• Accueil
  • > La Tribune
  • > Entretien avec l’un des candidats à la Commune de Mbagne Diop Abdoulaye :

Entretien avec l’un des candidats à la Commune de Mbagne Diop Abdoulaye :

20 10 2009

 

  

« Le Département de MBagne, avec le taux de  densité  le plus élevé du pays, est parmi les départements les  plus lésés; en effet, le recensement de sa population a été toujours biaisé exprès. Pour preuve, à la suite du  recensement à vocation électorale RAVEL ayant conduit à  l’élection présidentielle de 2009, sur 1800 demandes d’actes de naissance, seulement une soixantaine a été acceptée, les autres rejetées ». 

 

 

Chimiste de formation ayant  fait ses preuves dans plusieurs laboratoires de  recherche dont
la SNIM et
la SONADER, membre d’Afrique Renaissance dont les volets donnent priorité à l’éradication de l’analphabétisme, au développement, à l’agriculture, la pêche, l’élevage, la santé, l’environnement, Président de la section mauritanienne de l’Association Internationale du Pulaar (AIP) dont le siège est à Paris, Président de l’Association Culturelle et Artistique Goomu Pinal MBagne, Commissaire National Adjoint de l’Association Scouts et Guides de Mauritanie, membre et Président de
la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) du Hodh El Gharbi, Consultant Indépendant, Administrateur du Groupement Pré coopératif de Pêche Artisanale de Nouakchott, Ecrivain, Poète, Artiste, Réalisateur, metteur en scène, traducteur Pulaar Français/Français Pulaar, Formateur des formateurs post alpha en langues nationales, Secrétaire Général GIE Ngenndi Pulaar, Diop Abdoulaye Samba dit Kaya  candidat à la mairie de Mbagne et petit frère du défunt Mamadou Samba Diop dit Mourtoudo,  a accepté de répondre à nos questions à bras ouverts à quelques jours de l’ouvertures de la campagne municipale prévue le 23 octobre 2009.
 

 

LT : Pourquoi êtes-vous candidat ? 

Diop Abdoulaye : A  la question pourquoi suis-je candidat à
la Mairie de MBagne : eh ! bien je répondrais simplement que la campagne débute le 23/10/2009 et que  j’ai toujours nourri le sentiment de pouvoir apporter les solutions correctes aux problèmes qui se posent à mon pays 
la Mauritanie d’une façon générale, particulièrement à mon Département et à ma Commune. Malgré les multiples problèmes de développement auxquels est confronté le département de MBagne, c’est pour moi une heureuse occasion de mettre en évidence une fois élu, ma modeste expérience au profit des populations. En effet, la commune constitue un cadre adéquat pour apporter une contribution concrète à l’épanouissement réel des habitants du terroir. 

LT:Quels sont les principaux axes de votre programme ? 

D.A : Le Département de MBagne, avec le taux de  densité  le plus élevé du pays, est parmi les départements les  plus lésés; en effet, le recensement de sa population a été toujours biaisé exprès. Pour preuve, à la suite du  recensement à vocation électorale RAVEL ayant conduit à  l’élection présidentielle de 2009, sur 1800 demandes d’actes de naissance, seulement une soixantaine a été acceptée, les autres rejetées. 

Ce rejet est sans raison. En effet, les demandeurs sont connus de la commission communale de recensement qui n’a pas fait son travail. Et il en a toujours été ainsi. 

Force est de reconnaître qu’avant de pouvoir remplir son droit civique, il faut d’abord être citoyen ; or, pour être citoyen, il faut accéder à l’état civil. 

 Le Département de MBagne ne pouvait et ne peut connaître le développement à l’heure actuelle pour deux raisons : Le manque d’électricité et un enclavement criant.  

En effet, depuis l’indépendance à nos jours, la population du Département n’a  cessé de demander le bitumage de la bretelle reliant MBagne à la route de l’espoir, sans résultat. 

S’ajoute à cela les maladies, la faim, l’analphabétisme, le manque de centres de formation professionnelle, le manque de moyens du centre de santé de MBagne qui devait être érigé en Hôpital avec une maternité grande capacité et équipée ; Il faut noter que les postes de santé et les cases de santé sont mal équipés, l’absence de projets pour limiter l’immigration des jeunes dans  une aventure incertaine. Nous avons des terres très fertiles et pratiquons les cultures saisonnières. La culture du « diéri » dépend uniquement des pluies de l’hivernage, celle du « walo » dépendant des crues du fleuve. Dans ce domaine bien précis, nous pouvons améliorer l’autosuffisance alimentaire en aménageant « Dirol » et « Thiangol MBagne » deux affluents du fleuve, en favorisant les cultures irriguées à partir desquelles nous pourrons produire du riz et les différentes variétés de céréales, des légumes et fruits, planter beaucoup d’arbres pour la reforestation et limiter l’avancée du désert. Dans le domaine de la pêche, nous favoriserons l’acquisition par les  pêcheurs des pirogues motorisées, des filets de toutes catégories, des dolingues, etc. 

Dans le domaine de l’élevage, nous aiderons à favoriser la création de zones de pâtures pour éviter la divagation du cheptel. 

Les principaux axes de mon programme seront tout d’abord mon  attèlement à corriger l’injustice au niveau de l’état-civil. Le Département de MBagne est plus peuplé que toute
la Région de l’Inchiri, ce qui pousse à dire que ce Département, s’il y a eu un recensement fiable et un découpage électoral correct, peut avoir plusieurs députés ou tout au  moins deux. 

 Nous nous acharnerons à trouver des financements, en coopération avec l’autorité, afin de bitumer ce tronçon de 15KM. Nous œuvrerons inlassablement de façon à permettre  l’accès à l’eau potable aux populations et à leur cheptel en créant des forages et des puits dans les localités qui n’en possèdent pas, en augmenter là où ils sont insuffisants. Nous accélèrerons en coopération avec l’Etat, le processus d’électrification de MBagne et des localités qui en dépendent pour permettre le développement rapide et durable du département. 

Nous construirons une maison des jeunes, un stade municipal, aiderons à la formation des jeunes dans le domaine du sport, de la culture, de l’art, de la santé, à préserver un environnement sain en plantant et en protégeant des arbres, et en protégeant la faune et la flore, à vulgariser l’enseignement informel, à favoriser des cours de rattrapage, à l’organisation des marchés forains hebdomadaires, à la création des projets pour permettre aux femmes et aux jeunes de s’assumer, à développer le secteur de l’agriculture, de l’élevage, de la  pêche, etc. 

 

LT : Etes-vous sûr de gagner les élections ? 

 Je dirais avant tout que tout dépend de la volonté de Dieu. Ce qui est sûr, c’est que je suis l’un des fils du terroir qui n’ait pas d’antécédents vis-à-vis des populations qui m’empêcheraient de gagner ces élections. J’ai toujours vécu avec elles en bons termes, et toujours partagé bonheur et malheur, aidé de façon exemplaire à la résolution de leurs problèmes les plus complexes. 

Si toutefois celui qui sème du miel doit récolter du miel, j’ai bon espoir de remporter ces élections  la main haute. 

Propos recueilli par Sy Mamadou 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann