Réflexion

9 04 2007

 Une fille ou un homme passant leur temps devant le virtuel ça peut  prouver la recherche de je-ne-sais-quoi ! Une femme ou un homme qui essaye de prendre en main son indépendance relative prouve autre chose ! Le phénomène nous dépasse. On peut trouver un gars propre à une fille ou une fille spécifique à un homme auquel on  donne à titre d’illustration le nom « mec à elle » ou meuf à lui. Ce gars est beau, élégant, chic, riche et artificiellement intelligent. Disons qu’il a tout pour qu’elle craque. Et elle a tout pour qu’il soit séduit. Malgré tout,  ils appartiennent  à cette espèce qu’on surnomme les êtres humains. Rien de surprenant dans cette histoire sauf une fois qu’ils   arrivent à faire connaissance, ils  décident de plonger dans ce que nous appelons communément la vie conjugale. Les conjoints essayent de mettre au monde des enfants pour accomplir le but ultime des êtres humains : la  progéniture. En suivant l’ordre mécanique du même processus relationnel,  nous pouvons dire que les enfants une fois dépassant l’âge de l’adolescence devront à leur tour  s’occuper de leurs familles. Mais ils auront eux-mêmes leurs propres enfants qui seront dépendant bien sûr de l’ordre moral de la société. La conséquence sera un conflit interfamilial et tout cela est régulé par le besoin. Ce  besoin il faut l’intégrer dans une dimension plus large. Car partant que nos ancêtres homos sapiens on voyageait de l’Afrique et de l’Asie vers l’Amérique en passant par l’Europe du centre, ce même besoin a transformé génétiquement parlant la couleur des hommes et leur physionomie (naturelle). Il a poussé les hommes à chercher une interprétation logique de leur vie afin qu’ils assurent une autre évolution après la   mort. Il a poussé également les hommes à s’entretuer et à être en mutation permanente. Donc nous pouvons comprendre en ce sens que le but c’est de s’éloigner  de ce conflit interhumain. 

On peut se changer les idées par ce même virtuel. Mais parfois on claque la porte et on visualise le monde tel qu’il est et on se positionne suivant notre entourage qui exerce certainement une influence régressive mais acceptable. Car c’est toujours ce besoin qui nous dicte certains comportements. L’esprit rebelle refuse tout cela, car il est  tout simplement indépendant de l’ordre. Il crée lui-même son désordre. Il aime ce désordre. Mais ce désordre crée un ordre propre à l’esprit innovateur. Cela nous mène vers l’idéal spirituel (sachant que nous n’allons jamais atteindre cet idéal). Ce n’est qu’un besoin, comme tant d’autres, qui organise ce désordre naturel. Que  cherchons  – nous  alors dans cette mutation chaotique ? Des mecs qui nous mettent à l’abri !? Ou une explication métaphysique de notre existence ?      Considérons la spiritualité sous l’angle du besoin suprême. Il s’agit d’avoir  la paix avec soi-même. Car avec cela nous pouvons vraiment, en tant que musulmans, ne pas craindre la méchanceté des hommes ni la mort, nous pouvons même se sacrifier pour une cause juste. Toutefois, tuer un homme c’est un péché énorme, entraîner les hommes dans la vassalité des autres hommes est un crime.  Eduquer les musulmans dans une logique de soumission, c’est le pire des crimes. Donc résident ici les interprétations que chaque homme fait de la religion. Nous pouvons expliquer juste que la cause de la régression des musulmans, ce n’est pas la religion elle-même,  mais les hommes et cela suivant leurs besoins parfois destructifs. Les amis de Mohamet sallah  allaah alyhi wesslem  (essahaba roudwane ellaha elyhoum) étaient des pauvres en majorité. Il défendait lui-même les pauvres, il voulait qu’ils soit pauvre, c’est pour cela qu’ils se sont reconvertis en islam par une conviction (bien sûr) matérialisée par une justice sociale. Pourtant, des gens continuent  à se reconvertir en islam parce qu’ils ont eu ce besoin, ils ont pu le satisfaire à travers cette religion. Mais le débat se pose en terme simple et clair : pourquoi il y a tant de guerres civiles depuis le califat d’Uthman ? Pourquoi il y a eu tant de dégât dans les terres de l’islam. Et pourtant cette civilisation persiste sans être pour le moment constructive, je vous laisse lever le débat tout en ayant comme ligne de mire le fait que nous sommes dominés technologiquement  par l’occident,  et que nous étudions en langue étrangère et que nous écoutons de plus en plus la musique occidentale bien que la musique soit universelle, l’influence est incontestablement palpable. Cela ne prouve pas l’acculturation mais ça prouve que la société impose sa mode (et cela sous l’influence de la domination). Imaginons l’impact de cela sur les générations futures. Deviennent-elles sous l’emprise de l’information mécréantes ou vont-elles s’imposer ? Quant à la pensée occidentale, elle est progressive matériellement. S’agissant de la religion, chacun a ses convictions. Mais nous devrons en tant que musulmans être en diapason avec l’évolution humaine, comme c’était le cas à l’époque de la justice dans la terre de l’islam. Au 14ème  siècle il n’y a eu que 5 émirs ad hoc. Depuis cette époque, nous vivons dans des divisions qui nous ont menés à rien.  Pourtant nous avons battu une grande civilisation sans pour autant maintenir les acquis de nos ancêtres, mais l’homme doit se détacher du passé pour voir l’avenir. Pour nous, l’avenir est guidé par la mort rien à craindre de la mort, car elle n’est qu’une forme de la vie, mais il faut laisser une trace au nom de l’islam. Cela passe par des valeurs qui émanciperont la société en terre d’islam.

Mohamed Fouad Barrada 


Actions

Informations



2 réponses à “Réflexion”

  1. 9 04 2007
    vayez (21:07:05) :

    Je pense que tu as choisi une méthode qui assez intéréssante mais difficille à la fois , c’est pas avec la philo que tu vas arriver à connaitre l’autre disons de le .Si on part dans ce sens tu va toujours te trouver avec des idées abstraites qui ne représentent pas la réalité du monde de nos jours , c’est pas bien du tout de se baser sur des gens qui n’ont jamais donné une solution concréte et j’imagine que tu sais de quoi je parle , ça va pas te changer des idées si tu te base sur de , c’est une génération qui fut du passé donc éloigne toi d’eux c’est des gens qui ont vaicu des révoltes dans leurs époques c’est pas avec sartre ou platon que tu vas t’ensortir dans ce genre de sujet .ok je te remercie

  2. 9 04 2007
    ahmed (21:17:29) :

    je partage l’idée de vayez que dans ce genre on doit se contenter de ce qu’on a , c’est pas avec en telle philosophe que tu vas pouvoir connaitre l’autre , écoute c’est de l’absurde de faite de se baser sur une génération qui ont vaicu des révoltes

Laisser un commentaire




bientôt tous en prison, bie... |
WADE - Président - |
la vérité |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'1 République...
| sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann