«Rufii ßoftotaako

31 07 2007

«Rufii ßoftotaako : 

Premier film de Abdoulaye Ndiaye :

 

« Je ne lâcherai jamais mon combat, quelles que soient les conditions  dans lesquelles je mène ce travail.» Ce propos émane de Abdulaay Njaay, animateur de l’émission « Contes et légendes », présentée tous les dimanches matin à 7 h45 en langue pulaar sur les ondes de Radio Mauritanie. Très instruit en pulaar, sa langue maternelle, Abdulaay Njaay a l’ambition de mener une carrière cinématographique. Conscient des rouages, mais aussi du plaisir de  ce métier, Abdulaay se montre déterminé à aller jusqu’au sommet. Son premier film «Rufii ßoftotaako» a suscité beaucoup de commentaires. Le titre signifie en pulaar : ce qui est versé est irrécupérable. Autrement dit, médecin après la mort, pour exprimer les actes qu’aucun remords ne peut réparer… 

 

Il était 16 heures quand l’auteur de Rufii Boftotaako revoyait  encore le film chez lui. Malgré la réussite de son premier film,  Abdulaay Njaay apportait encore quelques corrections pour mieux faire le prochain. Son film traite de deux histoires imaginaires de deux familles. La première met en exergue la grande responsabilité d’une mère pour la réussite de sa fille à l’école. La fille unique  de sa mère, était en terminale C. Elle  voulait préparer efficacement son baccalauréat. C’est dans ces conditions que la jeune fille a refusé toute idée de se marier avant la fin de ses études. A l’époque ce sont les parents qui donnaient leur fille à quelqu’un sans l’avoir consultée. Une époque révolue pour la jeune fille. Mais cette  vision est catégoriquement  récusée par sa maman. Pourtant le père a accepté de se ranger du côté de sa fille. Il  a dit à sa fille que son mariage dépend d’elle. Influencée par des personnes riches qui  demandent chacune la main de sa fille à l’insu du père parti en voyage, la mère ,poussée par sa belle sœur  décide alors de faire le poisson d’avril à sa fille. Elle dit à cette dernière que son père l’a appelé par téléphone mobile à propos de ses fiançailles avec un  jeune homme adopté dans la maison. La mère voulait tester si sa fille campait toujours sur ses positions. Un test qui a mal fini car sa fille va tomber enceinte des œuvres du jeune monsieur. C’est après le forfait du fils adoptif que la mère a dévoilé à sa fille que c’était une farce et que c’était pour savoir si elle avait changé d’idée.

La deuxième famille nous a montré comment un mari peut trahir son épouse même soumise et docile pour s’envoler en noces avec la meilleure amie de celle-ci. Une triste histoire qui reflète la réalité.

Depuis sa sortie, le film fait l’objet de commentaires passionnants  dans toutes les grandes places. Commentaires sur l’histoire traitée par le film.

Pour le financement de la cassette, l’auteur a indiqué avoir été aidé par le maire de Bababé Ba Abdulaay Mamadu. « Il m’a fait beaucoup de faveurs, vraiment je le remercie », dit-il. « Le député de Bababé Ba Aliou Ibra a fait aussi un geste très important.   Le reste, c’est avec mes propres moyens », a souligné en substance Abdulaay Njaay.

« Beaucoup de personnes m’ont aidé moralement et physiquement. Le metteur en scène Daouda Rakiyel, le conseiller technique Ndongo Ibrahima Djibril dit Amoros et beaucoup d’autres » a ajouté l’auteur du film Rufii Boftotako. 

Selon l’auteur la Mauritanie doit participer au développement de la culture mondiale car le pays possède des cultures très riches. Pour se faire les autorités mauritaniennes doivent aider les jeunes désireux de participer au développement du pays sans aucune distinction

Après la sortie du film, Abdulaay Njaay a eu des contacts partout dans le monde pour l’aider à mener avec brio sa carrière cinématographique. Rappelons que ce film a été tourné dans sa ville natale de Bababé Loty. L’auteur très satisfait de la réussite de sa première cassette, prépare déjà une autre.

Notons que ce film fait l’objet  aussi de discussions et de commentaires haineux. Certaines personnes tenteraient de couvrir le lever du soleil par la paume de leur main. Pourront-elles le faire ? « Je ne lâcherai jamais mon combat, quelles que soient les conditions dans lesquelles je mène ce travail » a conclu Abdulaay Njaay.

Mamadou sy 

symadou78@yahoo.fr 

Source: La Tribune       

 

 


Actions

Informations



4 réponses à “«Rufii ßoftotaako”

  1. 18 09 2007
    oumou (11:47:53) :

    abaly N’daiye est traitre d’abord ce n’est pas lui qui a réalisé le film et il l’a vendu et il a mangé tout l’argent
    le fait qu’i dise que le maire de Bababé l’ aidé mais le groupe nie et déclare n’avoir rien vu et aussi c’st pliyique
    pourtant Mamayet l’a donné quelque chose mais il ne l’a pas dit c’est pourquoi on dit dit que c’est politique
    pour ce qui est de BA Aliou Ibra lui est habité à ces genres de geste tous les habitants du département de bababé savent ce monsieur et Boubou Noppi sont génereux

  2. 18 09 2007
    oumou (11:52:04) :

    Le Maire de Bababé c’est toujours SALL Amadou Abou
    entout cas nous vous disons il y’a deux choses à bababé il faut les retenir
    Il y’aura jamais unmarabout meilleur que Thierno N’Diaye à Bababé
    et aussi on aura Jamais un maire meilleur que Boubou SALL » Bbababé »

  3. 18 09 2007
    oumou (11:54:53) :

    Mais Bab Ablye à une chose spéciale que les autres politiciens n’ont pas et n’auront jamais
    Il a un Chouaibou Wane maccro fumiste c’est ce dernier qui enduit blé dnas des erruers et Ndiongou Diarry

  4. 3 01 2009
    Mamzo (12:10:05) :

    Ah oui c’est un grand plaisir de voir que des jeunes de bababé s’implantent dans la culture, franchement ce film est fantastique j’en profite à féliciter tous les acteurs et actrises , ne ce reste seulement tout est politisé dans ma ville natale( bababé) même des films de théatre, en plus les politiciens ne fond rien pour la ville à part des aides personnelles dont les bénéficiéres sont leurs griots . SVP les jeunes de ma ville je sents envers vous un esprit de dépassements continuez…………
    Vive bababé loty

Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann