Chronique de Ould Kaïge – Le Calame

8 10 2007

Présentation aux lecteurs 

 

Jeune énarque français ayant enseigné en 1965-1966 à la future E.N.A. mauritanienne, j’ai été tôt surnommé Ould Kaïge par le président Moktar Ould Daddah, qui me considérait, ainsi que son épouse Mariem, comme l’un des vôtres par adoption. Les études sur la Mauritanie contemporaine qu’il m’a permis d’entreprendre en m’ouvrant les archives de la colonisation et de la période fondatrice à mesure qu’il l’animait, ne m’ont plus quitté depuis. J’en publierai le fruit sans beaucoup tarder. Mais je veux être immédiatement et pratiquement utile, à tous, si possible

 

L’instrument constitué par ces recherches et la mémoire vivante accumulée de plus de quarante ans et mise à jour, comme j’ai pu après 1978, me paraît pouvoir et devoir être mis à la disposition de tous les Mauritaniens. L’avenir qui recommence ne peut être mieux fondé – à mon sens – que par une continuité retrouvée avec un passé encore récent, mais qui m’a semblé (après 1978) systématiquement occulté, voire dénaturé par amalgame avec un exercice du pouvoir totalement différent d’origine et de comportement. 

 

En rappelant les faits et les circonstances qui font la Mauritanie contemporaine, à l’occasion de dates anniversaires, je souhaite mettre ce que je puis à la disposition des lecteurs. Ce pourrait d’ailleurs être dialogué suivant le courrier reçu et d’éventuels témoignages confiés : personnellement, cela m’apprendrait beaucoup. Je commencerai surtout par les anniversaires fondateurs, quitte à en exposer de plus discutables ou douloureux si les lecteurs le souhaitent. Avec objectivité certes, mais dans la lumière qui m’avait frappé en arrivant à Nouakchott le 15 Février 1965 et en étant pour la première fois reçu par M° Moktar Ould Daddah le 26 Avril 1965. 

 

Ayant vêcu l’honneur et le bonheur de raccompagner le président-fondateur et sa femme au pays, le 16 Juillet 2001, j’ai depuis enquêté – surtout oralement – auprès des principaux acteurs sur ce qu’il était advenu depuis les festivités XVème anniversaire de l’indépendance. 

 

Pas d’imagination ni de consensus pour aujourd’hui ni demain, sans mémoire éclairée du passé quand a été fondée d’évidence, dans l’unité nationale, la légitimité. Ma démarche est la même pour travailler au bonheur de mon pays la France. J’essaie, grâce à l’accueil du Calame et selon ce que ses lecteurs, à l’usage, attendront de moi, de mériter d’être Mauritanien d’adoption et de signer : Ould Kaïge,  

alias Bertrand Fessard de Foucault, universitaire et ancien ambassadeur 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann