Les Echos de La Tribune Par Mohamed Fouad Barrada

5 05 2009

Les révélations d’Ahmed Daddah 

Le Front National pour la défense de la Démocratie,  les centrales syndicales, le FONADH et l’ambassade des Etats-Unis  se seraient livré à une compromission. Un appui financier du pays de l’oncle Sam  au club des anti-putschs aurait fait l’objet d’un pacte.  « J’ai refusé de signer  un tel pacte », déclare  le Président du RFD dans une récente interview sur un site électronique. Le leader  de l’opposition est revenu sur ses propos  à travers un communiqué publié par le bureau exécutif   de son  parti. Le Communiqué  a démenti cette déclaration. Ce qui a poussé l’Agence Nouakchott Info  (ANI) et d’autres sites électroniques  à  publier  l’enregistrement sonore du leader de l’opposition.    

D’abord, on explique que la rédaction de Nouakchott-info a subi  des pressions énormes  pour que l’interview ne soit pas publiée. La rédaction se serait pliée  à cette exigence. Ensuite, après le démenti du RFD, le directeur de publication de cette agence a ‘diffusé’ l’enregistrement.  Une autre partie de l’interview évoque que les services secrets de l’ambassade de France interviennent clairement dans les affaires du pays tout en influençant les décisions des  pouvoirs publics  français en faveur des autorités post  6 août 2008. 

Certaines versions doutent de l’authenticité de la voix d’Ahmed Daddah. Ce doute est fondé sur la capacité de certains individus à imiter les voix.   

Toutefois, les observateurs  et les analystes sont presque unanimes  sur le fait que l’enregistrement sonore est  bel et  bien celui  du  leader charismatique du RFD et de l’opposition.   

En tout état de cause, l’interview a été mise en ligne  par le site Taqadoumy et sur d’autres sites avant sa parution sur  le site ANI.                

Par ailleurs, il est clair que  la guerre entre les antagonistes mauritaniens  se  manifeste à traves les manifs et les déclarations.  Le discours du moment devient de plus en plus alarmant.  Ce qui sous-tend que  ce qui est pris par la force doit être arraché, impérativement et par tous les mayens,  par la force. Le FNDD, le RFD et des syndicats marchent ensemble contre l’ordre existant.   

Le général démissionnaire  arrive, quant à lui,   à percer  en s’abreuvant du   fond politique  du FNDD et  du RFD. Il renforce, pour le moment,  sa force  par  des ralliements par- ci et des retraits par- là.   

Le RFD et le FNDD sont  affectés par le départ des députés  et  d’une partie de leurs cadres.   L’AJD /MR n’est pas aussi à  l’abri des départs de ses cadres.  Ainsi,  des partis et des coalitions  viennent d’être  constitués à l’instar d’Almithaque de Lemarabott  Ould Sidi Mahmoud de l’époque de la transition du CMJD et d’Adil d’ Ould Waghef de  la période de Sidi Ould Cheikh Abdellahi .  La toute  fraîche coordination des partis de la majorité  se positionne, désormais,  sur  l‘échiquier politique pour être décomposée et composée ultérieurement.  Celle-ci est, présentement, l’alliée préférée du général Ould Abdel Aziz. Dirigée par   Mohamed Ali Chérif et Yahya Ould Abdel Ghahar, de l’Union pour la République (UPR), Sidi Mohamed Ould Mohamed Vall dit Ghrini , président du PRDR, elle semble  appuyer  sans condition la candidature du général .  Dans l’autre partie  de la balance  se trouvent le FNDD,  le RFD et autres ONG qui militent à côté  des partis politiques opposants. En outre, un nouveau parti   dénommé Rassemblement Du Peuple Mauritanien (RDPM)  composé essentiellement des anciens indépendants se proclame du centre  en adoptant  une position intermédiaire.  Il est  fondé  par  Louleid ould wadad ancien directeur du cabinet de Maaouya Ould Sidi Ahmed Taya,  actuellement député,   Mohamed Ould Boucief  et autres politiques de l’ancienne  mouvance des indépendants.    

 En fait, le nomadisme politique est  l’une des clés de la compréhension des enjeux   du pouvoir en Mauritanie. 

La ‘caractériologie’ politique  du pays  est guidée par une instabilité de positionnement dans  une seule coalition. Ce qui  se traduit par des divisions au sein de l’opposition et de la majorité. En fait, les partis,  les  coalitions et  les  coordinations  sont  souvent  conçues sur des convictions partagées. Tout simplement, les hommes politiques  mauritaniens   parviennent facilement  à trouver  leurs intérêts en dehors des structures  typiquement organisées.  Ce qui laisse  le champ libre à la création des entités  invisibles qui disparaissent et apparaissent  sous d’autres formes, d’autres   autorités. 

   m_barrada@yahoo.fr 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann