• Accueil
  • > Actualités
  • > Drogue en Mauritanie :J.P. VIVENOT : « Je suis un otage de l’état mauritanien »

Drogue en Mauritanie :J.P. VIVENOT : « Je suis un otage de l’état mauritanien »

28 08 2007

J.P. VIVENOT : « Je suis un otage de l’état mauritanien » 

 

« Je suis innocent, je suis innocent ». C’est dans la répétition de cette complainte    que s’épuisent les rares minutes de communication que notre justice nationale accorde à Jean-Pierre Vivenot, ce pilote français abusivement incarcéré en Mauritanie depuis le 1er mai dernier avec son ami et copilote de circonstance, Edy Pagés. Dans le cadre de l’enquête ouverte sur l’immense trafic de drogue qui secoue le pays, « il ne me dit pas bonjour ou bonsoir quand je l’ai furtivement au téléphone. Il ne fait que crier son innocence dont je ne doute pas un seul instant comme tous ceux qui le connaissent d’ailleurs », confie Catherine Soupeaux, compagne du pilote français et mère de Lou, leur petite fille de huit mois… 

 

Mauvais moment, mauvais endroit 


Même version des faits chez l’employeur de son compagnon, Claude Alezra, qui déplore un malheureux malentendu ayant transformé en cauchemar le rêve africain de son pilote et ami : «  je suis chargé de mission au ministère de la santé du Sénégal, et je possède cet hélicoptère que j’ai confié à Jean-Pierre Vivenot, un pilote chevronné, sans doute le meilleur de la place, et dont je pratique les services depuis plus de dix ans. C’est un copain de longue date qui se trouvait ce jour-là, à  Nouadhibou, dans le cadre quasi-routinier de son travail, mais malheureusement pour lui : au mauvais moment et au mauvais endroit…. Nous ne faisons que de l’assistance sanitaire et  de la prévention civile par le transport urgent des malades aussi bien au Sénégal qu’en Mauritanie.  Et le propriétaire de l’hélicoptère de rappeler que c’est lui qui devait se trouver à la place de son collègue : « normalement, c’est moi qui devais convoyer l’appareil pour révision en France. Mais comme je venais de participer au rallye de « Heroes Legend » à  Nador au Maroc, je voulais profiter des vacances d’Avril pour voir mon fils en France. Cela tombait bien pour Jean-Pierre aussi qui, de son côté, était pressé de retrouver sa femme et sa petite fille après avoir accompli une mission sanitaire à Dakar. Donc, je lui ai proposé de me remplacer et comme d’habitude, il a généreusement accepté. Mais, bon, tout cela va finir par se tasser, la justice mauritanienne dispose de tous les plans de vol et autorisations administratives de notre activité, elle va finir par comprendre qu’elle se trompe de cibles : les Vivenot sont très modestes pour être des trafiquants de drogue… » Conclut-il avec une humeur enjouée qui en dit long sur son expérience de l’inénarrable Afrique. 

 

Pilotes belges 


Mais le moral Familial des Vivenot ne semble pas aussi vacciné contre les aventures sahariennes de leurs proches. Ensemble, individuellement, nuit et jour, ils s’accrochent aux informations glanées sur la toile mauritanienne. Quand ils ne raclent pas leur économie pour se payer les services de leurs avocats. Tout en prenant en charge l’incarcération de leur proche : « tout cela coûte beaucoup de temps et d’argent pour épargner des gens simples comme nous. Les avocats ne sont pas plus rassurants que la presse locale qui semble confondre avion et hélicoptère en présentant Jean-Pierre et Edy comme les pilotes de l’avion dit vénézuelien.» précise Catherine Soupeaux. Pour le grand frère de la petite Lou, ces confusions de genre n’ont que trop duré : «Que je sache, les pilotes de cet avion chargé de poudre, qui se sont d’ailleurs volatilisés comme par miracle, sont plutôt belges. Alors que mon père et son ami sont jusqu’à preuve du contraire français et pilotent un hélicoptère humanitaire. Ils sont donc complètement étrangers à ce trafic qui concerne plutôt les grandes fortunes de ce pays, si j’ai bien lu les échos de cette affaire sur le net » dit Jean-Baptiste. Pour Valérie Guéry, compagne d’Eddy Pagés, il s’agit d’une histoire « d’incompréhension totale ».    

 

Pilotes belges  

A entendre les familles des pilotes français, leurs proches sont les victimes idéales d’une machination impitoyable. Ils serviraient de cibles idéales pour un pouvoir fragile qui veut protéger des puissants narcotrafiquants échappant à son contrôle. En faisant croire que des quantités astronomiques de drogue sont subitement tombées du ciel sur une paisible Mauritanie sagement gouverné. Et quoi de plus céleste qu’un vrai pilote pour jouer les faux vrais trafiquants ? Quant aux proches de l’enquête, ils font face à des procès verbaux inintelligibles qui peuvent accabler les pilotes français. Leur avocat mauritanien déplore « une accusation dépourvue de tout fondement, l’accusé principal ayant réussi à faire sortir du pays tous ses éventuels complices ». Il avoue rougir de l’étonnement de l’attaché de sécurité de l’ambassade de France à Nouakchott : « puis, il y a aussi le fait concret d’une impossibilité physique pour un hélicoptère de servir dans cette affaire parce qu’un tel appareil décolle verticalement et ne peut transporter que ses occupants .En l’occurrence, les pilotes d’une association humanitaire dont le parcours et la carrière sont connus. Monsieur Godivaud n’en revient pas de l’absurdité du dossier de ces concitoyens ». Pour autant, Catherine Soupaux s’habitue de plus en plus au pire. A force d’entendre son compagnon lui répéter: « c’est politique, cette affaire. C’est chaud, c’est très haut, je suis un bouc émissaire, un otage de l’état mauritanien ».   

 

Cheikh Touré Source : La Tribune n°364 du 28 août 2007       

  


Actions

Informations



2 réponses à “Drogue en Mauritanie :J.P. VIVENOT : « Je suis un otage de l’état mauritanien »”

  1. 27 09 2011
    NEBOIS J-C (06:45:03) :

    Je cherche a prendre des nouvelles de J-P Vivenot qui est un ami personnel.

  2. 26 08 2013
    Ludo (09:09:50) :

    Bonjour, je crois que JP Vivenot a ouvert une discothèque a Lalbenque dans le Lot.

Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann