Faits divers de la Tribune

16 02 2010

Boghé à l’image de Nouakchott : Un jeune poignarde son ami 

Une altercation opposant deux jeunes dans la soirée du mardi dernier a débouché sur un crime. Selon des sources bien informées les deux jeunes se sont bagarrés au cours d’une soirée dansante avant d’être séparés par des personnes qui étaient présentes.  Mais comme que l’affaire était d’ordre social, les deux protagonistes non pas voulu mettre fin à leur différend  et ils ont décidé de s’éloigner du monde pour solutionner leur problème. Ibrahima Dia et son rival Jiddi Ould Brahim se sont donnés rendez-vous derrière la digue non loin du canal. Là, les deux jeunes se trouvent et la bataille s’ouvre par de violents échanges de coups de poing en présence de leurs camarades. C’est après un combat acharné que Ibrahima est tombé et Jiddi  ne rate pas cette occasion et lui plante son couteau dans le thorax.

Selon des sources concordantes recueillies depuis la ville de Boghé, Ibrahima  rend l’âme sur le champ de «  bataille » et le meurtrier prend la poudre d’escampette. C’est une dame habitant non loin du lieu du crime qui a découvert le corps de Ibrahima sans vie et elle informa ses parents qui sont venus le prendre et l’amènent  au centre de santé de la ville. Le médecin constate son décès et évoque que le coup était violent et il a atteignit là où s’articulent les cotes et clavicules. En plus il a fait une hémorragie.

Le patron du commissariat de police de Boghé  et sa brigade recherche se rendent sur le lieu du drame et  ils ont ouvert une enquête pour élucider les circonstances du décès de Ibrahima Saidou Dia. Ensuite ils se sont  rendus au centre où se trouve la dépouille mortelle pour faire le constat. Après ils ont effectué des descentes musclées pour mettre la main sur le meurtrier et ses amis qui étaient présents lors du crime. Au commissariat, lors de l’interrogatoire Jiddi Ould Brahim a reconnu son forfait et le couteau a été retrouvé sur lui. Quant à ses amis, ils se sont montrés innocents a-t-on appris de sources proches du groupe. Les mêmes sources ont indiqués que les jeunes sont presque d’une même classe d’âge (13 à 15 ans). A en croire que l’un des jeunes du groupe et proche à Jiddi Ould Brahim qui s’appelle Ammy est complice.

De ce fait ils sont tout deux en garde à vue au commissariat de police de Boghé et ils seront déférés au parquet du Tribunal Régional d’Aleg dès que leur procès verbal soit paraphé. Et depuis que ce crime s’est produit, la panique s’est vivement installée dans cette ville. Tout est donc une question de «  mieux vaut prévenir que guérir ».           

 

 

 

PALAIS DE JUSTICE / Verdicts de la cour correctionnelle 

La cour correctionnelle du palais de justice de Nouakchott s’est réunie le jeudi ,4 février 2010 sous la présidence de Mr Mohamed Fall O. Lezgham, son patron.

Au cours de cette assise qui s’est déroulée en présence d’un grand public, plusieurs dossiers ont été consultés. Parmi les détenus il y a eu des condamnés et des acquittés.

Les condamnés :

Ch. .M’Baye et son complice M.Moussa, ils ont été déférés suite à un vol dans une boutique et chacun a écopé de 3mois de prison. Quant à Bouba et son lieutenant Saleck se sont vus attribués chacun 3 mois de prison plus une amende de 20.000UM. Pour les deux cavaliers et multirécidivistes M. Abderrahmane et A. Kader, la cour a accordé pour chacun d’eux 8 mois et une amende de 53.000UM plus une somme de 27.000UM de frais de justice.

Pour ce qui est des détenus sur consommation de drogue et chanvre indien, Moussa a été arrêté par une patrouille de la police à Riad, en situation d’ivresse et il a été déféré devant le parquet. Il est condamné à un mois de prison et il doit verser une amende de 10.000UM.

Haroun .O.Ch a écopé d’une peine d’un an, quant à la bande suivante : Brahim .O. A, Atigh, Samuel et Ma (deux étrangers) ont 3mois de réclusion.

Les acquittés : quelques détenus ont été acquittés par manque de preuves ou insuffisance.

PALAIS DE JUSTICE / Des escrocs bien martelés par la justice ! 

 Chez nous l’escroquerie ne cesse de gagner du terrain et de faire des victimes et dans ce cas la police et les juges ne finissent de serrer l’étau. Des peines à purger, des amendes à verser et des remboursements à effectuer ont fleuris lors des verdicts pour sanctionner  les hommes de ce fléau qui ne cesse de salir l’image de notre pays.

Certains livrent des chèques sans provision et tentent de fuir et d’autres se montre capables de fournir des passeports, des visas, des documents de terrains, de falsifier des documents et de trouver des évacuations à de malades , etc.  en plus ils tentent de jouer sur la conscience des autres.

Plusieurs personnes détenues dans le cadre de l’escroquerie ont été entendues avant de connaître leur sort en ce qui concerne la peine et les amendes à verser aux victimes et à la justice. Bah, un homme connu dans le milieu des escrocs s’est vu collé 5 ans avec une amende 400.000UM dont 100.000UM frais de justice. Il devra ensuite rembourser une somme de 43.000.966.000 UM à la partie civile. Quant aux deux amis Zeidane et Izidbih, ils endossèrent 5ans plus 500.000UM dont 200.000UM pour frais de justice. Pour Ould Mohamed, il est condamné à 1 an de prison. En plus il versera les montants de 1.800.000UM et 250.000UM pour deux hommes qu’il avait driblé et une somme de 40.000UM à la justice pour frais.

Ould Sadave qui a été déféré puis écroué pour escroquerie, il a 6 mois de réclusion. Il versera une amende de 30.000UM et remboursera les montants suivants 800.000UM et 1.120.000UM à ses deux victimes   

El MINA : Une bande de voleurs de véhicules en cendre ! 

Une bande spécialisée dans le vol de véhicules risque d’être éliminée par les limiers de
la Section PJ du Commissariat de police d’El Mina 1 dans le courant de la semaine dernière. C’est à la suite d’une multitude de plaintes et de déclarations déposées au poste du commissariat que les limiers se sont lancés dans la course. Mais c’est à la suite d’une information reçue qu’ils ont pu identifier le chef de la bande un certain Fadel et à repérer  le mécanicien qui se chargeait de dépiécer les voitures. Il s’agit de Yahya O…. Lors de leur descente dans la cour où s’effectuaient les opérations, les policiers ont trouvé 7 caisses de véhicules dépourvues toutes pièces importantes. Là, Yahya, ses apprentis et les caisses de véhicules ont été embarqués à destination du commissariat de police. Le chef de garage et ses apprentis après être entendus ont été déférés au parquet. Auditionnés par le Procureur de
la République et pour plus d’information il les oriente au juge d’instruction. Les apprentis libérés et les receleurs qui avaient achetés les pièces détachées des voitures ont été convoqués pour la restitution des pièces. Quant au mécano, Yahya, il s’en va à la prison de Dar Naim, tandis que Fadel est toujours en cavale. Mais des recherches musclées se poursuivent pour le déloger.

ZOUERATT : Un cadre de Mattel accusé de détournement 

Un cadre chargé de la gestion de Mattel à Zouératt, a été accusé de détournement d’une importante somme de 10.923.000 de nos ouguiyas a indiqué une source bien informée.

Dans ce cas, une plainte fut déposée et l’accusé a été arrêté par les policiers du Commissariat Spécial de

la Police Judiciaire, entendu puis déféré au parquet, mardi dernier à 10 heures.

Selon nos sources des proches du prévenu qui étaient présents lors de son audition avaient demandé à ce que l’affaire soit réglée à l’amiable. Après être entendu au palais de justice de Nouakchott, il a été ramené au CSPJ pour y retourner le jeudi dernier.

L’un des directeurs de la société qui représente la partie civile a dit que : «  la société demande son argent au complet » a-t-on appris de source policière. Non loin de là, il semblerait qu’un compromis est trouvé. A quand la fin des mauvaises manœuvres? Sûrement pas pour demain !

ARAFATT : Saleck de laveur de véhicules au voleur de véhicules ! 

Saleck était un jeune sans pareil, sérieux, confiant et honnête. Saleck avait une bonne réputation  et gérait bien son atelier de lavage de voitures au poteau 6. Du matin au soir il  est au travail. Il accueille ses clients avec ses sourires honnêtes et fait son travail correctement.  Saleck n’avait pas d’ami  et il était loin de tout soupçon. Il ne connaissait que son boulet et gérait modestement sa vie.  Il gagnait presque 3000 à 5000UM par jour ce qui lui permettait de satisfaire ses obligations quotidiennes et faire des économies. Cela c’était jusqu’à trois mois après son mariage avec une jeune fille issue d’une famille modeste.

Quelques temps après, Saleck commence à se métamorphoser. Il découvre des amis qui viennent régulièrement  prendre du thé dans son atelier et chez lui. Sa jeune épouse constate chez lui un comportement novice qui ne l’a plait pas et lui fait signe. Ce que Saleck  balaie du revers de la main. Il finit par  intégrer un groupe qui est spécialisée dans le vol de véhicules. Ses clients constatent aussi un changement négatif sur lui. Certains mêmes l’ont conseillé mais le virus que Saleck a contracté était puissant. Ses jours et sa bonne réputation sombres. Et son atelier est abandonné.

C’est dans la nuit du mercredi dernier, qu’il s’est lancé dans une opération de vol d’une Mercedes 200, stationnée devant une maison à la hauteur de l’épicerie Gaza  à Arafat pour être arrêté le lendemain soir au nord de Nouakchott avec son groupe a indiqué une source policière . A  en croire au commissariat, Saleck et ses amis sont entendus sur le vol du véhicule avant d’être déféré au parquet. Sa femme se rend au Cadi et demande son divorce. «  Je  n’accepterait jamais d’être à un voleur » a-t-elle rétorquait devant une grande assistance qui l’a vivement soutenue. Saleck perd sa femme, sa personnnalité et va en prison. Malheureux Saleck !

Source : La Tribune n°4888


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann