Droits de l’homme :

22 02 2010

 Mission terminée pour la délégation de la commission de l’UA en Mauritanie 

  Une délégation de la commission chargée des droits de l’homme et des peuples de l’union africaine a terminé une  mission de promotion qui a duré du 9 au 17 février 2010 en Mauritanie. Conduite par Madame Rêne Alappin Guaoussou, présidente de la ligue des droits de l’homme et des peuples, cette mission a visité certaines villes de l’intérieur du pays.  Objectif : vérifier si les articles 45 et suivants de la charte africaine des droits de l’homme sont respectés. Ainsi que les articles 1 à29 que tous les pays signataires doivent obligatoirement respecter (comme les droits indivisibles – primordiales). Dans ce cadre les représentants de la commission  africaine des droits de l’homme et des peuples ont rencontré toutes les parties qui militent pour les droits de l’homme. La Commission National des Droits de l’homme, les organisations de la société civil, des hauts responsables  de l’Etat et des partis de l’opposition, etc. ont été contactés par cette équipe composée de Madame Soyata Maiga, avocate au barreau du Mali représentante de la ligue africaine des droits de l’homme et des peuples, de  Mohamed Béchir Khal Falah , sénateur des tunisiens à l’étranger et président de la commission chargé des défenseurs des droits de l’homme, des droits économiques, sociaux et culturelles en Afrique, de Chaffi Bakary,  juriste de nationalité béninoise mais basé à Banjul.  Ils ont « parcouru la Mauritanie profonde », selon les propos de la présidente de la mission. Pour voir les réalisations qui on été faites  en matière de droits humains à l’intérieur du pays et à Nouakchott. Au programme, une visite à la prison centrale de Nouakchott, aux centres de détention des femmes et des enfants en conflit avec la loi et le nouveau programme de construction de prisons plus décent pour les détenus.  Un projet  de construction et de rénovation des lieux de détention financé par le programme italien « Terre des Hommes ». Cependant la présidente de la ligue des droits de l’homme et des peuples, Madame Rêne Alappin Guaoussou  a déclaré n’avoir  pas hésité à souligner aux autorités concernées son constat sur «  la précarité et l’indécence  »des bâtiments dans lesquels sont détenus les prisonniers. 

Au cour de leur visite dans les différentes structures de détentions, les membres de la commission ce sont entretenus avec des prisonniers. Ces   dernier leurs ont fait part des divers problèmes  auxquels ils sont confrontés. Mauvais traitements et longues durées de détention sans être entendu par un juge sont le lot de la plupart des personnes incarcérées. Durant leurs entretiens avec certains militants des doits de l’homme, les membres de la ligue des droits de l’homme et des peuples ont été invectivés par Birame Ould Dah, le président de l’IRA (Mauritanie) qui les a accusés de «travailler de mèche avec  le gouvernement ». 

Autre incident notoire durant cette visite de la délégation : des journalistes locaux de la presse arabophone, parmi lesquels des correspondants de chaines arabes étrangères, s’en sont pris à Mohamed Béchir Khal Falah. Le  sénateur des tunisiens à l’étranger et président de la commission chargé des défenseurs des droits de l’homme, des droits économiques, sociaux et culturelles en Afrique,  a été la cible de protestations virulentes de la part de ces journalistes qui lui en ont voulu de ne pas s’exprimer en arabe. «Vous êtes arabe, vous parlez à des représentant de media arabophones qui vous ont posé leurs questions en arabe, vous êtes tenu de répondre dans cette langue», ont crié certains confrères avant de claquer la porte à la conférence de presse tenue la semaine passée. Côté officiels, le procureur  général de la république, le ministre de la justice, ont également rencontré la délégation. Selon la présidente de la délégation avec eux, ils ont  «discuté de tous les sujets sans tabou». 

Au menu : l’esclavage et  ses séquelles, le problème des déportés, le passif humanitaire, le droit de la femme, des enfants, des populations vulnérables et la non applicabilité des lois.   À travers   les  débats et les discussions la commission a pu s’informer  sur  ce qui a été réalisé en matière de droit de l’homme en Mauritanie. Pour  mieux s’imprégner de la situation  actuelle des droits de l’homme dans notre pays affin de pouvoir agir efficacement dans ce domaine. Définir ensemble les problèmes et les obstacles à surmonter. « Parmi ces obstacles les moyens humains et matériels sont les plus importants ».   En matière de droit de l’homme c’est un idéal permanent alors la commission des droits de l’homme et des peuples  au sein de l’union africaine cherche à  accompagner les gouvernements et les peuples dans leurs choix.   

Feinda Traore

Source : La Tribune n°489 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann