Si j’étais Mounina

3 07 2007

A « l’honorable et courageux » Monsieur Choumad, et Monsieur………..

Parodiant Cyrano de Bergerac quand il composa dans la pièce d’Edmond Rostand sa fameuse « tirade du nez » pour aider un adversaire peu brave et surtout peu inspiré, je suis tenté, ci-dessous, de venir au secours de mon pourfendeur qui s’embusque pour jeter tant de médisances, tant de fausses accusations !

EN EFFET,

A la place de Mounina. J’irais assumer, avec fierté, la louable mission de représenter Monsieur le Président de la République et mon pays, la République Islamique de Mauritanie. Et c’est la première fois, en quarante sept années d’indépendance que des femmes mauritaniennes sont désignées comme chefs de représentations diplomatiques. Et c’est là, une redoutable et magnifique preuve de confiance en les capacités de la mauritanienne comme cadre, gestionnaire et citoyenne à part entière.

A la place de Mounina. j’irais sereinement assumer ma mission à Genève auprès d’organisations avec lesquelles j’ai tissé, des années durant, des relations de confiance et de respect réciproques.

A la place de Mounina. j’irais sans soucis, aucun, à Genève et en Suisse investir mes 23 ans années de précieuses expériences et de services rendus à la nation sur plus d’un champs de confrontations, internes et externes.

A la place de Mounina. j’irais sans soucis, aucun, à Genève et en Suisse utiliser l’expérience précieuse et honorable acquise pour les bonnes causes et les besoins et intérêts des femmes et des enfants de Mauritanie (les plus fragiles, les plus démunis, les plus marginalisés ou exclus surtout) grâce à une coopération et un partenariat solides développés avec tous les partenaires nationaux et internationaux.

A la place de Mounina. Je serais extrêmement fière d’avoir comme Curriculum Vitae, mon père « Monsieur Mohamed Ould Abdellah ». Cet homme là, un enseignant rigoureux, consciencieux et compétent, un père compréhensif, mélange étonnant de fermeté et souplesse, a su donner à ses enfants l’indépendance, la confiance en soi et la compassion envers les autres. Et qui plus est, tenant en dérision les préjugés des siens (caste, classe et tribus au pluriel), liant des amitiés dépassant régions et ethnies, il a élevé sa descendance, et particulièrement sa Mounina dite lemeïma, dans le respect des vraies valeurs : le dépassement des particularismes, le refus des préjugés et l’amour de la vertu, de l’art, du bien, de l’effort et de la patrie. C’est cela, en résumé, « Monsieur Mohamed Ould Abdellah » !

A la place de Mounina. je serais extrêmement fière d’avoir comme CV, comme titre de noblesse, comme lettre d’introduction le projet NUTRICOM, que j’aie dirigé pendant 5 ans, avec tout ce que cela a exigé d’ efforts incommensurables, de sacrifices tus, de frustrations supportées et d’erreurs bénéfiques.

A la place de Mounina, je serais très honorée des relations privilégiées que j’ai tissé avec le personnel NUTRICOM à Nouakchott et à l’intérieur des différentes régions, avec les populations- cibles dans tous les sites d’interventions du projet et dans plus de 117 centres communautaires de nutrition à travers plus de 117 coopératives féminines dans cinq Wilayas du pays.

A la place de Mounina, je serais extrêmement fière d’avoir reçu de la Cour des Comptes son rapport seulement le 15 juillet 2006, déposé pourtant au Secrétariat d’Etat à la Condition Féminine depuis le 15 février 2006. Il souffrait enfermé en ses tiroirs par Mme la Ministre. Elle m’aimait comme la peste, mais en plus de son souhait d’énerver la cour, elle attendait que je mène la négociation du deuxième projet qui remplace NUTRICOM, persuadée qu’elle était que j’étais parmi les rares capables, sans fausse modestie, pour mener à bon port cette difficile entreprise.

A la place de Mounina, j’aurais déclaré à ceux qui s’excitent, pensant tirer profit de la prétendue « relève de Mounina par la Cour des comptes », que le rôle de cette dernière consiste à renforcer la capacité des gestionnaires et orienter les fonctionnaires dans un cas comme le mien.

A la place de Mounina, je serais fière d’avoir répondu, avec pertinence et arguments convaincants, aux remarques de la Cour des comptes et accepté, avec patience, de satisfaire leurs nombreuses questions et injustifiées, quoique routinières, interrogations et d’avoir attendu, patiemment et sereinement, jusqu’au quitus par le classement de mon dossier, en avril 2007, sans poursuite aucune, contrairement à l’affirmation de mon « respectable » et « courageux » insulteur.

A la place d’une Mounina si attachée, semble-t-il, à la matière, je n’aurais pas accepté la confiscation, par Madame l’ancienne secrétaire d’état, six mois durant, d’un salaire tant j’en avais grandement besoin.

Si j’étais Mounina, je n’aurais pas accepté d’attendre tout ce temps en me serrant les dents, jusqu’à la désignation de Mme Fatimetou Mint Khattry qui permit la « libération» de mon salaire.

A la place d’ une Mounina obsédée, semble-t-il, par la matière, j’aurais, pour résoudre mes tracas et rétablir ma situation, crié au secours, écrit dans toute la presse, rué dans tous les brancards, ameuté les gens de l’Aftout, de l’Amessaga, de l’Aoukar , de la Chamama, du Diéri , de l’Iguidi, de l’ Ouagadou, du Tiress, et du Walo …

Et pour conclure :

A la place de Mounina, j’aurais demandé aux honorables personnalités qui écrivent ce genre de choses sur cette menue Dame de contacter la Cour des Comptes, pour connaître la réalité non tronquée !

A la place de Mounina, j’aurais suggéré encore aux honorables personnalités qui écrivent ce genre de choses sur cette menue Dame de contacter directement le Département de la Condition féminine, pour connaître la réalité non tronquée !

A la place de Mounina, j’aurais suggéré aussi, aux honorables personnalités qui écrivent ce genre de choses sur cette menue Dame de faire un petit sondage auprès du personnel subalterne de la Condition Féminine : plantons, chauffeurs, secrétaires pour apprécier qui est cette « ogresse » appelée Mounina et le capital de sympathie dont elle joui chez c eux « qui ont voyagé avec elle » à l’intérieur de ce département !

A la place de Mounina, j’aurais suggéré encore, aux honorables personnalités qui écrivent ce genre de choses sur cette menue dame d’aller directement, s’informer auprès du système des Nations Unies et auprès de la Banque Mondiale pour mieux connaître le capital de respect dont joui l’ »ogresse » Mounina. au sein d’institutions qui ne sont pas connues pour leur laxisme et complicité avec les gestionnaires du Tiers Monde.

A la place de Mounina, je leur conseillerai, que pour écrire, en bien ou comme ici en mal, sur une personne, de bien s’assurer du bien fondé ou seulement de la vraisemblance de ce qu’ils écrivent. Ainsi ceux qui les liront pourront croire ou, à défaut, respecter leur bonne foi.

A la place de Mounina J’aurais surtout utilisé mes puissants moyens financiers et mes titres fonciers dont, entre autres, ma « maison de 140 millions d’ouguiya », pour m’imposer et acheter vos consciences et votre silence et me prémunir des campagnes insidieuses et intéressées de n’importe qui !

A la place de Mounina, je vous proposerai de suivre attentivement bien les résultats de ma mission à Genève et en Suisse.

A la place de Mounina, je vous dirai N’OUBLIEZ pas votre éthique, votre morale, votre foi, votre Dieu.

A la place de Mounina, je vous rappellerai ou informerai que je suis professeur de Physique Chimie de lycée de la première promotion, celle de 1984.

A la place de Mounina, je vous dirais que vous n’avez jamais fait avec moi, le mouvement des étudiants pour apprécier ma position politique de Kadiha dès les années 1975-1976.

A la place de Mounina, Je serais fière d’être le bouc émissaire de tous les frustrés, de tous les jaloux ou jalouses et de bien de machos aussi

A la place de Mounina, je dirais tout simplement « le chient aboie, la caravane passe ».

Sidi Mohamed Ould Ely, dit Sidina

Nouakchott, le 1er /07/07

Note: Info source : Sidi Mohamed Ould Ely, dit Sidina via cridem


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann