La maffia de l’aspirine et des antibiotiques

27 08 2007

Sexe, maladies, mort… 

 

Ailleurs, c’est sous les yeux de chaque mauritanien. De jour en jour, pilulent dans nos rues des « pharmacies-boutiques ». Sur 100 autorisations d’ouverture octroyées, 80 d’entre elles, le sont frauduleusement. « Maintenant à Nouakchott, entre deux pharmacies se trouvent une pharmacie », s’ammuse-t-on à dire. A la polyclinique, ou Waghfet El Mechakil sur un kilomètre, elles sont alignées de part et d’autre du rond-point. La concurrence est rude et déloyale: les prix ne suivent aucune logique.

 Mais au fond, sur quelle base est attribuée l’autorisation ? Certains grands commerçants, pour contourner la loi, vont au Sénégal ou au Mali débusquer un diplomé en pharmacie pour l’aider administrativement et financièrement à ouvrir et tenir une « boutique de médicaments ». Au bout d’un temps, ils renvoient le type et recupèrent leur bien qu’il donne à un parent qui n’y connait que dalle.

D’autres ne s’embarrassent même pas de tout ce tralala. « Avec l’argent tout est possible chez nous ». Suffit-il de graisser la patte ?

Sans la bénédiction de l’Inspection Générale de la Santé, l’aval pour ne pas dire la complicité des services de douanes, et autre caution de départements ministèriels, comment comprendre la réussite insolente de ces milieux ?

Aujourd’hui cette maffia du médicament est tentaculaire. Elle touche à tout. Des produits de la CAMEC se retrouvent régulièrement dans le circuit commercial clandestin.  Qui profite du malheur des malades et des accrocs de drogues (sida, paludisme, tuberculose, IST, drogue, alcool…)

Sur le plan international, le commerce de contrefaçons de médicaments couvre 10% de la consommation mondiale. Combattue dans les pays du Nord par les grandes firmes pharmaceutiques comme l’américain Pfeizer ou le suisse Novartis – création récente d’une puce électronique d’identification de produit authentique – en Afrique et en Asie, la falsification serait encouragée par quelques gouvernements. Motif ? C’est une autre façon de lutter contre le brevet exclusif de fabrication de médicaments essentiels (les génériques) des multinationales occidentales.

Si la démarche peut sembler de « bonne guerre », elle ne constitue pas moins, une entorse à la loi sur la propriété intellectuelle et le brevet.

Et dans cette brèche de « cause juste », se sont engouffrés des « nique-le-bénéfice »qui défendent que « le vrai c’est ce qui sert »

Sur le plan national, des histoires d’ordonnances établies au pif ou de médicaments prescrits ne servant à rien peuplent le quotidien du Mauritanien.

Des docteurs sont payés à la commission par des fournisseurs ou fabricants de médicaments suivant le nombre de fois qu’ils prescrivent leur marque aux patients. Les pharmaciens ne sont en marge de cette marchandage.

« Pour une simple migraine quand on achète un produit fait de molécules vides donc inoffensifs, il faut s’estimer heureux. Car sur le marché, circulent dès fois des molécules dangereuses pour la santé. Au mieux une autre maladie et au pire la mort », confie un médecin.  A la question comment lutter contre ces pratiques, l’ensemble de la profession de pharmaciens consciencieux, s’avouent avec amertume impuissants face à cette « puissante industrie parallèle ». « C’est un réseau international où parait-il des fabricants connus n’hésitent plus à collaborer avec des contrefacteurs dans la fabrication de substances destinées aux marchés africains, asiatiques ou de l’Amérique du Sud », révélations contenues dans le rapport d’un enquêteur sur le conflit de l’Industrie pharmaceutique et contrefacteurs. « A moins que l’Etat ne durcisse les lois sur l’importation de médicaments et la vente de ceux-ci »,  disent sans illusions des compatriotes diplomés et propriétaires d’officines.

En attendant, à travers le marché des médicaments circule beaucoup de poison à portée de main.

 Enquête de Cissé El Hadj

Source/ La Tribune

 

 


Actions

Informations



Une réponse à “La maffia de l’aspirine et des antibiotiques”

  1. 15 09 2008
    moncef (20:34:08) :

    nik ta mere

Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann