Les Echos Par Mohamed Fouad Barrada

3 07 2007

La’ mauritanité’ ? L’action de la nouvelle équipe est contestée. Tout simplement, il y a un dysfonctionnement sérieux. Elle hésite, elle doute, elle patauge, elle nomme. Elle lui manque toujours cette sincérité recherchée. D’après tout, elle est composée de politiques, de technocrates politisés, tout ce monde n’arrive pas à rassurer. Pour rassurer, ils (elles) devront être plus proches des citoyens. Certaines fonctions demandent une investigation palpable. « Aux journalistes de nous aider», laissent croire  de hauts fonctionnaires de cette hiérarchie. Qui aidera  les journalistes ? Un cadre du trésor public m’avait expliqué, par ailleurs, que « le fonctionnement administratif souffre d’une lenteur flamboyante ». Quant aux nominations, les choses ne font pas l’unanimité. 

En réalité,  il y a des directeurs, des chefs de service quoique souvent expérimentés, ils sont nuls. L’expérience n’est plus un critère de compétence. Etre dirigeant demande un degré de réflexion un peu poussé par rapport à la norme qui prévaut dans ce pays. Les chefs de services, les agents d’actions, les techniciens devront être choisis selon des critères solides. Parfois, nous avons l’impression qu’être dirigeant, c’est juste être littéraire. Désolé,  être dirigeant, c’est avoir l’art de prendre des décisions transversales. C’est l’art d’innover, de faire sortir l’essentiel et de le mettre en pratique.  Sérieusement, il y a des fonctionnaires qui ne foutent rien dans leurs services. Ils ne savent même  pas ce qu’ils  font. Ils sont là, ils veulent que l’un des leurs soit nommé sinon ils vont critiquer l’ordre administratif. Une femme, des femmes, un homme, des hommes   trimbalent dans les ministères. Leurs seuls soucis, c’est d’avoir de l’aide.  L’une de ces citoyennes me faisaient la louange d’un ancien haut fonctionnaire du CSA, elle me disait que celui-ci est hors pair. Il donne des centaines de mille d’ouguiyas  à des gens qui  veulent des subventions. A cette remarque rétorquait  un planton de la place  en confirmant « qu’il est inadmissible que ce fonctionnaire paye de l’argent de sa poche ». Une autre femme disait que « si ce fonctionnaire se présentait pour les élections présidentielles, elle votera pour lui ». Les raisons de ces femmes sont claires ;  Elles sont pauvres. Une couche de notre société (des femmes en majorité) souffre. Elles  ne sont  pas préparées à travailler, la productivité n’est pas dans leur culture. Le mariage et la dépendance vis-à-vis de l’homme demeurent  leurs seuls atouts. L’homme quant à lui dépend de l’ordre social qui le pousse à faire tout pour nourrir des individus qui n’ont aucun langage de la notion de la productivité ! D’autres compétents  sont marginalisés. Les contradictions sociales poussent des femmes à être soumises à la dérive. La vertu de l’apparence les détruit. Certaines femmes sont  poursuivies par la justice qui  les attaque sans pour autant chercher une explication de la racine de leur dérive. Des autres avec un nombre d’enfants considérables vivent sans l’aide de leurs époux. Elles sont divorcées, elles vivent avec « je ne- sais- quoi ». Parfois elles se livrent à toutes les pratiques possibles (en cachette et moyennant une  contrepartie pécuniaire) afin de faire nourrir leurs enfants. A partir de ce qui est, nous pouvons faire une petite  projection sur l’avenir  du pays. D’ailleurs nous  sommes  classés parmi les  36 pays les  plus pauvres de cette planète, avec le Tchad et autres pays en situation de guerre civile. Dur, dur d’être mauritanien ! Je vous invite à une visite à l’une des « kéba (quartier périphérique de Nouakchott ». Essayez  de rester chez l’une de ces maisons une demi-heure. Sentir leur souffrance, leur marginalisation et tentez  ensuite de faire un diagnostic interne. Que vaut être mauritanien ?  Faire souffrir et se montrer plus élégant, plus riche. Avoir sa voiture, ses maisons  ou bâtir une nation qui se respecte ? Être mauritanien c’est être pauvre, souffrir, faire souffrir, ignorer, faire semblant. Faire croire, duper et se faire duper, applaudir pour vivre et arracher son gagne -pain par n’importe quel moyen. La conditionnalité humaine l’exige !?      m_barrada@yahoo.fr 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann