NOUADHIBOU

5 11 2007

NOUADHIBOU 

PRECHE DU VENDREDI /RETOUR SUR TERRE 

Vendredi dernier, 26 octobre, la plupart ders imams de Nouadhibou ont consacré leur prêche aux problèmes sociaux de la ville. Finies donc les longues litanies sur  la Palestine, le conflit entre Hamas et Fatah. Pas un mot sur la Tchétchénie, ni la moindre pensée pour Al Qaeda. 

Comme par mimétisme, beaucoup ont parlé du quotidien du citoyen caractérisé par une paupérisation galopante, une misère ambiante, une absence de solidarité criante, une dégradation des mœurs. 

Ce dernier sujet a ravi la vedette aux prêches trop politisés qui faisaient foi et auxquels les croyants ne pipaient mot. 

L’affaire de la rafle des prostituées  est la cause sans doute de ce changement. Un imam de Khairane condamne la ‘rebaptisation’ du quartier en « Accra Street ». Dans un discours teinté de nationalisme étroit il a dit : »Les étrangers ne se contentent pas de nous prendre notre travail mais ils vont jusqu’à nous voler notre patrimoine. Ce quartier qui abrite la zawiya de Cheikh Mohamed El Mamy porte maintenant un nom impie. » Et il interdit à tout croyant de prononcer ce ‘nom impie’ (Accra, ndlr) 

Un autre imam du 3e robinet appelle les autorités à’ chasser les mécréants de cette terre d’islam’. 

L’imam de la mosquée des  ‘impôts’ (mitoyenne de la direction des impôts) fait un parallèle entre la pauvreté et les mauvaises mœurs. Ce serait un châtiment divin, selon lui. Il a dit que si les autorités Mauritaniennes ont peur d’expulser les étrangers à cause de possibles représailles, ‘il faut avoir peur de Dieu et non des humains’.Un de ses collègues ajoute ‘ le Ghana ne peut pas expulser nos concitoyens qui sont sérieux et pratiquent le commerce.’ Seulement? 

Ce genre de prêche est opportun s’il ne s’en prenait pas qu’aux simples étrangers. Il ne faut surtout pas que les étrangers servent de boucs émissaires. Parmi eux il y a des personnes sérieuses, qui apportent beaucoup à la ville. Certains font le sale boulot, ils sont mal payés, truandés, arrêtés arbitrairement. 

Le diable est à chercher aussi au sein des Mauritaniens eux-mêmes. Pour s’en rendre compte il faut faire un détour par nos collèges et lycées. On se serait cru à Los Angeles ou dans toute autre agglomération occidentale. Les garçons sont habillés en Bad Boys, les filles en lolitas, le nombril en l’air Celles qui portent le voile l’ont tellement léger qu’on dirait qu’elles sont nues. 

Assistez à un mariage et vous verrez que la pudeur n’est pas une vertu bien Mauritanienne. 

ll y a un amalgame dangereux que certains  font entre mauvaises mœurs et appartenance ethnique ou nationale..Beaucoup de ces filles -femmes habillées à l’occidental sont bien Mauritaniennes.’ Chaque fois qu’ils aperçoivent une fille noire mal habillée, ils la traitent d’étrangère, Sénégalaise en générale ‘ s’insurge D. la quarantaine. 

B. pense que même s’il faut faire du mal il faut se cacher. ‘Les filles et femmes mauresques ne donnent pas mauvaise impression .Mêmes si elles font des bêtises  c’est en cachette.’ 

Voila qui relance le débat. Faut-il interdire certains habits à l’école ? Ou même dans tous les lieux publics ? 

ATHIE YOUSSOUF 

CP/NOUADHIBOU 

S :
La Tribune 372 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann