Les Echos de La Tribune Par Mohamed Fouad Barrada

27 01 2009

Nouakchott et le code de la route !

 

En surfant sur  le net, j’étais attiré par une ancienne  chronique  d’un  journal local. Pas si ancienne que cela.  Elle date du 4/12/O7.  Et elle est toujours d’actualité. Il y est question  d’un accident   qui a endeuillé des familles d’Arafat. Je rends hommage aux enfants de ces familles. En effet, c’était à l’heure de la sortie de l’école, précisément au moment où la circulation routière devient insupportable, au  moment où tous les chauffeurs s’empressent pour avoir des clients, au moment où ………… ;     «   Quatre enfants tentaient de traverser la voie ; une voiture s’arrête, le chauffeur leur fit signe de passer. Se tenant par les mains, ils traversent en courant ; mais un autre véhicule qui suivait le premier, au lieu de s’arrêter, contourna et doubla l’autre par la droite. A l’ instant où les enfants passaient. Choc terrible. Quatre victimes ; toutes mortes. Il y a deux jours, j’ai aperçu ce même individu au volant d’une autre voiture. Apparemment sans soucis. Et toujours aussi pressé et moins respectueux du code de la route. Comment se fait-il…!? ». 

En fait,  n’importe qui peut se procurer un permis de conduire en conduisant  en toute tranquillité. Sans être dérangé. 

Bizarrement, certains compatriotes en écoutant le saint coran, dans leurs  véhicules, empruntent les sens interdits,  comme si le coran n’incite pas à l’organisation.  D’autres  doublent  à droite  sans être inquiété. Quant au  code de la route,  c’est le cadet de  leurs  soucis. Ainsi,  des cadres éveillés, soient-ils, procèdent à ces pratiques malveillantes. Ne parlons pas de chauffard de taxi. 

Que tous les citoyens  soient  soumis à la réglementation routière. Si c’est le cas, les générations futures  peuvent dire,  en 2009, il y avait une mesure historique. Dans cette année, une volonté de puissance a marqué l’action des agents de l’action. Particulièrement, un changement est effectué. Nos ancêtres  ont décidé de vivre dans un espace urbain. Ils ont décidé de déclencher  le processus d’une révolution structurelle qui s’est  concrétisée par un aménagement du territoire sans équivoque. C’était dans
la Capitale Nouakchott. Une capitale qui a été  submergée à l’époque par un exode rural frappant. Elle a été victime d’afflux massifs dus essentiellement à une sécheresse affectant la totalité de nos villes. Dans cette ville, il y avait des acteurs braves, qui croyaient à la cause juste, ils  croyaient à l’avenir. Saluons leur mémoire. Ils sont un mythe que nous devons incarner. Ils étaient une minorité, et ils ont  transformé le cours de l’histoire  en organisant  une ville qui fut anarchique. Ces acteurs croyaient à un rêve qui s’appelait
la Mauritanie. A l’heure époque, le monde entier  était désespéré par une instabilité et des crises économiques  graves.  Ces agents d’action avaient des maigres salaires, ils souffraient, mais ils avaient fait un miracle, puisqu’ils croyaient à quelque chose, à un mythe qui était tout simplement
la Mauritanie. Cela  a commencé  dans  la capitale Nouakchott, une capitale qui symbolisait et symbolise la modernité mauritanienne    …………… ……. 

 

m_barrada@yahoo.fr    

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann