• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 19 mai 2009

Pétrole en Mauritanie

19052009

 Progression de 70% de la  production  « Selon une  déclaration  récente de  la société Sterling energy,  la Production du champ Chinguitty  a progressé  de 70% », note le journal arabe Essevir  dans sa livraison du 19 mai 2009.    « Cette augmentation  a relevé l’espoir dans les âmes mauritaniennes de la possibilité du développement de l’industrie pétrolière ».

En effet, l’extraction du pétrole du champ « CHINGUITTY » s’est heurtée à de grandes difficultés dues aux erreurs  d’évaluation et d’estimation des lieux de forage.

Rappelons que les années 2006 et 2007 ont été marquées par une faiblesse substantielle de la production du seul champ pétrolier en exploitation : 37.000 barils/jour de moyenne (Chinguetti).  La  production journalière  avoisinait  en moyenne depuis 2007 les    14.000  bpj  par rapport à l’estimation initiale qui est  de  75 000 bpj.

Il semble que l’entrée de la société Malaisienne « Petronas » par l’achat des intérêts de la société australienne « Woodside » et qui a 47% du champ CHINGUITTY a donné aux Malaisiens l’occasion d’améliorer les moyens de productions du champ CHINGUITTY. Ce  qui s’explique par  l’augmentation de la production après le ‘creusage’ de deux nouveaux puits du  même  champ.




Les Echos de La Tribune Par Mohamed Fouad Barrada

19052009

Report des élections  / illusion ou réalisme politique ? 

 « Nous pensons qu’il est important que  les  élections présidentielles se tiennent et qu’elles soient inclusives.   La France, mais aussi la communauté internationale dans sa grande majorité, estime que la tenue de ces élections est essentielle pour la Mauritanie ».  Il s’agit là des derniers  propos du  Porte parole du ministère français  des Affaires étrangères et européennes.   

Dans le conflit politique mauritanien, on  ne  peut aucunement négliger  la donne extérieure.  Présentement, des  pourparlers  regroupant   des repentants des antagonistes mauritaniens  sont en cours. Parmi les négociateurs  se trouvent  Sid Ahmed Ould Rais,  représentant du  Général, Moussa Fall, Secrétaire permanent du Parti Adil et le vice-président du RFD, Abderrahmane Ould Moine. 

Selon toute vraisemblance,  la médiation  sénégalaise  a donné lieu à un espoir.   Wade a bien précisé qu’au cas où   les antagonistes du pays  se mettraient  d’accord sur des protocoles préétablis, il peut bel et bien convaincre le Général de reporter les élections ; pourvu  que ce report ne dépasse pas le mois de juillet. Telle vision semble appuyée par la France. Ainsi, s’agit-il d’un réalisme politique qui s’impose de lui-même.  

Les points  forts de la  feuille de route  du  compromis  politique mauritanien  se résument au  report des élections, à la libération des prisonniers politiques, à la mise en place d’un gouvernement d’Union nationale.   

Difficile de chercher un consensus entre les parties prenantes d’une crise politique surgie avant et  après  le  limogeage des Généraux et aggravée par coup d’Etat de  Ould Abdel Aziz : celui-ci  coiffe  l’un des partis de la majorité et est également soutenu  par d’autres formations (PRDR, l’UDP, le RD, Hatem et l’UPR). Une partie  de la majorité parlementaire  se proclame  du centre  en adoptant  une position intermédiaire. Elle a créé une nouvelle formation  dénommée  Rassemblement Du Peuple Mauritanien (RDPM), fondée  par  Louleid ould wadad ancien directeur de cabinet de Maaouya Ould Sidi Ahmed Taya et  actuellement député,   Mohamed Ould Boucief  ancien directeur de la SOMGAZ  et autres politiques de l’ancienne  mouvance des indépendants . 

 Après la fixation des  élections prévues en leur date butoir ou pouvant éventuellement être  repoussées selon le consensus politique, il y aura de fortes probabilités de recomposer le paysage politique du pays. Cette donne risque d’influencer, incontestablement, la position actuelle  des antagonistes en Mauritanie.   

Des élections parlementaires sur fond de suppression du Sénat,  c’est du moins ce qui ressort du discours implicite de quelques   dirigeants politiques.  Quoi qu’on dise, le général  s’est forgé une certaine popularité.  Et bien que ses conseillers craignent un report des  élections,  il y aura de fortes chances qu’il arrive à remporter  les élections présidentielles  prochaines.      

 Dans le camp adverse du Général  se trouve le FNDD qui n’est pas tout à fait homogène politiquement. Composé des plusieurs partis  notamment l’Union des  forces de progrès présidé par Ould Mouloud,  Adil  dirigé  par  l’ancien  premier ministre  emprisonné O waghaf  et Tawassoul  parti islamiste de Jamil Mansour , l’Alliance populaire progressiste de l’actuel président de l’assemblée  nationale,  le front  peut tout de même,  à tout  moment,  se décomposer pour donner naissance à d’autres alliances. D’ailleurs, suite à la dernière visite du Président Sénégalais en Mauritanie,  des  désaccords   ont  été signalés au sein du FNDD.  Il  était  question de la divergence entre le parti ADIL, l’APP et l’UFP. Ces divergences  portaient essentiellement  sur la manière avec laquelle Sidi Ould Cheikh Abdellahi, le président renversé par les militaires, avait géré son entrevue avec le président Sénégalais  Wade.    

Ces  cas de figure montrent l’existence des tensions internes au niveau des composantes des systèmes politiques en Mauritanie. 

Par ailleurs, le RFD  n’a cessé de faire l’objet de vives tensions internes.  Les dernières illustrations  ne sont  que les exclusions des partisans de la participation aux élections fixées unilatéralement par le camp du général et ses soutiens.   Ont été exclus  du RFD entre autres  Kane Hamidou Baba, et son directeur de campagne. 

Les tensions politiques en Mauritanie sont  souvent  accentuées   par la  convergence des intérêts individuels   vers des actes  provocateurs de  la mise en œuvre  des  unités  dépendantes des alliances non permanentes.  Telles  unités  ne  disposent  que  difficilement  d’une  capacité à imposer à l’intérieur d’elles-mêmes une vision collective de la gestion des conflits.    

m_barrada@yahoo.fr 




Faits divers de La Tribune

19052009

boucher risque la prison ! 

Boubacar, le gérant de la boucherie qui se trouve à coté de

la Mosquée Tewba a été  cueilli le samedi 16 mai 2009 vers 13 heures de sa maison par les limiers du Commissariat de Police de Riyad 2.

Selon une source proche de sa famille, il a payé  des moutons volés et les a égorgés.

Cette opération est venue suite aux nombreuses déclarations déposées par les victimes.

Et selon une source policière, c’est suite aux  résultats des enquêtes que l’un des suspects a été arrêté. Ce dernier a fini par dire que lui et ses amis fournissaient du bétail au boucher.

Toujours selon la même source, le boucher est en garde à vue en attendant terminer l’enquête et clore le dossier.

Selon quelques  personnes qui se sont présentées comme propriétaires des animaux volés c’est la énième fois qu’elles  perdent bétail et cette fois ci  elles vont aller jusqu’au bout.

Par la suite selon une source bien informée le boucher payait le bétail volé à bas prix et il sait bien d’où  provenance les moutons qu’il achète.

 

Deux petits mendiants en état d’ivresse.

A.  Bâ et son ami Demba A. sont deux petits mendiants handicapés âgés de 12 à 13 ans. Habitués du carrefour de la station Naftec situé à quelques mètres de
la Bacim Bank. ces deux garçons s’échangeaient aisément  au vu et au su de tous  leur boîte de colle force.

Boîte qu’ils utilisent pour se droguer en pratiquant le système « Guinz ».

Vu les doses et l’effet de la colle, ils ont perdu la conscience et se sont mis à se balader au bord du goudron. Quelques instants après ils se sont bagarrés. Les deux acteurs  se sont servis de leurs béquilles pour se livrer régulièrement des coups. Laissant la boîte rouler entre eux.

Par la suite Demba  a fini par blesser Aliou  à la tête laissant son sang coulait à flot.

C’était le jeudi 14 mai 2009 vers 20 heures.

Aucun passant ne s’est préoccupé d’eux. Une demi-heure après ils ont fini par se  séparer  pour aller chercher refuge quelque part.  Pour sûrement reprendre demain.

Deux multirécidivistes déférés.

L.  Ould S.et son fidèle compagnon de longues années C. Ould M. menaient depuis quelques semaines des opérations de ratissage « Dakhal Chi » dans le quartier Neteug sis à EL Mina.

Le mardi dernier, au soir vers 23 heures 30 ils ont intercepté un homme à qui ils ont retiré une somme de 40.000um et  un téléphone portable.

En plus des plaintes déposées, Mohamed O. Y, la victime est venu se plaindre au près de la police.


La Brigade recherche d’El Mina 1, s’est mobilisée et suite aux enquêtes  qu’elle a  menées avec prudence,  a fini par connaître les malfrats.

Et ses éléments sont partis à leur trousse. Le mercredi 13 Mai 2009 à 17 heures précises  Leboud est tombé dans les mailles du filet de la police. Pendant qu’il se promenait tranquillement dans les rues d’El Mina. Tandis que Cheikh, il a été récupéré de chez lui dans la nuit.

 Selon une source policière, au commissariat, ils ont été entendus puis mis en garde à vue. En attendant que leur dossier soit bien édifié. Toujours selon la même source  ils ont été déférés ce dimanche 17 mai 2009 devant le parquet.

  




Hommage à un fondateur

19052009

Soumaré Diaramouna n’est plus. En lui, c’est un autre fondateur que la Mauritanie vient de perdre. « En 1952 déjà, alors que j’étais élève de CM2, Soumaré Diaramouna était instituteur », se souvient  l’ex commissaire de police et poète Sall Djibril qui rappelle que l’homme va par la suite intégrer le corps de la douane.

Pour notre part, nous retiendrons que celui qui fut ministre des finances sous Moktr Ould Daddah était acteur et témoin d’une Mauritanie qui se dressait « Contre vents et Marées ». Il était déjà au fait de la création de l’Ouguiya. Sa position de ministre des finances d’alors devait l’inscrire parmi les pionniers d’une Mauritanie qui se voulait libre : les premiers billets de l’ouguiya étaient imprimés en Algérie et Soumaré était le ministre de tutelle de la BCM.

En dehors du cadre professionnel ceux qui l’ont connu ont salué la mùémoire d’un homme courageux.




ACTU/REGIONS

19052009

Hodh El Gharbi 

 

AJD/MR en pré campagne 

Ba Bocar, Secrétaire Général adjoint du Parti AJD/MR, accompagné de Hadji Bâ, le coordinateur de campagne du parti de la wilaya pour les échéances présidentielles  du 06/06 a sillonné la wilaya du Hodh El Gharbi. Objectif : rencontrer les différentes composantes ethniques. Et leur expliquer les raisons de la candidature  à  la magistrature suprême d’Ibrahima Moctar Sarr président du parti. A l’occasion de cette visite préparatoire de la campagne électorale prévue jusque-là pour le  21 mai, les missionnaires se sont employés à convaincre un grand public composé essentiellement de négro-africains et de haratin à Tintane et environs.

A Aioun les missionnaires ont préside un grand rassemblement. Après avoir remercié l’assistance venue nombreuse assister,  Ba Bocar a  exposé en sont trois points les raisons profondes de la participation du parti  à la course de la magistrature suprême  fixée le 06/06. « Avant tout qui dit parti dit élection et un parti qui refuse de participer aux élections vire de ses objectifs et ne pourra en aucun cas être crédible ». a dit le Secrétaire Général adjoint du Parti AJD/MR.  Il a par ailleurs ajouté que le résultat qu’a obtenu le parti, en dépit de sa non préparation à la présidentielle de 2007 (8%, ndlr.)  Constitue aussi une motivation suffisante de s’engager à nouveau dans la bataille. « Cette fois-ci le parti remportera les élections ou obtiendra un pourcentage effectif », a-t-il déclaré.

Il a terminé par dire à l’assistance qui buvait littéralement ses mots que la Mauritanie est  dans un  gouffre depuis des années et qu’elle a besoin de sortir de ce gouffre car elle a soif d’intégration et d’unité nationale. Et « IMS est le seul candidat qui peut réaliser ce rêve », appuie-t-il.

Bâ Aliou Nango, son accompagnateur prend la parole   pour demander avec force  l’assistance de « voter massivement en faveur du candidat IMS  au scrutin du 06 juin prochain ».

Les sympathisants se sont rentrés enthousiasmés et les missionnaires rassurés.

Adama Sy cp Hodh El Gharbi 

 

 

Garva 

Un instit casse la figure à son directeur pour une cantine scolaire 

La scène se déroule à Garva localité située dans la commune d’Omoul Lahayat située à soixante dix kilomètres d’Aioun. Le directeur de l’école fondamentale du village est d’abord  entré en conflit avec deux  de ses subordonnés à cause d’une cantine scolaire.

Selon des sources témoins de la scène  le directeur était mis en garde par ses subordonnés qui réclamaient leurs parts du ‘’gigot’’. « Pas question l’os est  à moi. »

Dans une simple discussion, une simple demande des clefs des salles de classes a suscité  un échange de coups de poings entre le directeur et son enseignant.  Bagarre qui a coûté cher au directeur : une figure cassée et un œil enflé. Avec sa douleur, le directeur se dirige à la gendarmerie pour porter plainte contre  son subordonné. Sans passer par le DREN. Un geste qui n’a pas plu  à ce dernier. Les deux adversaires ont été convoqués à la gendarmerie .Le dossier reste dans les mains de la justice mais le DREN de la wilaya et d’autres responsables concourent pour le retrait de la plainte.

Selon les mêmes sources  les habitants de la  localité se divisent en deux clans : les alliés  du directeur et les alliés de l’instituteur. Mais la majorité de la localité accusait déjà le directeur de détournement de la cantine.

Il faut rappeler que les cantines sont distribuées pour les enfants défavorisés. Elles  sont devenues pour certains  instituteurs des  vaches laitières’’. Les écoles possédant des cantines sont devenues  des pôles d’attraction. Comme si la cantine leur était destinée,  oubliant qu’elle est destinée aux enfants défavorisés pour alléger leur souffrance  et les amener à mieux supporter l’école, des enseignants font des pieds et des mains pour se retrouver dans les établissements où il y en a.

Quand il se fait gentil, un directeur d’école peut céder une partie de ce don, octroyé par le PAM, à ses pauvres élèves. Mais la cupidité l’emporte le plus souvent sur la vertu.

A. S. 

 

 

 

 

 Aioun 

La CENI recrute de superviseurs   

La CENI, comme en 2007, recrute des superviseurs pour le scrutin. Sa coordination d’Aioun a reçu plus de 400 inscrits sur la liste d’attente. La procédure est simple : il suffit tout simplement  de donner son nom et son numéro de téléphone.  Sur la liste figurent des cadres, des fonctionnaires, des élèves du secondaire et d’autres personnes presque inaptes à exécuter la tache. Or, pour la tache de superviseur, la  CENI aurait besoin de personnes instruites capables au moins de rédiger des rapports. Mais la majorité des postulants sont des collégiens et lycéens venus pour empocher le perdium. Le président de la CENI a jugé nécessaire de faire d’abord un  test de pré- sélection pour parer à toute déception. Ce test a eu lieu vendredi 15 mai au lycée d’Aioun.  Parmi les candidats seulement  70 seront retenus.  Durant les élections passées, il a été constaté que beaucoup de  superviseurs n’avaient pas pu jouer pleinement le rôle qui leur était assigné.

A. S. 

 

Traraza/Assainissement : Garack arrive en tête dans l’approche ATPC

Garack, petite bourgade  wolof situé à 7 km au nord-est de Rosso a accueilli le 16 mai le comité  national de l’approche ATPC
(assainissement total piloté par la communauté) pour la cérémonie de certification du village comme première localité en Mauritanie à
atteindre le stade de FDAL (Fin de la défécation à l’air libre).
Il y a un peu moins de deux mois, du 26 au 29 mars se tenait à Rosso un atelier sur l’approche ATPC (La Tribune N° 443 du 6 avril 2009, p
8). Une approche qui consistait à construire des latrines sans subventions externes. Cette approche expérimentée pour la première
fois au Bengladesh était lancée à Rosso pour être généralisée progressivement dans le Trarza et en Mauritanie.
Garack, une des localités cibles a été la première à atteindre l’objectif. La localité est désormais considérée comme libérée du
péril fécal ce qui va éviter plusieurs maladies et sauver des vies humaines.
Au cours de la cérémonie à laquelle ont assisté notamment le hakem de Rosso, le chef d’arrondissement de Jidrel Mohguen, le DRPS  Dr
Abdallahi Traoré, le coordinateur du projet Abou Fall, le chef de village de Garack, plusieurs personnes ont pris la parole ; parmi
elles Codou Diagne présidente de la coopérative des femmes, le directeur de l’assainissement, le wali mouçaid, la représentante de
l’Unicef Mme Suzanne Sandoz, le Pr Fassa Yérim, maire de la commune de Rosso.
Après les allocutions, un sketch très applaudi a été présenté par l’équipe de l’AMPF pour fustiger la défécation à l’air libre et montrer la  nécessité de la construction de latrines.
Le wali  a remis par la suite une attestation et un prix à la présidente de la coopérative des femmes Mme Codou Diagne et un autre
prix a été remis à la facilitatrice dont le travail de sensibilisation  a été salué. Le chef de village a dévoilé la plaque de certification
pour clôturer la cérémonie.
Djigo Aboubakry

 

Encadré
L’ATPC en bref L’approche ATPC a commencé avec l’évaluation du programme d’assainissement traditionnel (construction des latrines
subventionnées) faite au Bangladesh fin 1999. L’approche ATPC permet aux communautés locales de se pencher sur leurs conditions sanitaires
et de prendre conscience collectivement de l’impact de la défécation à l’air libre sur la santé publique et sur la saleté de leur
environnement proche.
Déclenchée de manière systématique, l’approche ATPC impulse une action locale collective et rapide de la part des communautés pour atteindre l’état FDAL (Fin de la Défécation à l’Air Libre). Il faut emmener les communautés locales sur les zones les plus sales et les plus
dégoûtantes du voisinage. Elles évaluent ainsi et analysent leurs propres pratiques, ce qui finit par les choquer et leur faire honte.
C’est cela qui aboutit à la prise de décision et à l’action de la communauté.
L’approche ATPC expérimentée au Bangladesh, en Inde, au Cambodge, en Indonésie et au Pakistan  s’est répandue ensuite en Chine, en Mongolie et au Népal. En Afrique elle a commencé en Éthiopie, au Kenya, en Zambie, au Nigeria, en Sierra Leone. Elle a été introduite au Mali, au Cameroun et tout récemment en Mauritanie. Elle est sponsorisée entre autres par  la Fondation Bill et Melinda
Gates, le Fonds Social pour le Développement au Yémen et l’UNICEF. L’Assainissement Total Piloté par la Communauté (ATPC) cherche à
susciter un changement dans le comportement. Cela passe par des facilitateurs qui font un travail intense de sensibilisation sociale.
Le principe est de responsabiliser les communautés locales pour qu’elles prennent les mesures nécessaires pour s’affranchir du
phénomène de  la Défécation à l’Air Libre.
L’ATPC ne donne  pas de subvention en matériel et ne prescrit pas de modèles de latrines. Les populations doivent rechercher des modèles de
toilettes à bas prix utilisant des matériaux locaux. L’assainissement total aboutit à une série de comportements : arrêter de déféquer à
l’air libre, s’assurer que tout le monde utilise des toilettes hygiéniques, se laver les mains avec du savon avant de cuisiner ou de
manger et après tout contact avec les matières fécales, etc.
Le premier pas significatif et point de départ du changement des comportements de l’approche ATPC est l’éradication de la Défécation à
l’Air Libre. Naturellement elle doit être totale, c’est-à-dire qui concerne toute la communauté ainsi que ses visiteurs.

 

 

Politique

Garack soutient le Général

Le 15 mai courant Garack a abrité une importante réunion autour des cadres du village. Ils étaient tous là : Ba Madine,  patron de l’ANAIR ,  Nguissaly Fall directeur de l’AMEXTIPE, Khayar Fall directeur adjoint de la programmation au ministère des finances, Dr Mohamed Salka Fall, Bara Fall conseiller à la Dren du Trarza, Dame Saër Fall et bien d’autres personnalités. Les notables, le chef de village en tête, les femmes et les jeunes ont répondu massivement à l’appel  de leurs leaders politiques. La rencontre a eu lieu sous l’arbre à palabres près de l’ancien poste de santé.

Ouvrant les débats par une prière, le chef de village, Ahmed Rokhaya Fall a exhorté l’assistance  à cultiver l’unité sans laquelle toute entreprise serait vouée à l’échec. Son adjoint Marfall Taleb Fall,  et messieurs Dame Ngouni Fall, Malick Ndiaye, Mar Fall Ndiaga Fall  ont abondé dans le même sens.  Adama Diagne  quant à lui a tenu à rappeler la mobilisation totale des jeunes au nom desquels il a parlé.

La porte-parole des femmes et présidente de la coopérative féminine,  Mme Codou Diagne a insisté sur le fait que depuis que les fils de Garack sont entrés dans l’arène politique, les habitants du village ont cessé de militer dans la dispersion  pour former un bloc solidaire afin de soutenir leurs candidats. Ce fut le cas pour Ba Madine  lors des municipales de 2007. Parce que dira-t-elle, les garackois placent leurs ressortissants avant toute autre personne. Codou Diagne a assuré que les  politiciens du village pourront toujours compter sur le soutien des femmes du village.

Prenant la parole, M. Nguissaly Fall a rappelé  les  cas d’injustice dont des cadres de Garack ont été  victimes  à commencer par lui-même sous  le régime de Sidioca. Il a souligné  que c’est le général Ould Abdel Aziz qui a réparé ces torts.

Auparavant, Ba Madine qui pouvait se frotter les mains pour avoir réussi à mobiliser tout le village avait pris la parole et  expliqué les raisons pour les habitants de Garack de choisir le candidat Ould Abdelaziz. ‘C’est l’homme qui depuis son arrivée a mis fin aux détournements massifs de deniers publics et qui se préoccupe réellement du devenir des mauritaniens’. Il a évoqué les dérives qui ont caractérisé le régime déchu et  exhorté les garackois à se mobiliser massivement pour élire le général.

M. Malick Sarr a abondé dans le même sens que ses prédécesseurs avant de remercier publiquement la volontaire du corps de la paix, Kenbougoul Fall qui a apporté une contribution personnelle (75 % du coût) pour la réhabilitation de l’école. Quelques intervenants ont posé le problème de l’enclavement du village pendant l’hivernage. En effet la piste qui mène de Rosso à Garack est généralement impraticable dès que les premières pluies tombent.  Après ces allocutions les responsables se sont rendus à Tounguène pour une manifestation similaire. Une manifestation qui se terminera aux environs de minuit.

D. A.

 

Tékane reçoit des rapatriés

 

Il ya dix jours un contingent de rapatriés est arrivé dans l’arrondissement de Tékane. Douze familles comprenant 86 personnes en tout. Un premier groupe de 40 personnes a été installé à Djolli. Le deuxième groupe originaire de Fada a été conduit à un site à environ un kilomètre du village. Les rapatriés ont alors catégoriquement refusé de descendre des camions du HCR qui les avaient acheminés.  Ils tenaient à réintégrer leur village d’origine. Un village qui avait malheureusement cédé en 1989 à une collectivité Rhahla expulsée du Sénégal.

Les autorités administratives saisies de ce problème se sont attelé à le résoudre rapidement. Elles ont proposé des solutions de rechange : la dispersion des rapatriés dans le village en fonction des places libres, l’installation dans un site à 700 m de Fada ou un autre site de l’autre côté du village à environ 45 m.  Les rapatriés  ont d’abord exigé de retrouver leur village avant de proposer de s’installer entre  le village et le fleuve ce que les Rhahla refuseront.

Finalement les  rapatriés finiront par accepter le site situé à 45 m de Fada. Un site qui se trouve à proximité de deux puits utilisés par les Rhahla. En s’y installant, ils récupèrent quelques manguiers  qui s’y trouvent dont quatre  plantés par les derniers occupants de Fada.

Après d’intenses négociations qui ont duré deux nuits et deux jours, c’est ce dernier site qui a été accepté par les rapatriés. La médiation a été entreprise notamment par les chefs de village de Djolli et de Sayetoli. Durant ces deux jours de négociation la commission de sécurité (commandant du GR 5, commandant de  compagnie, le DRST ont passé la nuit sur place à la belle étoile. Même le wali a dû passer une nuit  sur place.

D.A

 

Un site web pour la Commune de Rosso

 

Le maire de Rosso le Pr Fassa Yérim vient d’adresser au wali du Trarza une correspondance pour demander l’arrêt des travaux de creusement d’un canal de plus de trois kilomètres entre Garack et la ville de Rosso. Selon le maire cet ouvrage ‘porte atteinte à l’extension de la ville… et constitue un goulot d’étranglement pour (la) commune’.

Le Pr Fassa Yérim vient d’installer une connexion wifi à l’hôtel de ville. C’est à notre connaissance la première commune à le faire. D’ores et déjà les journalistes basés à Rosso bénéficient de cet accès gratuit à Internet à partir de la commune au même titre que les conseillers municipaux, employés de la mairie. C’est un pas de plus après la mise en place du site www.mairie-rosso.org

Un site qui sera sans doute bientôt amélioré avec la mise en place d’un système permettant aux  citoyens d’accéder en ligne à certains services  ou du moins à des informations pratiques.

Guidimakha 

On prépare le retour des réfugiés au 

 Le Wali du Guidimagha, Isselmou ould Abdarrahmane ould Meinouh a effectué le 12/05/ 2009 une mission dans la commune de Gouraye. Cette mission s’inscrit dans  le cadre des préparatifs du retour organisé des réfugiés revenant du Sénégal, prévu le 18 du mois courant.

 Accompagné du  Hakem de
la Moughataa de Selibabi, des services de sécurité et des chefs des services concernés par le rapatriement volontaire des réfugiés, le Wali s’est rendu successivement  à Diam Diam, une localité des Foulaabé, fondée en 1902 et qui constitue le site d’accueil officiel et à Gouraye, site d’accueil provisoire.

Le Wali a tenu une réunion de sensibilisation au cours de laquelle il a expliqué la politique de l’Etat en matière de retour organisé des réfugiés. Isselmou ould Abdarrahmane ould Meinouh a exhorté les habitants de Diam Diam à  faire preuve de plus de « disponibilité, d’amabilité et d’hospitalité à l’égard des concitoyens » revenus du Sénégal.

En réponse, les populations se sont montrées disposées à mettre tout le poids sur la balance afin de faire réussir ce retour organisé. Elles  ont néanmoins fait certaines doléances dont la plus récurrente est l’alimentation suffisante de la localité en  eau potable.

Elles ont  demandé en outre l’aménagement de l’oued par la création d’une digue, la clôture de la zone de culture, fertile mais exposée aux animaux prédateurs, l’appui aux coopératives féminines, l’ouverture d’un poste de santé et l’acquisition d’un moulin à grains.

Dans sa réplique le Wali a rassuré les populations de la prise en compte totale de leurs doléances qui seront soumises  tout de même à l’étude et traitées par ordre de priorité et d’urgence.

Au problème d’eau qui se pose avec acuité et les contraintes qui s’y rattachent, le wali demande à ce que les mesures appropriées soient prises pour une solution urgente d’approvisionnement en eau potable et cela à travers les services de l’ANAIR et du HCR.

 

Mbaye Demba Yero CP/ Guidimaka

 

 

 

Éducation 

Journée pédagogique à Ould Yengé.

Une journée pédagogique qui s’inscrit dans le cadre des activités éducatives sanctionnant la fin de l’année scolaire a été organisée dans
la Moughataa d’Ould Yengé.

Cette journée fut effectuée conjointement par les deux écoles d’Ould Yengé et celle de Gouvava le 15 mai 2009 dans l’enceinte de l’école 1 d’Ould Yengé sous la supervision de Lamena Ould Souweidana, l’inspecteur départemental de
la Moughataa.

A l’honneur, Salek ould Bilal, Directeur Régional de l’Education nationale de
la Wilaya de Guidimagha qui s’est pleinement investi dès son arrivée, et avec la collaboration étroite et franche de son staff, à relever les défis qui interpellent l’opération éducative était au Grand rendez –vous de Ould Yengé .Une présence de marque qui a  qui a fait la joie de la famille scolaire.

Etaient présents à la rencontre, le Hakem de
la Moughataa, le colonel, chef de bataillon de Ould Yengé, le coordinateur du GRDR.

Prenant la parole pour la circonstance, Alassane Thioye, coordinateur de l’ONG, Groupe de recherche et de réalisations pour le développement rural (GRDR), dira en substance que le « développement sans éducation n’a pas de sens ».C’est dans cette optique, poursuit Thioye qu’en « Mauritanie, une ONG, (GRDR) a mis en place avec l’ensemble des acteurs locaux un programme d’enseignement basé sur la connaissance des enfants de leur milieu géographique, civique et institutionnel. »

Mbaye Demba Yero

                                                       

 

 

 

 

Brakna :

 

Niabina un nouvel opérateur politique

Le paysage politique locale de Niabina dans la Moughaaa de M’Bagne s’est enrichit d’un nouvel opérateur politique de poids en la personne de Bâ Yéro Sidi di Bellou. Après s’être investi dans les affaires en Mauritanie et à l’étranger, fait le mécénat et l’assistance sociale dans sa localité le voilà qui investit l’arène politique en créant une initiative unitaire des cadres et des ressortissants de Niabina. La première réunion a eu lieu à Nouakchott le 08 Mai 2009 où les frères ennemis politiques se sont retrouvés autour  de la personne de Bellou. au cours de cette réunion, on a noté la présence de l’ancien directeur départemental de campagne d’Ahmed Ould Dadah lors des dernières élections présidentielles Mr Bâ Amadou Samba accompagné de l’inspecteur des postes Bass Mamoudou et de leurs amis politiques et aussi on a noté des cadres qui ont soutenu l’ancien Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi.

Au cours de cette réunion, ces acteurs politiques ont analysé la situation du pays et ont constaté une impasse et ils ont décidé de créer un cadre unitaire de travail et d’oublier les divisions et les querelles intestines passées qui les ont empêché de bénéficier des faveurs des régimes passés.

Suite à cette réunion, les ressortissants de Niabina à Nouakchott une délégation a été choisie et envoyée à Niabina composée des cadres du village en leur tête l’homme d’affaire Bellou  Bâ pour revoir leur base. C’est dans cet esprit qu’une assemblée générale a été organisée cet après midi le 16 Mai 2009 à Niabina ou la population est venue massivement les écouter. A l’ouverture de l’assemblée, l’ancien et transfuge du RFD Bâ Amadou Samba a expliqué à l’assistance le but de l’assemblée et leur a fait un compte rendu de la réunion de Nouakchott et les a demandé de se mobiliser pour l’échéance électorale du 06 juin et aussi il les a informé que son groupe e lui ont quittés les rangs du RFD pour rejoindre le cadre unitaire pour élire le candidat Mohamed Ould Abdel Aziz.

Quand à Sall Yérino, membre de la délégation, il a dit que le bon choix c’es la personne de Mohamed Ould Abdel Aziz car il connaît l’homme pour avoir travaillé avec ce dernier. C’est un homme pétrit de bonnes qualités et capable de faire avancer le pays dans la paix, la fraternité et la justice.

Ensuite, Monsieur Bâ Yéro a pris la parole pour expliquer son engagement politique et le fait que la localité a été toujours marginalisée à cause des querelles politiques, raison pour laquelle il s’investit dans l’arène, il demande à la population de le rejoindre pour élire Mohamed Ould Abdel Aziz qui est le seul parmi les quatre à solutionner les problèmes du pays et apporté le bien être aux populations et particulièrement la population rurale.

  En partant des résultats obtenus pendant le cours moment de gestion du mouvement rectificatif ; la résolution du passif humanitaire, la résolution du problème de l’esclavage, la réduction du prix des denrées alimentaires etc…

Bellou pense seul Mohamed Abdel Aziz est capable de solutionner les maux don souffrent la population et il demande à la population de voter massivement le 06 juin pour Mohamed Ould Abdel Aziz.

Le représentant de la population se dit très enchanté et réconforté du cadre unitaire et surtout dirigé  par Bâ Bellou qui a fait ses preuves dans le domaine social et économique et qui vient sur le champ politique. Selon le représentant de la population, le candidat qu’à choisit Bellou et ses amis ne peut qu’être que bon et par conséquence ils ne peuvent qu’adhérer à cette idée et voteront massivement pour Mohamed Abdel Aziz ; cependant, le représentant a formulé les doléances très nombreuses dont les plus cruciaux sont : l’état civil bloqué à M’Bagne e l’édification d’un collège à Niabina.

Sur ces deux points, Bellou a répondu : « dès demain, je me rendrais à M’Bagne pour résoudre le problème de l’état civil et que Niabina aura son collège dans un avenir très proche ». la population a accueilli cette réponse par des salves d’applaudissements et des youyous.

La séance a été levée sur ce mot.

                                                                                              CP Brakna: Abou Boubou Fall 

                                                                                                          Tél : 670 51 63 

NOUADHIBOU

ENCORE UN SOUTIEN AU CANDIDAT AZIZ

L’ancienne maison des jeunes de Nouadhibou a abrité samedi un meeting du parti du regroupement de la jeunesse nationale (PRJN).

L’objet de la rencontre était , selon les organisateurs  , de soutenir la candidature de Mohamed Ould Abdel Aziz et de  tout faire pour qu’il gagne ‘la main haute’.

Le président du parti M Mohamed Ould Ahmed Baba Ould Deya a, lors de sa prise de parole , loué les qualités du candidat Aziz ‘ seul à mesure de ramener la stabilité dans notre pays’.Il reviendra longuement sur la crise qui a abouti au 06 août 2008.Et d’ajouter que seule l’armée est garante de notre survie .’ Ceux qui pointent un doigt accusateur sur l’armée ignorent que tous les changements qui ont eu lieu sont de son fait’.

Un communiqué -programme sera distribué qui parle de la démocratie, de l’unité nationale , de la place de la langue arabe et des autres langues nationales , la situation en Palestine , l’unité arabe et africaine.

Sur de grandes banderoles, on pouvait lire en arabe et français ‘OUI AZIZ’

Athié Youssouf

 

 

LA CBD- HABITAT INTERVIENT

Les 15 et 16 mai 2009 l’ONG CBD- HABITAT a effectué une mission d’intervention à Inal -250 km de Nouadhibou- pour la préservation des espèces menacées.

Dans cette zone, unique aire de reproduction de la région – les gazelles, fennecs sont principalement menacées d’extinction à cause du braconnage.

La mission de CBD -HABITAT a consisté à sensibiliser les populations sur la nécessité de préserver ces espèces dont l’existence est intimement liée à celle des éleveurs.

L’autre aspect de la mission a consisté à créer une aire protégée où seront regroupées toutes les espèces en danger.

Selon le directeur général adjoint de CBD-Habitat, M.Hamdi Ould Mbarek, les populations ont accueilli favorablement l’idée et collaborent à sa mise en place.

L’ONG a procédé également à des consultations aussi bien humaines qu’animales. Un vétérinaire accompagnait la mission. C’est ainsi que des antibiotiques et antiparasitaires ont été gracieusement offerts.200 éleveurs ont eu droit chacun à une dose de 04 injections et une seringue. Le centre médical d’Inal a reçu du matériel et des médicaments.

Des doses de vaccin comme Alfamec et Tétracycline sont ainsi mises à disposition des éleveurs.

Ce projet est financé par le ministère espagnol de l’environnement à travers la société TRAGSA. Son exécution est confiée à l’ONG CBD-Habitat (Conservation de la  biodiversité et son habitat).

Cette ONG qui opère depuis 12 ans en Mauritanie s’était spécialisée dans le sauvetage du phoque moine .C’est la première fois qu’elle s’intéresse à des opérations terrestres.

A son actif la réalisation d’un manuel d’éducation environnementale au profit des enseignants, la construction d’un marché de poisson à Nouadhibou, un centre d’interprétation à Cap blanc…

Athié Youssouf

 







bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann