Les Echos de la Tribune Par Mohamed Fouad Barrada

11 11 2009

 Attention au tourisme sexuel !  

Elles  seraient au nombre de 4  mauritaniennes accompagnées d’étrangers  déclarant être des touristes. Des tentes ‘alimentées’ en électricité par des groupes électrogène et des matériaux de tournage (pour projection) ont été dressées. Le  tournage d’un film  vulgaire et  abject était, bel et bien, en cours de réalisation à 10 kilomètres sur la  route bitumée d’Akjoujt.  

A une époque où le tourisme sexuel fait  l’objet d’un tabou déguisé dans les pays du  nord de la Méditerranée, l’arrestation par la gendarmerie nationale,  d’auteurs de la mise en scène de ce film ‘immoral’  mérite d’être saluée : elle sonne comme une prise de  conscience face à un phénomène  souvent  traité de la manière la  plus simpliste. 

Pour une société, certes  jusque-là, épargnée de ce type de  délinquance érotique, l’événement est particulier en son genre. Cependant,  cette société  ne peut  jamais,   être à l’abri d’un  tourisme sexuel qui touche déjà  ses voisins. En cette année, durant la visite, d’une délégation étrangère,  des réseaux parallèles de la promotion de la prostitution  se sont activés dans des hôtels de luxe de Nouakchott-ville. Des albums photos des belles  filles ont été exhibés   par  des chauffeurs de véhicules  de location et autres.  A titre d’illustration, une femme   sortant  d’un luxueux hôtel de la capitale, elle   y avait visiblement passé la nuit dans une chambre de ‘snobisme’, s’apprêtait à   prendre un taxi sans pour autant avoir la monnaie locale. Elle avait  brandi le billet de 100 dollars au conducteur en question,  prétextant qu’elle  n’avait  guère de l’ouguiya. Elle voulait avec ce geste  à tout prix débarquer chez elle.  « Que faisais-tu là seule avec des étrangers? Interroge l’automobiliste.  

-         Je cherchais l’argent avec ce pourri de friqué.    

-         Vous ne croyez pas que vous allez  payer cher  ces actes.  

 Deux  raisonnements  avec des objectifs diamétralement opposés. L’une cherche de l’argent facile, l’autre a eu la chance de trouver un ‘job’ lui permettant de subvenir à certains de ses besoins.  Quel regard porte-t-on  sur ces deux individus de sexes différents ? »(NDR)     

Les pays limitrophes de l’Europe, et qui font l’objet d’un grand afflux touristiques, sont depuis longtemps  confrontés  à ce  type de tourisme odieux. Les promoteurs de ce mode  touristique  gravitent aussi  autour des hôtels de luxe. C’est ainsi,  qu’un récit,  évoque qu’une femme allemande accompagnée de sa fille trouvent    le plaisir, en Tunisie,  de coucher toutes les deux   avec le même homme, dans le même lit. 

A Marrakech-Maroc-, le tournage  scandaleux  d’un film  pornographique, de la manière la plus illégale, sans la connaissance des filles victimes,   par un belge, a déjà fait la une des  journaux du Royaume.    

« D’où vient ce silence au nord de la Méditerranée ? » s’interroge  un   chroniqueur magrébin.   «  Evoquer le tourisme sexuel qui s’y développe, c’est prendre des risques, à commencer par celui de fâcher les autorités. Or nombreux sont ceux qui pourraient dénoncer cette situation, mais leur problème, leur fil à la patte, est qu’ils ont fait du Maghreb un lieu de villégiature. Bien entendu, ils n’ont absolument, mais absolument rien à voir avec ceux qui y brisent des corps et des âmes, j’entends par là les adeptes du tourisme sexuel, mais ils n’ont pas envie non plus de se voir interdire le paradis. Comme Frédéric Mitterrand, ils y ont parfois des maisons ou des intérêts économiques. Et, comme lui, ils prétendent que rien ne vaut l’action silencieuse, car elle serait la seule susceptible d’infléchir l’ordre des choses. Je ne crois pas à ce discours. Il pue l’égoïsme et la lâcheté ».  

 

 

m_barrada@yahoo.fr     

Source: La Tribune n°474 du 09 novembre 2009


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann