• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 14 avril 2008

Veltroni ou Berlusconi?

14042008

Veltroni ou Berlusconi?

L’Italie est en campagne électorale pour renouveler son parlement et son premier ministre. Deux candidats se disputent le poste tant convoité, Walter Vetroni, 52 ans, ancien maire de Rome, étiquetté à gauche puis, Sir Silvio Berlusconi, 71 ans, que nous connaissons bien pour avoir été déjà deux fois premier ministre. Il est l’homme de la droite libéral, populiste et compte parmi les dix plus grandes fortunes de la péninsule. Pour une fois, la gauche n’a pas fait alliance avec l’extrême gauche car Veltroni pense pouvoir gagner au centre et que de toute façon les anti libéraux ne voteront au grand jamais pour Berlusconi. Les derniers sondages (il y a dix jours) donnaient six points d’avance à Berlusconi. Pourquoi les Italiens aiment tellement l’ancien cavaliere, si gaffeur et si peu efficace durant les longues années passées au pouvoir? Premièrement car il a changé de style, il devient moins démagogique. Il ne cache pas que la crise économique italienne est profonde, les prévisions font état d’une quasi stagnation en 2008: 0,3% d’après le FMI! Puis Prodi a eu, entre 2006 et 2008, une gestion des affaires absolument pas efficace (l’obstruction parlementaire n’a pas aidé) , cela contribue à gonfler le score de l’opposition quelque soit le candidat.
Le chômage est en hausse, les déficits importants et la corruption est endémique surtout au sud. Quant l’Allemagne a tout fait pour développer l’est après 1989 en investissant de façon massive (cela a coûté des points de croissance et des dixaine de milliards d’euros par an depuis), l’Italie ne faisait pas ce rééquilibrage économique géographique nécessaire. Tous les gouvernements de droite comme de gauche se sont révélés impuissants face à cette gangrène de la mafia, qui pollue ce sud si pauvre. De plus, la Ligue du Nord du leader d’extrême droite Umberto Bossi, ne veut pas de ce rééquilibrage nord-sud. Il est crédité d’un un score d’au moins 7% à ces élections législatives. Quand on a, on ne partage pas avec ceux qui n’ont pas. Non mais, faut pas pousser!
La campagne actuelle est morne, la dernière élection de 2006 où Romano Prodi l’avait emporté face à Berlusconi de quelques dixaines de milliers de voix seulement, a contribué à saigné les compagnies qui payaient pour les candidats. Il y a donc cette fois ci, moins d’affiches, moins de spots, moins de manifestations.
Les deux ans de gouvernement Prodi n’ont pas apporté les réponses auxquelles pouvaient s’attendre les Italiens. Ils sont las de l’instabilité politique du pays et de l’inertie des differents chefs de parti. La nouvelle présidente de la Confindustria (Medef Italien) Emma Marcegaglia déclarait dans une interview au Fiagaro daté du 9 avril qu’elle n’avait pas de modèle particulier hormi l’Allemagne. On la comprend mais cela semble être un voeux pieux, tellement les entreprises italiennes sont dans beaucoup de domaines en retard technologique et mal positionnées sur les marchés.
Cette nouvelle election ne marquant pas un renouveau profond des discours politiques, les Italiens, sauf surprise ne se rendront pas en masse aux urnues. La politique y est complètement discréditée. Triste Italie. 

Source :http://www.uneformedegeopolitiqueouverte.blogspot.com/




URGENT…Traque des salafistes: Arrestation de 22 personnes dont 13 femmes et 9 hommes

14042008

Photo de l'assaut du mardi dernier

Photo de l’assaut du mardi dernier

Des éléments du commissariat de police de Arafat 2, auraient arrêté, ce dimanche après-midi, 22 personnes (13 femmes et 9 hommes) et cela dans le cadre de leur traque des présumés salafistes en fuite après les accrochages les opposant aux forces de sécurité, mardi dernier à Tevragh-Zeina (quartier nord de Nouakchott). 

Ces 22 personnes dont la majorité sont des femmes auraient été arrêtées à Arafat, après que les enquêteurs aient pris connaissance de l’existence d’une cellule féminine dans le groupe des présumés salafistes recherchés.

Source: ANI




Chronique

14042008

Nous pouvons confirmer que la Mauritanie fait désormais partie du club « Ettekfir we ettevjir » (ce qui signifie littéralement « Apostasie et attentats »), c’est-à-dire du club des pays foyer du terrorisme, cela à cause de certains mauritaniens ; par aveuglement, ils méconnaissent le pacifisme de l’Islam, sa pureté, son refus de faire couler le sang des innocents. 
 
Cependant, le doute est si fort que la thèse du complot s’impose d’elle-même. A l’exercice, nous pouvons nous assigner des limites, une centaine de lignes rouges, si vous voulez. Il n’en demeure pas moins que les récents évènements suscitent, en nous, beaucoup de scepticisme, d’interrogations. Les infimes particules, au départ éparses, peuvent s’agréger pour former un tout, une évidence établie, comme nous l’apprend la science criminelle.  
 
 
 
Tentons l’expérience du doute général, universel ; mais sans nous départir de la logique. Utilisons notre matière grise, faisons travailler nos neurones. 
 
Je vous concède, au nom de la raison dialectique, qu’il existe certainement des cellules dormantes – et d’autres éveillées – du salafisme djihadiste. En contrepartie, vous devez le reconnaître, avec moi, ces cellules dormantes, combattantes et guerrières, lesquelles poussent aujourd’hui tous les marginaux à la rébellion, ne se sont jamais manifestées durant tout le régime de Taya. 
 
Pourtant, Ould Taya avait fait emprisonner et torturer leurs oulémas, leurs maîtres à penser. Il leur refusait la création de tout parti politique islamiste. En passant, excusez-moi, je ne sais pas distinguer entre les mobiles de l’islamiste armé et ceux de l’islamiste politique.  
 
Alors, pourquoi les islamistes font-ils la guerre, de façon aussi désordonnée, mais sans relâche, à Sidi Ould Cheikh Abdallahi. N’est-ce pas lui qui a construit des mosquées jusque dans la Présidence, promis d’accorder une attention toute particulière aux Mahadras et écoles coraniques, reconnu deux partis islamistes, invité des oulémas et penseurs islamistes à siéger en conclave dans la capitale ? Le salafiste actuellement en fuite, Sidi Ould Sidna, l’un des accusés du meurtre des quatre touristes français l’a reconnu. Les PV de ses interrogatoires font foi. 
 
S’agirait-il alors d’un improbable instinct de violence ingrate et gratuite qui répondrait au bien par le mal ? Plutôt, n’y auraient-ils pas des gens influents pour ne pas souhaiter la paix dans le régime si fragile de Sidi Ould Cheikh Abdallahi et dont la stratégie consisterait à multiplier les coups durs afin d’en accélérer la fin, quoiqu’elle coûte ? 
 
Et qui d’autre en le calcul profite-t-il, si ce n’est à l’ancien Président, Ely Ould Mohamed Vall. Il quittait le pouvoir à contrecoeur, davantage par contrainte que par un prétendu héroïsme, suite à l’échec de son bulletin blanc. L’on, se souvient de l’échec de certains intellectuels acquis à son ambition, ayant appelé en vain à étendre la période d’une transition prétendument salvatrice. Qui d’autre serait à même de réussir un tel complot ? 
 
N’est-ce pas lui qui a sacrifié 20 années de sa vie à la Direction générale de la sûreté nationale, d’où la connaissance, dans les moindres détails, de la sociologie et de la psychologie du pays profond et la mise en œuvre d’un vaste réseau d’hommes liges davantage redevables à sa personne qu’au métier de la police.  
 
Qui aurait cru que l’attentat contre l’ambassade d’Israël est accidentel ?  
 
N’est-il pas surprenant que Khadim Ould Semmane, cousin de Ely Ould Mohamed Vall, se soit évadé de prison durant sa présidence dans des conditions pour le moins douteuses ? Que Ould Semmane se rende à des cérémonies de mariage sans qu’il ne soit inquiété ? Que Ould Semmane convole en justes noces, à Nouadhibou, alors qu’il est recherché par la Police ? 
 
Khadim Ould Semmane est le premier suspect dans l’opération de l’attaque de l’ambassade d’Israël. Rappelons que les auteurs de cette opération ont tiré des rafales pendant 20 mn, après quoi ils se sont retirés en douceur, sans que les forces de sécurité n’interviennent ni ne parviennent à les retrouver jusqu’ici.  
 
Les Islamistes Centristes, alors réfugiés en Europe depuis l’échec de la tentative de coup d’Etat du 8 juin 2003, ont toujours accusé Khadim d’entretenir des liens avec les renseignements. Ils conseillèrent à Alioune Tine, président de la Rencontre Africaine des Droits de l’Homme (RADDHO, Dakar), de ne pas l’aider à les rejoindre en Belgique, car les islamistes centristes considèrent que Khadim n’était qu’un agent de renseignement au service de son cousin le Colonel Ely Ould Mohamed Vall, directeur général de la Sûreté Nationale de Ould Taya. 
 
Puis il y eut cet attentat contre les quatre touristes français, orchestré par une bande de voyous, criminels récidivistes ayant des antécédents liés à la consommation de la drogue, au vol à main armée et d’autres menus larcins. La teurie a porté un rude coup au pouvoir du vieux Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, qui ploie, désormais, sous le fardeau d’une crise insurmontable.  
 
S’agit-il de simples coïncidences, entièrement fortuites, que l’incident se déroule au Brakna, région natale de Sidi Mohamed Ould cheikh Abdallahi, dont l’ancien directeur régional de sûreté n’est autre que Mohamed Abdallahi Ould Taleb Abeidi (Ould Adde), bras droit du Colonel Ely Ould Mohamed Vall, par ailleurs homme connu pour sa ruse et sa grande intelligence ! Il est aujourd’hui directeur de la police judiciaire après un passage bref à la Sûreté de l’Etat sous la transition.  
 
Et serait-il fortuit, que la réalisation de l’opération soit dévolue, précisément à Maarouf Ould Haiba, connu pour ses antécédents criminels (vols de voitures et attaques à main armée) ? 
 
Ce jeune homme, instable, originaire de Lemden – tout comme le Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi – dont la mère – Mint Loudaa – est cousine de ce dernier – a-t-il été choisi pour donner du souci à Sidi Ould Cheikh Abdallahi, devant l’opinion internationale, et l’Occident en particulier ? Le jeune Maarouf a suivi les mêmes études coraniques que Sidi Mohamed Ould cheikh Abdallahi et allait parfois se recueillir à Kaolack (Sénégal), haut lieu de la confrérie soufie de la Tijania, tout comme le Président de la République.  
 
Est-ce par coïncidence que le rappeur raté Ould Chabarnou soit de la partie et que lui revienne le rôle infâme d’exécuter les quatre touristes français ? Est-ce hasard que son père et ses tantes aient grandi dans le village de Ehel Taleb Abeidi dont le chef n’est autre que le père d’Ould Adde, le directeur de la police judiciaire ? Et que les sœurs du jeune Chabarnou aient pour époux des cousins de Ould Adde ? De solides rapports spirituels lient le père du jeune Chabarnou à la chefferie de Ehel Abeidi près d’Aïoun, dans le Hodh. 
 
Et l’opération d’évasion de Sidi Ould Sidina des locaux du Palais de Justice, comment peut-elle ne pas se rattacher à un complot ourdi on ne sait à quelle fin ? 
 
Pure coïncidence, diriez-vous, que le portable dont s’est servi Sidi Ould Sidina pour appeler ses complices peu avant sa spectaculaire évasion appartienne à une personne issue du Hodh ? Tout comme la propriétaire de la villa où s’étaient cachés les salafistes près du centre emmetteur, sur la route de Nouadhibou? Tout comme ce jeune à la barbe fournie qui a été abattu par erreur dans une maison au nord ouest du Ksar, suite à une dénonciation anonyme à la police ? La femme bailleur, le détenteur du téléphone portable, la victime dela bavure, le terroriste Ould Chabarnou et Ould Adde sont tous deux du Hodh ! 
 
Il est quand même curieux que les investigations auprès de Ould Haiba aboutissent à l’identification d’une maison bourrée d’armes et d’explosifs… à quelques mètres à peine de la résidence de Ould Adde ! 
 
C’est peut-être bien une coïncidence aussi ! 
 
Quelqu’un se serait-il servi de l’énergie des jeunes salafistes, extrêmistes et complexés, pour les orienter à distance afin de cultiver la haine et la destruction, enfin semer l’instabilité?  
 
Pour découvrir la vérité, cherchez du côté d’Ely Ould Mohamed Vall, de son bras droit Mohamed Abdallahi Ould Adde et du fauteuil présidentiel. Et dites à cet homme bon qui occupe le Palais : les hommes aux bottes t’ont offert un cadeau empoisonné. Sois fort ou ce sera la fin ! 
 
Par Hanevy Ould Dehah, Directeur de publication de  www.taqadoumy.com 
Edition du 11 avril 2008







bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann