FAITS DIVERS

24 12 2008

                                              FAITS DIVERS 

                                     Par  Aboubecrine O.Sidi 

 

Contrôle routier  

Le permis en otage sera libéré dans les toilettes publiques 

Vendredi dernier à 13 H devant le dispensaire de Sebkha, un de nos vaillants Brigadiers de police confisque le permis de conduire d’un chauffeur de taxi de nationalité étrangère. C’était à la faveur de l’un de ces nombreux contrôles abusifs des veilles et lendemains de fête. Et le chauffeurs, croyant à l’esprit du pardon, suit le policier en le suppliant de lui remettre son précieux document. Ce dernier refuse catégoriquement et lui dit : « Tu ne l’auras qu’à condition que tu verses une somme de 500um ». 

Craignant de perdre son temps et ses clients, il se résout à tendre la somme au policier qui repoussa cet acte sous le regard indiscret de l’assistance. 

Quelques instants après, il entre dans les douches publiques qui font face et l’un des agents fait signe au chauffeur d’aller voir le chef dans les toilettes. 

Là où le chef empoche le billet vert et remet au pauvre chauffeur son permis. 

Comme quoi les toilettes publiques peuvent servir également d’isoloirs pour corrompus ! 

 Au marché de la capitale 

Le voleur à la tire tombe sur deux policiers 

S’il y a quelqu’un qui a manqué son coup presque réussi, c’est le grand  voleur à la tire et récidiviste M O. A. Profitant des bousculades lorsque les clients se pressaient pour faire leurs achats  avant la fermeture du grand marché. Il a chipé la pochette de la dame Mahjouba M. Sidina . 

C’est au moment où la bonne dame devait payer une somme de 45000um à une vendeuse de voiles que le quidam a profité de la mêlée pour passer à ce vilain acte. 

La pochette en main, il ne restait plus au voleur qu’à détaler, ce qu’il fit bien évidemment, pour disparaître dans la nature. 

Mais il avait tout calculé sauf le passage de deux  policiers sur des  motos. 

Ces derniers, qui avaient suivi de près la scène , se lancent alors à la poursuite de M.O.A qu’ils rattrapent, après seulement quelques secondes de course, pour le conduire au poste de police monté pour des cas pareils. 

Mahjouba M.Sidina a décidé de passer l’éponge sur cette affaire, se limitant à réclamer sa pochette. Quant à M .O.A, il a reconnu les faits. Son cas pourrait s’aggraver à cause de l’arme blanche que les policiers ont trouvée sur lui.   

                                

Après -midi noir à la plage   

Violée publiquement sous le contrôle d’une arme 

Astou  D. et Coumba S., deux jeunes filles sénégalaises nouvellement venues à Nouakchott et  résidant dans
la Moughataa d’el Mina étaient sorties le samedi passé à partir de 16H pour aller à la plage. Pour se promener et découvrir ce lieu de détente. 

Sur les lieux, un jeune garçon qui à l’air d’un « Djienk » (junker) les hèle.  Elles ne lui répondent  pas. Vexé, le jeune en culotte et chemise  se dirige vers elles un couteau à la main et leur demande de se déshabiller. Au même moment des gens à quelques mètres des lieux les observent.. 

Astou arrive à prendre la fuite tandis que Coumba, elle a été saisie par le malfrat qui la force et la met à poil.  Il  abuse d’elle en lui mettant le couteau sur sa gorge sous le regard apeuré de toute une foule impuissante. Et peut-être complice. Après son forfait le violeur emporte avec lui les habits de la fille. 

Cette dernière restée au bord de la mer à pleurer trouva consolation chez une femme venue avec son mari pour se promener. Le couple lui remet  un voile et la ramène avec lui dans sa voiture.                           

Ces délestages de malheur ! 

Deux individus arrêtés pour vol d’effets vestimentaires 

Après les coupures de courant intempestives ces temps –ci, les habitants d’Arafatt ne dorment que d’un seul œil. Et pour cause, les malfrats de tout acabit mettent à profit l’obscurité, pour s’introduire dans les maisons et commettre leurs forfaits. 

Au niveau des quartiers Basra, Koufa, Kebba Marbatt, entre autres, de nombreux cas de vols ont été signalés et certains de leurs auteurs mis au violon. 

Les derniers avaient jeté leur dévolu sur des effets vestimentaires. 

Il s’agit généralement de jeunes garçons ciblant souvent des bombonnes à gaz, les effets vestimentaires  qu’ils liquident à vil prix dans les marchés comme Tieb-Tieb, étalages devant
la BMCI, au marché polyclinique ou au point chaud. 

La semaine passée, ce sont deux garçons du quartier d’Araffat , qui ont été épinglés par leurs victimes , quelques jours après avoir commis un vol portant sur des effets vestimentaires. 

B.O.M et N.O.C sont deux grands voleurs qui se sont introduits récemment dans une maison louée par des jeunes étudiants pour faire main basse sur des effets vestimentaires comme des costumes, des jeans, des ensembles de basin riche, des casquettes et une somme de 70.000um que les  deux frères   venaient  de recevoir de la part de leur grand frère qui est commerçant en Gambie. Leur neveu  n’a pas été épargné par les malfrats qui lui ont pris des boubous, des chemises, du parfum et une casquette. 

Les mis en cause connaissaient bien le domicile des frères. 

Pour mode opératoire, ils ont retrouvé la clef que les frères ont l’habitude de garder loin des yeux indiscrets. 

Après s’être emparés de cette clef, les voleurs ont ouvert la porte de la chambre. Leur sale besogne accomplie, ils sont repartis comme ils étaient venus. Et c’est au cours de leurs recherches , qu’ils sont tombés sur B.O.M un jeune qui s’est investi dans le secteur du cambriolage depuis 1989 qui avait avec lui une casquette de couleur bleue qui ressemblait étrangement à celle de Harouna qui la reconnut sans difficulté. Prié s’expliquer sur sa provenance, B.O.M tergiversa et chargea son complice et ami N.O.C comme étant lui aurait vendu la casquette moyennant 600um. 

Conduits au commissariat. B.O.M et N.O.C se renvoient la balle à propos de la fameuse casquette, comme qu’ils sont en  différend à cause d’une fille qu’ils aiment. 

Finalement, c’est N.O.C qui passe à table et révèle d’autres vols qu’ils ont commis, notamment chez un ex-policier. 

Au domicile de ce dernier, ils ont déclaré être passés par la fenêtre, une fois dans la chambre, ils ont volé un poste radio, un valeureux téléphone portable, deux paires de chaussures, une vidéothèque, le tout fourgué à l’un de leurs receleurs au marché Tieb-Tieb. 

Ils seront présentés dans les prochains jours au parquet pour vol collectif commis la nuit. 

Selon une source policiers ces deux voleurs sont des récidivistes et leurs noms figurent dans les annales du palais de la justice. 

 

 Source : La Tribune n°428


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann