FAITS DIVERS

15 12 2008

FAITS DIVERS 

                                    

                                     Contrôle routier abusif  

Douches publiques ou isoloir de l’arnaque ? 

Le dimanche 07 décembre dernier,  jour avant la fête de Tabaski, une scène révoltante s’est produite à 13 H devant le dispensaire de Sebkha. 

Lorsque l’un de nos vaillants Brigadiers de police confisqua le permis de conduire d’un chauffeur de taxi de nationalité étrangère à la suite de l’un des nombreux contrôles abusifs qui se sont produits ces derniers jours. 

Dans ce cas , le chauffeurs croyant à l’esprit du pardon, poursuit le policier en le suppliant pour qu’il lui remet son permis, mais ce dernier refusa catégoriquement et lui dit : « Tu ne l’aura qu’à condition que tu verses une somme de 1500um ». 

Craignant de perdre son temps et ses clients, il opte par tendre la somme au policier qui repoussa cet acte sous le regard indiscret de l’assistance. 

Quelques instants après il entre dans les douches publiques qui font face et l’un des agents fait signe au chauffeur d’aller voir le chef dans les toilettes. 

Là où le chef empoche le billet bleu et remet au pauvre chauffeur son permis. 

Est –ce une manière d’appliquer la loi ou de caractériser la corruption ? 

           

                               Veille de la fête d’El Id au marché de la capitale 

    Vol et détention d’arme blanche : Après son coup, le voleur à la tire tombe sur deux policiers 

S’il y a quelqu’un qui a manqué son coup qui était presque réussi, c’est le grand  voleur à la tire et récidiviste M O. A. Profitant de ces bousculades lorsque les femmes et les hommes faisaient leurs achats pour la fête et surtout c’était la veille du grand jour. Il a chipé la pochette de la dame Mahjouba M. Sidina . 

C’est au moment où la bonne dame devait payer une somme de 45000um à une vendeuse de voiles que le quidam a profité de la mêlée pour passer aux actes. 

La pochette en main, il ne restait plus au voleur qu’à détaler, ce qu’il fit bien évidemment, pour disparaître dans la nature. 

Mais il avait tout calculé sauf le passage de deux  policiers sur des  motos. 

Ces derniers, qui avaient suivi de près la scène , se lancent alors à la poursuite de M.O.A qu’ils rattrapent, après seulement quelques secondes de course, pour le conduire au poste de police monté pour des cas pareils. 

Mahjouba M.Sidina a décidé de passer l’éponge sur cette affaire, se limitant à réclamer sa pochette. Quant à M .O.A, il a reconnu les faits. Son cas pourrait s’aggraver à cause de l’arme blanche que les policiers ont trouvée sur lui.   

                                

                           L’après -midi de la fête à la plage   

Viol à main armée en plein jour au vu et au su de tous 

Astou  Diop et Coumba Sarr , deux jeunes filles sénégalaises nouvellement venues à Nouakchott et  résidant dans
la Moughataa d’el Mina étaient sorties le jour de la fête à 16H pour aller à la plage à fin de se promener et de découvrir ce lieu de détente. 

A l’arrivée sur les lieux, un jeune garçon non loin d’elles les appelle mais elles ne l’ont pas répondu. Vexé, le jeune en culotte et chemise  se dirige vers elles un couteau à la main et leur demande de se déshabiller au moment où il y a des gens à quelques mètres de la place. 

Astou arrive à prendre la fuite tandis que Coumba , elle a été saisie par le malfrat qui la forcé à devenir nue et il a abusé d’elle en lui mettant le couteau sur sa gorge et les gens les regardaient de loin. Pourtant aucune intervention ! 

Lorsqu’il a fini son horrible et révoltant geste il a amené les habits de la fille. 

Cette dernière reste au bord de la mer en pleurant et trouva comme secours une femme qui est venue avec son mari pour se promener  qui lui a  remis  un voile et la amener avec elle dans sa voiture. 

Quant au malfrat il est  reparti sans être inquiété. 

A quand la fin de ce genre d’actes ignobles ?   

 

 Par  Aboubecrine O.Sidi

 


Actions

Informations



2 réponses à “FAITS DIVERS”

  1. 24 12 2008
    Amadou Moussa Sarr (12:25:39) :

    le cas de viol dans un lieu public est une atteinte grave aux bonnes moeurs prévue et punie par la loi pénale en Mauritanie.
    je m’inquiète beaucoup sur l’exemplarité de notre pays en matière de peine. l’impunité devient une règle à l’absence de valeurs de référence. les series de viols, de braquages, de vols, d’assassinats deviennent monnaie courante pour un état à 99,99% de musulmans de rite malékite.
    je demande les Etats Generaux de la société Mauritanienne et une autre sur l’education Mauritanienne aprés la démocratie, la gabégie et les trafics…
    merci

  2. 24 12 2008
    Amadou Moussa Sarr (12:41:38) :

    la mauritanie était une terre de transit pour les migrants vers l’europe, elle devient avec l’expliotation du pétrole et d’autres industries extractives une destination. les forces de sécurité nationales doivent rester vigilentes car nous recevons d’autres valeurs culturelles, d’autres modes de vie et de comportement qui, parfois cadrent mal avec notre vision des choses.
    Vigilence aussi aux frontière avec les états voisins pour éviter des migrants indésirables dans leurs pays respectifs, par leur comportement.

Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann