Interview

16 10 2007

Yahya Ould Ahmed Waghf, ministre secrétaire général de la présidence et coordinateur du parti de la Mouvance présidentielle :

«Même ministre, j’ai le droit de faire de la politique» 

 

La Tribune : Monsieur le Ministre, si vous aviez à présenter en quelques phrases le projet de que vous êtes en train de réaliser, que diriez-vous ? 

Yahya Ould Ahmed Waghf : J’aide modestement à coordonner les efforts de création d’un parti qui regroupe les sans-partis de la majorité, cette mouvance qui a rassemblé une majorité aux législatives et qui a soutenu avec succès la  candidature de monsieur Sidi Mohamed Ould Cheik Abddallahi. 

 

La Tribune : Parti de la Majorité, parti de l’Autorité, part du Président, parti du Premier ministre… beaucoup de mots pour désigner une seule entité. C’est quoi au juste ? 

Yahya Ould Ahmed Waghf : Les dernières élections législative ont donné la majorité parlementaire à un large courant centriste et modéré. Cette mouvance a appuyé Sidioca lors des présidentielles. Pour la plupart, ils n’appartiennent à aucun parti. Ce parti est leur parti et celui de tous ceux qui, comme le RDU, voudront bien le construire avec eux. C’est aussi et surtout le parti de tous les mauritaniens qui tiennent à concrétiser notre aspiration collective à la démocratie, au progrès et à l’équité. 

 

La Tribune : Votre présence à la tête du pilotage d’un tel projet intrigue. D’abord parce que vous n’avez pas encore fini de régler le dossier de réfugiés, ensuite parce qu’il s’agit d’une mise en avant de la présidence. Comment expliquez-vous cette présence ? 

Yahya Ould Ahmed Waghf : Même ministre, j’ai le droit de faire de la politique. Dans les grandes démocraties, un ministre qui ne fait pas de politique est anomal. J’appartiens à cette mouvance ; ses parlementaires ont demandé mon aide pour réussir notre objectif commun : doter la majorité d’une structure de parti dont elle a besoin. 

Néanmoins, je veille scrupuleusement à ce que mon activité partisane n’empiète jamais sur les horaires de bureau. Le dossier des réfugiés, comme le reste de mes obligations, avancent normalement. Le temps que je consacre à la construction du parti, je le prends sur mon repos personnel, mon temps privé. 

 

La Tribune : Ceux de l’opposition émettent des inquiétudes quant au retour du PRDS, nouvelle formule. Que répondez-vous à ces inquiétudes ? 

Yahya Ould Ahmed Waghf : Que l’opposition se rassure, nous ne voulons restaurer ni le PRDS, ni aucun autre parti. Nous ne regardons du passé que notre souci de ne pas en reproduire les erreurs. Pour le reste, nous nous consacrons à l’avenir et pour nos compatriotes, nous le voulons démocratique et prospère. 

 

La Tribune : Comment ce parti peut-il avoir l’ambition de fonder un nouvel ordre politique sans risque de retour à l’hégémonie du parti-Etat ? 

Yahya Ould Ahmed Waghf : «Un nouvel ordre politique», c’est beaucoup dire. Nous sommes ambitieux pour notre pays mais nous préférons rester modestes. 

Nous construirons avec les autres partis de la majorité une coalition politique qui sera un partenaire utile du gouvernement, du Président et de l’opposition. 

Quant au risque hégémonique, il n’est pas pertinent. Le Président pratique la concertation permanente avec l’opposition. Nos groupes parlementaires ont associé l’opposition lors de la formation des commissions. Nous pratiquons la tolérance, pas l’exclusion… Le reste n’est que procès d’intention. 

 

La Tribune : Le parti peut-il ambitionner de ‘révolutionner’ les comportements politiques, ou au moins de provoquer la recomposition du paysage politique ? 

Yahya Ould Ahmed Waghf : Nous espérons être différents dans le bon sens. Nous voulons un parti normal, ouvert et transparent. Un parti au pouvoir mais qui se finance légalement et qui fonctionne démocratiquement. Un parti qui n’aspire à aucun privilège de l’Etat et qui entretient avec lui une saine relation. Si nous réussissons, nous réussirons ce pari, nous aurons «révolutionné» les comportements politiques en Mauritanie. 

 

Propos recueillis par Ould Oumeir

 

Source : La Tribune n°370 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann