La RADHO: Vers un atelier sur les acquis démocratiques

14 08 2007

La RADHO

Vers un atelier sur les acquis démocratiques

 

La rencontre africaine des droits de l’homme envisage l’organisation d’un atelier sur le renforcement des acquis démocratiques en Mauritanie. Secrétaire général exécutif de
la RADHO, Alioune Tine était l’hôte du président de
la République Sidi Ould Cheikh Abdallahi. C’était samedi 11 août 2007.

L’après midi, il a tenu une réunion avec les organisations de la  société civile mauritanienne au siège du forum national des droits de l’homme (FONADH). Objectif : recueillir les avis des uns et des autres représentants des ONG ainsi que les propositions des thématiques à développer les 17,18 et 19 octobre prochain en vue de réfléchir sur la consolidation des acquis en matière de démocratie en Mauritanie. Parmi les propositions faites, figurent les questions sur la tolérance, la citoyenneté, la coexistence des communautés, le passif humanitaire, l’esclavage, etc. Ce à quoi certains représentants des ONG ont voulu opposer le cas des sénégalais d’origine maure qui auraient été expulsés lors des événements de 89, celui des rapatriés qui n’ont pas eu leurs droits ainsi que « le passif humanitaire de 1981. (Les auteurs de la tentative  de putsch du 16 mars qui ont été exécutés sous le régime de Ould Haidalla, NDR). C’est un faux débat ont relevé d’autres pour qui il ne faut pas faire de confusions.

A l’issue de la réunion, Alioune Tine s’est mis à la disposition de quelques journalistes pour répondre à certaines questions. Par rapport à la question de sénégalais d’origine maure qui seraient encore en situation de réfugiés en Mauritanie, il a déclaré : « si les gens nous saisissent, nous allons travailler à ce que leurs droits leurs soient restitués. »

« Nous avons gardé un sénégalais maure dans notre siège et nous avons travaillé à lui faire recouvrir ses pièces d’état-civil. », a-t-il poursuivi.

Quant à Aissata Satigui Sy de l’AMDH, elle a précisé qu’en ce qui concerne les rapatriés, « leurs droits ont été spoliés par les autorités mauritaniennes de l’époque » : les fonds de solidarités qui avaient été débloqués pour eux à l’époque ainsi que les endroits qui leur avaient été donnés pour qu’ils s’abritent auraient-ils été alors dilapidés sans autres formes de procès ?

C’est là où le rôle de la société civile mauritanienne peut être affirmé. Selon le Secrétaire général de
la Radho, il faut que cette société civile mauritanienne soit impliquée dans toutes les étapes de règlement des problèmes. Notamment dans le cadre de la mise en place d’un plan de retour des déportés.

Le retour à l’ordre constitutionnel et les premiers signes de bonne volonté politique ont « été retenus par le représentant de
la RADHO comme un réel espoir de résolution concertée des difficultés.

Reste à savoir si le moment venu, la rencontre du 17 au 19 octobre sera à la hauteur des préoccupations de l’heure.

 

Source La Tribune 362


Actions

Informations



Une réponse à “La RADHO: Vers un atelier sur les acquis démocratiques”

  1. 21 08 2007
    lemin olld (21:49:11) :

Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann