L’actualité sportive

9 06 2008

Eliminatoires couplées Coupe du monde/CAN/2010 

 


La Mauritanie encore battue  mais toujours en course 

 

Les Mourabitounes, notre équipe nationale de football ont été étrillés par les Lions de l’Atlas du Maroc sur le score de 1- 4 le samedi dernier sur la pelouse du stade olympique de Nouakchott  dans le cadre de la deuxième journée des éliminatoires couplées Coupe du monde/CAN 2010. Douchés par les Lions de l’Atlas, les Mourabitounes ont manqué cette fois de promptitude dans le dernier geste. Deux coups de canon ont suffit aux marocains pour mener au score dans la première période de la rencontre avant de mettre le carton   en deuxième période et justifier ainsi son statue de favori dans ce groupe 8. 

 

 Tout le contraire d’une Mauritanie si prometteuse lors des qualifications de la dernière CAN au Ghana  et que l’ont attendait au révélateur après si longue absence dans les  grands rendez-vous  internationaux.   Les hommes de l’ex entraîneur de l’équipe Alain Moizan ont balbutié  leur football et n’ont jamais  semblé trouvé le bon équilibre tactique.  Menée dès la huitième minutes de jeu,
la Mauritanie  mélange les pédales confondant vitesse te précipitations.  Ahmed Téguedil, très attendu  au tournant  sur cette rencontre n’aura pas fait grand-chose. Il peine toujours à soutenir  les arabesques de ses camarades. Alain Moizan peiné se gratte toujours les pommettes face à une équipe fatiguée, incapable de remonter correctement la balle de ses buts.  Les supporters perdent leurs nerfs et crient  au changement  avant même le naufrage de l’équipe. L’inquiétude se confirme lorsque le Maroc confisque la balle quelques  bonnes minutes durant et marque  le deuxième but à la 36ème minutes par Bellzalloun. Le manque  de poids offensif des avants centres mauritaniens et l’aspect moins décisif qu’a Ahmed Téguedi provoque le dégoût total de regarder ce match. Après leur sinistre  à Kigali face aux Rwanda (0-3),
la Mauritanie s’est retrouvée scotchée sur les côtés, sans véritables ballons exploitables, sans, surtout, de possibilités  de faire parler sa puissance et l’intelligence de ses appels de balle. Un adversaire particulièrement emprunté  donc et à la limite du correctionnel en phase défensive, il n’en fallait pas plus pour permettre au Maroc d’asseoir sa domination. Territorial comme technique d’ailleurs. 

L’arbitre central ghanéen renvoi les deux équipes aux vestiaires sur le score de 0-2 en faveur des Lions de l’Atlas du Maroc. 

A la reprise le Maroc plus audacieux, plus pragmatique, plus saignant, et plus incisif, saisit le ballon. Les supporters mauritaniens qui ne sautent pas ce soir sur les fesses hurlent à la démission de
la FFRIM et surtout celle de  Alain Moizan. Des bouteilles d’Evian commencent à nous tomber dessus. Les supporters sont en colères. A la 57ème minutes Youssef Safri s’engage dans un cafouillage défensif pour inscrire tranquillement le 3ème but.  Les Mourabitounes sonnés  devant ses supporters  n’en démordent pas quand même. Ils continuent de construire sur les côtés  et au milieu leur jeu mais le  manque de célérité leur a porté préjudice. Il faudra attendre la 80ème minutes pour encore assister au 4ème but marocain, inscrit  par Housseine. Les Mourabitounes réduisent le score à la 81ème minutes par Téguedi sur penalty. 

Les deux équipes se sont séparées sur ce score de 1-4 en faveur du Maroc qui réussi son entrée. Quand à
la Mauritanie, les choses sont difficiles. Le samedi 13 juin prochain, elle va accueillir l’Ethiopie, une défaite est interdite aux Mourabitounes. 

 

 
La FFRIM a viré Alain Moizan  et virera encore un Maradona ou Zidane! 

Après la défaite de l’équipe nationale de football, le technicien français Alain Moizan a été chassé  par

la FFRIM. Le chargé de Communication  Moussa Ould  Khaïry a estimé que sans  résultats  positifs, la fédération ne pouvait pas retenir le français. « 
La FFRIM est là pour répondre aux besoins de la population  qui exige désormais des résultats  positifs » a-t-il indiqué. Est-ce que les difficultés de l’équipe nationale sont causées par Alain Moizan ? Le problème du foot en Mauritanie ce n’est  pas
la FFRIM, ni Alain Moizan  mais l’Etat mauritanien. Le manque de résultats positifs ce n’est pas Alain Moizan, mais l’Etat. Tout bon résultat est un fruit d’un travail bien fait. Depuis quand
la FFRIM a demandé les moyens financiers à l’Etat ? C’est seulement la semaine  dernière qu’il a débloqué 120 au lieu de 330 millions d’Ouguiyas. Si on doit sanctionner, c’est l’Etat. Si les supporters ont lancé des objets en direction du ministre des Sports, c’est l’Etat. Les Mourabitounes, c’est l’équipe nationale donc tout le monde est concerné. S’il s’agit de débloquer des millions pour des trucs politiques, l’Etat  est prêt à le faire mais si c’est…………. 

Ce n’est pas  moral ni légale ni juste dans un pays à 70% âgé de moins de 20 ans. Ceux qui demandent la démission de
la FFRIM doivent aussi demander celle du gouvernement, voire du chef de l’Etat. On doit lui demander pourquoi l’argent n’a pas été débloqué pour soutenir l’équipe nationale de football ?  Pourquoi il n’y a pas de moyens alors que le pays est riche, plus riche en tout cas que le Sénégal et le Mali ? Si
la FFRIM est dans l’obligation de satisfaire les mauritaniens, c’est pourquoi le français est renvoyé, elle sera aussi dans la même condition pour virer son remplaçant parce que
la Mauritanie n’est pas encore prête pour soutenir son équipe. Les joueurs sont bons mais ils ne sont pas entretenus. Ceux qui ont des véhicules en savent quelque chose.  Dans tous les pays africains aujourd’hui, le football est la priorité de l’Etat.  Au Sénégal par exemple même sans résultats, l’Etat débloque des millions pour son équipe nationale. Chez nous c’est une autre affaire. En réalité l’Etat ne fait rien. Est-ce que 120 millions d’Ouguiya peuvent suffire pour  la campagne africaine ?  Si la population s’est levée contre
la FFRIM et son entraîneur, c’est à cause de l’Etat.  Tenez ! P
our les besoins pratiques du match Sénégal  - Algérie, l’État sénégalais a mis les bouchées doubles. Une enveloppe de 155 millions a été décaissée. Les administratifs mouillent le maillot de l’autre côté. Chacun joue sa partition. L’État, dans cette dynamique, n’entend pas être en reste. Plusieurs sociétés aussi se sont dites intéressées par l’équipe pour le sponsoriser et l’aider ainsi à gagner des rencontres. Si aujourd’hui Alain Moizan est démasqué pour manque de résultats, son remplaçant  Sneïdry n’est pas lui aussi à l’abri d’une éventuelle rupture de contrat. Le malheureux français  Alain Moizan disait avant son limogeage lors de la conférence de presse qu’il a tenu après le match au stade olympique: «  On a pas de potentiel joueurs de qualité pour contrecarrer l’équipe du Maroc.   Et puis les joueurs sont fatigués puisque nous avons fait trois jours de voyage de Rwanda. Mais
la Mauritanie n’est pas éliminée mathématiquement. Il faut battre l’Ethiopie, le Rwanda à Nouakchott et négocier les matchs à l’extérieur »  Cela sera à son absence. 

Sy Mamadou 

   

 

 

 

Championnat national de badminton : 

 

 

La quatrième  journée du championnat national de Badminton s’est jouée la semaine dernière au Centre des Cadres de
la Jeunesse et des Sports.   

Il faut rappeler  que le badminton est un sport de raquette avec volant. Il est considéré comme un simple jeu d’extérieur qui n’exige pas beaucoup d’efforts physique. C’est le sport le plus prisé en Asie, selon certaines statistiques dans le monde.   

Le badminton occupe la troisième place après le football et le tennis, il s’agit d’échanger un volant au dessus d’un filet haut de 1,524m au centre et 1,55m au niveau des poteaux à l’aide d’une raquette. Pratiqué par les chinois il y a quelque deux milles ans, badminton est un sport très ludique et très physique, il peut être pratiqué à tout âge et à tout niveau. Il ne nécessite aucune disposition particulière et son apprentissage est très rapide. C’est un jeu de détente facile d’accès et peu onéreux. 

 

 

1960-2004 : Michel Platini, meilleur «canonnier» de l’Euro 

 

Le titre de meilleur buteur des phases finales de l’Euro, toutes années confondues, échoit au Français Michel Platini, qui a trompé neuf fois les gardiens adverses lors du Championnat d’Europe 1984. Une réussite encore inégalée à ce jour. Au début de l’édition 2008, voici l’itinéraire d’un passionné de la balle. 

 

 

Michel Platini est la grande star de cet Euro 84 organisé par
la France. Le joueur, qui est passé par plusieurs clubs hexagonaux (AS Nancy-Lorraine et Saint-Etienne) a signé à
la Juventus de Turin. Cette année-là, le club italien gagne le championnat et
la Coupe des coupes face à Porto par 2 à 1. Platini, qui se prépare à rejoindre les Bleus pour l’aventure du championnat européen des nations est alors le meilleur buteur du Calcio, avec 20 buts marqués. Les supporters hexagonaux attendent beaucoup du n°10 tricolore…
Dans le groupe préliminaire (A), les Bleus font face au Danemark, à
la Belgique et à
la Yougoslavie. Le joueur, tout juste Ballon d’Or européen 1983 va quasiment offrir à l’Hexagone son premier trophée, attendu impatiemment depuis les débuts du championnat d’Europe en 1960. Platini réussit à marquer lors de chaque rencontre des Bleus (9 buts en 5 matchs), depuis les matchs de poules jusqu’à la finale et réussit même deux triplés face à
la Belgique (victoire 5-0) et à
la Yougoslavie (victoire 3-2) dans la poule de son équipe. Lors de ces deux dernières rencontres, Platini marque successivement un but du pied droit, un but du pied gauche et un but de la tête…
Triple Ballon d’Or
Plus tard, en demi-finale au Stade-Vélodrome de Marseille, il donne la victoire à son équipe face au Portugal à la 119e minute des prolongations (score final 3-2). Le 27 juin en finale, dans un Parc des Princes en ébullition, Michel Platini trompe le portier Luis Arconada et ouvre le score face à l’Espagne sur coup franc. Un deuxième but de Bruno Bellone à la 90e minute consacrera définitivement la victoire des Bleus de Michel Hidalgo. Meilleur joueur de l’Euro, Michel Platini brandit le trophée attendu par tout un pays et accède dès lors au rang de superstar du football mondial. Il reçoit encore le Ballon d’Or européen en 1984 et 1985.
Après un dernier match contre l’Islande, Platini prend sa retraite internationale en juin1987. Il devient sélectionneur de l’équipe nationale un an plus tard en remplacement d’Henri Michel. Avec huit victoires en huit matchs, la bande à Platini réalise le grand chelem lors des éliminatoires de l’Euro 92 et poursuit 19 matchs sans défaite. Le tournoi final en Suède est cependant complètement manqué. Les Bleus de Platini rentrent prématurément à la maison, éliminés au premier tour, sans aucune victoire. Le sélectionneur démissionne dans la foulée en juillet 1992. Plus tard, il est coorganisateur de
la Coupe du monde de football de 1998 en France avec Fernand Sastre (président de
la Fédération française de football entre 1972 et 1984).

Consécration supplémentaire pour cette personnalité d’exception : en 1999, Michel Platini est désigné par le magazine France Football meilleur footballeur français du XXe siècle. Enfin, l’ancien n°10 français est élu président de l’UEFA le vendredi 26 janvier 2007 succédant ainsi au Suédois Lennart Johansson, à la tête de cette institution depuis 1990. (Source RFI) 

 

 

Source :
La Tribune n°403 

 

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann