ACTUALITES POLITIQUES

19 08 2008

CONTRE LE PUTSCH APRES LE FNDD L’IPDD

                                                                                             

En ce jour du 16  août 08, l’initiative pour la défense de la démocratie  était déclenchée par  certains  élus du peuple. C’est au cours d’une conférence de presse tenue à l’assemblée nationale que la déclaration de parlementaires pour
la Défense de
la Démocratie a été lue solennellement par le député de l’UFP Ould Bedredine et Ba Ibra du Parti ADIL. Les  initiateurs de la défense de la démocratie confirment qu’ils sont contre toute intervention militaire. Ils sont contre le coup d’Etat. Ils affirment, en outre,  leur attachement à la légalité constitutionnelle  à travers un retour formel du président déchu afin que l’ordre constitutionnel soit rétabli.

Le nombre exact du groupement parlementaire pour
la Défense de la démocratie est encore inconnu.   Cependant,  les parlementaires qui étaient  présents à la conférence de presse  avoisinaient  les 20 élus.  L’un des députés a déclaré, que dans les jours à venir, les initiateurs de la défense de la démocratie vont donner la liste complète  de parlementaires adhérents à leur approche. Il a aussi précisé que  l’essentiel ce n’est pas d’avoir une majorité qui bafoue l’ordre constitutionnel, mais de défendre les principes les plus alimentaires de la démocratie. Il a annoncé, aussi,  que la liste des alliés de militaires n’est pas significative du moment que la constitution n’est pas respectée. Ainsi,  « des députés qui  ont été mentionnés dans la  liste de pros militaires, ne sont pas avec le putsch. Ce qui sous-entend que la liste de partisans du coup d’Etat est biaisée », a-t-il martelé.  

Par ailleurs, les  parlementaires  pour la défense de la démocratie ont  réitéré  qu’ils  refusent  le  coup d’Etat du 6 août 08 et tout ce qui en découle. Ils affirment  être  attachés au   retour du président légitime Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi et ils font  appel à sa libération immédiate. Ils  saluent  également  l’importante prise de position du président Messoud Ould Boulkheir contre le coup d’Etat tout en faisant  appel aux forces vives du pays, en particulier les parlementaires et tous les élus, pour rejeter toutes les solutions anti-démocratiques de leurs différends politiques.   Ils sollicitent  enfin   un débat national en vue d’exiger le retour à la légalité.

Soulignons que les initiateurs de ladite déclaration ont dénoncé le fait que  les médias publics et indépendants   ont été conviés à cette conférence, alors que
la Télévision  nationale de Mauritanie (TVM) avait brillé  par son absence.  

 

Compte rendu de Mohamed Fouad Barrada    

  

La deuxième démonstration de force du FNDD

 

Le jeudi 15 août 2008, le Front National de défense de la démocratie a tenu une conférence de presse pour contrecarrer l’effet médiatique de la nomination par les  militaires de l’actuel premier ministre Moulay Ould Mohamed Laghdaf. Ba Bacar Moussa  a pris la parole en confirmant que son parti était honoré d’accueillir  cette conférence de presse, animé par Ould El Waghef. Il a ajouté que le FNDD  ne reconnait  pas le coup de force de militaire.  « Nous avons convenu  dans cette situation particulière d’organiser chaque semaine une activité médiatique pour un retour à l’ordre constitutionnel ». précise-t-il.  Mohamed Yahya Ould El Waghef quant à lui  avait souligné  que « le président est toujours en détention. Et qu’il ne reconnaît pas l’actuel  gouvernement ».

Il avait également confirmé « qu’il n’y avait pas de blocage des institutions puisqu’il y avait un processus démocratique qui marchait ».  Toutefois, il a annoncé que  «  la constitution est bafouée après le putsch de 6 août 08. Par conséquent « le gouvernement actuel n’a aucune légitimité » a-t-il martelé  avant de  préciser que « le seul gouvernement légal,  c’est le gouvernement désigné précédemment  sous le régime  légal  du  président Sidi Ould Cheikh Abdellahi. « la majorité n’a aucun sens dans la mesure où l’institution de la présidence n’est  plus fonctionnelle.  Le retour de président va permettre aux autres institutions de  fonctionner normalement. Sans cette condition cette majorité n’aura aucun sens ». a-t-il expliqué

Notons que le chef du gouvernement  déchu par les militaires a prôné la défense de la démocratie par les moyens pacifiques. Il a aussi indiqué avoir refusé la passation de service, car il ne reconnaît pas un gouvernement qui n’est pas issu d’un processus démocratique. Sur les moyens des attaques FNDD, Ould El Waghef  a mis  en plus de la lutte politique pacifique, l’accent sur  les contacts avec les puissances extérieures afin que l’ordre constitutionnel soit rétabli.

« Il faut maintenir la pression pour que le pouvoir ne soit plus obtenu par la force. Les actions concrètes seront  des conférences de presse, des meetings et des  contacts  avec l’extérieur. Cela  dans le but de mener à bien le combat contre le recours à la force pour régler les différends politiques  », a-t-il affirmé en guise de réponse à un journaliste.

Il est à préciser que
la Mauritanie a fait  l’objet d’intenses visites diplomatiques, notamment celle de représentant du département d’Etat (Affaires étrangères) des Etats-Unis d’Amérique. Celui-ci exige un retour au droit mauritanien pour régler les différences en termes  politiques.  En outre, l’Union européenne demande   une libération immédiate du président déchu par les militaires pour qu’il puisse exercer ses fonctions légalement. Ainsi,  le conseil de sécurité doit siéger prochainement avec au menu : la résolution du cas Mauritanien.

Mohamed Fouad Barrada 

Le Trarza plébiscite le général 

 

Le Trarza comme toutes les wilayas du pays a tenu à organiser sa manifestation de soutien au nouveau régime dirigé par le général Mohamed Ould Abdel Aziz. C’était dans l’après midi du samedi 16 août. Toutes les personnalités de la région on tenu à participer à la marche dominée incontestablement par le RFD. A noter cependant le retour des ‘démocrates indépendants’ avec les hommes de Ba Madine le tout nouveau patron de l’ANAIR et de l’incontournable Mohsen, un des vices présidents du sénat. La plupart des maires de la région ont tenu à participer à la manifestation. Même Mint Semat et Ould Moutaly les ‘députés fantômes’

– comme certains les appellent ici –  ont fait leur apparition à la tribune officielle devant le domicile du wali, là même où le désormais ancien président a été ovationné il y a un peu plus de trois mois, lors de sa visite à Rosso.

Les populations sont surtout venues des environs de Rosso (les Pk, Jdrel Mohguen, et autres localités) ; les rapatriés n’étaient pas en reste. Plusieurs orateurs se sont succédés pour féliciter le général Ould Abdel Aziz de son initiative salutaire pour le pays. Le maire de Rosso, Ba Madine, chef de file des démocrates indépendants, l’ancien sénateur Lehbib ont rappelé tous les espoirs que la population place au nouveau régime.

La veille une autre manifestation du même genre avait eu lieu à Mbalal dominée elle aussi par les militants du RFD, le parti le plus puissant du Trarza.

La marche de soutien du 16 août est la deuxième organisée à Rosso après celle du jeudi 7 dernier.

Les rapatriés r assurés.

Une mission parlementaire conduite par Kane Hamidou Baba,  deuxième vice président de l’Assemblée nationale est venue rendre visite aux rapatriés pour leur transmettre un message du général Ould Abdel Aziz et les rassurer quant à la continuité du processus de rapatriement. La mission a eu l’occasion de se renseigner sur les conditions des rapatriés et surtout de les écouter. Les rapatriés dont certains avaient émis des craintes par rapport à la nouvelle situation ont exprimé leur soutien au nouveau régime et réitéré leurs doléances.

D.A.

 

 

 

Source : La Tribune n° 413

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann