Air Sénégal Internationale :

27 04 2009

 

 Atterrissage forcé 

La RAM (Royal Air Maroc) vient d’annonce que la compagnie aérienne Air Sénégal international (ASI) est «contrainte» d’arrêter l’ensemble de ses vols du fait de difficultés de trésorerie induites notamment par les poursuites judiciaires engagées par l’Etat sénégalais. Les avions d’Air Sénégal international sont, depuis vendredi, sur le sol. Faute de moyens financiers. Les passagers de la compagnie sont acheminés par d’autres compagnies. Les touristes bloqués en Casamance sont amenés par l’Armée vers leurs destinations. Une réunion entre des responsables de Royal Air Maroc, qui détient 51% du capital de la compagnie, et de l’Etat du Sénégal est prévue le mercredi prochain. La RAM précise qu’elle est toujours engagée à maintenir «sa proposition de feuille de route pour un désengagement concerté afin de sauver l’entreprise». Une proposition de telle feuille de route de retrait est pour la RAM «la seule plate-forme de concertation susceptible de déboucher grâce aux efforts coordonnés des actionnaires d’Air Sénégal International. Son application permettrait le redémarrage rapide des activités de la Compagnie et la préservation des emplois de son personnel». L’Etat sénégalais compte sur une décision de la justice sénégalaise. Laquelle décision désigne un expert judiciaire pour un nouvel audit et interdit au RAM de se retirer de la gestion d’ASI jusqu’à la fin de la mission de l’expert judiciaire, sous peine d’une astreinte financière excessivement lourde. 

Aujourd’hui, ASI a cessé d’opérer et a dû arrêter tous ses vols. Cette fin d’exploitation est, d’après la RAM , «la conséquence inévitable de la situation créée par la partie sénégalaise qui a pris, malgré les multiples mises en garde de Royal Air Maroc, des décisions qui ont nui à l’existence même de sa Compagnie nationale, à l’emploi du personnel et aux facilités de déplacement de ses passagers». Car, dit-elle, le Sénégal a adopté, depuis 2004, «une attitude inexplicable d’animosité déclarée envers Air Sénégal International». Elle évoque d’autres décisions «hostiles aux intérêts» d’ASI. En citant dans ce cadre l’annonce faite par l’Etat du Sénégal, en octobre 2007, «de prendre le contrôle de sa compagnie nationale» et «la répétition régulière et périodique de ces annonces (…) tout au long de l’année 2008, avec une date ultime que l’Etat du Sénégal avait fixée à janvier 2009». 

La RAM a évoqué également «l’éviction abusive» de ASI du transport des pèlerins à La Mecque. Laquelle «éviction abusive et inexplicable a fait subir à Air Sénégal International un préjudice financier très lourd qui a fragilisé davantage sa situation financière (… et) a entamé sa crédibilité vis-à-vis de son personnel, de sa clientèle et de ses partenaires qui ont interprété cette attitude comme un acte de défiance de la part des autorités sénégalaises envers leur Compagnie nationale, et ont même pu se poser des questions sur le sérieux de l’entreprise». S’ajoute à cela, selon RAM, que la trésorerie de ASI est «impactée par le non-paiement par l’Etat du Sénégal de ses dettes». 

Au moment de l’écriture de cet article, l’Etat du Sénégal, deuxième actionnaire dans le compagnie, n’a pas encore réagi. 

Mechri Ould Rabbany.

Source : La Tribune


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann