• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 9 juillet 2007

Les Echos Par Mohamed Fouad Barrada

9072007

 

Les Echos Par Mohamed Fouad Barrada 

 

 

La  nouvelle stratégie de  l’emploi a vu le jour financée par le PNUD et  réalisée  par un consultant ivoirien. Une condition du PNUD : il faut un consultant étranger pour un travail sérieux en Mauritanie. Il semble que nos consultants luttent contre la pauvreté à leur manière.   Le montant du financement de la nouvelle stratégie  reste top secret du moins c’est ce qu’a dit le consultant  ivoirien. Pour connaître le montant de cette consultation, il faut avoir l’aval du PNUD.  Comment il a été choisi par le PNUD ? Pourquoi des participants ont insisté sur  l’approbation de la    stratégie ? 

En effet, il y a une  quasi-inexistence  des chiffres  dans son rapport. En outre, le rapport n’est qu’une  extension des thèmes de référence déjà traités au pays .Justification invoquée : il faut mettre en place des organes spécifiques pour l’évaluation de la mise ne œuvre de ladite stratégie. Toutefois, les intervenants ont bel et bien fourni des chiffres, des prévisions, mais il manque encore d’autres précisions. 

Au cours de l’atelier de validation, une impression se dégageait : Une lutte sans merci  entre les organes concernés ; une guerre d’idée pour s’imposer et une capacité d’intervention déterminante.   

Le  financement du plan d’action suscite beaucoup  d’interrogations. Il est bien mentionné  que le PIB par habitant est de 610 dollars.  Ce qui sous entend que  les mauritaniens ne sont pas pauvres en majorité. Pour éradiquer  la pauvreté extrême, il faut que chaque mauritanien obtienne  un revenu de 365 dollars par an  alors que ce n’est pas le cas : 46 % des mauritaniens  n’ont pas cette somme.  Le gouvernement demande l’appui des bailleurs de fonds. Ces derniers sont  prêts à débloquer de l’argent. Le PUND est  ainsi prêt à appuyer  le gouvernement en ce sens. 

 Par ailleurs,
la Mauritanie est le pays le plus aidé   par habitant en Afrique : 80 dollars pour  chaque mauritanien  contre une moyenne de 20 dollars américains pour le reste du continent. Qui a bénéficié  de cette aide ?  Des produits destinés aux  pauvres sont vendus dans des boutiques ; des aides fictifs étant  déclarés par- là  par –ci alors que les sommes ont été détournées.   

Certes,   le plan d’action de la nouvelle stratégie est bon  mais sa mise en œuvre pose problème.  Par une simple observation, nous pouvons dire  qu’en Mauritanie  chacun cherche son intérêt.  Les chômeurs galèrent, crient  et la caravane passe. Ils sont las  (les chômeurs), ils  ne savent même  pas quoi faire.  Des propositions comme avoir des robinets,  des micros -crédits insignifiants,  n’ont pas prouvé leur  efficacité. Les politiques d’emploi jusqu alors ont échoué.  Les chômeurs représentent 32% de la population.  Ce taux est en nette augmentation. 

Le budget de l’Etat  ne permet pas leur insertion. L’ANPEJ et les autres organes  se limitaient à assurer à certains demandeurs de stage,  de formations mais sans suite.  Une réorganisation de l’administration permet dans ce contexte  de recruter un grand nombre de chômeurs.  Les  autorités pensent  qu’il y a un sureffectif au niveau administratif  alors que le cas n’est pas toujours vérifiable.  Combien de gens manquent-ils  pour restructurer l’économie nationale du pays ? Combien d’individus sont payés  alors qu’ils ne travaillent pas ?  Ils sont en brousse ou quelque part.  Il  nous manque en ce sens de vraies études de faisabilité, des enquêtes  sérieuses, une transparence dans l’action gouvernementale… 

 

 







bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann