• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 11 novembre 2008

Le HCE ….à la conquête de l’Est

11112008

Le HCE ….à la conquête de l’Est

Nous vous en parlions la semaine dernière à l’occasion de la sortie du colonel Ahmedou Bamba Ould Baya à Nema, capitale du Hodh Echargui. Le HCE a voulu conquérir un terrain qu’il considère stratégique : celui des deux Hodh et de l’Assaba.

 

A l’instar d’autres villes  du pays, la ville d’Aioun a été  marquée la semaine dernière par la  visite du Secrétaire Général du Haut Conseil de l’Etat, Ahmed Bamba Ould Baye  accompagné du  Ministre de l’Intérieur, Mohamed Ould Moawiya, de la Santé, Mohamed Abdallahi Ould Siya, du développement rural, Messouda Mint Baham Ould Mohamed Laghdaf.

Le calme habituel de la ville fut troublé, l’espace d’une journée. La  population de Hodh El Gharbi venue de tous les horizons, se donnait rendez-vous dans la zone administrative de la Wilaya pour échanger avec le Secrétaire Général du Haut Conseil de l’Etat. Ce dernier était arrivé dans la matinée dans la capitale régionale du Hodh el Gharby en provenance de Nema. Toute la journée, la délégation du HCE a reçu cadres, notables et représentants de la Société Civile. Les ministres techniques ont profité de l’activité du secrétaire général du HCE pour tenir des réunions avec leurs services régionaux. Le ministre de l’intérieur par exemple s’est entretenu avec les autorités administratives de la région, les responsables de la sécurité et les maires des communes. Et les deux ministres restants chacun a organisé une réunion avec les cadres de son département.

En fin d’après-midi, ce fut le rendez-vous de la Maison des jeunes : un meeting populaire plutôt qu’une réunion des cadres. Une atmosphère de campagne électorale. Les banderoles maquillées de slogan de soutien au HCE étaient brandies par des gens qui affichaient une ferveur évidente. C’était  un meeting explicatif pour gagner l’opinion des citoyens.

Le colonel Ould Baya, SG du HCE, a d’abord expliqué les aspects de la crise multiforme d’avant le 6 août. Il a ajouté que l’ancien président à ignoré l’opinion de la majorité qui l’a porté au pouvoir, donnant ainsi un signe fort qu’il ne croit pas aux principes de la démocratie. « Cela s’est concrétisé, par exemple, à travers la désignation d’un gouvernement qui n’a aucune relation avec la majorité qui a élu l’ancien président ainsi que l’incapacité d’aboutir à une quelconque forme de consensus avec cette majorité pour la résolution de la crise politique qui a failli mettre en péril le pays ». « Non seulement, il n’a pas pu résoudre la crise, mais aussi, ne s’est pas montré disponible à sacrifier son poste », a ajouté le président de la délégation. Le membre du Haut Conseil d’Etat a rappelé l’engagement du Président du Haut Conseil d’Etat, Chef de l’Etat, le Général Mohamed Ould Abdel Aziz au lendemain du 6 août 2008 d’organiser des élections honnêtes dans les meilleurs délais, à l’issue de concertations entre les parties prenantes politiques et trouver une formule consensuelle qui préserve nos institutions constitutionnelles, loin de l’improvisation et de l’ingérence extérieure. Il a ajouté que la Mauritanie dispose de beaucoup de compétences nationales jalouses de la souveraineté de leur pays et aptes, après la concertation, à tracer les grandes lignes de l’avenir auquel nous aspirons. Et d’appeler les partis politiques et les organisations de la société civile ainsi que les hommes d’opinion à soutenir les efforts du mouvement de la rectification dans ce cadre et à prendre part aux forums qui seront organisés incessamment. Il a dit que cette concertation doit donner l’opportunité à tous d’exprimer leurs vues sur l’avenir de la Mauritanie, un avenir qui garantisse la stabilité au pays et lui évite tout blocage. Il a souligné que la Mauritanie mérite la démocratie et a la capacité de l’exercer dans un climat de sérénité, d’égalité, de préservation des libertés et d’exploitation optimale des ressources nationales.

Les Ministres de l’Intérieur, de la Santé et du Développement Rural, ont chacun présenté les reforme et initiatives prises par son département. Les élus, notamment le président de l’association des maires de la wilaya, l’un des députés et le sénateur ont chacun prononcé son mot de soutien. Pour Hussein Ould Agheib, sénateur de la ville, il a demandé aux autorités d’arrêter la propagande, de passer aux actes et surtout de respecter à la règle les directives du Président du Haut Conseil d’Etat.

Un autre fait marquant de cette soirée c’est la démission d’une soixantaine de militants de l’APP de la commune d’Agjert et de Hassi Ould Ahmed Bouchna et leur soutien au Haut Conseil d’Etat.

A Tintane, même ferveur. Ici c’est le maire islamiste de Tawassoul qui a souhaité la bienvenue à la délégation. A Kiffa, c’est le député UFP de Barkéol qui a annoncé solennellement son ralliement à la cause du HCE.

«Le choix de la délégation n’est pas fortuit, martèle-t-on ici et là. Vous Bamby (petit nom du colonel, NDLR), vous êtes l’un de nos fils chéris, tout comme la ministre du développement rural, Messaouda et Ould Siyam, quant à Ould Moawiya c’est l’administrateur qui a marqué ces régions des années durant». Là-bas c’est la familiarité qui indique à la délégation du HCE qu’elle est la bienvenue. Ici le colonel Ahmedou Bamba Ould Baya s’appelle simplement Bamby, ce sera le prénom pour les autres.

    

    Adama Sy CP Hodh El Gharbi       

 

 

Encadré :

L’APE en conférence de presse maussade

En respectant les consignes du bureau national de l’Association des Parents d’élèves, ce Jeudi 06 Novembre, le président régional du bureau des parents d’élèves Mr sidi Ould Zeidane a organisé une conférence de Presse purement maussade dans les locaux  de la maison des jeunes en présence d’une dizaine de personnes. Une grande surprise, il n’avait qu’un petit nombre autour de lui.  Ould Zeidane  rentre dans le vif du sujet qui est  le soutien au Haut Conseil d’Etat. En l’occurrence la réunion tournait autour de quatre  points : NON à l’embargo et l’ingérence étrangère, OUI aux journées de concertation et la résolution de nos problèmes par les citoyens. Bref Ould Zeidane ne parlait de rien en rapport avec l’éducation. .Les parents d’élèves étaient excédés par les propos tenus  qui n’avaient aucun rapport avec l’éducation cet ordre du jour qu’ils qualifient de pure politique.

                              Adama Sy Cp Hodh El Gharbi

Aioun

 

Source: La Tribune n°423




ACTUALITES

11112008

 

Ravitaillement en eau 

 

Dr. Sidi Ould Tah, ministre des affaires économiques et du développement et M. Suleiman J. Al-Herbish, directeur général du Fonds de l’OPEP pour le Développement International (OFID) ont signé ce mercredi à Nouakchott une convention relative au financement complémentaire du projet d’alimentation en eau potable de la ville de Nouakchott à partir du fleuve (Aftout Sahli), d’un montant de 8 millions 400 mille dollars américains, soit l’équivalent de 2 milliards d’ouguiya.
Ce montant sera consacré au financement complémentaire d’une partie de la composante comportant les conduites de transfert d’eau entre la prise d’Aftout et la réserve de Nouakchott.
Le coût global du projet Aftout Sahli est de 451,88 millions de dollars américains financé conjointement par le Fonds de l’OPEP, les Fonds saoudien et koweitien, le FADES, la Banque Islamique, la BAD en plus d’une participation de l’Etat mauritanien.
En marge de la signature, le ministre a eu des entretiens avec le directeur général du Fonds de l’OPEP entouré de ses principaux collaborateurs. Ces entretiens ont permis de passer en revue l’état de la coopération entre notre pays et le Fonds et les moyens de la renforcer.
Le ministre a saisi l’occasion de transmettre à son hôte les vifs remerciements du Président du Haut Conseil d’Etat, ceux du gouvernement et du peuple mauritanien pour la qualité de l’engagement de cette institution auprès de notre pays en vue d’asseoir les bases d’un développement socio économique durable. (AMI)

 

 

Cellule dormante ou génération spontanée

 

La justice mauritanienne a inculpé treize personnes, toutes de nationalité mauritanienne, dont cinq mineurs, pour « terrorisme, port et commerce d’armes illégaux ». Sur les treize personnes inculpées jeudi, trois font l’objet d’un mandat d’arrêt international, une a été placé sous mandat de dépôt et écrouée et neuf ont été remises en liberté et placées sous contrôle judiciaire, selon les mêmes sources. Parmi les neuf personnes libérées, cinq sont des mineurs, selon ces sources.

Les 13 personnes ont été arrêtées la semaine dernière à Tidjikja (Tagant) et inculpées pour « appartenance à une organisation armée qui a pour objectif de mener des attaques pour tuer » (terrorisme) ainsi que « pour port et commerce illégaux d’armes et d’explosifs », selon les mêmes sources.

Une dizaine d’autres personnes, aux mains de la gendarmerie, sont en instance d’être déférées au parquet pour les mêmes motifs liés au terrorisme, ont précisé ces sources.

Quatre d’entre elles ont été arrêtées il y a deux semaines à Nouakchott dans le cadre du démantèlement d’une cellule de l’organisation Al-Qaïda qui projetait des assassinats et des enlèvements d’hommes politiques ainsi que des braquages en Mauritanie pour financer ses activités, selon les mêmes sources.

Le 14 septembre, une attaque revendiquée au nom d’Al-Qaïda avait visé une patrouille de l’armée à Tourine (extrême nord). Les corps de onze soldats et de leur guide, « décapités » selon une source sécuritaire, avaient ensuite été retrouvés.

On ne connaît pas de relation pour les inculpés avec Al Qaeda pour le Maghreb Islamique (AQMI). On opte plus pour une génération spontanée de terroristes amateurs. Il faut dire que depuis le départ du Général Ould Ghazwani de la sûreté, le travail professionnel de lutte contre le terrorisme a baissé d’intensité. La police s’occupe désormais plus de contrôles routiers à l’intérieur de la ville de Nouakchott que d’infiltrations et de suivis des milieux susceptibles d’être gagnés par la fibre jihadiste. (avec AFP)

 

 

Les Lions à Nouakchott

 

C’est à l’hôtel Tfeila (Novotel) de Nouakchott que s’est tenue ce week-end la réunion du Conseil des Gouverneurs sous le patronage du Conseil des Gouverneurs du Disctrict Multiple 403, Monsieur Ba Samba-Diom.

Présent à travers 3 clubs en Mauritanie, le Lions Clubs entreprend des actions sociales en faveur des plus démunis, notamment dans le cadre de la lutte contre la cécité, de l’éducation de la malnutrition des enfants, etc.

La délégation du conseil des Gouverneurs était composé de Ba Samba Diom (Mauritanie), Babikir Oumar Karom (Tchad), Norbert Bationo (Burkina), Lassiné Diawara (Burkina), Patrick Rouvrais (Il de la Réunion – France), Chloe Balanos (Grèce), Mamadou Talata (Niger), Yves Roland (Cote d’Ivoire), William Fortune Alyko (Benin), Zakaria Wawa Dahab (Tchad), Alexis Vincent Gomes (Congo), Joseph Aka Anghui (Cote d’Ivoire),  Jean Baptiste Adediran (Sénégal), Jean Michel Razafindrabe (Madagascar), Esaï Mongory (Cameroun), Seydou Diakite (Burkina) et Hindou Mohameden Baba (Mauritanie). (source : Cridem)

 

 

Le roi du Maroc accuse l’Algérie de vouloir « balkaniser » le Maghreb 

 


Le roi Mohammed VI a critiqué jeudi soir le « refus » de l’Algérie de normaliser ses relations avec le Maroc et de rouvrir sa frontière commune avec le royaume, fermée depuis 1994.

Le souverain marocain s’exprimait dans un discours télévisé à l’occasion du 33e anniversaire de la « Marche verte » organisée par le roi Hassan II lors de laquelle 350.000 Marocains avaient marché le 6 novembre 1975 en direction du Sahara occidental, sous occupation espagnole, pour souligner l’appartenance de ce territoire au Maroc.
« Le refus obstiné de tous les efforts de normalisation consentis par le Maroc (…) va à l’encontre de la logique de l’histoire et de la géographie, laquelle est incompatible avec la fermeture des frontières entre deux pays voisins et frères », a notamment déclaré le roi Mohammed VI.
« L’attachement de notre pays à l’ouverture des frontières et à la normalisation des rapports doit être considéré comme l’expression d’une fidélité aux liens de fraternité et de bon voisinage », a-t-il ajouté, déplorant que l’Algérie n’ait pas répondu favorablement aux bons offices de pays « frères et amis ».
La frontière terrestre entre les deux pays a été fermée en 1994 à la suite d’un attentat islamiste à Marrakech que Rabat avait imputé aux services secrets algériens.
Concernant le conflit du Sahara occidental, le roi a réaffirmé que la seule et unique solution du conflit du Sahara occidental consistait dans l’autonomie proposée par Rabat sous sa souveraineté.
Il a réitéré « la disposition sans faille du Maroc à s’engager dans une négociation sérieuse autour de l’autonomie en tant que solution définitive au conflit » du Sahara occidental, soulignant que son « initiative reste toujours sur la table des négociations, sous l’égide des Nations Unies ».
A ce propos, Mohammed VI a critiqué la « position officielle » de l’Algérie. « Ce pays cherche à entraver la dynamique vertueuse enclenchée par l’initiative marocaine », a-t-il dit.
« Il met tout en oeuvre pour faire perdurer la situation actuelle, qui fait planer les périls de la balkanisation sur la région du Maghreb et du Sahel », a ajouté le roi.
Le Front Polisario, mouvement indépendantiste soutenu par l’Algérie, a rejeté le projet marocain d’autonomie et réaffirmé « le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination », via un référendum.
Le roi a enfin annoncé la création d’une commission consultative chargée de lui proposer une « conception générale sur la régionalisation » qui englobera à l’avenir « toutes les régions du Maroc, avec à leur tête la région du Sahara marocain ».
« La régionalisation envisagée est une réforme structurelle de fond », a conclu le souverain.
Et enfin, le roi Mohammed a appelé l’Algérie à œuvrer pour la mise sur pied d’un « Maghreb arabe fondé sur des bases saines et solides » et de renforcer « les relations de fraternité et de bon voisinage » entre les deux pays maghrébins.
L’Union du Maghreb arabe (UMA), mise en place en 1989 par les cinq pays de la région (Maroc, Algérie, Mauritanie, Tunisie et Libye), peine à prendre son envol, sur fond de tension entre Rabat et Alger, exacerbée par le conflit du Sahara. (AFP & APA)

 







bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann