L’approvisionnement en eau potable : La CUN fait face.

1 03 2010

D’après l’OMS, environ 1,1 milliard de personnes dans le monde n’ont pas accès à l’eau potable.

A Nouakchott, les points de vente d’eau constituent un mode de distribution alternatif pour les ménages non raccordés au réseau de la Société Nationale de distribution d’eau (SNDE), c’est-à-dire pour près de deux tiers de la population de Nouakchott, soit environ 800 000 habitants.

L’expérience de la Communauté Urbaine de Nouakchott en matière d’accès aux équipements à l’eau se présente ainsi : A la métropole de Nouakchott, le taux d’accès à des sources améliorées d’eau est l’un des plus faibles des grandes agglomérations du pays (31%).

Si l’on prend en considération les charrettes (avec fût), le taux d’accès à une source améliorée à Nouakchott devient 91%. En pratique la situation est très différente, car les aspects considérés comme sources améliorées ne contribuent aucunement à un accès à une eau potable.

De plus, « en période de chaleur, les prix augmentent et les chauffeurs de camions citernes vendent l’eau aux plus offrants et non aux points d’eau prioritaires. Ce sont alors les Consommateurs des quartiers les plus défavorisés qui se retrouvent sans eaux.»

Conscients du problème, la Communauté Urbaine a fait de l’amélioration de la régulation de la filière eaux « hors réseau » de la ville l’une de ses priorités. Le Projet de Gestion Communale de l’Eau de la Communauté Urbaine de Nouakchott (PGCE) est, en conséquence, mis en place.

Le PGCE a permis de disposer d’une filière de distribution d’urgence de l’eau ainsi que d’une équipe d’inspection de l’eau qui veillera au respect de normes sanitaires et tarifaires. Il s’agit d’une police qualifiée en terme de vérification de la qualité d’eau (en imposant la présence de chlore pour la désinfection), il s’agit aussi de verbaliser les vendeurs dépassant le prix de vente fixé par le conseil communal.

D’où un impact socio- économique positif en faveur d’une frange vulnérable regroupant plus de 78% de la population de la Ville de Nouakchott. Une composante élémentaire du PGCE consistait à procéder au financement d’une étude qui évalue la qualité physicochimique et bactériologique de l’eau des différents circuit d’approvisionnement à Nouakchott.

Les résultats montrent que 93% des 150 points d’eau enquêtés sont contaminés par les bactéries. Ce qui démontre l’état de dégradation de la qualité de ces points d’eau au niveau de différentes communes de Nouakchott. L’ampleur de la contamination traduit certains problèmes de santé (maladies diarrhéiques) au niveau des populations s’approvisionnant à partir de ce système.

En fait, un programme d’assainissement et l’installation d’une zone de sécurité autour des points d’eau, ainsi que l’aménagement des bassins en vue d’assurer une bonne étanchéité sont en cours de réalisation. D’autres mesures suivront prochainement notamment en ce qui concerne : la formation des gestionnaires des points d’eau et des transporteurs sur les mesures d’hygiène et le traitement de l’eau ; la mise en place d’un programme de sensibilisation des ménages sur la préservation de la qualité et du traitement de l’eau ; etc.

A Moyen terme, avec l’avènement de l’alimentation de la ville à partir du Fleuve Sénégal, (Aftout ES Saheli), un programme d’extension du réseau d’alimentation doit être mis en œuvre pour les quartiers non raccordés, et pris en compte dans le cadre de l’implantation des nouveaux quartiers. La Communauté urbaine se penche actuellement sur l’élaboration d’un plan d’action d’assainissement qui devra accompagner cette dynamique pour anticiper sur les conséquences environnementales liées au déversement des quantités importantes d’eaux usées.

Le projet Aftout Es Saheli, dont la fin est prévue en septembre 2010, apportera donc un bienfait important pour la population de Nouakchott qui demeure en grande partie mal desservie. Pourtant l’extension du réseau n’étant pas financée pour l’instant, il faudra alors encourager les branchements individuels et sans doute aussi, malheureusement, continuer à compter sur la distribution par camions citernes, avec les frais de maintenance et les tracas que cela suppose, pendant quelques années…

Cependant, le Projet de Gestion Communale de l’Eau de la CUN est un exemple concret de solidarité Nord/ Sud puisqu’il est financé en partie par l’Union Européenne qui a été sensible à l’approche de proximité et de régulation publique que ce projet permet.

Enfin, au mois de mars 2009, lors du 5ème Forum Mondial de l’Eau à Istanbul, la Communauté Urbaine de Nouakchott a pris part au programme des autorités locales tout en présentant son expérience en matière d’amélioration de l’accès à l’eau à des populations vivant avec moins de 15 litres d’eau par jour et par personne. Lors de cette manifestation, un premier contact a été pris avec la Ville de Lausanne et en particulier son service de l’eau ‘‘eauservice’’.

En juillet de la même année, la responsable du projet Solidarité internationale de ‘‘eauservice’’, a effectué une mission à Nouakchott. Des visites de terrain et des séances de travail ont permis de définir conjointement avec la CUN des activités à réaliser à Nouakchott afin d’améliorer l’accès à l’eau des populations défavorisées. Dans cette dynamique, la Ville de Lausanne et la Communauté Urbaine de Nouakchott ont décidé de tisser un partenariat pour la mise en œuvre du projet « Amélioration de l’Accès à l’Eau » PAAE.

Ce projet d’une durée de 15 mois, et qui s’inscrit dans une logique de complémentarité et du renforcement du projet PGCE, a pour objectif:

- l’amélioration des capacités de la Communauté Urbaine et des Communes en matière de distribution d’eau aux populations (acquisition de camions citernes, ces derniers sont déjà à Nouakchott);

- l’extension du réseau d’eau de Riyad et création de 5 bornes fontaines;

- la réhabilitation de bornes fontaines existantes

- la mise en place d’une campagne de sensibilisation des populations aux problèmes de qualité et tarification de l’eau;

M FBarrada 

Source :www.cun.mr 


Actions

Informations



Une réponse à “L’approvisionnement en eau potable : La CUN fait face.”

  1. 12 06 2010
    aicha (14:44:15) :

    merci beaucoup,c’est trop important

Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann