Communication du HCE

9 03 2009

 

 L’arme dangereuse de l’intox 

Les lecteurs assidus de la presse électronique ont sans doute remarqué un fait singulier : la prolifération d’attaques « ciblées » qui ne visent non plus les partis politiques et les organisations hostiles à la junte au pouvoir en Mauritanie depuis le 6 août 2008 mais des personnalités gênantes à plus d’un titre. Le constat d’échec de la campagne médiatique officielle à faire gagner au HCE la bataille de l’information a, apparemment, poussé le pouvoir à ouvrir un nouveau front par sites électroniques interposés. 

Ainsi, il y a quelques jours, cette nouvelle stratégie qui relève des vieilles méthodes de l’intox, avait pris pour cible le président de l’Assemblée nationale, Messaoud Ould Boulkheir, dont le passage avec armes et bagages dans le camp du pouvoir avait été donné pour imminent. Quelques jours plus tard, c’était autour d’Ahmed Ould Sidi Baba d’être « traité » par cette presse à relents de propagande. Le leader politique du FNDD aurait signé des accords secrets, lors d’un déplacement dans un pays voisin, pour rompre les amarres avec les anti-putschistes ! Une fausse information qui démontrait déjà l’ampleur du désarroi dans le camp des militaires face à la stratégie efficace de l’opposition au coup d’Etat du général Aziz.

La rupture des relations avec Israël  a tout l’air d’un stratagème populiste consistant à mettre les populations dans l’état d’esprit d’avoir à travers le général Ould Abdel Aziz un héros qu’il faut porter au pouvoir. N’est-ce pas là une fausse piste ?

Cette mesure est exploitée par cette même machine de propagande pour nuire au colonel Ely Ould Mohamed Vall, perçu comme empêcheur de tourner en rond, dans l’imaginaire des défenseurs de la  « rectification ».

Ainsi, c’est vers lui que la machine de propagande du pouvoir s’est tournée pour trouver « l’opposant » à la rupture des relations avec Israël !

« L’information » aurait été sifflée par le nouveau ministre de
la Communication à des journalistes chargés de servir de relais à cette attaque en règle contre celui qui a eu le mérite d’assurer une transition démocratique exemplaire en Afrique et que la « rectification » du Général Aziz a sabordée.

Mais au-delà de ces « on-dit », il faut bien que le pouvoir militaire actuel assume, avec courage, toutes les décisions qu’il prend, aussi bien sur le plan intérieur qu’extérieur.

Le « gel » des relations avec l’Etat d’Israël, décision prise il y a un mois, puis la rupture annoncée dans la précipitation, à la veille de l’arrivée en Mauritanie du Guide libyen sont-ils des actes mûrement réfléchis ou suggérés par l’Emir du Qatar et Mouammar Kadhafi ? Une question que beaucoup d’observateurs ne peuvent s’empêcher de poser, nonobstant l’unanimité des Mauritaniens en faveur d’un tel geste mais aussi celle des observateurs avertis sur les risques énormes qu’il fait courir au pays. Le HCE qui cherche à plier le médiateur libyen à ses thèses « rectificatrices » mesure-t-il le risque qu’il prend en se mettant sur le dos un Occident prêt à renier toutes les « bonnes causes », y compris la démocratie, pour défendre les intérêts d’Israël ?  Toute la question est là.

YOYE

 

Source : La Tribune n°439


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann