• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 26 août 2008

NOUADHIBOU

26082008

 

 POUR OU CONTRE LE PUTSCH ? 

       

Jeudi 07 Août  2008 ils étaient moins de deux cents à assister à la marche puis au meeting de soutien à ce que les nouvelles autorités et leurs alliés appellent le ‘mouvement rectificatif et salutaire du 06 août entrepris par le général Mohamed Ould Abdel Aziz et les membres du haut conseil d’état.’ 

Partie du parc du jardin d’enfants, la marche s’est terminée à la tribune ou l’attendaient le colonel Ahmed Bemba Ould Baya, le wali de Dakhlet Nouadhibou avec le Hakem  et quelques élus, dont le maire de la commune. 

Quelques dix personnes ont pris la parole pour exprimer leur soutien au HCE dont ils trouvent l’action salutaire. 

Hassan Ould Bakar, au nom du personnel de la commune, a rédigé et lu une motion pour « saluer le mouvement de redressement qui va sortir le pays de l’impasse où il était à cause des effets pervers d’une politique anarchique »… 

Bekrine, du réseau des ONG a loué l’action du 06 août 08. Une femme s’est fait porte parole des femmes de Nouadhibou pour remercier les militaires de leur « sens du devoir et du sacrifice. » 

Le maire de Nouadhibou, Vadel Ould Abou Bekrine, a rappelé combien était « opportun le mouvement de rectification du 06 août. » 

A la fin du meeting, le colonel Ahmed Bamba Ould Beya, membre du HCE et commandant de la 1ère région militaire, a lu  une déclaration dans laquelle il a rappelé que « l’armée restera toujours du côté du peuple »… 

La marche et le meeting étaient organisés par la commune de Nouadhibou, des établissements tels que l’EPBR –port artisanal-,
la SMCP , le LFTP , MANUPORT , des partis comme le RFD et le PRDR. Cruel attelage entre ces deux formations, ennemies jurées il n’y a pas longtemps. On a vu des cadres RFD protester parce que le représentant du PRDR a parlé avant eux. Comme s’ils voulaient dire : « c’est notre coup d’état, éloignez-vous. » 

Le constat général est que la marche n’a pas mobilisé beaucoup de personnes .Selon les organisateurs ceci est du à ‘sa spontanéité’. Mince quand on se rappelle que quelques heures après l’annonce de la chute de Ould Taya, des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour crier leur joie. 

Alors pourquoi peu de monde ? Un observateur pense savoir que c’est de la faute de l’APP, principal réservoir de ‘marcheurs’ qui visiblement est contre. Quand on sait que ce parti est le premier de Nouadhibou, c’est convaincant. 

Ce qu’on peut dire c’est que même parmi les participants beaucoup semblaient peu enthousiastes. En effet on a vu des cadres ‘masqués’ (pour ne pas être reconnus au cas ou ) , il y en avait qui traînaient le pas , d’autres encore qui n’ont pas atteint la tribune , disparaissant en cours de route .    

La population est divisée entre pros et anti coup d’état. 

Les initiatives se sont multipliées pour soutenir le putsch. Des cadres de Nouadhibou, sous la présidence de Cheikh Bouya Ould Cheikhna, cadre à
la SMCP, disent apporter leur ‘ferme soutien  au mouvement du HCE présidé par le général Ould Abdel Aziz’. 

Selon eux, ce mouvement a fait sortir le pays  de l’impasse où il se trouvait à cause des politiques improvisées suivies par le président déchu’. L’initiative précise que la destitution du’ régime antidémocratique est l’ultime remède.’ 

Une autre initiative dénommée IPAZ (initiative pour le président Aziz) demande à la population de s’unir derrière le HCE. 

Un groupe d’une dizaine de personnes venues de Nouakchott est descendu sur le terrain à Nouadhibou pour renforcer le camp des pros coup d’état. Il semblerait qu’en haut lieu on ne serait pas content de Nouadhibou, ville de plus de 100.000 habitants où seulement deux cents personnes ont marché. Ce groupe serait envoyé par Mohcen le sénateur de Rosso. 

Ce groupe a entrepris des contacts tous azimuts  pour expliquer aux populations le sens du coup d’état.   

Curieusement ni les syndicats ni les ulémas n’ont participé aux marches et initiatives. 

Toujours est –il que les initiatives commencent à se multiplier comme si les gens avaient décidé d’attendre pour voir .On ne sait jamais. Après l’initiative des cadres de Nouadhibou , ce fut autour du député Elgassem Ould Bellali d’organiser une conférence -débat pour , dit-il, ‘expliquer aux citoyens les tenants et aboutissants de mouvement rectificatif du 06 août 2008′.Son meeting -conférence a rencontré un franc succès , si on s’en tient au nombre de personnes venues l’écouter. 

A son tour, le directeur de l’ENEMP a présidé une initiative de cadres ce 23 août. Les initiateurs ont commenté les événements qui ont conduit au mouvement rectificatif : Promesses non tenues, corruption, gabegie, pouvoir personnel, affaiblissement des forces armées. 

On remarque le nombre peu important de personnes qui participent à ces initiatives. La plupart du temps ce sont les mêmes qui craignent pour leurs postes ou qui croient leur heure venue. 

Le ‘peuple ‘ , lui , ne se dérange plus. Les bus partent et retournent vides. Comme si le peuple voulait dire ‘ on veut du pain. On ne peut plus applaudir’. 

Les échecs de ces marches et meeting s’expliqueraient par l’incapacité de la classe politique régionale à tenir un discours mobilisateur lisible. 

Même les anti-putschs n’ont guère fait mieux. Ce 22 août ils avaient tenu un meeting qui n’a pas rassemblé 1000 personnes. C’est peu pour ADIL, APP, Tawassoul , UFP ,PLEJ , UNAD ,PMRC ,ADEMA, DEKAALEM; PUCM et Bina. Pourtant les leaders de ces formations étaient sur place, excepté Ould Waghef (‘retourné ‘ à l’entrée de Nouadhibou par la police ) et Messaoud. 

Le public venu écouter le FNDD était composé en majorité des moins de 30 ans. Les orateurs qui se sont succédé ont appelé au retour du président légitime. On pouvait lire aussi ‘ Non à la remise en cause des acquis démocratiques’ ‘Non à l’immixtion de l’armée dans le jeu politique’. 

Selon les leaders du FNDD toutes les accusations contre le président déchu sont dénuées de tout fondement. Ils ont condamné avec énergie ce ‘coup d’état qui nous ramène 15 mois en arrière.’ ‘ Les militaires sont abonnés aux délices du pouvoir .Il est temps qu’ils retournent aux casernes’ a lancé un chef de parti. 

Autre remarque qui est sur toutes les lèvres. La quasi-absence des populations négro-africaines, cadres compris. Sont-elles pro ou anti-putsch ? Leur absence sur le terrain laisse songeur plus d’un. Un notable de cette communauté croit savoir que ce qui se passe ‘oppose deux visions étroites de
la Mauritanie. Nous n’avons rien à y faire. Cela nous dépasse. De toutes façons notre avis n’est pas demandé’. 

  

Athié Youssouf 

CP.NOUADHIBOU 

  

  

REACTIONS 

Le coup d’état du 06 août 08 est diversement apprécié à Nouadhibou. Il y a évidemment des pour et contre. 

‘ Je ne comprends pas mes compatriotes. Si le coup avait échoué les mêmes manifesteraient pour soutenir Sidi. Quels hypocrites’ lance ce cadre. 

‘ Sidi était sur une bonne voie dont le chantier de la réconciliation nationale. Les anti-patriotes ont gagné’ selon ce quinquagénaire.’ 

‘S’ils étaient sincères pourquoi n’ont –ils pas remis le pouvoir au président du sénat ? C’est le pouvoir qu’ils voulaient’ avance cette femme. 

‘ C’est bien fait pour Sidi .Depuis qu’il est au pouvoir tout va mal .’ Tance un cadre .Voyez-vous il n’a jamais fait de tournée à l’intérieur  pour s’enquérir des problèmes des citoyens. 

Un autre ajoute ; il a été naïf .Il aurait dû prendre des précautions avant de relever les généraux. 

B. pense que ‘ Sidi ne faisait l’affaire : Il nous faut un homme de poigne, dictateur s’il le faut, mais qui nous donne à manger. La démocratie ne remplit pas le ventre.’ 

Et si Aziz était l’oiseau rare ? 

 

 

Source :
La Tribune n°414







bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann