Des vacances halal au cœur des Alpes

8 10 2007

France 

Des vacances halal au cœur des Alpes 

  

(Syfia France) À Mégevette, en Haute-Savoie, le centre Les Rosiers offre aux vacanciers musulmans un service adapté à leurs prescriptions religieuses. Les clients y viennent des agglomérations françaises et de Belgique. Les autochtones, d’abord méfiants, s’en réjouissent désormais. 

  

Comment passer ses vacances à la montagne lorsque l’on est musulman en France, alors que trouver des produits halal en dehors des principales agglomérations relève de l’exploit ? Cette question, Karim, jeune Lyonnais passionné de randonnées, se l’est longtemps posée. La découverte d’un centre de vacances adapté lui a permis de concilier détente et religion : la maison familiale Les Rosiers, au cœur des Alpes, dans le village de Mégevette (Haute-Savoie). La clientèle y dispose d’une restauration halal et d’un service que les musulmans ne trouvent nulle part ailleurs dans la région. Et de calme, comme le relève Christine, une habituée des lieux, non musulmane, pour qui montagne rime avec bien-être et méditation, qu’elle avoue avoir du mal à concilier avec les ambiances un peu trop arrosées, selon elle, de certains gîtes et chalets d’alpage. 

Les Rosiers font en effet aussi le bonheur de non musulmans, qui représentent environ un bon tiers des clients. Loin d’être un ghetto religieux, l’endroit se veut d’abord « centre associatif à caractère solidaire« , rappelle Boudjema, le gérant. Pour rendre la montagne accessible aux familles défavorisées des banlieues, les prix sont en effet très abordables. Pour un adulte, une semaine en pension complète revient à 210 € en haute saison (hiver et été) et à 180 € en basse saison. Ses 27 chambres sont presque toujours occupées. 

  

Comme chez soi 

En bonne partie musulmane, la clientèle se compose principalement de familles venues des régions parisienne et lilloise et, depuis peu, de Belgique. On y trouve toutes les origines sociales, mais on constate néanmoins un afflux de jeunes couples appartenant à des catégories socio-professionnelles plutôt élevées, tels des médecins ou des ingénieurs, plus attirés par le calme de la montagne que par le stress des plages. La gastronomie savoyarde, où prédominent spiritueux et charcuteries, a longtemps dissuadé Farid et Amina, qui habitent la banlieue de Paris, de faire de longs séjours dans les Alpes. Aujourd’hui, Les Rosiers sont devenus un passage obligé pour eux, vu l’absence d’autres lieux d’hébergement qui prennent en compte leurs besoins spécifiques. Certaines femmes qui ont fait le choix de porter le voile se réjouissent également de l’existence du centre. La présence d’autres vacanciers habitués à en voir leur permet d’échapper à ce que Sabrina, universitaire de 27 ans, appelle « les regards agressifs d’incompréhension« . Même les saisonniers savoyards qui travaillent dans la station voisine d’Hirmentaz ne s’étonnent plus de voir des groupes d’origine maghrébine faire du ski ici en hiver. 

  

Les préjugés de côté 

Pourtant, la cohabitation avec la population villageoise locale n’a pas toujours été facile. « Lors de la création de la maison en 2003, les habitants croyaient qu’on leur envoyait des colonies de délinquants venus des banlieues. Certains vacanciers étaient même considérés comme des intégristes du seul fait de leur faciès« , raconte Boudjema. Aujourd’hui, les préjugés sont tombés et la maison de vacances a finalement été acceptée par les villageois, très enthousiastes lorsqu’on leur en parle. Madeleine, retraitée sexagénaire, avoue avoir changé d’avis sur ces touristes inhabituels et s’est même liée d’amitié avec certains d’entre eux. « Cela s’est également amélioré depuis que la maison familiale a gracieusement prêté sa cour pendant 6 mois à l’école primaire voisine, alors en reconstruction« , ajoute Serge, un autre habitant du village. 

Mieux : l’arrivée de cette nouvelle clientèle a représenté une véritable bouée de sauvetage pour les producteurs et les commerçants locaux. Comme beaucoup de stations de moyenne montagne, Mégevette souffre en effet depuis plusieurs années d’un déficit de neige qui a causé une désaffection très nette des pistes de ski. L’implantation des Rosiers a permis aux coopératives fromagères et aux producteurs de miel de se maintenir. Jean, apiculteur d’un village voisin, estime que ces nouveaux vacanciers lui achètent en deux mois d’été ce qu’il vend en dix mois le reste de l’année. Les familles musulmanes repartent en effet pour la plupart avec des stocks de miel en prévision des gâteaux à préparer pour les fêtes religieuses. 

Même la mairie de Mégevette, plutôt à droite, se félicite elle aussi de cette bonne cohabitation et ne manque pas de saluer le nouveau souffle apporté par cette nouvelle manne à la commune. 

Hicheme Lehmici 

 

S La Tribune


Actions

Informations



3 réponses à “Des vacances halal au cœur des Alpes”

  1. 11 11 2015
    Belhaj mustapha (20:54:16) :

    Salam j’aimerai savoir si c’est possible de réservé du samedi 26decembre au samedi 2 janvier si vous voulez en discuter directement appeler moi au 0688010645 barakallah ô fikoum

  2. 23 05 2016
    CHERIFA Soraya (17:47:04) :

    Salam alekoum, j’aimerai reservé pour juillet 2016 mais le site et le num fixe ne fonctionnent pas. Comment faire?
    Merci

  3. 28 01 2017
    Zreouil (22:39:58) :

    Salem comment fait on pour reserver chez vous

Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann