A contre courant

3 09 2007

A contre- Courant 

Esclavage et Multi mariages renforçaient l’Unité Nationale. 

  

 Quelqu’un a dit que : « Trop de liberté nuit à la liberté ».c’est un peu vrai .Et pour preuve ! 

Beaucoup de compatriotes,comme sortis de**la gueule d’un lion**,à la suite des derniers changements, n’hésitent pas à verser dans un excès de critiques et mise en cause du passé, qui conduit à s’imaginer que le BIG BANG n’a éclaté qu’il y’ a un siècle (démocraties occidentales)et que l’Humanité n’est descendue sur terre  que le 3Aout 2005  ( révolution du CMJD).  

Tempérer quelque peu  les ardeurs de ces va-t-en guerre et relativiser les jugements,s’impose pour ne pas rater le virage dangereux que les Mauritaniens tentent de longer pour  instaurer chez eux une démocratie exemplaire. 

  

Les femmes tricotent les réseaux qui chemisent le peuple. 

  

Hier, les conditions étaient plus difficiles.Les hommes étaient plus puissants et plus aptes  à vaincre les adversités de la nature.Aujourdhui leurs descendants savourent les bienfaits de leur héritage 

.Balayer les acquis du passé, d’ un revers de la main, d’une trace de plume ou d’une tournure de langue,dénote de cécité dans le discernement ou cupidité dans l’ intention. 

  Bien avant la Mauritanie de 1960,le peuple de cette contrée, était uni et vivait respecté comme il le pouvait sur ses territoires respectifs. 

Les communications culturelles et commerciales étaient fluides,entre ses différents constituants,malgré des querelles et guerres intestines,du reste naturelles. 

De cet héritage remarquable,tout le monde sait le rôle joué par  les femmes. 

Lesquelles femmes ont tricoté des réseaux de parenté et de liaison qui chemisent l’ensemble des fils du pays. 

Quel Emir puissant n’a-t-il pu stabiliser son pouvoir qu’en jouant habilement la diplomatie matrimoniale ? 

Au Trarza, Mohamed Lehbib 34 ans de pouvoir(1827-1860) a annexé le Oualo et contrôlé le Brakna  grâce en partie à son mariage avec les princesses Dombot du Oualo et Fatma des Deman. 

Au Brakna, Sidi Ely 35ans de pouvoir (1854-1893) a réussi à gagner l’amitié de l’Almamy du Fouta et  rallier les fractions dissidentes en épousant Garni, la veuve de son principal rival. 

Au Tagant, Mohamed Chein 50ans de pouvoir n’at-il pas ménagé l’Emir de l’Adrar,en lui donnant en mariage sa sœur ? 

En Adrar l’Emir  de la paix, Ahmed O.M’Hamed 20 ans de pouvoir(1871-1891) ne s’est –il pas imposé à tous ses rivaux, malgré son jeune age, grâce  au soutien de son oncle maternel Bakar O.Soueid Ahmed ?Avant lui l’Emir de la guerre Sid’Ahmed O.Aida 40ans de règne(1822-1862)ne l’a-t-il pas été grâce aux soutien des parents de sa mère Ghailane ? 

  

On ne choisit pas son père. 

  

Ils sont combien de  Chorva,forgerons,Torodo,griots,zenaga, princes,Zouaya,Emirs,Brak de Cayor ou Baol,Cheikh de confréries, qui sont nés (ou descendants d’ancêtres) de concubinage entre  Maître et sa servante ? 

Ils sont combien les militaires,enseignants et autres fonctionnaires à epouser des femmes au gré de leur lieu d’affectation professionnelle ,rapprochant ainsi des demi-frères dont les mères sont géographiquement et parfois culturellement éloignées ? 

 Le rôle modérateur  dans la société , des nombreux  métis qui, au fil des temps, ont constitué les liens solides inter tribaux,ethniques et régionaux est déterminant, encourageant et seul garant de l’unité Nationale.Ceux qui, aujourd’hui tentent de reprocher à l’histoire ce que les hommes n’ont ni pouvoir à modifier,gagneraient à observer plus de retenue. 

 Dés l’instant que personne ne choisit son père, il  serait plus fructueux de méditer d’avantage sur soi-meme. 

 Les Mauritaniens sont  peu nombreux ( y compris :réfugiés,immigrés et expatriés) pour continuer à s’éloigner les uns des autres. 

L’islam a libéré les esclaves et femmes qui étaient méprisés  avant la mission de Mohamed.. 

Il revient aux hommes du présent d’adopter l’Islam de  leur époque. 

C’est à dire un Islam débarrassé des préjugés ,complexes et mauvaises interprétations. 

Pourquoi chercher à mimer les autres,émancipés soient-ils ? 

On peut civiliser mentalités et comportements, sans pour autant renier ou mettre en cause négativement sa culture, religion et histoire. 

Réveiller les démons du chauvinisme par des diatribes et conjectures médiatiques touchant ici et là, ne profite pas aux Mauritaniens.Les sujets de dissertation concernant   les réfugiés,esclaves et quota des femmes sont épuisés, donc dépassés.Ils doivent laisser place aux questions de l’éducation des générations futures, chômage des jeunes et bonne gouvernance.  

Ely Salem Khayar 

 

   

Source : La Tribune


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann