Les Echos de La Tribune Par Mohamed Fouad Barrada

7 12 2009

Sécurité ? 

Là où  la police, les forces armées et les autres composantes sécuritaires  ne s’attendaient point, il y a eu un enlèvement de trois   humanitaires espagnols à 170 kilomètres  au nord   de la capitale Nouakchott. Ils étaient en caravane composée  de cinq   véhicules   pour venir en aide aux plus nécessiteux.    Du coup les répercussions ont été marquantes : des affectations au niveau de structures ayant en charge  la sécurité.  Remue ménage au niveau de la police.  Et un  changement radical se matérialisant  par la nomination de l’ancien ‘baron’ de la Douane sous le  système Taya . Pourquoi, revient-il en force ? Il était nommé  par l’actuel pouvoir  comme secrétaire général au ministère de la défense, ensuite le voilà propulsé à la tête de la gendarmerie nationale. Ce qui sous-entend que le récent  kidnapping, bien que  choquant, risque de changer  la donne décisionnelle. Qu’est ce que N’Diaga Dieng a de particulier pour occuper ce poste ?    En effet, ce  rapt suscite des questionnements d’ordre existentialiste et au-delà d’ordre   économique.  Les  répercussions en terme touristique de cette prise d’otage ne sont évidement loin d’être scandaleuses. Le secteur a déjà subi des dommages suite à l’annulation du  Paris Dakar. Au moment où il  a commencé à   reprendre le relai, il a subi une énième attaque. Et comme c’est connu, les chocs, qui n’entrainent guère  une mort subite, renforcent  celui  qui les a subis.  A cet égard, l’afflux touristique n’a jamais dépassé la barre de 14 mille visiteurs annuels.  Ce qui  n’apporte que  le minimum au Produit Intérieur Brut. Il s’agit d’une somme avoisinant les 400 euros par touriste par an.   Présentement, leur  nombre n’atteint    que  rarement les 4000 individus annuellement. Et cela depuis les attaques d’Al-Qaeda notamment en 2007. Depuis lors les agressions à l’encontre du pays  se sont  succédées    avec une fréquence frappante.  Il en résultait   une logique  sécuritaire alimentée, certainement,  par une autre économique  influencée,  en fait, par des enjeux à la fois politiques et idéologiques.    Dans l’immédiat,  certes, les investissements directs étrangers en dehors  du secteur pétrolier  ne sont  guère significatifs.  Tant s’en faut.   Et ces IDE  fuient généralement  les  zones instables.  Toutefois, la position géostratégique du pays  est exemplaire  pour la consolidation de la Coopération  Sud-Sud. Elle   exige  une  nécessité  des autorités en place d’adopter une neutralité objective quant aux politiques internes des pays voisins.  En somme, il faut s’éloigner des conflits bilatéraux et régionaux. Le but étant de promouvoir  une approche sécuritaire régionale et de drainer le maximum d’investissements  tout en  sécurisant  ce qui existe déjà. 

m_barrada@yahoo.fr

Source : La Tribune n°478 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann