupart sont à Nouakchott, sur un total de 37000 fonctionnaires. Devant cette situation, a ajouté le Premier ministre, le gouvernement a décidé de prendre des mesures de nature à assurer la justice et la transparence, car profitant à tous les fonctionnaires de l’Etat et ce à travers l’institution d’une indemnité de transport allant de 3000 à 54000 ouguiyas non imposable par mois et une indemnité de non logement, en plus d’autres mesures complémentaires portant sur l’attribution de parcelles de terrains aux fonctionnaires, selon les lieux de leur présence et la création d’un mécanisme permettant aux fonctionnaires de profiter de prêts pour les constructions.

Quand le Premier ministre finit son exposé, un journaliste lui demande de faire un résumé en français au profit des francophones présents. «Débrouillez-vous, nous sommes dans un pays arabe…» Froid dans la salle. Une première dans l’histoire du pays. Un net retour en arrière par rapport à la question des langues en Mauritanie. Mais passons… parce que les questions des journalistes suivront.

Dr Ould Mohamed Laghdaf répondra à peine à 50% des questions. En répondant aux autres, il escamotera l’essentiel. Probablement par ignorance, donc de bonne foi. Sur la question de l’énergie, il était clair que le Premier ministre avait mal (ou peu) lu ses dossiers. Quand est-ce qu’il a décidé de faire la conférence ? a-t-il pris le temps de travailler sa présentation ? Peu probable.

Retenons quelques unes des assertions. La Mauritanie ne discutera point avec les terroristes mais fera tout «pour que ceux qui sont de l’autre côté, qui sont loin de chez eux, puissent rentrer chez eux…» Comme s’il ne s’agissait pas d’otages, enlevés sur le territoire mauritanien et retenus par la force dans le Sahara malien. «Les mesures concernant les indemnités devaient être applaudies…» Joignant le geste à la parole et oubliant que le choix des mots à ce stade est très important pour faire passer son message. Oubliant aussi que le mot «applaudissement» fait référence à une méthode de gouvernant dont le régime de Ould Abdel Aziz se voudrait la négation. D’ailleurs, Dr Ould Mohamed Laghdaf n’a en rien incarné la philosophie de ce régime. Comme il n’a pas communiqué ce volontarisme qui caractérise la ‘méthode Aziz’. Ajouter à ces défaillances sur le plan de la communication, les grands oublis du Premier ministre : l’éducation, la santé, la justice, l’administration… Rien de tout ça. Prétexte : «si j’en parle ce sera l’exposition d’une déclaration de politique générale, d’un programme de gouvernement. Nous sommes restés un jour devant le Parlement pour le présenter…» Et quelqu’un d’objecter : «faites le bilan de ce programme, et vous ne perdrez pas cinq minutes».

Le Premier ministre accepte la décision du conseil constitutionnel même s’il estime que «le Gouvernement a présenté une très bonne loi à la hauteur de l’ampleur des défis auxquels fait face le pays et que cette loi a été adoptée par l’assemblée nationale et le sénat mais qu’elle a fait l’objet d’une certaine opposition sous prétexte que certains de ses articles sont non constitutionnels». Tant mieux.

Et quand l’un des journalistes de l’AMI pose une question sur les conclusions du comité interministériel qui doit réfléchir sur la situation des médias publics. «C’est une affaire interne dont je vous entretiendrai en privé…» Le rire sec du Premier ministre trahit sa méconnaissance du dossier ou encore le retard dans le traitement du dossier. Comme d’ailleurs pour tous les autres dossiers… Il apprend visiblement sur place la question de la lettre de l’Union Européenne rappelant au gouvernement mauritanien l’existence d’une enveloppe de plus de 150 millions euros qui doivent obligatoirement être décaissés avant la fin mars. Il tente d’abord une polémique sur les chiffres en disant au journaliste qui a posé la question : «vous êtes sûr du chiffre ?qui vous l’a donné ?» Cela ne donne rien. La réponse est évasive et promet que tout entrera dans l’ordre. Est-ce que cela affectera la réunion de Bruxelles ? Mystère.

Si l’exercice avait pour but de sensibiliser sur l’action du gouvernement, la moisson est pauvre. Si l’exercice avait été de vouloir désamorcer la bombe sociale qui est annoncée pour la mi-mars, l’objectif ne semble pas atteint dans la mesure où l’amalgame est resté. Si l’objectif avait été de convaincre les sceptiques ou de répondre aux allégations des détracteurs, cela n’a pas été clair… d’autant plus qu’au lendemain de cette sortie voulue rassurante, le prix des hydrocarbures allaient augmenter sans raison apparente, et que des coupures intempestives d’électricité allait paralyser des heures certains quartiers de Nouakchott. Cela sonne comme un démenti… Alors ?

La première sortie du Premier ministre Dr Moulaye Ould Mohamed Laghdaf a donné un résultat, un seul : révéler la personne. Rien de plus.

 

MF Ould Oumeir 

 

Source : La Tribune n°491 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann