Tintan: Le Trop-plein après la sécheresse

14 08 2007
Tintane : 

Le trop-plein après la sécheresse

C’était prévisible. C’était prévu : tous ceux qui regardent les prévisions météorologiques savaient que les zones est seront bien arrosées en milieu de semaine passée. La météo mondiale prévoyait des pointes de 120 mm dans certaines zones pour lundi, mardi et mercredi derniers. 

C’était prévisible. C’était prévu : Tintane, comme beaucoup de villes mauritaniennes, est construite sans plan préalable. Pire, Tintane a connu son développement à la faveur de la sécheresse de la fin des années 60 et 70, puis au début des années 80. Au début était l’histoire d’une administration calamiteuse. A la fin, c’est encore l’histoire d’une administration qui est devenue en plus irresponsable. 

Au début, la ville avait poussé au sommet de la belle dune appelée ‘Sayf’, l’épée pour sa forme allongée et plutôt raide. A la fin des années 60, un préfet avait décidé de faire descendre les locaux de l’administration vers la plaine, aux confins de la grande palmeraie. C’était pour éloigner l’administration des habitants de Sayf, à majorité Ehl Sidi Mahmoud. Un peu pour les punir. Très probablement à la suite d’une histoire banale d’insoumission à une autorité qui confond son rôle avec celui d’un tyran. 

C’est naturellement autour de l’administration que tout se greffe : marché, infrastructures sanitaires, scolaires, alimentaires… A la fin des années 80, Tintane est une ville d’environ 40.000 habitants qui s’est essentiellement développée dans sa plaine. Ses cadres sont de fervents soutiens au régime d’alors. Le président de l’Assemblée nationale de 1992 choisit Tintane comme fief. Il y construit un magnifique ‘chalet’. C’est la période faste. Centrale, collège, alimentation en eau… Par la force des choses, la ville est une plaque-tournante du commerce sous-régionale. Elle est plus active que la capitale régionale Aïoun. Elle n’est comparable qu’à Guérou en Assaba. La masse monétaire qui y circule est phénoménale. On dit que quand il a fallu changer les billets de la monnaie nationale, près de 6 milliards ont été changés ici. 

Les années 2000, Tintane connaît ses premières grandes crues. L’Etat mobilise chaque fois une centaine de millions qui sont remis aux caïds locaux. Diguettes inaugurées en grande pompe, vivres distribués devant les caméras. Mais point de solution à long terme. En 2007, c’est la catastrophe. Une conséquence de l’accumulation des erreurs. 

Le ruissellement des eaux venant d’El ‘Aguer et d’ailleurs va inonder toute la plaine. La palmeraie disparaîtra sous les eaux qui emportent tout sur le passage. Le marché est détruit et avec lui tous les biens. Les maisons en banco pour la plupart disparaissent et avec elles tout ce qui s’y trouvait. On parle de 10.000 sans abris. Heureusement que les morts sont limités à deux jusqu’à présent. Il n’y a pas encore d’épidémie déclarée. Mais la région est infestée par le paludisme. Le réconfort viendra de l’élan de solidarité. 

Cela commence par la visite du Président de la République. Du jamais vu depuis des lustres : un Président qui va consoler, compatir. « Ma visite à Tintane m’a permis de constater ce que je ne pouvais connaître si j’étais resté à Nouakchott », dira-t-il. Il a ajouté qu’il a ainsi constaté que la quasi-totalité des habitats de la ville sont entièrement endommagés et ne sont plus, désormais, aptes à servir d’habitats. Le Président de la République a précisé avoir vu des populations quitter leurs maisons dans des pirogues et d’autres qui y demeurent en attendant d’être secourues. Il a ajouté qu’il a pu prendre connaissance de tous les problèmes qui se posent comme ceux de l’eau, de l’électricité, d’habitat et de produits alimentaires. « Ma délégation comprend un certain nombre de ministres et de responsables des institutions concernées par ces domaines, l’Etat fera, « Inchaa Allah »  tout ce qu’il est en mesure de faire et vous en serez informés « , a-t-il dit, aux journalistes qui l’interrogeaient. L’action du gouvernement devait suivre immédiatement. 

« Toutes les populations sinistrées ont été transférées du lieu du sinistre vers des zones plus sûres et il n’y a plus personne en danger demandant à être secourue ». C’est ce qu’a déclaré Mohamed Vall Ould Cheikh, ministre de la culture et de la communication lors d’une conférence de presse tenue au lendemain de la visite. « Je voudrait vous réaffirmer, a dit le ministre, que la catastrophe était et demeure la préoccupation essentielle du gouvernement et du peuple mauritaniens de sorte que la nuit même où la catastrophe a eu lieu, les autorités régionales sous la conduite du wali sont intervenues mettant à profit les services régionaux, les unités de l’armée et des forces de sécurité, des unités de la cinquième région militaire sous la direction de son commandant pour secourir et sauver les personnes sinistrées ». Dans le même temps, Ould Cheikh a rappelé la création d’un comité ministériel de crise supervisé par le Premier ministre et composé de plusieurs ministres et hauts responsables concernés. Il a passé en revue les différents axes d’intervention dont la sécurité, les infrastructures, la situation alimentaire, l’eau, l’électricité etc. ajoutant que s’agissant de la sécurité, des unités de l’armée sont intervenues la 1ère nuit et demeurent encore sur place. 

En outre, le ministère de la défense a mis à la disposition des autorités administratives 3 avions et a renforcé les unités déjà sur le terrain d’une unité prélevée sur la wilaya du Trarza avec ses équipements notamment ses embarcations pour secourir les sinistrés et demeure elle aussi sur les lieux à Tintane. Selon les statistiques disponibles, cette unité a dit le ministre, a secouru 2000 personnes saluant, au nom du gouvernement, le patriotisme et l’esprit de sacrifice dont ont fait preuve nos forces armées et de sécurité dans ces opérations. 

Selon les témoignages qui nous sont parvenues, dit-il encore, ces forces ont mis en danger la vie de leurs éléments pour sauver les habitants sinistrés et continuent à jouer le même rôle depuis le premier jour de la catastrophe. Ould Cheikh a relevé les équipements et matériels mis à la disposition des autorités administratives locales par les forces armées dont un porte char, des tentes, des couvertures en plus de leur engagement entier sur le terrain. Evoquant l’état d’exécution des décisions du comité interministériel présidé par le premier ministre pour l’organisation des secours à la suite des inondations de Tintane, le ministre de la culture et de la communication a précisé que plusieurs départements ministériels ont contribué à ces actions. Ainsi le commissariat chargé de la protection sociale et de la sécurité alimentaire a offert 228,2 tonnes de produits alimentaires, 100 cartons de gloria, 200 tentes, 2000 couvertures, 400 nattes, 400 pots, 10 citernes artificielles et 14 camions/navette. Le ministère de l’économie et des finances a, quant à lui, remis au wali une enveloppe de 30 millions d’ouguiyas. Au plan de l’approvisionnement en eau potable, le ministère de l’hydraulique, de l’énergie et des TIC a disponibilisé 2 camions citernes, un autre affecté par l’ENER en plus du rétablissement du réseau électrique. Pour sa part, le ministère des transports a fait l’identification d’un nouveau tracé de la route contournant la zone montagneuse de Tintane.  

Au plan sanitaire, deux véhicules chargés de médicaments ont été mis à la disposition des autorités locales en plus de l’appui de deux médecins supplémentaires et de l’octro d’un lot de 1000 moustiquaires imprégnées. Le département de l’équipement, de l’habitat et de l’urbanisme a, quant à lui, identifié une bande de 700 sur 2000 m devant servir de site d’accueil des sinistrés pour son lotissement dont les travaux ont déjà commencé

Signalons que le Gouvernement avait appelé samedi les pays frères et amis ainsi que les organisations internationales et les partenaires au développement à contribuer au financement d’une caisse de reconstruction de la ville de Tintane, suite aux inondations qui ont frappé tout dernièrement cette ville et occasionné des pertes humaines et d’innombrables dégâts matériels.  

Au cours de l’appel, le ministre des finances a déclaré que « les victimes directes sont estimées à 10 mille personnes auxquelles s’ajoutent la destruction d’infrastructures de base (marchés, écoles, routes, réseaux d’eau et d’électricité, habitations et autres biens immobiliers des populations de la localité ». Ould Hamma Vezaz a, ensuite, indiqué que l’Etat envisagera dans le cadre du nouveau plan urbain de la ville sinistrée de mettre en place de nouvelles infrastructures comme les routes, les écoles, les centres de santé, les réseaux d’eau et d’électricité ainsi que l’appui aux populations désireuses de quitter les quartiers inondés et construire de nouveaux logements ». Il a également noté que le transfert de la ville de son site actuel fait suite à une étude recommandant le transfert de la ville de cette dépression l’exposant aux inondations à chaque hivernage. Dans ce cadre, a-t-il dit, « le gouvernement compte sur le soutien des pays frères et amis ainsi que celui des organisations internationales et des partenaires au développement pour faire face à cette situation tout a fait exceptionnelle.  

Le ministre de l’économie et des finances a informé les participants des mesures déjà prises dans le sens d’alléger les souffrances des populations en situation de crise, ajoutant que les victimes ont été transférées vers des sites d’hébergement disposant des services sanitaires et de nourritures. Il a mis en garde contre d’autres inondations. Il a dit que les services techniques ont déterminé 18 communes, dans l’ensemble du pays, pouvant être victimes, au cours de l’actuelle saison des pluies, d’inondations similaires à celles de Tintane.  

Sur place, le
Wali du Hodh El Gharbi, Amadou Abou Ba a présidé vendredi à Tintane une réunion du comité de l’intervention humanitaire et du recensement des victimes des inondations. Au cours de la réunion, le Wali a informé le comité, qui regroupe les élus locaux, les organisations de la société civile et le chef de service régional du commissariat chargé de la protection sociale et à la sécurité alimentaire, de l’arrivée des aides alimentaires qui seront  distribuées incessamment. A l’issue de la réunion, les membres de la commission se sont scindés en sous commissions pour accélérer le recensement des sinistrés afin qu’ils bénéficient des compensations nécessaires. Dans une déclaration au correspondant régional de l’AMI, le Wali a précisé que les populations qui ont encerclées par les eaux ont été évacuées et que son comité réceptionne des secours apportés par des institutions et fondation de bienfaisance, telles que la fondation de Khattou Mint El Bouakhary, épouse du président de la république, le croissant rouge mauritanien, le groupe Ahil Abeidna, l’ONG Oxfam et autres. Les autres ministères ont axé sur leurs interventions sur le désenclavent de la zone pour faciliter le trafic des personnes et des biens entre Tintane et Aioun, a, encore, précisé le Wali. Au sujet de l’approvisionnement de la ville en eau potable, le wali a émis l’espoir pour la réparation rapide du réseau de la ville et en attendant la ville s’approvisionne avec des citernes qui amènent de l’eau à partir de Kiffa.  

L’ONG de la Première dame a été la plus rapide et la plus efficace sur le terrain. Dès le premier jour, des produits alimentaires (sucre, huile de table, lait, pâtes alimentaires et biscuits) et des équipements domestiques (nattes, torches, bougies et du matériel de stockage d’eau) ont été acheminés par la fondation Khattou Mint El Boukhary, aux populations de Tintane victimes. Cette première intervention sera suivie par d’autres qui ont permis d’acheminer couvertures, citernes, habits… Bientôt, la fondation va envoyer une équipe médicale qui fera de la consultation gratuite afin de contribuer à la prévention des épidémies. Rappelons que l’objectif de la Fondation est de mobiliser moyens humains et matériels dans des cas humanitaires pareils. Elle est un peu ce qu’on peut considérer comme le bras d’une action bienfaisante visant à améliorer les conditions des populations. Dans le cas d’espèce, la Fondation démontre le bienfondé de son existence.

MFO

 Source La TRIBUNE 362


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann